Bannière Salon Beige

Partager cet article

Environnement

La neige n’en finit plus de tomber : peut-on être CO2-sceptique ?

N Evidemment, il y a ceux qui, devant les intempéries que nous connaissons depuis plusieurs semaines, répètent que cela ne signifie rien et que la logique du réchauffement global-dû-à-l'homme est quasiment irréversible si l'on ne prend pas des mesures drastiques. Sauf que.

En 2000, dans un article du quotidien de centre-gauche britannique The Independent, titré "Les chutes de neige font maintenant partie du passé", on pouvait lire :

"D'après le Dr David Viner, un chercheur de haut rang à l'Unité de Recherche Climatique de l'Université d'East Anglia, dans quelques années les chutes de neige en hiver seront "des événements rares et enthousiasmants"."Les enfants ne sauront tout simplement plus ce qu'est la neige", a-t-il ajouté."

Sic. Il y a un an, il neigeait déjà beaucoup. Et ce matin, c'est la galère. Alors : est-il simplement permis d'être sceptique devant les affirmations passées de David Viner ?

Partager cet article

21 commentaires

  1. Bien sûr qu’on peut être sceptique. Mais il faut aussi rester sceptique devant les affirmations des climato-sceptiques.
    Il y a un débat scientifique, on doit donner la parole aux deux parties, mais il ne faudrait quand même pas oublier que ceux qui pensent qu’il y a un réchauffement climatique, et que celui-ci est dû à l’activité humaine, sont majoritaires. C’est d’ailleurs dans cette optique que s’inscrit l’Académie des sciences.
    [Non pas ça ! Vous n’allez pas dire que la vérité scientifique est une affaired e majorité quand même ?
    MJ]

  2. le “climat” ne doit pas être confondu avec le temps qui fait.
    Pour un être un climatosceptique crédible, il ne faut pas tomber dans le piège de cette confusion.
    Les phénomènes climatiques peuvent présenter des tendances cycliques, oscillations,etc. Un refroidissement momentané est compatible avec une tendance au refroidissement général.
    Le meilleur argument, à mon avis, à opposer aux fanatiques du climat est justement leur fanatisme. Derrière un écran de fumée de vocabulaire technique se cachent: pas grand chose. Les phénomènes climatiques étant souvent chaotiques des inflexions peuvent se produire ce qui rend les prévisions aléatoires. Le discours écologiques est un discours de panique visant à transformer la question politique ( et donc ouverte au débat) du mode de vie et de production en une question scientifique (et donc fermée au débat).
    C’est la définition de la technocratie. Or le climat n’est pas une science encore moins une technique. C’est encore un terrain de convictions et de croyances.
    [“Le meilleur argument, à mon avis, à opposer aux fanatiques du climat est justement leur fanatisme.” C’est bien ce que je fais en posant la question : a-t-on encore le droit d’être CO2 sceptique ?
    MJ]

  3. Il est terrible ce réchauffement climatique : depuis qu’il existe, on a des beaux étés chauds et secs et des hivers froids et neigeux !
    Moi, je dis chapeau et vive le réchauffement climatique…
    Avant, quand tout était normal et qu’on avait des étés pluvieux et des hivers pluvieux, qu’est-ce qu’on pouvait s’embêter !

  4. La vérité scientifique n’est bien sûr pas une question de majorité, mais quand nombre de scientifiques, à l’autorité indiscutable, vont dans le même sens, on peut quand même penser que c’est autre chose que du “fanatisme”.
    [ça peut être du mimétisme, voire un intérêt moins noble, sonnant et trébuchant… Mais cela ne fait pas une vérité scientifique. Encore une fois, il est permis d’être sceptique, surtout suite à cet article délirant écrit en 2000. MJ]

  5. S’il fait froid aussi froid et qu’il neige autant, c’est à cause du réchauffement global, voyons !!

  6. @ Ralph,
    Vous semblez méconnaitre le milieu scientifique…
    Par exemple, en France, de même qu’en histoire, il est impossible de faire publier certains travaux mettant certaines doctrines considérées comme indiscutables… Si vous voulez rester et faire une carrière, il faut aller dans le sens du vent et ne pas faire de vagues…
    La raison pour laquelle quelqu’un comme Allègre a pu aller à contre-courant est parce qu’il a une énorme crédibilité dans son domaine (il a eu l’équivalent du Prix Nobel dans son domaine – qui n’a rien à voir avec la climatologie) et qu’il possède un certain anti-conformisme (qui ne va pas très loin mais qui est à noter tellement le milieux universitaire est conforme à la société d’aujourd’hui).

  7. “Quand nombre de scientifiques, à l’autorité indiscutable, vont dans le même sens..”, écrit Ralph, avec une naïveté désarmante. C’est justement cette autorité qui est discutable.

  8. Qu’est ce que l’autorité indiscutable quand on veut avoir des crédits qui proviennent de financiers (vendeurs d’éoliennes, gestionnaires à Londres de la bourse du “droit à polluer”, de l’industrie médicamenteuse qui vend des pilules pour réduire le nombre d’enfants, fatales engeances “pouffeuses” de viandes, et émettrices de pets…., mais en fait c’est bien aussi que les pays du sud aient moins d’enfants, danger démographique pour les pays du nord en autosuicide nataliste, etc, etc.)
    Allons, allons, en matière scientifique, que cela soit le climat ou l’histoire par exemple, la majorité des soit disant scientifiques de renom, n’est absolument pas un critère sûr.
    Au fait les pets des dinosaures et les dégagements de fumée des volcans de l’ère secondaires, n’ont pas empêché les glaciations futures; et l’époque où les paysans vikings groenlendais vivaient avec leurs troupeaux , où des communautés religieuses avec monastères s’installaient au Groenland et pouvaient vivre en autarcie ou presque, ou un évêque pendant au moins trois siècles y avais même un diocèse,, cette époque là, n’apparait pas dans les documents des scientifiques qui ne peuvent se tromper car majoritaires!
    Par contre je trouve, hormis les difficultés à ne pas gommer qu’elles entrainent pour des tas de professionnels sur le terrain, que ces intempéries sont formidables, justement pour repenser la vraie écologie qui passe par le local. Et tant mieux si faire venir des pommes de Nouvelle Zélande, devient en ce moment plus difficile – NZ ou autres pays: tant mieux!!! Et si chacun pouvait comprendre qu’il faut pour tout ce qui est possible travailler en local pour donner du travail à tous, refaire naître les villages et la vie locale, alors vivent les intempéries!

  9. Pourquoi personne ne parle des fuites sur WikiLeaks qui a publié une série d’échanges de courriels entre experts du GIEC afin de fausser les résultats constats en faveur d’un réchauffement climatique inventé ?
    Aucune nouvelle sur le Salon Beige de Julian Assange que l’on devrait proposer pour le prochain prix Nobel de la Paix !
    Personne ne parle de la fatwa prononcé par deux Américains dont un sénateur, pour appeler au meurtre de Julian Assange ! Comme les Ayatollahs Iraniens dont les Américains se moquent !
    Personne ne parle du délit d’initié colossal à la bourse de New York, annoncé il y a 3 semaines et qui semble bien avoir été étouffé, tant il touche du beau monde !
    Si Louis XIV a pu se maintenir au pouvoir durant 72 ans, malgré son pouvoir absolu, c’est parce qu’il a toujours maintenu une totale transparence sur sa vie privée. Son très célèbre : « l’Etat c’est moi » que l’on peu prendre comme un orgueil fou, doit aussi être pris comme étant : l’Etat n’est pas plus grand qu’une personne privée, ce qui est contraire à l’esprit de Machiavel qui a introduit dans nos esprit l’idée d’un état qui devrait dominer le peuple ! De la même façon, si St Jean Baptiste a pu reprocher à Hérode Antipas d’avoir épouser la femme de son demi-frère Hérode Philippe, c’est bien parce que l’immoralité de la conduite d’Hérode Antipas était connue et avait « fuit » malgré l’absence d’Internet et de WikiLeaks !

  10. pour aller dans le sens de PK, il est intéressant de voir la vidéo suivante:
    http://www.dailymotion.com/video/xe419a_quart-d-heure-de-celebrite-de-reyna_news
    Dommage que le salon beige ne l’ait pas fait connaître alors que je leur avais envoyé le lien.

  11. Souvenez-vous, dans les années ’90 (donc à la fin du siècle dernier) c’était panique à bord avec l’explosion démographique (Commandant Cousteau en tête: qu’allait-il donc faire dans cette galère). Sauf que l’explosion en question n’a pas eu lieu… Le pire n’est JAMAIS certain.

  12. C’est rigolo de lire ” des scientifiques à l’autorité indiscutable” !!! il faut se pincer pour ne pas rire. Il y a une vingtaine d’années ils annonçaient un refroidissement…
    Cher Michel Janva: – Parole d’un paysan – d’ici une semaine la neige sera fondue et ” nos élites scientifiques” pourront plastronner, le terrible réchauffement sera là!
    Mais ma grand-mère disait il y a
    cinquante ans, après la pluie, le beau temps…

  13. Me permettez-vous de rappeler un site qui traite cette question:
    http://www.pensee-unique.fr

  14. heureusement la nature est la plus forte

  15. Je me rappelais avoir lu il n’y a pas longtemps qu’au Moyen-Age, les terres actuellement couvertes par la Mer de Glace dans les Alpes étaient des prairies et qu’il existait des villages à ces endroits, villages détruits par l’avancée des glaciers lors du Petit Age Glaciaire. En faisant une recherche sur Internet, je viens de trouver un site avec des données très intéressantes à ce sujet : http://www.glaciers-climat.fr/PAG/petit_age_glaciaire.html.
    Où l’on voit que le climat n’a pas besoin des hommes pour se réchauffer ou se refroidir…
    A la lecture de la partie “Datation” notamment, j’ai été prise d’une immense envie de rire : dire que tous nos hommes politiques et pseudo-scientifiques, faux-écologistes et vrais profiteurs (l’écologisme, ça rapporte à certains) font toute une affaire de ce “réchauffement climatique causé par l’homme et qui va entraîner des catastrophes sans précédent, et blablabla et blablabla…”.
    Eh bien, en même pas 5 minutes, cette datation détruit l’argumentaire selon lequel l’homme serait coupable du changement climatique et donc destiné à subir tout un tas de mesures de rétorsion (taxes CO2 entre autres) et de contraintes (le “1 seul enfant” obligatoire prôné par certains, par exemple).
    Non, l’homme ne peut pas faire grand chose pour changer le climat, puisque le climat change tout seul (selon la volonté de Dieu)…
    Ca ne veut pas dire que la pollution n’existe pas et qu’on ne doit pas faire son possible pour diminuer les nuisances que notre mode de vie moderne peut apporter. Mais, à l’échelle de la Terre, qui encaisse les nuages volcaniques, les tremblements de terre, les âges glaciaires, les éruptions solaires, etc, qu’est-ce que la pollution créée par l’homme ? Lorsqu’on voit la vitesse à laquelle la nature et la végétation reprenne leurs droits sur les maisons ou les villes abandonnées, qui peut douter que la terre puisse assez rapidement recouvrer sa santé ?
    Parfois, je pense que l’homme, dans son orgueil démesuré, se voit responsable d’une kyrielle de choses qui ne sont pas de son ressort. Le climat en fait partie. Et cela me fait irrésistiblement penser à “La grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf”… Du genre : “Je suis tellement important que des évènements aussi colossaux qu’un changement climatique, ben, c’est moi qui en suis à l’origine… et c’est moi qui vais réussir à inverser la tendance”. Ah ah ah !!!
    Pour aller dans le même sens, il y a peu de temps, suite au recul d’un glacier au Canada, des chercheurs ont trouvé une pointe de flèche qui était resté coincée sous la glace pendant des centaines d’années. A priori, cela voulait dire que fut un temps où le glacier n’était pas là et où les hommes pouvaient vivre à cet endroit. Puis le glacier a avancé… Maintenant, il recule de nouveau.
    L’histoire du Groenland est la même.
    Lorsqu’on se penche sur l’histoire du climat, les choses deviennent passionnantes et les fausses vérités de nos “scientifiques” à l’autorité “indiscutable” perdent beaucoup de leur pouvoir de persuasion !

  16. En continuant la lecture du site que je mentionne dans mon précédent message, on tombe sur des témoignages sur l’hiver 1788-1789, qui fut exceptionnellement froid, après un mauvais été qui ne permit pas de bonnes récoltes, d’où disette + froid = ressentiment et agitation (dont tirèrent partie ceux qui voulaient la révolution).
    Hier, je regardai un documentaire sur la guerre 39-45 où il était dit que l’hiver 40-41 fut de même particulièrement rude (et tous les hivers de la guerre également).
    Alors, l’explosion qui couve en France aura-t-elle bientôt lieu ???
    On peut rapprocher cela d’une autre information, d’ailleurs donnée par le Salon Beige il y a quelques mois : les périodes les plus chaudes sont des périodes d’avancée pour l’humanité et les civilisations (empire romain – l’apogée médiéval des années 1200-1300 en Occident…) et les périodes les plus froides sont généralement des périodes violentes (grandes invasions barbares, guerres de religion, révolution…).

  17. Sur le plan universitaire, je ne puis que confirmer les propos de PK et de Roland, y compris à propos de l’écriture de l’histoire du catholicisme contemporain.

  18. Encore un problème avec une adresse de site internet (j’ai mis un point à la fin de ma phrase et ce point a été inclus dans l’adresse internet… ce qui invalide celle-ci). Donc, voici la bonne adresse :
    http://www.glaciers-climat.fr/PAG/petit_age_glaciaire.html

  19. Et si Quelqu’un dominait le climat de notre petite planète?
    Il lui arrive de rire,Il doit bien s’amuser de nos scientifiques.

  20. boarf
    ILS ont déjà retourner leur veste
    on ne parle plus de réchauffement climatique (foutaise n°1)
    désormais ca sera le changement climatique (foutaise n°2)

  21. Le témoignage de R. SECHER est un bon exemple de censure. Ce qui est vrai pour le génocide vendéen, l’est aussi pour le massacre de Katyn, comme pour la science du climat où il n’est pas permis d’avoir un avis contraire à celui de la thèse dominante. Des sites parlent très bien de ce dossier du réchauffement climatique. voir le site “la pensée unique”.
    Je me souviens, à titre personnel, lorsque j’ai eu à apprendre la relativité en classe de terminale, que le professeur avait commencé son exposé en nous parlant d’une conférence de scientifiques qui s’est déroulée à la fin du XIXème siècle où l’ensemble des participants se félicitait en affirmant avoir tout compris des sciences physiques, pouvoir tout expliqué, tout modélisé par des équations. Il y avait bien une expérience sur l’accélération d’une particule dans un champ magnétique dont le résultat n’était conforme (les calculs selon les formules de l’époque devait permettre d’atteindre une vitesse plusieurs fois supérieure à celle de la lumière) et l’expérience donnait une vitesse nettement inférieure à celle de la lumière. Mais c’était peu important disaient-ils, simple problème de mesure. Depuis, il y a eu Einstein et ses formules de la relativité.
    Donc, même si tous ou presque les scientifiques affirment quelque chose, il peut y avoir des erreurs ou des insuffisances. La science a toujours pu avancer à partir du moment où elle savait remettre en cause théories, lois ou formules si l’expérience n’était pas conforme aux calculs effectués. La pire des choses serait qu’en matière de climat, il ne soit pas permis d’en faire autant !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services