Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La république démocratique pose problème

La république démocratique pose problème

De Franck Abed :

Les démocrates nous expliquent que la démocratie reste un merveilleux système, même si elle connaît échec sur échec. Néanmoins, selon eux, il convient de ne pas la remettre fondamentalement en cause. En effet, les difficultés de la démocratie résulteraient de son seul fonctionnement et non du régime en tant que tel. Pourtant, en réalité, la nature même de la démocratie amène de vraies difficultés, et la façon de la « traduire » ou la mettre en œuvre au quotidien n’est seulement qu’un arbre, utilisé pour masquer une véritable forêt.

Aujourd’hui, la démocratie dysfonctionne tellement qu’elle engendre une énorme frustration chez de nombreux Français. Cela ne se concrétise toutefois pas encore d’une façon véritablement radicale, nonobstant le phénomène des Gilets Jaunes lié à une offre politique particulièrement déficiente. La contestation à l’égard de ce système grandit, mais à ce jour elle reste trop faible pour espérer un changement institutionnel. Même si le régime démocratique est intrinsèquement mauvais, et qu’il produit de mauvais fruits, les Français n’entrevoient pas encore d’autres propositions institutionnelles sérieuses. Certains mouvements, bien souvent caricaturaux, en appellent de manière confuse et maladroite à des systèmes autoritaires de type fasciste, sans avoir la force, l’assise sociale et la maîtrise organisationnelle pour mener à bien leurs projets. Quant aux mouvements d’extrême-gauche, une fois de plus en décalage complet avec une réalité qu’ils voudraient modeler sur leur idéologie, leurs idées restent à la fois trop archaïques ou utopiques pour séduire une masse critique de Français, au-delà de leurs sempiternelles divisions et éclatement en multitude de groupuscules.

Nous pouvons le regretter, mais force est de constater que le régime démocratique et la république s’avèrent très bien implantés, tant par l’inertie de l’habitude, que par l’incapacité des mouvements qui lui sont opposés à proposer une alternative crédible. Alors que les Français usent déjà du droit de vote pour élire leurs maires, leurs députés, leurs députés européens et surtout le Président de la République, de nombreux compatriotes appellent à encore plus de démocratie. Il s’agit de cette prétendue démocratie directe, entrée dans le forum public avec l’acronyme RIC, qui est réclamée.  

L’expérience du vote, et de ses multiples échecs pour la désignation d’une classe politique compétente, devrait conduire les citoyens à une prise de recul, voire même à une contestation en profondeur de la pratique électorale. C’est malheureusement tout le contraire qui se produit. Les élections, aussi bien municipales que pour la députation et l’élection présidentielle, ne produisent pas de résultats positifs. Eh bien, que nous rétorquent les démocrates et autres républicains ? Donnons aux Français l’opportunité de voter encore et toujours plus ! Le raisonnement souffre d’un total manque de logique, mais pourtant nous l’entendons partout. Qui aujourd’hui ne réclame pas le RIC ? Presque personne. Rappelons que pour certains, si en URSS le communisme n’a pas rencontré le succès escompté, c’est parce que le système soviétique ne mettait pas assez en avant le… communisme. 

La démocratie ne fonctionne pas, car elle semble incapable d’offrir simultanément un cadre institutionnel pérenne, la liberté bien comprise et réelle de chacun dans l’espace public, et surtout une juste et efficace politique. Tout personne sincère, quelle que soit sa couleur politique, ne peut que reconnaître la faillite de la démocratie et de la république en France. Ce phénomène ne constitue pas une nouveauté, mais la marque de fabrique de l’institution républicano-démocratique. Un système qui encourage la guerre civile permanente entre « une gauche » et une « droite » ne peut offrir la concorde sociale nécessaire à la réalisation de grands projets. L’instabilité institutionnelle établie avec le quinquennat n’offre pas la dimension du temps, condition essentielle pour mener une saine politique au service du bien commun. La démocratie ne peut que conduire à la frustration, car chaque personne qui vote pour un candidat en définitive rejeté par les « urnes » ne se sentira ni comprise, ni écoutée, ni respectée : elle réalisera à terme qu’elle-même a également été « rejetée par les urnes ». Cependant, la perspective d’une nouvelle élection balaie ce sentiment d’insatisfaction et d’amertume, car elle laisse accroire que le recalé de la veille peut être l’élu du lendemain… La République se bâtit sur une cascade d’illusions : quand l’une s’évanouit, une autre surgit, ou renaît !

De la même façon, l’Etat devient lui aussi source de frustration, car les Français s’acquittent de nombreux impôts pour des services publics déficients ou minimalistes. Le virage libéral qui a été pris au début des années 1980, a permis de nombreuses privatisations pas toujours heureuses. Celles-ci ont dessaisi l’Etat de leviers essentiels de puissance, de croissance ainsi que de rentabilités économiques certaines. Aucun gouvernement digne de ce nom ne vend ses bijoux de famille – comme des fleurons industriels – pour un intérêt à court terme au risque d’hypothéquer l’avenir – et moins encore à des puissances étrangères. La décentralisation a permis en réalité une dilution du pouvoir étatique, sans que les régions, les départements ni les communes ne disposent des moyens nécessaires pour accomplir leurs différentes et précieuses missions. Concrètement, l’Etat démocratique s’affaiblit chaque jour davantage avec la décentralisation massive et les privatisations. Et je ne mentionne pas ici l’Union Européenne, qui vérole tout avec ses directives imposées, pour la plupart, en dépit du bon sens.  

Autrefois, le Premier Ministre jouait le rôle de fusible par excellence dès que l’action gouvernementale en venait à provoquer un trop grand déplaisir des Français. Avec l’hyper-présidentialisation du système, née avec Nicolas Sarkozy, le Président devient l’unique responsable et le Premier Ministre remplit le rôle de subalterne. Ce n’est donc pas un hasard si depuis cette élection, aucun président en exercice n’a été réélu. Il y a de fortes chances qu’Emmanuel Macron connaisse le même sort. Pour rappel, son prédécesseur fut tellement décrié et critiqué qu’il renonça à défendre son titre lors de l’élection présidentielle de 2017. Cette hyper-présidentialisation fragilise encore plus le système républicain, car il n’existe plus de premier rempart entre le magistrat suprême et le peuple…

De fait, les élites sont stigmatisées pour au moins deux raisons. La première : elles n’accomplissent pas avec succès ce pourquoi elles ont été désignées. La seconde : leur niveau de revenu atteint des montants faramineux pendant que le peuple trime en étant payé aux lance-pierres. Les Français peuvent accepter ces grands écarts de revenus, quand les élites travaillent au bonheur de tous. En revanche, l’injustice est très mal supportée. Or depuis des années, les responsables politiques – dans une très large mesure – bien loin de servir l’Etat, se servent de lui pour accumuler richesses, positions, pouvoir, prestige médiatique et comportements de parvenus au détriment du bien commun. De même, il n’est pas rare de voir des politiques de premier plan rejoindre des groupes privés, ce qui renforce l’idée déjà très présente chez bon nombre de Français, d’un système de corruption ou d’influence, aux antipodes de l’esprit démocratique tant vanté par ses différents promoteurs.

Toutes les représentations citoyennes connaissent les pires difficultés à susciter des adhésions. Les partis politiques, les associations politiques, les syndicats sont désertés par les Français qui n’y trouvent plus leur compte. L’abstention bat souvent des records à chaque nouvelle élection. La probabilité que ce phénomène s’arrête flirte avec le néant, sauf grand retournement de tendance qu’amèneraient des « évènements » majeurs. Seule la présidentielle rencontre un certain succès, pour la raison énoncée plus haut : la personnalisation effective de la première place du système républicain permet l’identification évidente du responsable politique.

En fin de compte, si les Français désertent toutes les organisations représentatives, la faute ne leur en incombe pas totalement. Les politiques et les syndicalistes, qui défendent des intérêts particuliers, loin des enjeux réels qu’affrontent la France et les Français, doivent être désignés comme les principaux responsables de cette situation. Mais ils ne sont pas les seuls coupables. Gorge Orwell a écrit de façon catégorique en son temps : « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice ! » Rien de plus à ajouter à cette terrible vérité.

La république et la démocratie posent véritablement problème. Malheureusement la contre-révolution institutionnelle n’est pas encore pour demain…

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

21 commentaires

  1. Et pourtant Franck Abed s etait présenté aux élections présidentielles en 2007 n ayant pas obtenu les 500 parrainages requis… Retournement de veste ou prise de conscience de l inanité de la democratie hors du champ local.

  2. Il n’est pas difficile de constater que la France était bien mieux gérée (malgré les imperfections dues à la nature humaine) et bien plus grande , et respectée, du temps de la monarchie absolue sous Louis XIV ! Autres temps…

    Nous pouvons tous constater que le système actuel non seulement ne respecte pas l’Histoire de notre pays, sa culture et sa civilisation, mais en plus trouve le moyen de rassembler dans les plus hauts postes des gens sans envergure, ou dont les capacités sont soigneusement empêchées, des fois qu’un ministre aurait une bonne idée !

    Notre monarchie traditionnelle savait révéler les gens capables et de valeur… Maintenant, je doute que nos français souhaitent véritablement le rétablissement de la monarchie, car je pense que c’est plutôt un Etat correctement dirigé et bien géré financièrement, qui assure un emploi et la sécurité à tous (ou du moins, pour le plus grand nombre) qui a la préférence de nos concitoyens…

  3. Franck Abed s’est présenté à la présidentielle de 2007 dans une optique stratégique et non avec l’illusion de se faire élire. Force est de constater que cette élection a permis de le faire connaître. Ceci étant dit, Abed a toujours été monarchiste, je vous invite à consulter son site
    http://Www.franckabed.com

  4. Il y a d autres manieres de se faire connaître sans passer par une élection présidentielle, d autant que cela ne l a pas fait connaître plus . Ce qui l a fait connaître c est un pugilat avec Ploncard d Assac , un jeune homme contre une personne âgée ,çe n est pas très glorieux !

  5. Merci Nicole Godfrin pour le lien avec le site de Franck Abed.
    C’est apparemment celui de 2 personnes, lui-même et son ego.
    Je suis de près l’actualité politique depuis longtemps et n’ai pas le moindre souvenir de sa candidature avortée à l’élection présidentielle de 2007.
    Il n’avait alors certes que 25 ans mais sûrement déjà l’ambition de ne pas rester un simple quidam. Il lui reste quand même à atteindre la vraie notoriété. Ce n’est pas impossible à 37 ans.
    Il se prétend monarchiste mais emploie le vocabulaire et le style politiquement corrects.
    Son analyse ne manque pas d’intérêt.
    Je partage ses réserves sur le RIC, qui peut devenir une usine à gaz s’il n’est pas strictement encadré.

  6. Quel pugilat ? Vous inventez et inversez les rôles. Ploncard a attaqué Franck ABED comme il a attaqué tous ceux qui ont eu le malheur de croisé sa route. De Serge de Beketck à Claude Timmerman, tous ont dû subir son esprit malade.

  7. c est inexact et vous le savez bien . Abed s en est pris aussi à Livernette par ecrans interposés , pas physiquement comme avec Ploncard . Du forum royaliste, il n est pas en odeur de sainteté .

  8. Excellente analyse de Franck Abed comme toujours.

    Il pointe du doigt l’essentiel, le caractère nocif de la démocratie et de la république. Tant que nos milieux resteront dans ce cadre intellectuel de réflexion, la France ne pourra être sauvée. Lire ou relire le livre d’YMA “la droite où l’on arrive jamais” dans lequel il explique bien que la droite passe son temps à courir après la gauche. En réalité je rejoindrai FA quand il dit que la droite en France n’existe pas ou plus.

    A bien y réfléchir la droite est morte avec le comte de Chambord, non ?

  9. EROUANI, il est normal que le site d’un intellectuel reprenne et diffuse ses articles et analyses.

    Direz-vous la même chose au sujet de ce site : http://marionlepen.fr ? https://www.alaindebenoist.com ? Etc ! Vous lui faites un faux procès.

    Je m’en fiche qu’il porte de beaux costumes ou une barbe. Son analyse est-elle vraie ou fausse ? Juste ou injuste ? A titre personnel, je la trouve très pertinente.

  10. Un esprit malade ? Lui un ancien neurochirurgien opérant à Londres en micro chirurgie ? Comme vous y allez ! Non , ce n est pas lui le malade . Il a les idées très claires et sans compromission, voilà son ” probléme ” si c en est un . Par contre , comme nationaliste , il est vrai , qu il n entend rien à la Monarchie, mais pour le reste , il est tres clairvoyant sur la situation . Abed, aucune confiance ! On l a vu sur le forum légitimiste. C est navrant à un point , inimaginable !

  11. Nicole Godfrin, tout le monde sait que Ploncard poignarde ceux qui lui tendent la main. Franck Abed a été naïf en lui donnant parole. Mal lui en a pris, lui aussi s’est fait poignarder dans le dos… Quant à Livernette, c’est lui a fait une vidéo contre Abed et non le contraire. Une petite recherche le prouve aisément.

  12. Le Forez c’est peut-être cela le vrai souci… Le nationalisme de Ploncard et sa propension à voir juifs et des FM partout…

  13. Tellement clairvoyant le Ploncard qu’il a appelé à voter Bayrou et Fillon. Demain Bellamy ?

  14. “Il n’est pas difficile de constater que la France était bien mieux gérée (malgré les imperfections dues à la nature humaine) et bien plus grande , et respectée, du temps de la monarchie absolue sous Louis XIV !”

    Relire les ouvrages de Goubert à ce sujet !

  15. Clotaire, Faux procès ! Tenez donc ! C’est seulement votre opinion personnelle.
    Nul ne détient la vérité absolue et en majuscules.
    Je ne compare pas les sites et les personnes.
    Dois-je vous rappeler que MMLP n’est plus député du Vaucluse depuis juin 2017 ? Elle ne s’est pas représentée, et son siège a été pris par l’inénarrable Brune Poirson

  16. Beaucoup semblent oublier que la démocratie avait été mise dans les poubelles de l’Histoire avant que les ennemis de la France n’aillent la déterrer… On voit le résultat ! La mafia dirige les nations et les détruit…

  17. Clotaire, pour les juifs , je suis d accord , pour les fm, je suis plus circonspect. Mais quand un jeune de 30 ans s en prend physiquement à un vieillard , ce n a pas très glorieux quelque soit la personne . Il y a une vidéo de Ploncard . Posez la question à Abed , et il ne vous répondra pas oú se détournera du sujet… C est moyen quand même , non ? quand une personne agit ainsi et se proclame grand intellectuel dans le petit monde de la Monarchie et qui se permet de vouloir se faire approcher auprès de Louis XX pour le conseiller , suivant ses propres conditions , c est à mourir de rire, ce personnage .
    Pour Ploncard , qu il appelle à voter pour untel ou un autre , il est dans son rôle de nationaliste pour tacler quelqu un de plus nuisible. Mais là, je m en moque car il est un peu comme Hillard qui décrypte très bien l actualité . Et puis, on n est pas obligé de le suivre . Je suis royaliste, légitimiste, je ne vote pas.
    Sur les vidéo d Abed , il n a pas beaucoup de gens qui le suivent . Quand on compare avec une Virginie Vota, c est le jour et la nuit . Tout est faux chez lui jusqu à son attitude , son décorum , il en fait trop , il essaye de se construire un personnage , c est tout . Quelque chose ne va pas chez Abed .

  18. DUPORT : comment nous sortir de là ?

  19. “pour les fm, je suis plus circonspect” dixit Le Forez

    Vous leur donnez trop de pouvoir. A force de les voir partout, les gens de “nos milieux” les voient nulle part. Bien évidemment que les complots existent, mais voir des complots partout et toujours, ce n’est pas sérieux. J’espère que vous en conviendrez.

    C’est une erreur de croire que le vote de Fillon ou Bayrou puissent ralentir la marche de la démocratie. Penser cela ou accepter ce raisonnement rime avec ignorance de la nature même du système républicain que vous prétendez combattre. Pardon d’insister sur ce point, mais une personne qui tient ce genre de propos ne peut pas bien décrypter l’actualité pour reprendre vos propos. Hillard est relativement sérieux. Je préfère Moreau Xavier. Mais encore une fois, tout dépend de ce qu’on recherche. A titre personnel, je trouve que Vota est nulle. Mais chacun ses préférences en ce bas monde relativiste.

  20. Clotaire, vous n argumentez pas quand vous dites que Vota est nulle sans expliquer pourquoi. C est de l ordre de l opinion et de la subjectivité et ca n apporte rien . Vous en convenez , non ? c est le mal actuel dans ce qu on ose appeler un ” échange ” oú chacun reste sur sa position . Et une opinion ? Pour ce que ça vaut … Vota argumente avec un esprit chrétien et c est sur cette base qu elle s exprime et vous , sur quoi vous basez vous pour la critiquer ?

  21. Elle est nulle dans ses idées tout simplement. Si vous estimez, qu’elle argumente avec un esprit chrétien, nous ne serons jamais d’accord.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Copied!