Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

La réforme de la SNCF est une quête de sens

Réflexion trouvée sur le blog de la CFTC Métallurgie des Yvelines :

Unknown-12"1/Le politique, c'est l'aménagement du territoire et la recherche de la garantie de la liberté de déplacement à coût raisonnable.

2/ L'économie de marché, c'est de vendre un service le transport de personnes et de biens. L'opérateur du rail peut être intégralement privé (économie de marché) mais peut remplir, par délégation du 1/, cette mission de service public.

Rappelons qu'un grand nombre de lignes ferroviaires ont été construites et exploitées au XIXème sur décision publique – concession – par des entreprises privées.

Une entreprise automobile allemande a entièrement revu son organisation en confiant à une seule personne le montage intégrale d'une voiture. Ainsi, la personne connait parfaitement la voiture qu'il a assemblée et testée. Elle voit l'aboutissement de son travail et la satisfaction du client, dans un échange vraiment personnel avec lui.

A la SNCF, le travail est, à l'inverse, taylorisé en une myriade de services, d'intervenants, qui font toujours la même chose et perdent le sens de ce à quoi ils contribuent de façon parcellaire : convoyage de voitures; convoyage de la loco; assemblage de rame; entretien; vérification; aiguillages; choix des voies; choix des garages….tout est divisé en autant de cellules quasi autonomes qui deviennent autant de petites baronnies.

Et si une personne était responsable de A à Z de la composition de sa rame, de son positionnement sur le quai et de sa conduite en service? N'aurait-ce pas vraiment du sens? C'est en tous cas l'avis d'un cheminot qui, lassé du cloisonnement et de la sclérose de la SNCF, a démissionné il y a quelques semaines.

Notez bien : la CFTC a été éjectée de la SNCF et de Air France (pilotes de ligne) de par la loi de 2008 : l'Etat a, par la loi, privé ces entreprises de partenaires sociaux responsables, minoritaires parce que non-démagogiques. Qu'on se le dise….."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

4 commentaires

  1. Et cette loi de 2008, c’est Sarkozy le responsable. Il a fait le jeu des syndicats démagogiques,comme lui-même.

  2. Il faut arrêter de fantasmer sur cette réforme et garder un peu de réalisme. Ce qui est proposé là dénote une méconnaissance totale du vrai travail des cheminots (c’est souvent la difficulté des représentants syndicaux qui sont déconnectés de la production depuis des années). Est-ce que notre ami de la CFTC envisage que le Boucher élève son boeuf, l’abatte, aille le vendre sur le marché, puis aille préparer le steak à domicile? Il n’y a aucun taylorisme chez SNCF (et c’est aussi un cheminot qui le dit), juste un peu de rationnalisation du travail pour que cette belle maison puisse continuer à vivre pour ses clients et ses salariés.

  3. Sarko, le chouchou des bourgeois libéraux de NAP (Neuilly-Auteuil-Passy) parce que soit disant de “droite”, c’est-à-dire pour eux prêt à toutes les compromissions pour défendre la Bourse et leurs portefeuilles, mais non pas l’intérêt supérieur de la France, dont ils se soucient comme d’une guigne…

  4. Merci de nous faire connaître les commentaires de la CFTC métallurgie des Yvelines qui exprime généralement un bon sens aigu.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services