Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La loi Macron imposée de force

Manuel Valls va de nouveau engager sa responsabilité et recourir à l'article 49.3, mardi 16 juin, pour faire adopter la loi Macron. Le gouvernement avait déjà eu recours à cette arme en février, lors de la première lecture du texte, face à l'opposition de députés PS, hostiles notamment à l'extension de l'ouverture des commerces le dimanche.

Le gouvernement va engager sa responsabilité dès le début, en s'épargnant des débats dans l'hémicycle. 

Partager cet article

10 commentaires

  1. Bien sûr, ce gouvernement n’a été élu que pour faire passer de nouvelles lois ultra-libérales et liberticides, et à les faires passer en force s’il le faut.
    Les lois ultra-libérales les plus violentes, les plus transgressives, celles qui ont pour but de briser les anciennes sociétés et de créer la nouvelle (Nouvel Ordre Mondial, globalisation, …) passent par la gauche. Que ce soit au niveau économique, politique (U.E.) ou sociétal (gender et ses corollaires).
    Certains pensent que la gauche est mal en point et semblent découvrir que le PS mène une politique ultra-libérale de droite, une politique « des riches ». Cette gauche là (comme s’il y en avait une autre), ces schizophrènes, qui combattent le TAFTA et luttent pour le « mariage » gay, n’en veulent plus. Mais que faire? Est-ce la fin du PS?
    Mais non, ne vous inquiétez-pas, un sauveur apparaitra, l’homme providentiel. Un homme de gauche, un vrai, un homme bon, proche du peuple.
    Cet homme sera très probablement Arnaud Montebourg, qui à été montré ostensiblement au début du quinquennat, retiré de la vie publique car il ne pouvait cautionner une telle politique mais qui se rappelle à nous de temps en temps.
    Il acceptera, à l’appel du peuple, de revenir et rétablira la vraie gauche.
    Mais trop tard, le mal aura été fait, et chacun sait qu’on ne peut pas revenir sur une loi qui à été votée (ou non).

  2. C’est Bruxelles qui oblige à Manuel Valls et Hollande d’utiliser le 43.3. Le Républicains utiliseront peut être une nouvelle fois la motion de censure.

  3. « La loi Macron imposée de force »
    Que dit la constitution ?
    Un gouvernement peut-il
    imposer systématiquement?
    Si oui, nous avons une constitution « totalitaire »….
    Le remède….
    marche ou crève!

  4. sa « responsabilité » ???
    et si le pays coule ou autre gracieuseté on va le pendre puisque il est « responsable » ???
    que néni ! il aura de beaux jours devant lui ici ou chez ses maitres , tout protégé qu il sera par des escouades de flics payés a nos frais jusqua la fin de sa vie
    alors sa « responsabilité » ?!!

  5. Michel Ange vous dites: « Mais trop tard, le mal aura été fait, et chacun sait qu’on ne peut pas revenir sur une loi qui à été votée (ou non) » A cette affirmation gratuite j’en oppose une bien plus logique:  » Ce qu’une loi a fait, une autre peut le défaire ».

  6. La loi Macron avec ou sans vin blanc, n’est qu’un acte violent , méprisant la démocratie, celle-ci est bien un piège à naïfs ( pour ne pas dire autrement).
    Nous sommes chez les nouveaux soviets, mais nous savons les leçons à tirer du passé car nous, nous n’en feront pas table rase.
    Dégageons ces truands , ils souillent tout ce qu’ils touchent.

  7. je sais pas pourquoi mais quand j’entends le mot 49.3 j’ai une envie furieuse de sortir mon 6.35

  8. @Clovis
    C’était dit sur un ton ironique bien sûr.
    Je parlais à leur place.
    Mon message avait pour but de dire que le rôle de la gauche était depuis toujours de faire passer les lois les plus ultra-libérales et les plus transgressives en les faisant passer pour des lois « pleine d’amour et généreuses ». Surtout en ce qui concerne les lois sociétales, mais même pour les autres types de lois: si la « loi Macron » avait était présentée sous Sarkozy et si on l’avait faite passer en force en faisant jouer l’article 49.3, il y aurait eu des révoltes dans la rue, car les français ne pensent plus que par réflexes pavloviens.
    Tout est géré à des niveaux supérieurs que ceux auxquels le français moyen fait attention: les débats dans l’hémicycle, l’opposition droite/gauche, … tout cela est parfaitement pris en compte par ceux qui gouvernent vraiment, les groupes, les clubs, les réseaux et autres sectes qui n’ont pas de patrie..
    Même le vote des citoyens est facilement contrôlable, ne serait-ce que par le clivage droite/gauche qui enlève toute capacité de résistance et de libre pensée.
    Tout ce qui se passe aujourd’hui était prévu d’avance (les lois et les remous qu’elles engendreraient, même au sein des familles politiques). Jusqu’à un certain point tout-de-même car ils ne sont pas Dieu et peuvent se tromper. Le système se heurte de plus en plus à ses contradictions et finira par tomber comme tous les totalitarismes.
    A notre époque où les mots sont détournés de leur sens pour mieux manipuler les intelligences, il reste une expression souvent utilisée pour décrire les joutes auxquelles se livrent nos chers hommes publics, celle d' »arène politique ».
    Effectivement, les français ont les yeux fixés sur le spectacle qui leur est proposé, sur ces deux petits bonshommes, 1 de droite 1 de gauche, qui s’affrontent dans l’arène. Mais ne serait-il pas plus judicieux de s’intéresser à ceux qui s’activent dans les coulisses, de se demander qui les a élever, préparés, qui les a choisis et introduit dans l’arène comme le font les manadiers avec leur taureaux?

  9. Le problème avec la « démocratie » c’est que l’on risque de tomber dans le populisme et surtout de perdre beaucoup de temps en débats inutiles, alors que nos « supérieurs inconnus »sont pressés et qu’il nous faut appliquer le programme.

  10. euh …. et si c’était tout simplement de la dictature !!!!

Publier une réponse