La presse papier ne peut pas lutter contre le net

Voilà ce qu'il en coûte de vouloir écrire son article avant le déroulement des faits : la revue professionnelle Le Film Français annonce dans son dernier numéro l’adoption de la loi Hadopi. Le magazine a même pris la peine de recueillir des réactions de professionnels évidemment récoltées avant le rejet de la loi. Ainsi, la Société civile des auteurs multimédia (Scam) «salue l’ère de la pédagogie et se félicite que les députés aient confirmé le principe dit de la riposte graduée». Pour la Fédération internationale des associations de producteurs de films (Fiapf), c’est une «bonne nouvelle», et la France montre ainsi «la voie à suivre». Dans l’éditorial, Sophie Dacbert, directrice de la rédaction, écrit : «L’industrie culturelle dans son ensemble applaudit des deux mains la loi adoptée par la France…».

Patatras… Les délais de bouclage sont bien sévères pour la presse papier et confirment a contrario l'intérêt d'internet pour réagir "à chaud".

Michel Janva

2 réflexions au sujet de « La presse papier ne peut pas lutter contre le net »

  1. Henri Védas

    Le dernier Fig Mag (celui qui citait le SB sans le citer) a également été pris la main dans le sac, consacrant une brève aux “félicitations” adressées par Donnedieu de Vabre à Chr Albanel après l’adoption de la loi Hadopi. Patatras, en effet.
    Le Figaro s’était déjà fait prendre le lundi 22 avril 2002 en décrivant dans le détail les prétendus préparatifs du duel Chirac-Jospin par l’équipe de Jospin le 21 au soir…
    Dans le cas de ces journaux, ce n’est pas tant un problème de délais de bouclage (il touche tout le monde), mais d’honnêteté.

Laisser un commentaire