Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

La justice protège les milices antifas

La justice protège les milices antifas

La solidarité entre gauchiste ne se dément pas. Le tribunal correctionnel de Lyon a relaxé, jeudi 4 novembre, trois des sept militants de l’ultragauche poursuivis pour « violences en réunion » pour le passage à tabac de militants du groupe Civitas, lors d’une manifestation contre le passe sanitaire, le 28 août à Lyon. Les quatre autres ont été condamnés à de simples amendes de 300 euros.

La décision a été accueillie par une salve d’applaudissements, dans une salle où une centaine de sympathisants des milices antifas suivaient les débats.

Le ministère public avait requis des peines de deux mois avec sursis à deux ans d’emprisonnement dont un an avec sursis, mais le tribunal a annulé la quasi-totalité de la procédure. Le tribunal, présidé par Brigitte Vernay, a annulé des réquisitions de saisie et d’exploitation de la vidéosurveillance, pour cause de réquisition trop tardive, ainsi que des réquisitions de téléphonie, estimant qu’elles portaient atteinte à la vie privée de manière disproportionnée. Sic.

A l’audience, le procureur a détaillé les trois minutes de scène de lynchage en pleine rue : un était frappé au sol, à coups de poing et de pied.

Parmi les prévenus, Mehdi H., 36 ans, onze mentions à son casier, pour outrages, refus d’obtempérer, menaces.

Léo B., 22 ans, étudiant en master de droit des libertés, a été pris en photo, sur laquelle on le voit s’acharner sur un homme à terre. L’homme veut devenir avocat. La boucle est bouclée.

Partager cet article

9 commentaires

  1. Merci d’avoir donné le nom de la magistrate responsable de ce déni de justice.
    Brigitte Vernay : un nom à retenir !
    On connaissait Néron, Olybrius, Robespierre et Fouquier-Tinville.
    On peut désormais ajouter Brigitte Vernay à la liste.
    Le message lancé à la population est très clair : les catholiques sont des sous-citoyens qu’on a le droit de rosser comme on veut.
    On savait déjà que, pour la pseudo-Justice, une agression devient plus grave lorsque la victime est musulmane ou juive (au nom de l’Egalité, bien sûr).
    On sait maintenant, grâce à Brigitte Vernay, qu’une agression devient moins grave lorsqu’elle s’en prend à des catholiques.
    C’est une circonstance diminuante, vu que les cathos sont depuis deux siècles, dans notre chère Ripoublique, des citoyens de seconde zone.
    La prochaine fois Brigitte Vernay octroiera sans doute des primes aux agresseurs !
    En attendant, je propose que nous intégrions tous ce nom de “Brigitte Vernay” dans notre lexique d’injures personnelles.
    La prochaine fois qu’on vous fait une crasse, au lieu de traiter le coupable d’ordure, traitez-le de “Brigitte Vernay”.
    Accordons à nos magistrats la publicité qu’ils méritent.

  2. Vérification faite, Brigitte Vernay est bien celle qui s’était plié aux injonctions du lobby LGBT, et avait condamné injustement le cardinal Barbarin pour le punir d’avoir osé s’opposer à la dénaturation du mariage.
    On sait que cette mesure a été annulée depuis, mais visiblement, la jugesse inique n’a même pas été sanctionnée ! Et elle continue de sévir !
    Quand il s’agissait d’accabler un archevêque innocent, elle n’a pas craint pas de violer la loi pour le condamner à tout prix.
    Mais quand il faut encourager des agresseurs de cathos, là, elle a des scrupules, et fait tout pour les relâcher…
    Visiblement sa haine anti-cathos n’a aucune limite.
    Quand on pense, en plus que ces Brigitte Vernay sont grassement payées avec nos impôts, on vomit une deuxième fois !

  3. Les antifas sont sous contrôle gouvernemental comme le sont les CRS. Lors de manifestation sur les Champs Elysées, j’ai assisté à des passages de casseurs du côté manifestant vers le camp CRS. Le jeteur de pierre se fait attrapé, il est conduit derrière le cordon policier, il demande à voir un gradé, il est libéré et s’exfiltre du côté policier. Ce sont les CRS et leurs ordres qui gèrent la réalité de la rue.

  4. Terrifiant

  5. La loi et la jurisprudence s’adaptent au mode de vie en France. Violence, vols et crimes divers étant notre quotidien, il est inévitable que la tolérance s’installe pour les institutionnaliser et ainsi acter la décadence de la République.
    Logique implacable du prétoire soumis au consensus des mœurs au sein d’une démocratie soumise à sa dégénérescence originelle. Tout cela sent bon son changement de civilisation.

  6. Quand on sait que la Justice est pour partie aux mains de magistrats du Syndicat bâtisseur du “Mur des cons” (Nota : les “cons”, ce sont les victimes…), rien d’étonnant à ce qu’ils rendent, ou plutôt qu’ils vomissent de temps en temps des verdicts favorables à la racaille gauchiste…

  7. Retenons deux points historiques :
    – la création des ‘Sturmabteilung’ par le régime nazi à son origine : des tarés et repris de justice dont la violence était encouragée et l’impunité garantie ;
    – leur modèle antérieur décrit par A. Soljenitsyne, avec le recrutement de psychopathes dans les asiles par Lénine pour sa Tchéka.
    Ceci est corroboré par la description donnée par le pdt V. Poutine, de la quasi identité entre propos et actes “progressistes” actuels et ceux des débuts du soviétisme (https://www.lesalonbeige.fr/vladimir-poutine-les-progressistes-occidentaux-doivent-tirer-les-lecons-des-echecs-sovietiques/)
    Mais pendant ce temps on voit des petits vieux terrorisés faire la queue à la pharmacie pour recevoir leur n-ième injection… Difficile de faire une révolution. C’est l’apathie du peuple qui donne le pouvoir aux tyrans.

  8. Chose intéressante à savoir. Tous les inculpés (relaxés) ont pour adresse “chez monsieur untel ou chez madame unetelle” ; cela rend toute poursuite impossible. Donc si c’est bon pour certains, pourquoi pas pour d’autres ? En tout cas, moi je ne vais pas me gêner…

  9. Comme je l’ai déjà écrit, depuis CASSE-TA-MÈRE (en particulier), les antifas sont devenus les nervis (stipendiés ?) du régime. Appelés pour tout casser en marge des manifestations protestant contre les abus du régime, ils ne sont jamais ni poursuivis, ni condamnés et encore moins incarcérés, pendant que des associations de jeunes patriotes, soucieux de la défense de leur pays, sont poursuivies par DARD-MALIN et dissoutes au nom de la lutte contre les fascistes.

Publier une réponse