Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

La mort frappe une communauté de prêtres retraités, qui venaient d’être vaccinés

La mort frappe une communauté de prêtres retraités, qui venaient d’être vaccinés

Dans un article paru sur Lifesitenews, puis sur son blog, Jeanne Smits révèle que, à Chavagnes-en-Paillers en Vendée, une série inhabituelle de décès sur une courte période a touché 8 prêtres.

23 prêtres âgés, français et étrangers, vivent en communauté. Depuis le début de la crise du Covid-19 en mars 2020, aucun n’avait été infecté à l’exception de l’un des prêtres qui avait été amené à partir en visite à diverses occasions : il a été testé positif au début de cette année, sans tomber malade et a scrupuleusement observé les mesures d’isolement à son retour.

Entre le 14 et le 21 avril, tous les prêtres, à l’exception de l’ancien prêtre infecté, ont reçu l’un des vaccins expérimentaux ARNm. Immédiatement après, une vague de Covid a frappé les prêtres vaccinés. Le prêtre non vacciné est resté négatif. Sur les 22 prêtres infectés, 21 sont tombés malades, dont six gravement, et quatre sont décédés dans les deux à trois semaines et demie après avoir été vaccinés. Les défunts avaient tous quatre-vingts ou même quatre-vingt-dix ans et avaient de graves problèmes de santé.

Partager cet article

44 commentaires

  1. Je connais beaucoup de gens âgés qui n’ont rien développé de particulier après le vaccin. Cette histoire ressemble à une épidémie de COVID dans une maison de retraite comme il y en a eu beaucoup d’autres (avant la vaccination il y a eu des maisons de retraites qui ont perdu 25 % à 30% de leurs pensionnaires en très peu de temps à cause du COVID). Bien entendu, juste après la vaccination l’immunité n’est pas en place et la vaccination n’empêche pas une épidémie de COVID. Si le vaccin était responsable on aurait observé ce phénomène dans la majorité des maisons de retraite. La personne non infectée était déjà “vaccinée” par sa contamination antérieure. Ce que j’écris n’est pas une certitude absolue mais cela paraît quand même l’explication la plus plausible avant de dire que c’est le vaccin qui a transmis le COVID.

    • Dans mon article sur mon blog, je ne dis pas que “c’est le vaccin qui a transmis le COVID”. Je pose des questions, et m’étonne de ce qu’elles ne soient pas posées publiquement. Je cite notamment Olivier Véran qui a écrit au Conseil d’Etat : « Les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. » A lire ici : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2021/06/huit-pretres-sur-23-dune-communaute.html.

      • J’ai trouvé ceci : https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/bientot-10-000-morts-et-plus-d-1-232627
        mais il y a aussi la base de données américaine VAERS mais je n’arrive plus à retrouver le tableau correspondant à ceux de l’article cité ci-dessus. Il y a un article de QActus au 12/03/2021 à ce sujet mais les liens ont changés. La vérité se mérite dans ce bas monde!
        J’en profite pour dire Merci à Jeanne Smits pour son blog qui nous a fait mieux connaitre Mgr Vigano et Mike Yeadon.

      • Si le vaccin transmettait le COVID avec presque 27000000 de primo vaccinés on s’en serait rendu compte. Il parait quand même assez probable que les quelques rares cas qui attrapent le COVID après vaccination l’ont attrapé par l’extérieur. Depuis le début de l’épidémie quand il y a un cas dans une maison de retraite ça diffuse vite (et on sait que les formes graves sont beaucoup plus contagieuses que les formes bénignes). Quant à la phrase de Véran, dont je ne suis pas l’avocat, j’imagine qu’à une période où seuls les cas à risque étaient vaccinés, il a voulu dire qu’en cas d’échec du vaccin (ça arrive) c’était des sujets à risque de forme grave. Je ne l’imagine pas assez bête (excès d’optimisme ?) pour dire, même si c’était vrai : “les vaccins provoquent des formes graves” ce que semble dire sa phrase !

        • Vous avez raison, ont ne peut pas dire que le vaccin transmet systématiquement le virus, il y a beaucoup plus de morts par thrombose à la suite des vaccinations que par les effets de l’infection au SARS. Par contre, il est difficile de dire qu’il ne le transmet jamais car, bien que je n’ai aucune personne de mon entourage qui soit morte de la COVID-19 avant vaccination il y en a déjà deux qui le sont avec les symptômes après la vaccination (l’une dans les 5 jours, l’autre dans les 10 jours). Mes doutes proviennent surtout du fait qu’entre les thromboses et les symptômes du COVID, le nombre de décès est statistiquement très important autour de moi alors que je n’avais connu aucun cas de décès de la COVID avant la campagne de vaccination. Ca ne prouve rien et je n’affirme rien. Je dis juste que le réel est certainement plus proche de la vérité que les affirmations des laboratoires pharmaceutiques ou des hommes politiques.

  2. Le “prêtre infecté” était aussi infecté que vous et moi ! Il a seulement été testé positif avec le test PCR dont on sait pertinemment qu’il n’est pas fiable. Il n’a jamais été malade. Vous dites qu’il a “scrupuleusement observé les mesures d’isolement” : en réalité il a été enfermé dans sa chambre comme un chien et privé de tout contact humain (il a fallu ruser pour aller le voir clandestinement). Il a eu l’interdiction absolue de rencontrer ses frères religieux, d’aller prendre des repas en communauté, de dire sa messe etc…on a failli le perdre de DESESPOIR. Comme il est “éveillé” au lieu d’être un mouton des évêques covidistes comme les autres religieux, il a refusé le vaccin : résultat il est le seul à se bien porter, malgré son grand âge et une santé délabrée depuis de nombreuses années…

    • Il n’a pas forcément refusé le vaccin ; on ne vaccine pas ceux qui ont eu le Covid (qui lui a donné une immunité) avant le 3ème mois post infection (recommandation HAS).
      Et sur vos prétendus faux positifs du test PCR permettez moi de vous donner mon expérience personnelle : j’ai demandé à peu près 400 tests COVID préopératoires à des patients totalement asymptomatiques et j’ai eu 2 tests positifs. Soit ils étaient contaminés, soit ils étaient faux positifs. Dans ce dernier cas ça fait 0,5% de faux positifs ce qui est très peu. Aucun examen de laboratoire ne donne de résultats fiables à 100% mais 0,5% (maximum, peut être les 2 testés positifs ont-ils été malades) de faux positifs c’est très peu.
      Évitez donc de faire des copier coller dans des domaines que vous ne connaissez pas bien.
      Cela dit je ne conteste pas les effets délétères de l’isolement des gens âgés dans les maisons de retraite mais c’est dans l’air du temps. Autrefois, avec moins de moyens, on gardait ses vieux à la maison. Cette remarque générale convient moins pour des prêtres qui en général n’ont pas d’enfants !

      • Ma soeur travaille dans un hôpital, des résultat positifs de test leur paraissant suspects, ils ont envoyés au labo 30 bâtonnets vierges tous revenus positifs…..Bon, le créateur du test, à ce jour décédé, avait déclaré que son test ne pouvait pas servir à cela. En plus le nombre de cycle d’amplification supérieur à 25 fait qu’on détecte n’importe quel bout de virus dégradé or on parle de 45 cycles d’amplification (ce n’est d’ailleurs pas noté sur les résultats que j’ai pu voir). J’ai un autre témoignage de jeunes qui en avaient assez de faire la queue après enregistrement et repartis sans faire le test, ils ont reçu une belle lettre les déclarant positifs.
        Le document de Pfizer : C4591001_Clinical_Protocol_Nov2020_Pfizer_BioNTech, lire le 8.3.5.3 (définition en 10.3), que je résumerais ainsi : comment prendre en considération le risque existant sur les personnes de l’entourage des vaccinés du protocole…
        Le document Moderna : covid-19-vaccine-moderna-epar-product-information_en, avec les effets secondaires et la composition dont les produits dont Lipid SM102 (la Luciférase) sont des poisons. Et c’est un document du fabricant! Il est aussi noter d’éviter les mélanges!
        Et n’oubliez pas, il y a d’autres pièces que le vaccin dans ce puzzle, une vidéo très intéressante: https://neonews.net/wp-content/uploads/2021/05/VaccinSpike5G.mp4

        • Pas mal l’histoire des 30 bâtonnets vierges, effectivement !

          J’ai trouvé un document du nom que vous donnez : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/covid-19-vaccine-moderna-epar-product-information_en.pdf et il ne liste pas de luciferase dans les ingrédients.

          D’ailleurs ce nom fait référence à un phénomène de bio-luminescence, ce qui correspond tout bêtement à son étymologie (porter de la lumière). J’imagine que dans la recherche c’est assez pratique de voir si par exemple tel organe brille dans le noir ou non.

          A noter que le SM-102 n’est pas une luciferase d’après une rapide recherche. Et a priori n’est pas toxique (https://perma.cc/AW6S-NNZ9 : les trois instituts cité à la fin ne listent aucun danger lié à ce produit). Par contre il y a une certaine confusion sur ce produit à propos d’un solvant (chloroforme, qui lui est toxique), d’autant que le fabricant appelle SM-102 aussi bien le lipide lui-même que le mélange lipide-chloroforme. Du coup je n’ai pas tout compris, mais votre document indique bien dans la composition du Moderna “Lipid SM-102” et pas chloroforme.

          J’ai trouvé une possible explication à la confusion SM-102/luciferase : il y a eu des expérience consistant à injecter de l’ARNm codant une luciférase emballé dans du SM 102.

      • Ce prêtre N’A PAS EU LE COVID !!!!!!! Et il a refusé le vaccin, à cause des foetus avortés et des bouts de chimpanzé, il ne veut pas de transhumanisme ! Je le connais personnellement, alors arrêtez avec votre immunité. Tout le monde est immunisé contre le Covid aujourd’hui, un an et demi après, soyons sérieux ! Qui n’a pas encore rencontré ce truc?
        Et sinon, ça vous paraît normal de “vacciner” (sic) des gens trois mois après qu’ils ont eu la maladie?

    • Bonjour Faliocha, merci pour votre témoignage direct, très précieux. Nous sommes de vieux amis du P. Michel Remaud, qui figure parmi les victimes et n’avait pas d’antécédents préoccupants. Que s’est-il passé ? Nous serions très intéressés d’en discuter avec vous. Non seulement ce drame nous touche beaucoup (en plus d’être un ami, Michel était l’un des grands spécialistes français des relations avec le judaïsme), mais encore il met en lumière les incohérences, pour ne pas dire plus, de la politique vaccinale et le danger de la tentation d’en faire une obligation pour toute la population. Ne serait-ce que par respect pour le souvenir de ces pauvres prêtres, il sera bon de faire la lumière sur cette affaire et sans doute de demander une enquête médicale.
      Fraternellement,
      Louis Lurton, Bordeaux

  3. il faut trois compter trois semaines après l’injection de la deuxième dose pour ne pas développer une forme grave du coronavirus

  4. Les survivants remercieront-ils Rome pour avoir inciter les cathos à s’injecter dans le corps mais aussi dans l’âme le symbole de la mort qu’est l’exploitation d’embryons humains avortés (et dont les cellules du rein sont prélevées in vivo) ainsi que la Luciférase (SM102). Cette note de Rome qui prône la compatibilité morale de la vaccination a l’effet pervers de museler toute argumentation qui va à l’encontre, j’en suis le témoin. RIP à ces prêtres victimes de Rome et de leur naïveté. “Toute sa vie le mouton a peur du loup mais c’est le berger qui le mange…”

  5. A noter, sur le site de Lifenews, lien ci-dessus dans l’article, une pétition à signer pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait.

  6. Pourquoi se sont-ils vaccinés ??? Ils n’avaient pas confiance en Dieu ???

  7. Mais franchement, au-delà même du débat sur l’utilité de ces vaccins, de leur moralité et du fait qu’on vaccine au lieu de soigner, au-delà de tout ça quelle utilité y a t’il a vacciner des personnes aussi âgées…

    • La même utilité que leurs petites pilules pour le coeur, le diabète ou l’hypertension. Mais si vous trouvez qu’elles vous coûtent trop cher on peut arrêter ! Plus sérieusement on est tenu d’utiliser les moyens ordinaires pour les maintenir en vie (alimentation, soins courants) mais bien évidemment pas de chimiothérapie ou de réanimation. C’est la même chose que pour Vincent Lambert, on était tenu moralement de lui administrer des soins ordinaires (qui ont été interrompus).

      • Le “vaccin” contre le corona n’est pas un soin ordinaire !

      • Quel rapport avec des vaccins expérimentaux qui ne sont pas des médicaments ???

      • Honnêtement ne comparez pas des traitements comme les anti-hypertenseurs, antidiabétiques etc. avec ces vaccins anti-covid, cela n’a rien à voir. Dans le premier cas ce sont des traitement pour éviter les complications de maladies chroniques, dans le cas des vaccins, on est plus sur une pathologie aiguë, infectieuse. Le but n’est pas le même. Et le recul n’est pas comparable, on n’en n’a pas beaucoup..
        Même l’HAS dit bien qu’on n’a pas beaucoup de recul dans cette publication intéressante :
        https://www.has-sante.fr/jcms/p_3234447/fr/covid-19-se-vacciner-decider-avec-son-medecin
        Ce que nous ne savons pas encore sur les effets des vaccins actuellement disponibles (!!!!!!!)
        Sur l’efficacité des vaccins
        La durée de la protection n’est pas connue : le recul à ce jour est insuffisant pour savoir si un rappel sera nécessaire après une année par exemple.(Donc ce cirque va continuer longtemps, on va devoir se faire vacciner tous les ans ? Comme la grippe ?)
        Si les premiers résultats concernant la transmission du virus sont confirmés, la vaccination contre la Covid-19 pourrait permettre de réduire la transmission du virus, sans toutefois l’éliminer. En attendant la confirmation de ces études, les mesures barrières restent indispensables. (Tout est dit : on est dans l’expérimentation…tout est au conditionnel)
        L’efficacité des vaccins contre les variants du virus SARS-Cov-2 est en cours d’étude. (Idem…)
        Sur la sécurité des vaccins
        La majorité des événements indésirables surviennent dans les 2 mois après la vaccination quels que soient les vaccins. (En gros, on vous injecte un produit dont on n’a pas d’idée concernant les effets secondaires, super !)
        Un suivi spécifique des personnes vaccinées en France est mis en place. La liste des événements indésirables observés est mise à jour toutes les semaines. Pour en savoir plus, consulter le point de situation sur la surveillance des vaccins (ANSM).
        Toute personne peut signaler un événement indésirable grave après une vaccination contre la Covid-19.
        D’après une analyse des séjours hospitaliers durant la première vague (pas de vaccin disponible). (C’est à dire qu’ils se sont basés sur la première vague, pas sur les données des 2° et 3° vague…?)
        Et pour la fin, une pépite !
        Les objectifs de la vaccination contre la Covid-19
        La campagne nationale de vaccination vise à :
        réduire les formes graves et les décès dus à la Covid-19 ;
        maintenir les activités du pays et en particulier le système de santé en période de pandémie. (Donc maintenant on vaccine pour maintenir l’activité d’un pays et pallier les défaillances d’un système de santé à bout de souffle…)
        Bref…ça ne vend pas du rêve quand même. Je ne suis pas du tout antivax, très loin de là même, mais là je trouve qu’on se fiche de nous !
        De plus, je crois qu’il faut savoir faire preuve de bon sens face à des personnes âgées, voire très âgées, et ne pas les surtraiter (principe important en gériatrie). Donc, ça n’est pas rare qu’on arrête certains traitements qui sont parfois plus délétères. Et enfin, mourir même à 80 ans, c’est toujours triste car c’est une vie qui s’en va, mais c’est NORMAL (cf espérance de vie actuellement) ! Alors, le concept d’aller vacciner tous nos vieux en EHPAD pour les protéger de potentielles formes graves de Covid, je trouve ça ridicule. Quand on connait la réalité des EHPAD, on a surtout envie de laisser ces gens tranquilles, qui pour une grande partie d’entre eux n’ont pas une espérance de vie bien longue. Et pour beaucoup, quelle vie !!! De plus, je ne suis pas certaine que la vaccination ait permis d’alléger tant que ça les mesures sanitaires, vu ce que j’entends ça et là. Je précise quand même que je suis médecin généraliste, que j’ai travaillé en EHPAD, et que je m’occupe principalement de personnes âgées.. Je crois aussi qu’il faut se souvenir d’un grand principe en médecine que beaucoup semblent avoir oublié parmi nos confrères : primum non nocere…

    • LEs faire mourir plus vite et réduire le trou de la sécu ?

  8. Curieusement, depuis le début de l’année, les Maldives, les Seychelles et l’Inde ont arrêté les traitements médicamenteux (à base d’ivermectine, d’hydroxychloroquine,…) pour les remplacer par les “vaccins”.
    Et, curieusement, le nombre de cas est monté dans Arianne V et le nombre d’hospitalisations et de décès est monté en proportion.
    Mais il n’y a évidemment aucune relation de cause à effet…

    • Laissez, ami Jacquel. Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…

    • Bien sur ! Ils ont été peu touchés au début au début à cause de l’Ivermectine puis tout à coup ont arrêté d’en prendre alors que ça marchait si bien ! Je crois surtout qu’ils n’en ont jamais pris. Quand on n’a pas les moyens de se payerde quoi manger on ne se paye pas ce traitement qui n’est pas donné (8€ les 4 cp en France).
      On ne sait pas tout sur l’épidémie. A la première vague de 2020, l’Espagne était submergée et il n’y avait pas de cas au Portugal. Personne ne sait pourquoi. Mais vous avez certainement une explication.

  9. “avant la vaccination il y a eu des maisons de retraites qui ont perdu 25 % à 30% de leurs pensionnaires en très peu de temps à cause du COVID” oui, hélas car les personnes âgées n’ont pas été prises en charge ou, pire, ont reçu une dose de Rivotril… Des traitements existent… mais on préfère les interdire pour pouvoir vendre des “vaccins” qui n’en sont pas grâce à une AMM provisoire qui ne serait pas possible si ces traitements étaient reconnus… mais mensonges et silence…combien d’effets secondaires de cette expérimentation génique déjà signalés à l’échelle française ou européenne?…
    petit aperçu chaque semaine sur le site de l’Ansm par exemple…
    https://ansm.sante.fr/actualites/a-la-une
    Mais la vérité finit toujours par l’emporter … “Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie” a dit le Christ et nous sommes aujourd’hui dans un temps où chacun est appelé à se positionner: en qui mets tu ta confiance? Notre réponse sera déterminante pour faire partie, ou pas, du “petit reste”…

    • Je vois sur le site de l’ANSM 0,08% d’effets secondaires (moins de 1 pour 1000) avec le vaccin Pfizer, la majorité de ces complications étant notées non graves ! Ça n’est pas l’hécatombe annoncée et je n’ai fait que suivre votre lien.

      • Ce que l’on commence à pouvoir connaitre de ces vaccins, ce sont les complications à court terme.
        Il existe de nombreuses substances qui ont manqué d’expérimentation avant leur mise sur le marché, qui n’avaient pas de graves effets à court termes
        Certaines ont hélas abouti à des drames sanitaires sur le long terme (années).
        Je pense à l’amiante par exemple ou à un médicament que je connais bien pour en être victime: le diéthylsilbestrol commercialisé, entre autre, sous le nom de Distilbène. Il avait pour but (chimérique) d’empêcher les fausses-couches. Le mode de prescription fait étrangement penser à celui du vaccin contre la Covid.
        Je vous rapporte une phrase de l’affiche de la publicité pour cette substance où l’on voit un magnifique bébé tout sourire…:” Recommanded for routine prophylaxis in ALL (en majuscule sur l’affiche) pregnancies”. Autrement dit, recommandé pour TOUTES les grossesses!
        On a prescrit cela à ma mère.
        Résultat: rien de visible dans l’enfance et à partir de l’adolescence, problèmes gynécologiques et hormonaux à la pelle. A l’âge adulte, une fois mariée, grossesse extra-utérine et 5 fausses-couches. Les radios de l’utérus montrent une malformation dont la nature ne se retrouve que chez les femmes exposées au Distilbène in-utéro.
        Tout cela pour dire qu’apparemment, on ne tire pas de leçon des scandales sanitaires, on inocule à qui mieux-mieux des substances sans le recul basique.
        Nous sommes des ânes!

        https://www.researchgate.net/figure/Exemple-de-publicite-recommandant-lemploi-du-DES-pour-toutes-les-grossesses-Am-J-Obstet_fig1_261370424

        • Ce que vous dites est vrai et arrive également pour des médicaments qui ont suivi le “circuit normal” mais ça n’arrive pas à chaque fois.

          • Heureusement que beaucoup de médicaments sont testés avec sérieux et que la balance “bénéfice-risque” est correctement évaluée. Ceux-ci sont mis au point bien loin du contexte passionnel, effervescent, politico-médiatique délirant que nous connaissons avec la Covid.
            Les laboratoires ont cette technique retorde de trouver des affects très fort dans la population ex: les fausses-couches: risque de perdre son enfant et de “trouver ” la parade”, leurre total. C’est le cas du Distilbène.
            En ce qu concerne le vaccin “Covid”, je suis persuadée qu’il y a de cela . L’affect très fort: mourir.
            Jack pot pour les labos et quelques milliardaires de plus…
            Précision: le Distilbène bénéficiait de l’Autorisation de Mise sur le Marché. Sa nocivité a été reconnue et la substance interdite aux USA en 1971, elle a été autorisée, en France notamment, jusqu’en 1977…
            Ainsi, mon histoire personnelle m’a rendue très méfiante ou plutôt objective quant à la cupidité des laboratoires prêts à piétiner le Serment d’Hippocrate. “Mais” diront-ils, “nous ne sommes pas médecins, nous sommes chimistes…”

      • Attention, il faudrait pouvoir comparer la courbe des vaccinations et la courbe des effets et analyser le décalage entre les courbes. Je reformule : dans l’hypothèse où il y aurait un arrêt de la vaccination, les effets secondaires, eux, continueraient à se développer. C’est aussi ce qu’on peut supposer en lisant l’article de agoravox.fr que j’ai mentionné ci-dessus puisqu’il semble y avoir une accélération des effets secondaires. (La question qui demeure est : à quoi sert ce vaccin qui n’est qu’une seule pièce d’un puzzle à entrées multiples à analyser à l’échelle du village mondial…cf. les liens de mes interventions)

      • 1 pour 1000 ramené à la probabilité de mourir du covid c’est énorme. Pour les -40ans pas la peine de prendre le risque.

      • Derniers chiffres en Israël : rien que pour la myocardite, 3400 cas pour 100 000 vaccinés avec le vaccin Pfizer (1 cas pour 2500), surtout chez les jeunes. C’est quand même aberrant d’essayer de “se protéger” d’une maladie avec une mortalité principalement due à un défaut de soins en en provoquant une autre qui elle ne peut pas vraiment se soigner : la myocardite est une infection du cœur dangereuse avec des complications à long terme. Au départ, ils annonçaient (en Israël) le chiffre de 2 cas pour 100 000, ça augmente très vite. Et nous ne parlons ici que de l’un des effets secondaires.

  10. Les GAFAM, Big Pharma, Gates, Schwab etc. veulent notre BIEN. Ils dépensent euh non … encaissent des milliards de dollars pour que nous mourions tous en bonne santé

  11. Concernant le crime contre l’humanité, le Dr Fuellmich (connu pour le procès VW) a déposé une plainte pour ce motif et il n’est pas le seul.

  12. On a un troll de big pharma.

  13. Je lis certains commentaires ici disant que l’immunité n’est pas encore en place juste après la vaccination. C’est vrai, mais vu ce que l’on observe massivement, ça me semble largement en deçà de la réalité : il semblerait qu’après la vaccination, les patients soient nettement fragilisés.

    Outre les nombreux cas similaires observés dans plusieurs maisons de retraites, on a l’exemple des courbes de mortalité en UK, Israël et une dizaine d’autres pays qui augmentent peu de temps après la courbe de vaccination.

    Une étude de corrélation dont j’ignore la fiabilité indiquait 1 décès pour 700 vaccinés. Le collectif reinfoCovid, constitué de professionnels de santé, estime sur la base des remontées des événements indésirables, qu’il y en a 40 à 60 fois plus que pour les vaccins classiques (y compris pour les décès)

    Le professeur Raoult a observé ce phénomène : chez les vaccinés, diminution des formes graves, mais pas de baisse de la mortalité dans les premiers mois. Il envisage la possibilité d’un affaiblissement immunitaire dans les 2 à 3 semaines suivant le vaccin.

    Une autre hypothèse, envisagée par le Salk Institute, est que la protéine Spike, présente dans les vaccins, causerait des effets indésirables, parfois mortels.

Publier une réponse