Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La réduction des dépenses publiques est une priorité

Proposition de Jean Arthuis, sénateur centriste, pour réduire les dépenses publiques :

A "Nous croulons sous le poids d’une administration particulièrement lourde. Le nombre des fonctionnaires a considérablement augmenté depuis 1980, tout d’abord avec la réduction du temps de travail hebdomadaire, de 40 heures à 35. La France en compte un peu plus de 5 millions. Les dépenses de personnel représentent chaque année 250 milliards dans le budget consolidé de la sphère publique. Les 35 heures représentent 10 % de cette somme, soit 25 milliards. Qui peut penser que l’on réussira à faire face aux dépenses générées par la dépendance, qui nécessiteront des établissements d’accueil et beaucoup de personnel soignant et aidant, avec une durée hebdomadaire de travail à 35 heures ? C’est déjà difficile aujourd’hui dans les maisons de retraite et les hôpitaux. C’est pour cette raison que j’estime qu’il est impossible de ne pas remettre en question les 35 heures. Voilà une première piste. Nous devons tout à la fois relancer la croissance par la compétitivité et mener une action résolue de réduction de nos dépenses. De ce point de vue, il y a urgence à cesser d’édicter des normes et de voter des lois qui sont toutes des activateurs de charges nouvelles. Alors que notre République est criblée de dettes, elle continue d’emprunter pour prolonger les acquis inégalitaires. Cette situation ne peut plus durer. Je pense qu’il y a urgence à voter, pour les trois années à venir, un plafond de dépenses et un plancher de recettes autres que l’endettement. Avec cet objectif de faire coïncider plafond et plancher pour faire – enfin – disparaître le déficit."

Partager cet article

9 commentaires

  1. Bien sûr Arthuis a raison mais cette analyse est faite depuis des années par tous les gens raisonnables en France. Le problème en France comme le disait le regretté Jean-François Rével est qu’on ne manque pas de gens intelligents capables de faire de bonnes analyses de la situation économique, du chômage, de l’éducation nationale etc.. mais de gens courageux qui les appliqueraient et ceci à droite comme à gauche et au centre.

  2. Bernard Mitjavile,
    Exact, mais c’est LE problème intrinsèque de la démocratie!
    Je veux être réélu, donc je dois être populaire!
    Donc en aucun cas, la solution ne peut arriver par le vote.
    Comment faire comprendre un vérité si simple à la majorité du peuple?
    Sans compter la perversité naturelle d’une certaine classe qui occupe tous les postes importants.

  3. Jean Arthuis a eu une heure hier sur France-Culture pour parler de son livre. Il a parlé une heure des différents moyens d’augmenter les impôts. Il a parlé zéro seconde des moyens de réduire les dépenses.
    Donc l’hypocrisie, ça suffit un peu, hein. Les politiques sont les complices des fonctionnaires, et vice versa. Je ne vois nulle part dans l’extrait ci-dessus les mots “licencier des fonctionnaires”. On sera gentil de m’expliquer comment on peut réduire les dépenses publiques (y compris en repassant aux 40 heures) sans licencier des fonctionnaires.
    Obliger les ministres à rouler en deux chevaux et à payer leurs bières ne suffira pas.

  4. cela ressemble à un programme électoral…

  5. Jean Arthuis :
    “Cela étant, je n’ai pas envie de tomber dans la polémique habituelle, où l’on montre la gauche du doigt pour fustiger ses archaïsmes, par exemple avec les emplois jeunes. Au fond, pourquoi ne pas créer ces emplois, pour redonner l’espoir et la confiance à tous ces jeunes impatients d’entrer dans le monde du travail ?”
    Bah oui, ben tiens : allons-y ! Créons donc des emplois-jeunes ! C’est à dire des emplois de fonctionnaires, précaires et payés à ne rien faire (“orienter” les gens vers les différentes files d’attente des bureaux de poste, par exemple), mais des emplois de fonctionnaires quand même.
    Et c’est l’un des seuls politiciens prétendument “courageux”, prétendument “résolu à lutter contre la dette” et à “faire baisser la dépense publique” qui le dit.
    Ce pays est foutu.

  6. Une solution: supprimer le sénat dont on ne peut ignorer depuis son dernier vote ouvrant la voie à l’industrialisation de la reproduction humaine qu’il représente un danger pour l’humanité.
    A noter que Monsieur Artuis ne fait d’ailleurs pas partie des rares et méritantes personnes qui ont précisément lutté avec courage au Sénat pour que les dépenses dites de “santé reproductive” soient “éthiquement” réduites.
    Les recettes éculées de Monsieur Arthuis relèvent donc d’une conception malthusienne et sectaire éculée qui produit mécaniquement les “crises” successives que nous subissons et qui sont tout justes utiles à étrangler ce que son charmant collègue, pourfendeur du lundi de Pentecôte, appelle avec condescendance la “France d’en-Bas.”

  7. On critique les Roys de France pour leurs dépenses, par rapport à celles effrayantes des politicards d’aujourd’hui, mais elles étaient ridicules à côté.
    Combien touchent : Députés et Sénateurs ( qui ne servent à rien d’ailleurs) quels sont les nombreux avantages occultes qui leur sont octroyés ( le bon peuple paie sans savoir).
    Combien coute un avion pour promener Littel big man et tout ce qu’on nous cache, certains vivent somptueusement pendant que d’autres gémissent sous le poids de la vie dure.
    Réduire les impôts, sortir de la saleté nommée “euro”, détruire l’étalon dollar (poison mondial), abattre les causes au lieu de pinailler sur les conséquences.

  8. Ce n’est pas bien grave. D’ici 2 ans, le FMI et l’Allemagne auront fait appliquer à la France la même cure d’austérité qu’à la Grèce ou au Portugal. En attendant, nos très chers politiques, incompétents au possible et devant satisfaire à leur électorat en l’arrosant abondamment, ne feront rien…au risque de faire perdre davantage de souveraineté à notre pays, qui sera dès lors sous protectorat allemand !

  9. Il n’est pas nécessaire de diminuer les dépenses publiques mais de ne pas les augmenter au dela du ratio convenu.
    Ensuite on se posera la questions de savoir à quoi elles correspondent ?
    Car beaucoup d’entreprises privées imposent une tarification de type “publique”au consomateurs que nous sommes.
    Le personnage parle mais il a toujours voté pour une imigration massive, pour une augmentation des frais de médecins ou médicaux.
    Il n’est plus crédible depuis longtemps.
    Le premier parasite à supprimer ce serait donc…lui.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services