Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

La Marseillaise devrait être apprise à l’école…et expliquée

Cela éviterait déjà que certains professeurs disent n'importe quoi comme à Poitiers ou que des bobos antiracistes n'en déforment le sens :

"A midi, les élèves et les enseignants se sont réunis dans la cour pour écouter différentes textes. Puis des élèves de troisième ont pris l’initiative d’entonner la Marseillaise, en arborant un drapeau bleu-blanc-rouge. Mais une enseignante s’est soudainement élevée contre cet hymne, pointant du doigt un « chant guerrier qui n’a rien à faire ici ». Le principal du collège a reçu cette professeur pour lui signifier qu’au-delà de la Marseillaise, c’est surtout l’hymne national qui avait été chanté. En fait, l’enseignante s’est surtout émue de ces paroles: Qu’un sang impur abreuve nos sillons"

Il est tout de même affligeant qu'autant de Français ignorent la signification des paroles de la Marseillaise. Cela prouve bien que l'école "de la république" ne remplit pas son rôle. Avant d'être une des valeurs de la république, la Marseillaise est avant tout l'hymne national français et devrait être, à ce titre, enseigné et expliqué. On pourra relire avec intérêt les explications suivantes :

La-marseillaise-rouget-de-lisle"(…) La malheureuse Marseillaise, ce chant qu’entonnaient les résistants devant le peloton d’exécution, est la cible de leur ire (…) Pourquoi ce tintouin ? C’est, entre autres, l’injonction « qu’un sang impur abreuve nos sillons » qu’ils ne supportent pas d’entendre. Il ne leur est pas demandé de la chanter, ni même de l’écouter, mais ils veulent la changer, sous le prétexte qu’elle serait raciste, xénophobe, haineuse (…)

Tout ce pastis a pour source les deux mots sang impur. A la fin du XVIIIe siècle, quand La Marseillaise a été composée, que désignait-on par ces deux mots ? Il suffit d’ouvrir les dictionnaires pour mettre un peu de lumière dans cette prétendue obscurité (…) En 1762 et en 1798, dans le Dictionnaire de l’Académie française, il est indiqué ceci : « On dit figurément et poétiquement qu’un homme est né d’un sang impur pour dire qu’il est né de parents notés », notés, c’est-à-dire ayant mauvaise réputation. Dans les éditions ultérieures (1835, 1879, 1932-35), l’adjectif notés est remplacés par flétris (« Figurément : être né d’un sang impur, être né de parents flétris, connus pour de malhonnêtes gens », 1835, 1879, 1935). Littré (Dictionnaire de la Langue française, 1863-77) reprend cette définition : « Être né d’un sang impur, être né de parents malhonnêtes, déshonorés ».

Il n’y a aucun racisme, aucune xénophobie, aucune haine dans sang impur ou, si racisme il y a, il est seulement dans la tête de ceux qui éructent leur haine raciste à l’encontre de la France.

C’est Furetière qui, dans son Dictionnaire universel (1690), établit le sens « social » de sang impur et des mots sang pur, dont ils sont l’antonyme. Ce sens, pour le comprendre, est propre à la division de la « société » d’Ancien Régime en trois ordres ou états : noblesse, clergé, tiers-état, et aux vanités que cette division faisait naître chez ceux qui appartenaient à la noblesse. « On dit aussi, pour vanter une ancienne noblesse qui ne s'est point mésalliée, qu’il n’est point entré de sang impur dans cette maison » : autrement dit, aucun membre de cette lignée noble n’a eu d’enfant ou n’a fait d’enfant avec un homme ou une femme du tiers-état, qui, eux, sont d’un sang impur. C’est la définition que reprend Barré en 1842 dans le Complément au Dictionnaire de l’Académie française : « Sang impur s’est dit par opposition à Sang noble ». L’exemple qui illustre ce sens est extrait du dictionnaire de Furetière : « Il n’est jamais entré de sang impur dans cette maison », Furetière et Barré étant l’un et l’autre de sang impur. Dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694), ce sens est exposé à l’entrée pur : « On dit qu’un prince est sorti du plus pur sang du monde pour dire du sang le plus noble et le plus illustre ». De même Littré : « La pureté du sang se dit d’une famille de haute extraction dans laquelle il n’y a point eu mésalliance ».

Les choses étant ce qu’elles sont, c’est-à-dire tout à l’opposé de ce que croient les bonobos, il est possible d’établir le sens de l’injonction honnie « que le sang du peuple (du tiers-état, des sans grade, des non nobles, etc.) abreuve nos sillons ». L’injonction consiste à appeler le peuple à verser son sang (son propre sang, jugé impur) pour défendre la France envahie par les armées ennemies. C’est un équivalent de « verser son sang pour la patrie » – non pas le sang des envahisseurs, mais celui des défenseurs de la patrie attaquée (…)"

Partager cet article

44 commentaires

  1. Bonnes explications, article très recherché mais surement trop compliqué pour être assimilé par les détracteurs de notre hymne national, cela mêmes qui rejettent tout ce qui peut être le fondement de notre nation.

  2. voilà une explication bien tordue!
    ce chant guerrier correspond bien à l’élan de patriotisme lancé en 1792 alors que “la patrie était en danger” face aux monarchies européennes;
    on le prend comme tel, pas question d’en changer les paroles

  3. VIVE LE ROI! !!!!!

  4. N’importe quoi. On chanterait donc, que notre sang impur abreuve nos sillons ??? La Révolution se voulait régénératrice, elle voulait créer un homme nouveau, mais pas selon la “superstition”, la religion catholique: comme plus tard certains se prétendront de la race élue, la race des seigneurs et chercheront à éliminer les non-aryens, les impurs. La Marseillaise est un hymne révolutionnaire comme la république parasite du pays réel.

  5. Pas besoin d’être des pacifistes ou des bobos antiracistes pour n’avoir aucune envie de chanter ces paroles haineuses et sanguinaires écrites en pleine guerre civile française.

  6. L’ignorance de nos zélites est inexplicable.
    Seul le gisement inépuisable : la conn..ie peut expliquer de telles billevesées éructées, braillées, hurlées par ces répugnants bobos de tous ordres.
    Pour paraphraser, le sang impur d’aujourd’hui, ce sont les bobos et les zélites.

  7. Si je pensais trouver sur le salon beige une apologie de la Marseillaise… !
    Ce chant, selon moi, n’est pas l’hymne national mais l’hymne de la République française, laïque maçonnique et antichrétienne.
    Wikipédia écrit : “La Marseillaise est un chant patriotique de la Révolution française adopté par la France comme hymne national : une première fois par la Convention pendant neuf ans du 14 juillet 1795 jusqu’à l’Empire en 1804, puis définitivement en 1879 sous la Troisième République”.
    Alors très peu pour moi !

  8. Cela m’a l’air bien discutable comme explication vu le contexte et ce qui est énervant, c’est le ton qui se veut très scientifique comme si c’était la seule explication possible.

  9. C’est un éclairage que je ne connaissais pas. Cependant je doute fort que la grande majorité des Français connaissent cette interprétation des paroles jugées sanguinaires.
    Tout le monde sait en revanche que cet hymne a été composé dans un contexte de guerre et pour donner du courage aux combattants français contre leurs ennemis d’alors. Expliquer que le “sang impur” est le sang des soldats français qui doivent se sacrifier va contre le bon sens commun. Tout le monde sauf quelques érudits voulant absolument justifier les paroles de la marseillaise comprend spontanément que le sang impur est celui des ennemis.
    C’est mon avis

  10. La Marseillaise est le chant de guerre des révolutionnaires français. Je ne l’ai jamais chanté et ne le chanterai jamais.
    La guerre est ce qu’elle est, certes, mais les gens civilisés ne se promettent pas de faire couler le “sang”, qu’il soit “impur” ou pas, et quelle que soit la signification de l’adjectif en question.

  11. Le seul Sang Pur c’est celui du Seigneur … C’est Celui là qui nous sauve !

  12. La franc-maçonnerie revendique la paternité de cet “hymne”
    http://godf.iderm.free.fr/publications/Rouget%20de%20l'isle%20franc%20macon.htm

  13. Il me semble que les autres couplets (il y en a quinze) infirment cette explication.
    La Marseillaise a pu être réinterpretée comme un chant patriote et nationaliste (ce qu’elle est, le nationalisme si cher à Maurras étant lui aussi héritier de la révolution), dans une stratégie d’union nationale, mais c’est surtout un chant de guerre, qui tel le djihâd de l’Islam soutient par le feu et le sang l’extension des idéologies de la Révolution française à travers toute l’Europe. Le couplet évoquant le “Dieu de Clémence et de justice” a été supprimé de son côté des 1792.

  14. @Anne Collin
    pas ok du tout avec vous !
    La Marseillaise, hymne révolutionnaire au départ, a gagné ses lettres de noblesse depuis la révolution (qu’on peut critiquer), en étant entre autres chantée pendant la dernière guerre contre les nazis.
    C’est notre hymne national et à ce titre il doit être respecté.
    Les gens qui le critiquent sont des fossoyeurs.
    Etre invitée à verser votre sang pour la patrie comme l’explique Ph Carhon, dont vous n’avez pas lu l’explication, cela vous gêne ?…Heureusement que ça n’a pas gêné des gens comme le maréchal Leclerc (de Hautecloque…)
    vous devriez avoir honte.

  15. Quelle étrange explication, a posteriori…
    Nombre d’historiens montrent au contraire que le “sang impur” en question, dans l’idée du compositeur et des révolutionnaires, était bien celui des ennemis de la révolution en général ! D’ailleurs nombre de leurs discours sont clairs, cités sur la page Wikipedia ici :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Marseillaise#.C2.AB_Qu.27un_sang_impur_abreuve_nos_sillons_.C2.BB.2C_pol.C3.A9miques_et_critiques
    Mais quoi qu’il en soit, si même cette explication fut valide à l’époque de la Révolution, aujourd’hui appeler au meurtre ou à la mort (fût-elle de nos soldats !), quelle idée étrange !
    On n’appelle pas les militaires à mourir mais à risquer leur vie dans le combat, nuance.
    De plus les Russes eux-mêmes ont bien changé les paroles de leur hymne national d’origine soviétique, pourquoi serait-ce impossible en France ?

  16. Si avant la révolution française l’expression “sang impur” avait peut-être cette signification, reconnaissons tout de même que l’expression est ambiguë ! Voire, tout simplement, que les révolutionnaires étaient heureux d’insulter leurs ennemis avec pareille expression.
    Exemple: “le sang impur des prêtres et des aristocrates abreuve donc nos sillons dans les campagnes et ruisselle à grands flots sur les échafauds dans nos cités”
    Même Jaurès, sans doute peu apprécié sur ce blog, en critiquait l’expression !

  17. Jamais, oh grand jamais, je n’ai voulu apprendre La marseillaise. Cela date de ma plus tendre enfance. Aujourd’hui j’ai plus de 50 ans et suis plus fier que jamais de n’avoir jamais entonné cet hymne républicain.
    Vive le roi !!!

  18. “En fait, l’enseignante s’est surtout émue de ces paroles: Qu’un sang impur abreuve nos sillons”
    ah ! en fait on en revient toujours au même endroit de la marseillaise , il n y a que la vérité qui blesse ? il faut étouffer la vérité et “égorger nos fils et nos compagnes” çà colle à l actualité et doit bigrement les déranger les bobos collabos faut il rappeler que des millions d hommes , nos frères nos pères , nos cousins et amis sont morts pour cet hymne au courage et a l abnégation , si cet hymne était bon hier il est bon aujourd hui la “république” n avait qu”à savoir ce qu elle disait !certain que les “migrants qui fuient leur pays la Syrie pour nous envahir au lieu de se battre pour leur patrie n en ont pas un aussi honorable
    vive la marseillaise , dehors l UMPS !

  19. Je comprend très bien qu’on puisse la chanter dans le souci de ne pas choquer ceux qui ne connaissent pas l’histoire, ne pas prendre le parti de ceux que “sang impur” choque pour des raisons de pacifisme idéaliste et donc garder le silence dans le débat. Je trouve cependant cette explication très tordue en effet et vraiment compliquée pour des enfants et je préfère largement celle de Jean de Viguerie dans les deux patries qui dénonce la naïveté des biens pensants (des deux côtés de la frontière) qui se sont fait massacrer avec enthousiasme et conviction dans la guerre civile européenne de 1914. Les francs maçons de la 3ème république se sont débarrassés ainsi d’une classe qui était réfractaire à la mise en place de l”Homme Nouveau. La patrie des droits de l’homme exige le sang de tous (celle de 1792, celle de 1914), la patrie de nos pères ne connaissait pas ce genre d’exigence (seule une élite formée familialement et volontaire était sollicité non pour la guerre totale et raciste mais pour des guerres de frontières).

  20. Une question ? Où se trouve le tiers-état dans le Parlement ? Y a-t-il un artisan, un paysan, un ouvrier, un petit commerçant, un religieux parmi les députés et les sénateurs ?
    A croire que du temps du roi, le peuple était mieux représenté !
    Car au Parlement, il y a surtout des fonctionnaires (dont les enseignants) ! Ce qui explique le nombre important de francs-maçons ! Un fonctionnaire qui retrouve son métier s’il n’est plus élu ! Et qui touche une pleine retraite de la Cour des Comptes, de l’Education Nationale… même s’il n’a exercé que quelques années ! Ce qui n’est évidemment pas le cas dans les autres professions ! A l’heure où la haute finance ponctionne l’argent mis de côté pour les retraites, François Hollande, l’ennemi de la finance, pourrait au moins accepter de ne toucher que le nombre d’années passées à la Cour des Comptes, au moment où il se retirera ! Curieusement, personne à l’Assemblée ne semble vouloir supprimer cette injustice ! Et pour cause, ces privilégiés y sont majoritaires !
    Autre réflexion : parler aujourd’hui de sang impur est de circonstance ! Car nous sommes la générations des maladies sexuelles ! Le sida a fait son apparition ! Et les antibiotiques perdent leur pouvoir curatif !

  21. Je m’insurge devant ces explications républicaines alambiquées qui veulent donner un sens noble à des paroles de haine.
    La présence de Bouillé (4ème strophe), le marquis qui organisa la fuite tragique du roi et de sa famille à Varennes, le précise bien : c’est un chant de circonstance, écrit par des révolutionnaires qui en appellent à la guerre civile et à exterminer les Français qui s’opposent à leurs plans démoniaques.
    Les Vendéens, peuple “martyr” (au sens chrétien le plus noble et non comme terroriste “kamikaze”) l’ont payé cher – au prix de leur sang, très pur, celui-là ! – exterminés – par familles entières ! – par des barbares sanguinaires et sans pitié, qui avaient ce chant et ces paroles à la bouche pour justifier leurs massacres, comme aujourd’hui les djihadistes brandissent des versets du coran pour se donner raison en commettant l’innommable.
    Ces paroles ne peuvent être extraites de ces circonstances terribles. Elles sont définitivement attachées à la Terreur, même si elles furent reprises ensuite par des héros plus glorieux.

  22. LB parle de la race des seigneurs…
    On pourrait l’écrire ainsi :
    la race des SAIGNEURS…
    Lorsque j’étais à l’école, dans les années 60, on nous expliquait que le sang impur était celui des ennemis de la France… Les Autrichiens qui attendaient Louis XVI à la frontière, prêts à nous “envahir”.
    La propagande républicaine s’adapte en fonction des époques. C’est bien pratique pour manipuler le peuple…

  23. Personnellement , et simplement , j’estime que le sang de Daech est impur
    Merci ne pas chercher midi à quatorze heures !

  24. Si jais bien comprit (le sang impure c’est les sans dents?)

  25. NON.
    Dans la Marseillaise, le sang impur est celui des ennemis de la France. En l’occurrence, à l’époque de sa création, la Marseillaise cible les envahisseurs étrangers (européens).
    Et sur le long terme, cela s’applique à tous les ennemis envahisseurs de la France.

  26. “un sang impur”…
    N’oublions pas que les “Lumières” de la Révolution ont inventé le racisme moderne :
    http://christroi.over-blog.com/article-6167368.html
    Voltaire en est l’un des plus odieux représentants :
    http://www.contreculture.org/AG%20Voltaire.html

  27. Saleté d’ordinateur… toutes mes excuses si vous voyez mes deux commentaires !
    Je voulais dire qu’il n’y a aucun racisme dans la “Marseillaise”. Le sang impur dont on nous rabat les oreilles est celui des patriotes (par opposition à celui des aristos supposé “propre” ?), à moins qu’il ne s’agisse au contraire de celui de ces mêmes aristos, jugés réfractaires aux idées nouvelles de 1789 ? Rien à voir avec les théories racistes du 20e siècle !
    La “marseillaise” est aussi un chant enthousiaste, un chant exaltant, un chant de guerre ! rien à voir avec les pleurnicheries gnangnantes ridicules propres à notre société de mollusques décervelés ! C’est un chant qui appelle à se lever pour la France, pour une France à la fois généreuse et fière ! Pas une France poubelle et honteuse comme aujourd’hui !
    Je fais partie de ceux qui refusent que les paroles soient changées ! Par respect pour toutes celles et tous ceux qui l’ont chanté avant de tomber sous les balles de nos ennemis, et pour tous ceux qui la chanteront encore et toujours pour que vive la France ! La seule chose qui pourrait être éventuellement faite c’est d’écrire un nouveau couplet lorsqu’un roi et la nation oeuvreront ensemble à nouveau !

  28. Ben voilà. LSB fait la pub pour un chant révolutionnaire que le pays légal nous impose comme pseudo hymne national depuis des décennies ?!?
    sur l’air et les paroles duquel les armées de la révolution ont massacré et pillé la Vendée!
    Que la gueuse ait réussi à tromper son monde et que les Poilus de 14 l’aient entonné à tue-tête n’y change rien !
    Demain, il sera impératif d’en changer, pourquoi pas avec le même air, comme la Russie l’a fait par exemple.

  29. Ce qui est jouissif, c’est que ceux là même qui vilipendaient la Marseillaise, comme étant le symbole de haine des fascistes, et la Nation comme l’Alpha et l’Oméga des délires racistes, se mettent soudain à pavoiser avec le drapeau ( en plein deuil c’est quand même étrange, normalement on les met en berne), à chanter la marseillaise à pleins poumons dans les stades de foot et les scènes de rock..
    Les bobos parisiens, quand c’est “tendance”, ils s’engagent à fond. Peu importe s’il faut adorer ce qu’on a brulé..
    Les mêmes commencent à adorer Poutine, et bientôt le doux Bachar Al Assad sera l’objet de toutes leurs attentions.
    Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis…
    Et Le DRIAN doit expliquer à ses troupes y compris la Légion que maintenant ils ne combattent plus contre Bachar, mais avec Bachar…On a a fait pareil pendant la guerre: contre les Russes puis avec les Russes…
    J’attends avec délectation le revirement de l’Europe sur nos amis les Turcs…
    Normal c’est Noel, Jésus revient toujours un peu faire quelques miracles…

  30. @ LB, Franky Yo, Faustine, Eclaireur… et bien d’autres, je vous approuve à 100 % !
    Cet hymne haineux et sanguinolent qui appelle au meurtre, ne peut être celui de la “France éternelle”, même si des braves et des héros, faute de mieux – je pense notamment aux résistants -, l’ont entonné.
    D’ailleurs, il ne rassemble pas les Français : il les divise !

  31. Bravo Sandrine qui a bien dit les choses !
    En revanche, je suis ahuri de lire les messages d’une poignée de nostalgiques de la royauté, lesquels représentent peut-être 0,1 % de la population, et de les voir attaquer ce chant patriotiques qu’est « La Marseillaise » : On dirait des gauchistes ! Il ne faut pas confondre royauté et chrétienté, il faut rendre à César… les choses de ce monde tout en défendant le christianisme par ailleurs.
    Puisqu’en le faisant (attaquer l’hymne national), ils s’en prennent à la constitution Française, texte puisant ses origines depuis l’empire romain en passant par le Moyen-âge et toute l’Histoire de France, qu’on l’aime ou pas. Hormis le fait qu’il ne reconnaît pas les racines chrétiennes de la France pour raisons de laïcité mal comprise, on y trouve beaucoup de bonnes choses, la « laïcité « mal comprise n’ayant pas la pouvoir d’annuler l’Histoire :
    ———————–
    « La langue de la République est le français.
    L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
    L’hymne national est la Marseillaise.
    La devise de la République est Liberté, Égalité, Fraternité.
    Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »
    ———————–
    Alors, à ceux qui veulent supprimer la Marseillaise, qu’ils prennent donc le risque de supprimer aussi la langue française, le drapeau qui contient encore le blanc de la royauté … et la formule inspirée de Périclès : «gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » complètement bafouée au moins depuis 2005 et qu’il est urgent de rétablir.
    Pour le reste, nous sommes dans une configuration « onde-corpuscule » et beaucoup défendant des opinions apparemment contradictoires, ont raison, cela dépendant de l’angle sous lequel on observe les choses. Comme Semper Fidelis, 56, Claude, Faustine, …
    Mais tous doivent savoir une chose : Il ne faut pas rester muet ou cracher pendant la Marseillaise, sinon, c’est faire son Benzema ! Et ce n’est pas très chrétien…

  32. Eh bien !…
    Désolée de me répéter :
    Je suis scandalisée par tous ces commentaires anti marseillaise !
    Une partie de ma famille était royaliste, et a souffert pendant la révolution. Plusieurs membres de ma famille sont morts pour la France.
    Je chante la Marseillaise avec coeur chaque fois que j’en ai l’occasion. J’ai eu l’occasion de la chanter dans des cérémonies officielles à l’étranger, comment m’aurait-on considérée si j’avais gardé les lèvres closes ?…Elle a été chantée par des patriotes amoureux de la France et se battant pour elle. Et ne changeons pas les paroles. Elles ont acquis le droit de rester, pour avoir été fièrement chantées dans tant d’occasions.
    Il est fort dommage que tant de lecteurs du SB se battent pour des vieilles lunes et soient incapables de se réconcilier avec ce qui symbolise maintenant la France, que cela leur plaise ou non. Cela augure mal d’une réconciliation nationale autour de nos valeurs, ce qui serait utile par les temps qui courent.
    Notre drapeau bleu-blanc-rouge aussi a acquis droit de cité, pour les mêmes raisons.
    Je descend de Saint Louis, mais suis consternée par ceux qui s’exclament “vive le roi”. Quel roi ?…Nous sommes à l’époque de la démocratie. Accompagnons-la, comme disait Tocqueville. On ne peut plus accepter un candidat seulement à cause de sa filiation. Il doit, aussi, être compétent.
    En lisant ces commentaires, je suis très pessimiste sur notre avenir.

  33. Le “sang impur” c’est le sang des chouans, celui des catholiques et des prêtres à n’en pas douter.

  34. Je remercie le “Salon Beige” pour ces explications du “sang impur” de la Marseillaise, mais, vu le contexte, je pense que le “sang impur” de la Marseillaise symbolise le sang des Chouans, des prêtres et des catholiques, que les républicains avaient déshumanisés afin de s’ôter tout scrupule. Il m’est impossible de chanter ce chant révolutionnaire qui chante la gloire du génocide des nôtres. Chanteriez-vous un chant nazi à la gloire du génocide des juifs ?

  35. @Dominique
    “””Chanteriez-vous un chant nazi à la gloire du génocide des juifs ?”””
    La Marseillaise n’est pas un chant nazi !!! Ni un chant raciste.
    Vous dites une horrible sottise impardonnable.
    Ceux qui ont donné leur vie pour la France en diverses circonstances, ceux qui sont montés en ligne à Verdun après avoir chanté la Marseillaise, ou en Algérie, à Dien-Bien-Phu en Indochine, les Résistants qui l’ont chantée juste avant d’être fusillés, doivent se retourner dans leur tombe.
    A croire que vous n’avez pas lu les autres commentaires qui l’expliquaient. A désespérer de commenter. Au secours !…

  36. Je dois être une des rares lectrices du SB à connaître cette explication depuis des années. Est-ce la bonne ? ça se discute…
    De toutes façons, ce chant n’est pas raciste mais guerrier et patriote.
    Que ce sang “impur” soit celui des ennemis ou le sien propre, le résultat est le même: c’est la guerre, le sang coule… mais si la patrie est en danger, ne faut-il pas la défendre ?
    Et comme ce chant est l’hymne de la France, aucun professeur (ni aucun fonctionnaire, surtout dans l’exercice de ses fonctions) ne doit le critiquer (idem pour le drapeau d’ailleurs).

  37. Osée : mon peuple meurt car il lui manque la connaissance.
    La Marseillaise a été pillée sur une musique de Monsieur Grisons maitre de chapelle, dans une cantate à Esther.

  38. Cette enseignante est fonctionnaire. Elle doit être sanctionnée.

  39. Je suis d’accord pour l’interprétation du sang impur donné dans l’article, je la connaissais déjà et elle me semble plausible, mais très clairement en faire un hymne national ?! Il ne faut pas beaucoup aimer son pays pour cela… ou mettre son cerveau en veille (ce qui est une thèse défendable au nom d’une certaine union, d’un esprit de corps, mais que je ne partage pas à long terme). Je vous mets au défi de chercher le nom “France” dans ce chant (ne vous fatiguez pas trop non plus j’ai déjà regardé). Bref, ce chant ne parle de la France, c’est un hymne purement idéologique, qui peut convenir à un régime, une idéologie, mais certainement pas à un pays.
    @ Meltoisan “Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »” pour un peu on se croirait en démocratie… On serait au courant si le peuple avait le pouvoir dans ce régime. On est en république, c’est le modèle politique romain, pas athénien. On confie le pouvoir à une oligarchie (qui certes n’est pas fermée j’en conviens, mais une oligarchie tout de même qui agit par elle-même pour elle-même (si ce n’est pire) et n’accepte pas n’importe qui dans ses rangs) qui se charge du reste et le peuple n’a rien à dire et ne peut que se plier aux exigences de cette “usine à fabriquer des “lois” (oui ils appellent ça des lois mais le terme me semble des plus discutables) qu’est le parlement. Oh oui je sais tout les 5 ans on peut choisir un bonhomme parmi une douzaine (que l’on nous propose), effectivement mais ils sont tous membre de ladite oligarchie, proposés par ce même groupe. Bref système romain vous dis-je, l’empereur en moins. Ne cherchez donc pas à rétablir la formule de Périclès, cherchez plutôt à l’établir si vous êtes démocrate. Pour ma part je suis de l’avis de Platon et quelques autres sur ce que vaut une démocratie.”D’ailleurs, comment la masse, incapable elle-même d’un raisonnement droit, pourrait-elle conduire la cité dans le droit chemin ?” Euripide, Suppliantes, 417-422. – Du reste si je rien contre un changement de drapeau, j’avouerais ne pas saisir en quoi ces changements (donc jusque là régime, hymne, drapeau) entrainerait la perte de la langue française ? Mais dans l’hypothétique hypothèse où ce serait notre but alors il faudrait mieux que nous soutenions la république, elle se débrouille très très bien dans ce domaine, bien malgré nous croyez le, l’illettrisme progresse à grands pas, d’ici une génération (ou deux au plus) je doute qu’il y une personne capable d’écrire parler ou lire correctement.
    Donc pour Dieu et pour la France, vive le roi!
    PS: ceci dit je suis d’accord sur le fait qu’il n’y a pas à cracher sur cet “hymne”, en effet cela est 1) vulgaire 2) fort peu chrétien 3) scandalise ceux qui essaient de se raccrocher à quelque chose dans cette tourmente qui s’installe 4) inutile puisque ça ne change rien si ce n’est que l’on braque les gens contre notre cause 5) de toute manière on rectifiera tout cela avec le retour du roi, nul doute que la catastrophe qui nous tombe dessus ne nous serve (hélas), mais le prix a payer sera lourd, très lourd (à moins peut-être de trouver un moyen d’éviter ladite catastrophe mais je crois bien qu’il est trop tard, quoiqu’avec Dieu et la Sainte Vierge on est jamais à l’abri d’un miracle).
    La nuit va finir! Le jour reviendra!

  40. La marseillaise est un chant de guerre et le sang dont il est question est celui des ennemis qui agresseraient la Nation.
    Je m’étonne des explications tordues que je viens de lire dans cette colonne.
    En revanche je souhaiterais qu’on ajoute aussi à notre hymne un autre chant, un chant de paix :
    Au diable guerres rancunes et partis,
    Au choc des verres, les Roses et les Lys,
    Allons ensemble jusqu’à ce qu’on prenne,
    La Lune avec les dents.
    Vive la France.

  41. J’ai toujours eu une répulsion instinctive pour la Marseillaise, mais pas en raison de son côté guerrier.
    D ‘ ailleurs le terme guerrier me paraît trop noble pour qualifier ce chant ” pompier “, hystérique.
    Néanmoins je pense, à la lecture de l ‘ intégralité des paroles, que le sang impur évoqué est bien le sang des révolutionnaires français.
    Pourquoi considérer qu’ opter pour cette interprétation a pour but de défendre ce chant ?
    Cela me paraît relever d ‘ une mentalité de gauchiste qui condamne toute parole ou tout acte qui lui paraissent trop ” viril “, voire ” fasciste “.

  42. L’hymne national est une création révolutionnaire sans réalité historique ni légitimité naturelle. De la même façon que la constitution monarchique de la France est naturelle, l’hymne national ne se décrète pas et ne peut être le résultat que d’une tradition légitime.
    C’est la même chose pour le drapeau, il est assez incroyable que des “symboles” soient décrétés et uniformément imposés.
    Si de vrais amoureux de leur pays ont pu mourir pour la France en brandissant ce drapeau et en clamant ce chant de mauvaise augure, c’est une tragédie de gens qui ont été berné par la République – c’est tragique mais tous ces mort français du xxe siècle ont été, vous me passerez l’expression, couillonnés. Il suffit de voire le résultat aujourd’hui. Rien d’étonnant que tout les politiques cherchent ces symboles vides qui cherchent ainsi à se sauver, en faisant tuer ceux qui croient mourir pour la France, mais qui en fait sacrifie le bon gain qui reste pour maintenir l’ivraie à la tête.
    Nous sommes dans la démesure, l’impiété et l’arrogance, mamelles de l’expression du diable qui s’est incarné dans cette “réppblique”, en oubliant que le serviteur de la res publica ne peut être personne d’autre que le Roy Très Chrétien. Un régime qui s’appelle république est aussi absurde qu’un régime qui s’appellerait “Vérité”, et accouche ainsi des monstruosités symboliques, et manipule les mots.
    La rupture avec les racines est si profonde que nous pouvons sincèrement croire que drapeau et hymne sont français, mais c’est une erreur, et ceux, comme Leclerc, qui se sont battus pour la France, se sont battus pour la France, et non pas pour des symboles vides, désincarnés, et destructeurs.
    Je ne suis pas royaliste, en ce sens que le roi n’est pas et ne peut être un parti. La France est royale, c’est une réalité, c’est sa constitution. Si la France se meurt depuis deux siècles, c’est bien qu’elle s’évertue soit à nier, soit à ne pas reconnaître sa nature constitutionnelle. Tant que le Roi existe, qui ne prétend à rien, qui incarne l’histoire de France, sa tradition catholique, en tenant lieu de Dieu sur Terre, la France ne sera pas complétement morte, même si ce qui a détruit est détruit et ne se récupérera pas.
    Le nationalisme est un mal moderne anti-traditionnel. Maurras utilisait ce mot, époque oblige, et pensait trop “système”, époque oblige aussi, mais il avait ce fond traditionnel vers lequel il faut revenir.
    Il faut sortir de la modernité malsaine, et donc sortir de ces symboles viciés, sans pour autant nier les actions héroïques pour la France de nos preux prédécesseurs, qui n’ont rien à voir avec ces symboles bidons.

  43. @ Sandrine :
    Puisqu’il se trouve quelques gouttes de “sang royal” dans vos veines, je pense que vous avez un devoir moral – vous n’êtes bien sûr pas obligée – d’avoir conscience de votre royal ancêtre, et par conséquent œuvrer du mieux que vous pourrez en unissant la monarchie et la démocratie !
    Puis-je me permettre de vous rappeler que plusieurs pays de l’Union européenne vivent démocratiquement sous la bienveillante et débonnaire “autorité” d’une tête couronnée ? Et que des pays comme le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont des démocraties modernes ayant une souveraine comme chef d’Etat ?
    Je suis monarchiste (royaliste pour la France donc) depuis que j’ai compris que la destruction de notre monarchie capétienne nous fait descendre toujours plus bas, hormis deux périodes où nous avons tenté de remonter la pente : le 1er empire et la présidence du Général de Gaulle…
    Le problème, le malheur devrais-je dire, c’est qu’il paraît que le peuple français n’a pas tellement envie de remonter la pente… et préfère les mensonges rassurants de notre caste politico-merdiatique aux vérités qui dérangent !

  44. Je réagis bien tard sur ce sujet mais il n’est jamais trop tard pour répandre la vérité (ou la rétablir).
    Dans une variante du refrain, qui semble être de Rouget lui-même, on trouve ceci :
    Aux armes, citoyens !
    Formez vos bataillons !
    Marchons, marchons
    Que tout leur sang abreuve nos sillons
    Dans la version officielle de 1887 du ministère de l’instruction publique, on trouve cette annotation : “Nous rappelons que dans le texte initial, celui de Dannbach [l’éditeur de Strasbourg] en avril 1792, le second vers du refrain de la cinquième strophe portait : Que tout leur sang abreuve etc “.
    Cette cinquième strophe dénonce :
    ” …les complices de Bouillé !
    Tous ces tigres qui sans pitié
    Déchirent le sein de leur mère”
    Le général marquis de Bouillé était un des organisateurs de la fuite du roi à Varennes en 1791. Après l’arrestation du roi, pour défendre Louis XVI contre ceux qui l’accusaient de trahison, les modérés comme La Fayette avaient déclaré que Bouillé avait voulu enlever le roi et fait retomber sur lui la responsabilité. Depuis Bouillé avait émigré et était détesté par les patriotes.
    C’est après la mention de son nom et des “tigres qui …déchirent le sein de leur mère” (les Français émigrés) que vient le refrain en forme légèrement modifiée par rapport aux autres strophes :
    Marchons (bis);
    Que tout leur sang abreuve nos sillons!
    il faudrait beaucoup d’imagination pour interpréter “leur sang” comme le sang des patriotes, “leur” s’oppose ici clairement aux citoyens et renvoie aux ennemis, ici aux émigrés, dans les autres strophes aux rois et soldats ennemis.
    Ajoutons que Rouget, monarchiste constitutionnel, dut bien regretter son oeuvrette quand il fut emprisonné sous la Terreur…et que “les féroces soldats” qui égorgeaient en Vendée n’étaient pas les placides fumeurs de pipe de l’empire germanique, mais les fanatiques jacobins.

Publier une réponse