Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

La revendication des carrés musulmans : du racisme

Yves Daoudal explique le sens de ces "carrés" :

M "L’une des revendications permanentes des organisations islamiques est la création de « carrés musulmans » dans les cimetières. Il paraît qu’il y aurait un manque criant de carrés musulmans, et qu’il est urgent d’en aménager partout. Cette revendication est reprise par un certain nombre de politiciens qui sont devenus des perroquets de la propagande islamique. […] Mais ce qui est stupéfiant est que tout le monde évoque cette question comme si elle se posait, et sans même se demander quelle est la situation. […] Pourquoi faudrait-il des carrés musulmans, alors que les défunts des autres religions, ou sans religion, sont côte à côte dans le cimetière sans que cela pose le moindre problème?

Les musulmans expliquent à qui veut les entendre que la seule et unique raison de la nécessité de carrés musulmans est que le défunt doit être tourné vers La Mecque (en fait couché sur le flanc, la tête vers La Mecque, donc la tombe perpendiculaire à la direction de La Mecque). Ce n’est pas la vraie raison. D’autant qu’on peut répondre par le Coran (2, 115) : « A Allah seul appartiennent l’Est et l’Ouest. Où que vous vous tourniez, la Face d’Allah est donc là. » Les légistes de l’islam expliquent le plus souvent que nécessité fait loi : s’il n’y a pas de cimetière musulman, on fait comme on peut. L’Académie de droit de l’Organisation de la Conférence islamique avait ainsi édicté que s’il n’y a que des cimetières de mécréants, on est dans un cas de nécessité et que l’enterrement est un devoir, mais que les musulmans doivent chercher à obtenir une partie du cimetière public pour y enterrer leurs morts. Toutefois, la Commission saoudienne de la fatwa est intraitable et considère qu’il n’est jamais permis d’enterrer un musulman parmi les mécréants. On remarquera que c’est cette position que suivent les «musulmans de France » de l’islam modéré, puisqu’ils sont « obligés » d’aller enterrer leurs morts au bledLa revendication du carré musulman est aussi la revendication d’une terre d’islam arrachée aux mécréants sur le territoire de la guerre (dar al harb) : son obtention est une victoire du jihad.

Mais la vraie raison, viscérale, pour laquelle les musulmans ne veulent pas être enterrés avec les autres, vient de leurs croyances, appuyée sur les hadiths, sur ce qui arrive après la mort, dans le monde intermédiaire entre la vie terrestre et la vie dans l’au-delà. Quand un homme est enterré, deux anges se présentent à lui. Ils l’interrogent sur Mahomet, sur Allah, sur l’islam. Si ses réponses sont satisfaisantes, sa tombe est élargie pour qu’il soit à l’aise et dans la joie avant de monter au paradis. Si ses réponses sont mauvaises, « les deux anges frappent la tête du défunt avec de lourdes barres de fer, qui ont pour effet de lui exploser le crâne. Ce dernier se recompose à chaque fois, mais la douleur provoquée par les coups des deux Anges font hurler de douleur le mécréant, qui est entendus par tous ceux qui peuplent les alentours, exceptés les Djinns et les Humains. Ensuite, la tombe se resserre au point que ses côtes s'entrecroisent, et divers châtiments lui sont ensuite infligés, suivants les diverses mauvaises actions qu'il aura commises durant sa vie ». En outre, pendant cette période intermédiaire, les âmes des morts se rencontrent comme les amis se rencontrent sur la terre. Le nouveau mort est accueilli par ceux qui sont déjà là, on devise et on se raconte les nouvelles du monde des vivants.

Voilà pourquoi les musulmans ne veulent pas être enterrés près des mécréants. « Si un musulman est enterré dans un cimetière des mécréants, il sera déterré pour être enterré dans le cimetière des musulmans parce que les mécréants sont châtiés dans leurs tombes et que le musulman subit un préjudice par leur voisinage », dit l’OCI. « Il n’est pas permis d’enterrer un musulman dans un cimetière chrétien parce qu’il souffre de leurs châtiments », dit la fatwa saoudienne. Mais les musulmans ne peuvent pas l’exprimer ouvertement. Car cela revient à dire : vous, vous êtes des chiens de mécréants, des maudits, vous allez subir les pires châtiments, et nous ne voulons pas vous entendre crier et gémir. Donc vous devez nous donner un espace où nous pourrons jouir entre nous d’un avant-goût de paradis pendant que vous souffrez déjà des peines de l’enfer que vous avez méritées… D’un point de vue laïque, cela s’appelle du racisme. Mais ce racisme-là, on ne le poursuit pas, on le conforte."

Partager cet article

12 commentaires

  1. «les défunts des autres religions, ou sans religion, sont côte à côte dans le cimetière sans que cela pose le moindre problème?»
    C’est fort inexact ! La sainte Eglise Elle-même demande que les chrétiens soient enterrés en terre chrétienne, et que des cimetières leur soient réservés !
    Ce n’est que depuis la laïcisation des cimetières vers 1880 que les chrétiens sont enterrés à côtés d’autres personnes. C’est un état de fait, mais non la doctrine de l’Eglise. Et dans ce cas, le prêtre bénit le petit carré de terre où le chrétien sera enseveli.
    Il est donc faux, et dangereux pour nous, de revendiquer la laïcité des cimetières sous le prétexte de lutter contre l’Islam. Qu’il faille lutter contre l’Islam, oui. Mais pas au nom de faux principes !

  2. A Bergstein.
    Avez-vous des références? Je ne vois rien de tel dans le Catéchisme de l’Eglise catholique, ni dans le Code de droit canonique.
    Autrefois un chrétien se faisait certes enterrer en terre chrétienne, c’est-à-dire dans le cimetière qui entourait l’église. Mais je ne vois pas où l’Eglise demande que des cimetières soient réservés aux chrétiens. S’il y a des cimetières chrétiens dans les pays musulmans, c’est parce que les musulmans ne veulent pas être enterrés près de chrétiens. On en revient au même point.
    Je n’ai pas non plus souvenir d’une quelconque protestation d’un évêque français lors de la création d’un cimetière municipal.
    Mais je suis prêt à modifier mon point de vue si vous avez des éléments probants.

  3. “Pourquoi faudrait-il des carrés musulmans, alors que les défunts des autres religions, ou sans religion, sont côte à côte dans le cimetière sans que cela pose le moindre problème?”
    Où avez-vous cela???
    Vous n’avez jamais entendu parler de cimetières juifs par exemple???
    Tous les grands cimetières parisiens ont un carré juif, et évidemment personne n’y trouve à redire, sans parler des cimetières proprement juifs notamment au sud de la France, parfois même spécifiques de certaines obédiances israélites! Dès lors je ne vous pas pourquoi il n’y aurait pas de carré musulman ou de cimetières spécifiquement musulmans!
    Cette diatribe est ridicule et m’étonne d’Yves Daoudal, et, une fois de plus hélas, vouloir défendre la primauté chrétienne en Occident en se réfugiant derrière la “laïcité républicaine” au lieu de promouvoir une dynamique chrétienne est simplement pitoyable!

  4. Ce qu’il y a derrière tout cela, c’est la résurrection des corps.
    L’islam, une sorte de méga-hérésie judéo-chrétienne, a conservé ce dogme de la résurrection des corps, et il revient à de très nombreuses sourates du Coran, avec d’autant plus d’aplomb qu’il est incompréhensible. Il est hypertrophié dans le théologie d’Allah, si l’on peut dire. D’où cette préoccupation des musulmans pour leurs tombeaux et leurs cimetières.

  5. Que les musulmans de France commencent d’abord – au titre d’un principe de réciprocité élémentaire – à s’occuper des tombes chrétiennes dans leur pays.
    http://mers-el-kebir.net/
    Laissons les morts enterrer les morts et construisons plutôt de nouvelles centrales pénitentiaires (seulement si la perpetuité devient – un jour – réelle).

  6. Parlons aussi de RÉCIPROCITÉ! En Arabie saoudite les morts chrétiens ne peuvent être ensevelis…sauf erreur de ma part.
    Et nous mêmes bientôt pour ne pas voir nos tombes profanées que ferons-nous? C’est vrai que dans une terre où nous serons devenus minoritaires, et où déjà pour avoir du travail, il est bien difficile de rester près du village et du cimetière où reposent nos ancêtres, notre petit carré de terre chrétienne, qu’en sera – il?
    Je suis d’accord avec M.Daoudal, il y a beaucoup de revendications pour implanter une terre de l’Islam, ne nous leurrons pas.

  7. Allah et ses anges sont remplis d’amour et de miséricorde :
    Si ses réponses sont mauvaises, « les deux anges frappent la tête du défunt avec de lourdes barres de fer, qui ont pour effet de lui exploser le crâne. Ce dernier se recompose chaque fois, mais la douleur provoquée par les coups des deux anges font hurler de douleur le mécréant, qui est entendus par tous ceux qui peuplent les alentours, exceptés les Djinns et les Humains. Ensuite, la tombe se resserre au point que ses côtes s’entrecroisent, et divers châtiments lui sont ensuite infligés, suivants les diverses mauvaises actions qu’il aura commises durant sa vie.
    Ils sont en ENFER, pas de Purgatoire
    Le nouveau mort (non ressucité) est accueilli par ceux qui sont déjà là (où ?), on devise et on se raconte les nouvelles du monde des vivants.(lisent-ils les journeaux ou regardent-ils la télé ?)
    QUESTION : Sont-ils en présence de leur dieu ?

  8. @ M. Daoudal.
    1) pour parler exactement, l’Eglise ne demande pas qu’existent des cimetières réservés aux chrétiens. Elle demande que les chrétiens soient enterrés en terre chrétienne, et que seuls les chrétiens soient enterrés en terre chrétienne. Ce qui revient pratiquement au même.
    2) en effet, il n’y a pas de protestation d’évêque français lors de la CREATION de cimetière municipal. Mais reférez-vous à la laïcisation des cimetières chrétiens vers 1880, et vous entendrez des tonnerres de protestations et de condamnations ! Idem pour la laïcisation des hôpitaux, la laïcisation des écoles etc. Au XIXe siècle, l’Eglise n’a cessé de HURLER et de COMBATTRE (ce que la majorité des hiérarques conciliaires ne font pas !).
    3) quant aux sources de cela : ne parlons pas du «CEC». Et le code de droit canonique n’est pas la seule source juridique, loin de là, surtout qu’au XIXe siècle (époque de la laïcisation des cimetières) il n’existait pas encore.
    SUR LE FOND : ce que les musulmans demandent (à savoir être enterrés “entre eux” dans un espace réservé), l’Eglise le demande aussi pour les chrétiens ! En criant au racisme dans le premier cas, on utilise l’arme traditionnellement employée contre l’Eglise … Rien de plus nocif pour notre cause que d’utiliser les armes de nos “ennemis laïques” pour taper sur nos “ennemis musulmans”.

  9. Je ne sais pas tout non plus sur le sujet (bien qu’ayant longtemps travaillé dans ce domaine et ayant eu à partir avec juifs et mahométans), ce que je sais c’est que lorsque j’étais enfant, nous faisions le signe de la croix dès l’entrée du cimetière de mon village (situé à 500m de l’église) et que la grande croix était située pour dominer ce mausolée.A la Toussaint, le prêtre avec l’enfant de choeur tenant le bénitier, aspergeait quasiment toutes les tombes… il-n’-y-avait ni musulman, ni juif, ni franc-maçon à ce moment là, ni, surtout, d’urne de cendres dans les tombeaux, riches ou modestes.Les musulmans n’ont ni beau cimetière ni culte mémorial important, ils sont enterrés directement dans un linceul.De nos jours, dans mon cimetière (où repose une partie de ma famille), il-y-a plusieurs protestants, libres penseurs et même quelques musulmans !
    L’Eglise a progressivement glissé dans ces domaines, autorisant la crémation, se moquant que des emblèmes non chrétiens figurent sur les tombes, ne bénissant plus les cimetières ! Oui, c’est un fait que la “dégénérescence” de notre propre religion a maintenant pour pendant la “fierté conquérante” de la “deuxième religion” de France ! Pour les sectateurs de Mahomet, il s’agit à présent qu’ils sont suffisamment nombreux en terre (de moins en moins) chrétienne, de revendiquer successivement de plus en plus de privilèges particuliers.Revendiquer un “carré” mmusulman, c’est s’approprier une partie du territoire sacré de nos ancêtres ! Dans une mosquée (dire qu’il-y-en a déjà tant !) ils sont en terre islamique, concrètement, comme ils le sont dans les quartiers majoritairement musulmans, dans “leurs” commerces, dans leurs “écoles coraniques” (comme une ambassade à l’extraterritorialité) et maintenant il leur faut des cimetières car ils prennent petit à petit (mais de façon de plus en plus rapide) possession de notre nation…”France, qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ?”…Prêtres ! Qu’avez-vous fait de votre mission d’évangélisateurs ???

  10. @ Yves Daoudal:
    Il existe effectivement selon le code de croit canonique en vigueur des cimetières catholiques.
    Can. 1205. Les lieux sacrés sont ceux qui sont destinés au culte divin ou à la sépulture des fidèles par la dédidace ou la bénédiction que prescrivent à cet effet les livres liturgiques.
    Can.1208. De cette dédicace ou bénédiction d’une église, et aussi d’un cimetière, on rédigera un acte …etc. Voir aussi les canons suivants, 1209 à 1212.
    Can.1240. 1)Il y aura des cimetières propres à l’Église là où cela est possible ou du moins , dans les cimetières civils, des endroits destinés aux fidèles défunts; ils doivent être bénis selon les rites.
    2)Si cela ne peut être obtenu, chaque tombe sera chaque fois bénie selon les rites.

  11. En conclusion , l’islam est cause de désordre par nature, avec le reste du monde.
    Diaballein, en grec, veut dire diviser et donne le mot diable.
    L’islam est bien une farce du diable, mais un poison pour tous.

  12. Ces questions théologiques et philosophiques sont du plus grand intérêt. Ce que j’aîmerais bien savoir, ce sont les dispositions pratiques qui accompagnent ces mesures.
    Pour avoir vu de près le cas d’un ami, terrassé à la nouvelle que le caveau familial “provisoîre” avait été littéralement explosé, et les dépouilles mortelles qu’il contenait, jetées à la fosse commune, pour une affaîre de négligence et sans même qu’il en eût été prévenu, je sais que nous autres, Français, sommes même dépossédés de nos défunts, avec la législation républicaine tâtillonne, confiscatoîre et de la mesquinerie habituelle que nous lui connaissons.
    En ce qui concerne ces parties de cimetières, dévolues aux musulmans, cela s’accompagne-t-il d’un réel transfert juridique, une pure et sîmple spoliation du Domaîne public, dans la mesure où la gestion en serait également transférée, sans aucun droît de regard, aux religieux islamiques.
    Le personnel municipal du cimetière, par exemple, est-il encore habîlité à y opérer? S’il y a abandon apparent de concession (au fait, quel est le régîme exact des concessions? Exorbîtant du Droit Public usuel, lui aussi?) les autorîtés compétentes ont-elles le droît de requérir l’ouverture de la tombe, et sa destruction, comme dans le cas dont je parlais plus haut?
    Il ne manquerait plus que seuls les défunts français soient jetés hors de leurs tombeaux, pour satisfaîre aux immondes réglementations dont notre pauvre pays est accablé, par ceux-là mêmes qui prétendent diriger jusqu’au temps imparti à nos morts, après lequel ils doîvent dégager et faîre place nette, sauf grosse (et grasses) indemnités versés à l’État…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]