Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

La mort n’est pas une solution à proposer aux malades

Véronique Besse, député MPF de la Vendée, réagit aux propositions faites par une « conférence citoyenne » mandatée par le Conseil consultatif national éthique (CCNE) sur la fin de vie.

V« Chaque jour révèle un nouveau rapport. Celui sur la fin de vie correspond à ce que l’on pouvait attendre de la part d’un « panel non-représentatif » de seulement 18 personnes choisies par le CCNE… »

« Légaliser le suicide assisté et autoriser des exceptions d'euthanasie mèneront à terme à la généralisation de l’euthanasie ».

 « Ces recommandations ouvrent une voie dangereuse dans laquelle la France ne doit pas s’engouffrer. Les cas de dérives réguliers qui nous proviennent de pays voisins ayant légalisé la pratique de l’euthanasie doivent-nous alerter ».

« Sur ce sujet délicat qu’est la fin de vie, plus encore que sur tout autre, il convient de ne pas légiférer sous le coup des émotions et des cas parfois dramatiques que l’on peut rencontrer. La mort n’est pas une solution à proposer aux malades. Il faut avant toute chose mieux faire connaitre et mieux développer les soins palliatifs afin de proposer un meilleur accompagnement des malades en fin de vie. »

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

13 commentaires

  1. Leurs messages pour promouvoir ces lois sont mensongers, une des finalités est économique. Acheter un enfant à la conception et euthanasier cette même personne en fin de vie pour qu’il ne coûte rien à la société et encore il faudra faire un crédit pour financer les obsèques. Voilà un placement rentable. C’est à vomir bande de cinglés , c’est criminel! ils ne s’en rendent même compte.

  2. Ils nous piquent tout,
    un jour ils nous piqueront…

  3. ils ont joué futé cette fois.personne ne descendra dans la rue pour refuser le droit au suicide assisté. Tout le monde a le “droit” de se suicider!c’est l’euthanasie pour détresse sociale en même temps que pour la fin de vie :soit tout en un.
    Par contre ,concrètement il est certain que beaucoup seront suicidés…
    une fois encore, on va tuer le malade au lieu de soigner la maladie.
    perso, je n’ai plus aucune confiance en les “médecins”.

  4. Dans toutes les objections en faveur de la mort, jamais on ne dit que la chose la seule importante à ce moment là, c’est les secours de l’Eglise, la présence d’un prêtre pour donner les Sacrements, trop de personnes négligent gravement leurs devoirs de Charité envers les mourants dont ils seront du nombre un jour.
    Qu’est-ce qui compte, la fin d’une courte vie ( un bref instant comme le disait la petite Thérèse), ou faire son salut ETERNEL ?
    Réveillons-nous, et rappelons sans cesse cette terrible Vérité.

  5. Les “cas dramatiques” sont surtout des cas orchestrés.
    Le matraquage quotidien sur toutes les TV, dans toutes les séries, les films, les émissions, les débats, dans les radios, dans la presse écrite etc.
    Insidieux… Pour faire pleurer… Attendrir… Convertir peu à peu… Vous habituer…. à l’ASSASSINAT !
    Et puis
    Et puis il y a la toute vieille qu’en finit pas de vibrer
    Et qu’on attend qu’elle crève vu que c’est elle qu’a l’oseille
    Et qu’on écoute même pas ce que ses pauvres mains racontent
    Faut vous dire Monsieur que chez ces gens-là
    On ne cause pas Monsieur, on ne cause pas, on compte
    Alors on a pitié d’elle et de toutes ses vibrations
    Par amour, par charité, on lui fait une injection
    En diminuant les soins ça préserve mieux l’oseille
    Justement elle a jamais aimé le gaspillage la vieille
    Faut vous dire Monsieur que chez ces gens-là
    On ne cause pas Monsieur, on ne cause pas, on assassine !

  6. Les PRO-EUTHANASIE devraient se rendre, ne serais ce qu’au prêt d’un animal que l’ont euthanasie.
    Ce n’est pas aussi simple que l’on veut bien décrire cet acte. Certes le sujet est endormi, puis une injection lui est pratiquée, et là c’est une peu comme pour l’avortement ……….. ce n’est pas aussi “cool”, aussi “doux” qu’ils veulent vous le faire avaler !!!!!!!
    De plus ce n’est pas avoir du courage que de demander à se faire “euthanasier” …… (Rmc – ce matin). Non le VRAI COURAGE n’est assurément pas LA !!!!

  7. Encore un petit effort, et l’on proposera le suicide assisté aux personnes condamnées à des peines de prison, devant l’atteinte à leur dignité induite par leur situation carcérale.

  8. Une conférence de 18 personnes dans un pays de plus de 60 millions d’habitants… on se fout de qui ?

  9. La conséquence logique d’un “droit à l’avortement” c’est bien évidemment “le droit de mettre fin à sa vie”
    Et le pendant logique et insurmontable du “droit de disposer de sa vie” c’est le devoir imposé à quelques uns, sous couvert de médecine, de décider de la fin de vie de ceux qu’ils désigneront.
    Ce sera alors le triomphe de l’eugénisme qui, sous le couvert de la perfection et du perfectionnement, est l’organisation de la mort de masse ou d’habitude.

  10. Je vais créer un collectif regroupant les maris qui battent leur femme. L´AMEB (Association des Maris d´Epouses Battues).
    Fort de 45 adhérents, nous réclamons: le droit de corriger nos épouses dans la dignité, et la fin du tabou entourant la correction conjugale. Celle-ci existe déjà, mais la clandestinité à laquelle nous oblige la loi est dangereuse pour la femme et contraires à sa dignité puisque nous sommes obligés d´utiliser des intruments prohibés (fouets et martinets non stérilisés) dans des lieux insalubres pour nous protéger du regard des autres et de l´intolérance de la société à notre égard.
    Par conséquent, nous demandons que le droit des femmes à être punies doit être inscrit dans la loi. Nous réclamons des infrastructures permettant cet acte en toute sécurité, ainsi que le remboursement des instruments indispensables à l´acte.
    (Témoignages bouleversants à venir; la liste des signataires ne cesse de s´allonger !)

  11. Une petite observation, faut vous dire que chez ces gens là, monsieur,on aime la mort au début et en fin de vie, ils sont tueurs pour les autres, mais eux, ils restent en vie.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services