Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La phrase du jour

était dans Le Figaro d'hier, et elle est signée du ministre de l'Education Nationale, Xavier Darcos :

"Si on arrive déjà à socialiser les enfants, à parvenir à ce qu’ils s’écoutent, et à leur faire parler une langue qui ressemble au français, je serai content !"

MJ

Partager cet article

4 commentaires

  1. Le RMI pour l’ordinaire.
    On comprend mieux la réforme des lycées que propose ce ministre de la droite d’argent, dite libérale.
    Avec son lycée à la carte où l’éleve adolescent choisira les enseignements et activités à son gout ou son envie,
    on mesure la lâcheté de ces politiciens
    de droite.
    Il sera ensuite facile de critiquer l’institution.

  2. Mais non il voulait dire « sociabiliser » !
    Le lapsus, s’il y a, en dit long sur leurs désirs de prendre la place des parents…
    Il faudrait aussi que les parents se sentent les premiers responsables dans l’éducation de leurs enfants et ne deviennent pas des « béni-oui-oui » vis à vis de l’Education Nationale, occupés qu’ils sont par leurs priorités économiques.
    Sociabiliser les enfants, cela se fait, doit se faire, naturellement dans la famille traditionnelle.
    Cela dit, familles ne laissaient pas vos enfants aux mains d’éducateurs qui veulent les SOCIALISER !

  3. Bien d’accord avec ME.
    Aussi, en ecrivant ‘socialiser’, la plume du ministre a peut-etre voulu dire faire des enfants des petits socialistes…!

  4. Et c’est là que l’on mesure l’abîme qui nous sépare de ces gens là. Car « qu’y a-t-il de plus grand que de gouverner les âmes et de former les jeunes gens aux bonnes mœurs ? »
    S. JEAN CHRYSOSTOME, In Matthaeum homilia LX, PG LVII 573.
    Et « sans une bonne instruction religieuse et morale, comme nous en avertit dans sa sagesse Léon XIII,  » toute culture des esprits sera malsaine : les jeunes gens, n’étant pas habitués au respect de Dieu, ne pourront supporter aucune règle d’honnêteté de vie et, accoutumés à ne jamais rien refuser à leurs convoitises, ils seront facilement amenés à bouleverser les États.  »
    LÉON XIII, Lettre encyclique Nobilissima Gallorum gens, 8 février 1884
    cit. in Pie XI, Divini illius magistri,31 décembre 1929

Publier une réponse