Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI

La musique est harmonie des différences

A l'occasion de la fête de Saint Benoît, hier, le Pape a assisté à un concert donné en son honneur par le West-Eastern Divan Orchestra dirigé par Daniel Barenboïm. Un orchestre composé de musiciens juifs, chrétiens et musulmans en provenance notamment d’Israël, des Territoires palestiniens, de Syrie, du Liban et d’Iran. A l'issue du concert, le Pape a prononcé un discours, traduit sur Benoît-et-moi, dont voici un extrait :

B"Vous pouvez imaginer à quel point je suis heureux d'accueillir un orchestre comme celui-ci, qui est fondé sur la conviction, et même l'expérience que la musique rassemble les gens, au-delà de chaque division; parce que la musique est harmonie des différences, comme c'est le cas chaque fois que commence un concert avec le «rituel» de l'accord. 

De la multiplicité des timbres d'instruments différents, peut sortir une symphonie. Mais cela n'arrive pas par magie ou automatiquement! Cela ne se réalise que grâce aux efforts du chef d'orchestre et de chaque musicien. Un engagement patient, laborieux, qui réclame beaucoup de temps et de sacrifices dans l'effort de s'écouter les uns les autres, évitant tout vedettariat excessif et donnant la priorité à la meilleure réussite de l'ensemble.

Tout en exprimant ces pensées, l'esprit se tourne vers la grande symphonie de la paix entre les peuples, qui n'est jamais complètement réalisée. Ma génération, comme celle des parents du Maestro Barenboim, a vécu les tragédies de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah. Et il est très significatif que vous, Maestro, après avoir atteint les objectifs les plus élevés pour un musicien, ayez voulu donner vie à un projet comme celui du West-Eastern Divan Orchestra, un groupe dans lequel jouent ensemble des musiciens Israéliens, Palestiniens et d'autres pays arabes; des personnes de religion juive, musulmane et chrétienne. Les nombreuses récompenses qui ont été accordées à vous et à cet Orchestre démontrent dans le même temps, l'excellence professionnelle et l'engagement éthique et spirituel. Nous l'avons encore entendu ce soir, en écoutant les Cinquième et Sixième Symphonies de Ludwig von Beethoven.

Dans ce choix, dans cette approche, nous pouvons aussi voir un sens qui nous intéresse. Ces deux très célèbres symphonies expriment deux aspects de la vie: la tragédie et la paix, la lutte de l'homme contre le destin adverse, et la plongée apaisante dans l'environnement bucolique. Beethoven a travaillé sur ces deux œuvres, en particulier leur achèvement, presque simultanément. Tant et si bien qu'elles ont été exécutées pour la première fois ensemble – comme ce soir – dans le concert mémorable du 22 Décembre 1808, à Vienne.

Le message que je voudrais en tirer aujourd'hui est le suivant: pour parvenir à la paix, il faut s'engager, laissant de côté la violence et les armes, s'engager avec la conversion personnelle et communautaire, avec le dialogue, avec la patiente recherche d'arrangements possibles. […]"

Partager cet article

1 commentaire

  1. Peut-être que si A.Hitler avait ecouté un peu moins de Wagner et un peu plus de Tchaikowsky la guerre n’aurait pas eu lieu !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services