Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française

La laïcité selon Claude Guéant

Le discours tenu ce matin par Claude Guéant aux responsables des religions en France est en ligne. On y lit notamment :

G "la laïcité n'est pas l'ignorance du fait religieux, encore moins sa négation. La laïcité, notamment telle qu'elle s'exprime au travers de la loi de 1905, met fin seulement à l'intégration des cultes à l'Etat. Les religions sont devenues, suite à la séparation de l'Etat et des cultes, des affaires privées. Mais l'Etat laïc n'a aucune raison de les ignorer. […] Même dans un régime de séparation, il y a, et il doit y avoir dialogue entre les cultes et l'Etat. […] Il ne s'agit pas d'exclure du débat public ceux qui cherchent une réponse dans la transcendance divine. L'action publique se nourrit de cet échange. Les cultes ont leur perception des évolutions de notre société. Il faut savoir les entendre, et les écouter. […]

[L]a laïcité est indissociable de la liberté de religion. […] Comme le proclame notre Constitution de 1958, dans son article 1er : la République française est laïque. Elle respecte toutes les croyances. Autrement dit, c'est bien parce qu'elle est laïque que la République respecte toutes les croyances. […] Les développements récents du phénomène religieux posent aujourd'hui de nouveaux problèmes dont le droit ne s'est pas encore globalement saisi. Tel est le cas, par exemple, du bouddhisme et surtout de l'Islam, qui est devenu en quelques années la seconde religion de France par le nombre de ses pratiquants après le catholicisme. […] Ne pas toucher à la loi de 1905 ne veut pas dire s'abstenir de toute initiative législative quand celle-ci s'avère incontournable. Je viens de le dire : la laïcité doit évoluer au même rythme que la société, les problèmes qu'elle rencontre et les exigences de notre démocratie. Cela passe par des initiatives diverses, qui vont de l'instruction ministérielle à la mise en place d'un groupe de travail interministériel pour définir, ensemble, les nouvelle inflexions de la laïcité."

Le ministre a fait ensuite un certain nombre de propositions, parmi lesquelles :

  • "L'élaboration d'un « code de la laïcité et de la liberté religieuse » […]
  • La formation initiale et continue des fonctionnaires intègrera l'apprentissage de la laïcité
  • l'enseignement à l'école de la laïcité sera mieux identifié dans le cadre de l'instruction civique […] Cet enseignement, qui existe en partie, sera renforcé à l'occasion de la prochaine circulaire de rentrée du ministre de l'Education nationale.
  • Des « correspondants laïcité » seront désignés dans les Administrations au niveau central mais aussi local. […] Au plan national, chaque ministère (Justice, Santé, Défense…), aura un haut fonctionnaire médiateur bien formé aux questions de laïcité […].
  •  La formation républicaine des ministres du culte et des aumôniers devra se renforcer […] C'est l'une des conditions pour parvenir à un véritable Islam de France.
  • Un groupe de travail interministériel sera chargé de clarifier avant l'été les conditions d'application du principe de neutralité du service public et d'en proposer les conclusions juridiques appropriées.
  • L'instauration d'une conférence départementale de la liberté religieuse […]
  • faciliter la création de carrés confessionnels
  • Les services d'aumônerie à l'hôpital et en prison seront confortés
  • Les dispositifs fiscaux existants pour le financement du culte sont maintenus
  • L'abattage des animaux selon des rites religieux est garanti dans le respect des règles de sécurité sanitaire
  • Les liturgies de chaque culte demeurent respectées et sanctuarisées […] Ainsi, il ne peut être question d'imposer l'usage du français dans l'exercice du culte. Le Gouvernement confirme toutefois sa fermeté pour combattre les prêches violents et extrémistes, en opposition à nos valeurs républicaines [un prêtre pourra-t-il prêcher contre l'avortement ? NDMJ].
  • Les équilibres issus de la loi de 1905 pour la construction de nouveaux lieux de culte sont satisfaisants […] Dans cet esprit, les prières qui se déroulent dans la rue, en dehors de circonstances particulières reconnues ou d'événements ponctuels, n'ont pas leur place en France.  […] Cela nous ramène à une réalité de terrain qui ne peut être contesté par personne : le manque, parfois, de lieux de culte, dans notre pays, pour certaines communautés de foi. […] Plusieurs types de soutiens existent déjà, en plus des ressources propres des associations cultuelles, pour appuyer la construction de lieux de culte. Je pense à la garantie d'emprunt, aux baux emphytéotiques, à l'aide publique pour financer les parties non cultuelles ou aux avantages fiscaux en matière d'imposition locale. […]"

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

21 commentaires

  1. Ces propositions sont tellement “encadrantes” qu’on sent vraiment la liberté religieuse respectée…
    Encore du grand n’importe quoi à faire frémir !

  2. « … combattre les prêches violents et extrémistes, en opposition à nos valeurs républicaines […] un prêtre pourra-t-il prêcher contre l’avortement ? » Mais, non d’une pipe, on ne voit pas d’autres « valeurs républicaines » que les normes contenues dans la constitution. Encore celles-ci ne sont-elles pas irréformables, dès lors que cette réforme est faite selon les règles que la constitution a prévues. Pour ce qui est de l’avortement, tout ce qui le concerne ne relève que de lois ordinaires, dont la critique ressortit aussi à la plus banale liberté d’expression.

  3. D’où la question posée sur le site CRIL17 http://cril17.info/ en légende d’une photo appelée à passer à la postérité :
    ” Et le Christ en Croix d’Avignon, Monsieur l’Archevêque de Paris, est-ce qu’on peut y pisser dessus, en vertu du pacte républicain ?”

  4. “L’abattage des animaux selon des rites religieux est garanti dans le respect des règles de sécurité sanitaire”
    Cela comporte-t-il un volet stipulant que nul ne doit être forcé à consommer de la viande abattue selon un rite non précisé sur l’étiquette du produit.
    Autrement dit, à quand une étiquette obligatoire précisant si l’animal a été abattu conformément à la loi ou en application de dérogations prévues par la loi?

  5. et si on lui proposait d’aller voir comment se pratique un abattage hallal,alors qu’on est en permanence en train de créer des nouvelles lois pour le bien-être des animaux chez les éleveurs, histoire de les faire débourser de l’argent, et là cette bande de pinocchio tolère cet abattage!

  6. Vue l’analyse à chaud de l’Observatoire de l’Islamisation et ce qu’on peut lire ici ou là, savez-vous si les organisateurs de la manifestation ont prévu demain un temps strictement laïque auquel pourraient participer des Français non catholiques de diverses sensibilités mais ayant conscience de l’enjeu de civilisation qui est en cause ?
    Imaginez que dans le contexte actuel Riposte Laîque ait … la tentation de répondre à l’appel lancé par son prof de philo de référence, Jacques Philarcheïn …
    ” infidèles de tous les pays unissez-vous ! ”
    Ce serait un évènement “apocalyptique ” qui vérifierait une fois de plus la célèbre maxime “FELIX CULPA ” … que seule l’intelligence française est me semble-t-il en mesure d’inventer … grâce à la puissance de feu d’Internet ! …
    Qui vivra verra ! …

  7. à M Cheron
    ” Pour ce qui est de l’avortement, tout ce qui le concerne ne relève que de lois ordinaires, dont la critique ressortit aussi à la plus banale liberté d’expression.”
    Pensez-vous que votre avis soit partagé par M Philippe ISNARD ?

  8. et Monseigneur d’Ornellas, rejoindra-t-il le Chapon endimanché à l’Académie en récompense de l’insolent pied de nez qu’il a joué à L’Eglise, le 6 avril dernier,juste avant le vote du sénat sur la bio-sans-éthique et avec le pitoyable résultat que l’on sait ?

  9. quand je disais que le vrai débat n’avait pas commencé! pauvres boudhistes, sigmatisés avec le gentil islam
    quant aux prêches violents, allez voir sur les sites concernés, vous ne serez pas déçus (si ce n’est par ceux de vos prêtres “intégristes”que vous jugerez bien fades)
    il va être urgent de ne pas se tromper de combat, et ne pas dire Dieu reconnaîtra les siens, ou discourir du sexe des anges
    désolé d’y revenir : oublions le “filioque” et préparons un nouveau LEPANTE!!!
    et si quelqu’un peut m’informer sur une interdiction, dans les Evangiles, de consommer de la viande sacrifiée (aux dieux)
    pour avoir une idée sur le hallal

  10. R. C.
    le cas de Ph. Isnard (dont je ne connais pas tout le détail) est un peu différent, car il s’agit d’un agent de l’Etat agissant dans l’exercice de ses fonctions. A priori, ayant, conformément aux programmes, invité des élèves à débattre du sujet, tout en leur soumettant un ensemble équilibré d’arguments, il me semble n’avoir commis aucune irrégularité.

  11. Capitulation sur toute la ligne :
    – OK pour donner des terrains pour les mosquées.
    – OK pour donner de l’argent pour les mosquées.
    – OK pour des exemptions fiscales pour les mosquées.
    – OK pour l’abattage hallal (et casher, qui sont tous deux interdits en Suisse depuis un siècle).
    – OK pour les prêches en arabe.
    – OK pour les carrés musulmans dans les cimetières.
    – OK pour des imams dans les prisons et les hôpitaux.
    C’est ça, la “négociation” avec l’islam. Ca consiste pour les non-musulmans à faire des concessions partout, et pour les musulmans à n’en faire aucune.
    Bon, peut-être l’abandon des prières dans trois ou quatre rues en France… Et encore, il y a des exceptions prévues… Sans compter que c’est le gouvernement qui s’oppose à ces prières ; rien ne nous dit que les représentants musulmans se sont engagés à les arrêter.
    En gros, il suffit aux musulmans de lever le cul en l’air dans une rue parisienne pour obtenir des centaines de terrains gratuits à travers la France, et les subventions qui vont avec. Plus tout le reste.

  12. Il y aurait beaucoup à dire, mais déjà ça : on nage encore en pleine confusion public/privé.
    Ce n’est pas parce qu’il y a séparation (il devrait d’ailleurs plutôt avoir distinction que séparation, mais bon…) que la religion devient uniquement une “affaire privée”.
    La religion continue d’avoir une dimension publique importante. L’Etat ne représente ni n’assume à lui seul la totalité de la ‘sphère publique’.
    Si déjà on pouvait clarifier ce point, on gagnerait beaucoup en une claire compréhension de ce qu’est la laïcité.
    Bonne soirée, je pars à la chorale, catholique elle !

  13. Ce discours, dans ses grands principes, parait tout à fait raisonnable pour les catholiques. Mais faisons un petit exercice pratique : prenons les propositions une par une et comparons ce qu’y gagne le Catholicisme et ce qui gagne l’islam. On comprend vite à quelles revendications on se soumet.
    Exemples :
    – carrés confessionnels : mais y a-t-il des cimetières réservés aux chrétiens ?
    – fonctionnaire médiateur : mais pourquoi les catholiques n’ont ils jamais eu d’interlocuteurs attentifs à leurs revendications
    – conforter les aumôneries : rogner sur les budgets des chrétiennes pour recruter des imams ?
    – abattages rituels : ca existe chez les chrétiens ?
    – financer les parties non cultuelles : les centres de conférence et de formation diocésains vont être financés ?
    – et le plus beau : ne pas imposer l’usage du français pour ne pas avoir l’air de s’en prendre aussi au latin. Mais TOUT ce que dit le prêtre en latin peut être suivi sur un missel alors que les imams font leurs PRÊCHES dans une langue étrangère.
    On comprend ce que veut dire “la laïcité doit évoluer au même rythme que la société” : toujours moins pour les chrétiens et plus pour l’islam.

  14. La Franc-maconnerie pris dans ses propres contradictions.

  15. Y aura-t-il des observateurs pour écouter les prêches en arabe, comme il y en a dans les églises pour espionner ceux qui ont l’audace de citer l’apôtre Paul ou le Lévitique?

  16. Prochaine étape : Sarkozy et Guéant se convertissent à l’Islam
    Etape d’après : le reste du gouvernement…

  17. “L’abattage des animaux selon des rites religieux est garanti dans le respect des règles de sécurité sanitaire”.
    Il va être grand temps de reconnaître un droit aux animaux pour empêcher ces égorgements ignobles, comme l’a fait la Suisse par exemple.
    Le reste, c’est du bla bla maçonnique. Leur laïcité républicaine, c’est infect. Si la laïcité devait évoluer au même rythme que la société, il n’y aurait pas eu de loi de 1905 dans la France Catholique de l’époque.
    Deux questions : est-ce avec cet attirail contraignant qu’ils entendent enrayer l’islamisation de la France ? Sûrement pas, d’autant que là ne sont pas leurs intentions.
    Et c’est comme cela qu’ils entendent piper les voix bleu Marine ? Faut rire !

  18. C’est fou cette hisoire d laïcité ! soyons honnete et reconnaissons que ce n’est pas le problème. Depuis 1905 cette laïcité s’est mise en place et n’a jamais posé problème. L’Eglise catholique et les autres confessions chrétiennes, ainsi que le Judaïsme se sont toujours appliqués à suivre la loi et à aucun moment l’Etat na parlé de respect de la laïcité. Il faut être aveugle pour ne pas voir que l’on parle de problème depuis que l’Islam s’est développé. C’est tout c’est la réalité que nos politiques ne veulent pas avouer par peur.

  19. Nous allons rédiger le code de la république et de la liberté civile…

  20. Eh bien voilà, qu’est-ce que je disais :
    “Les ‘propositions retenues par les pouvoirs publics sont loin des craintes que nous avions au départ’, a noté Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui a souligné le climat ‘riche, serein et transparent’ de la réunion.”
    Riche, serein et transparent ? Guéant s’est vraiment couché, alors. Tiens, je note celle-là, qui m’avait écahppé :
    “Il n’est plus question d’interdire aux mères accompagnant les sorties scolaires de porter le foulard.”
    Sachant que ce n’était pas une mesure envisagée “par le gouvernement islamophobe de Nicolas Sarkozy”, mais bel et bien une règle en vigueur.
    Rappelons les propos de ce maire de banlieue qui expliquait que, lors de sorties payées par la municipalité, la moitié des musulmanes enlevaient leur foulard une fois montées dans le car — à l’abri de la pression islamique du “quartché”.
    Non seulement le gouvernement trahit les Français, mais il trahit aussi ceux des musulmans qui n’avaient pas spécialement envie de se soumettre aux diktats des islamistes…
    http://immigration.blogs.liberation.fr/coroller/2011/04/guéant-joue-à-lanti-copé.html

  21. Petit rappel du véritable sens de la laïcité française :
    http://beaudricourt.hautetfort.com/archive/2011/04/17/le-debat-sur-la-laicite.html

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services