Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France / France : Société / Immigration

la Libye est perçue comme une porte d’entrée de l’Europe

Si les propositions de René Otayek, politologue spécialiste de l’Afrique, du monde arabe et de l’islam, à propos des immigrés clandestins, relèvent de l'angélisme habituel dans ce domaine (solution humanitaire, accueil élargi…), son analyse de la situation en revanche rejoint tout à fait celle de Bernard Lugan :

Mais ces flux migratoires existaient sous le régime libyen précédent ?

"Depuis la chute du régime de Kadhafi, en 2011, il n’y a plus aucun contrôle des frontières, et pour les migrants d’Afrique subsaharienne, surtout venus d’Ethiopie, d’Erythrée ou de Somalie, tous ceux qui aspirent à fuir la guerre, la pauvreté, la famine, la Libye est perçue comme une porte d’entrée de l’Europe. Ce régime avait beaucoup de défauts, mais il donnait le sentiment de vouloir contrôler ces flux de clandestins. Du moins ceux-ci étaient instrumentalisés pour monnayer les soutiens de pays européens. Aujourd’hui, ce sont les djihadistes qui profitent de ce commerce quasiment esclavagiste, faire traverser la mer aux migrants, pour se constituer un trésor de guerre."

La France qui a participé au renversement du régime libyen est-elle selon vous en cause ?

"Le constat de la responsabilité européenne, et plus précisément française et britannique, n’est plus à faire. L’intervention militaire était peut-être justifiée pour protéger les populations civiles menacées par la répression contre la rébellion libyenne. Pour autant la coalition franco-britannique n’avait pas pour mandat d’éliminer physiquement Kadhafi, et le jour d’après n’a pas été du tout anticipé. On a abattu les quelques insitutions qui existaient sans les remplacer par quoi que ce soit. Et de cet état de chaos s’exportent vers le nord des immigrants de plus en plus nombreux, et vers le sud le terrorisme international. Ce qui s’est passé au Mali ne peut pas être dissocié de la crise libyenne, même si la guerre civile avait ses dynamiques internes – fragilité de l’État, marginalisation et sous-développement du nord, que les Touaregs vivaient très mal."

Partager cet article

6 commentaires

  1. Il n’y a pas eu de printemps arabe, mais plutôt un hiver arabe…

  2. A se demander finalement si çà n’a pas été fait expres la destruction de l’Etat Lybien ? Qu’en pensez-vous ?
    Au fond qui se souciait des Lybiens autrefois ?

  3. Qu’en pensent les fans de Sarkozy ?

  4. “Le constat de la responsabilité européenne, et plus précisément française et britannique, n’est plus à faire.”
    Effectivement, Sarkozy en est un des principaux responsables ! Si votre famille s’amuse à brûler la maison du voisin. N’est-il pas normal que la justice vous oblige à loger les victimes ?
    Il en est de même avec les habitants de tous les pays qui ont été entraîné dans le chaos par les états dits “chrétiens” ! La justice doit leur imposer de les reloger chez eux en attendant reconstruction à leur frais des dégâts causés !

  5. et la majorité des gens de droite soutient Sarkozy

  6. On attendra longtemps les excuses publiques de Sarkosy et de BHL pour leur politique libyenne aussi scandaleuse que débile (à moins qu’elle ne fût perverse…)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services