Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

La justice incite à légaliser l’infanticide

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Une
nouvelle fois, une femme poursuivie pour infanticide (« homicide
volontaire sur mineur » en « privations volontaires de soins ayant
entraîné la mort ») a été acquittée.
L’inévitable Israël Nisand a fait admettre au tribunal que Sylvie
Dedieu, qui avait mis son nouveau-né vivant dans un sac poubelle qu’elle
avait jeté aux ordures
, était dans un « déni de grossesse total », qui
« s'est arrêté le jour de l'accouchement, mais trop tard ». Sic."

Partager cet article

16 commentaires

  1. Ce n’est pas un infanticide ! s’écrirait en vous lisant le bon Docteur Nisand. Nuance, c’est un “néonaticide” !
    Puisqu’en effet, il n’y avait pas de projet parental, avait-il déjà plaidé, ce n’était pas un enfant, mais une “tumeur” :
    “Il ne suffit pas d’être enceinte pour avoir un enfant. S’il n’y a pas de parole, il n’y a pas d’enfant, il y a de la tumeur humaine” (sic) !
    Le grand Professeur sait de quoi il parle : c’est un spécialiste respecté du “déni de grossesse”.
    Voilà où menait tout droit la loi Veil. Terminus.
    Et maintenant on fait quoi ?
    On continue à tolérer cette loi mortifère ou on se décide à la combattre comme la Loi Taubira ?

  2. Je ne crois pas à ce déni de grossesse malgré tous les docu que j’ai visionnés vec des foetus en long et en travers dans leurs mères.
    Le bizzarre est qu’il est apparu opportunément il y a une dizaine d’années. Avant, curieusement, personne n’avait entendu parler de cette maladie.

  3. Si les enfants demeuraient un trésor précieux inestimable dans nos éducations et non pas une commande quand on le souhaite, ces bébés jetables,ou “zappables” de notre société de consommation auraient au moins le droit de vivre (j’ose dire la chance, car là il y a perte d’une chance dans cette vie interrompue qui n’a pas de voix pour crier à l’injustice).Du temps de St Vincent, on déposait les bébés dans des lieux à cet effet et on ne culpabilisait pas les mères. De nos jours on regarde à supprimer l’abandon sous X (le don en fait). De nos jours ce n”est pas la déculpabilisation de celles qui avortent qui compte mais les encouragements à ne pas hésiter…
    Oups pardon j’oubliais les hommes de foi sont soi-disant pire que tout! Mais au moins pour eux tout Homme est une histoire sacrée du sein de sa mère à la tombe …voire au-delà…

  4. On peut tuer un bébé et mais pas tirer sur un braqueur
    Alors que le docteur Dor lui , vient d’être condamné à 10 000 euros d’amende pour avoir prié le rosaire, et offert des chaussons à une jeune maman qui allait avorter

  5. (Suite)
    En outre, le déni de grossesse est totalement irrecevable pour prononcer un acquittement. Car de deux choses l’une :
    – Soit il n’y a pas déni de grossesse… et elle tue sciemment son bébé.
    – Soit il y a déni de grossesse, elle découvre cet enfant qui s’agite et braille dans ses pattes… et au lieu de chercher à le rendre à sa mère, elle s’en débarrasse en le jetant à la poubelle !
    Dans les deux cas, elle méritait une lourde peine de prison, en appel, avec un prétendu déni de grossesse, comme en première instance, sans déni de grossesse reconnu.
    Cette sentence inique est donc surtout un honteux déni de justice, qui ne rehausse pas l’image d’une Justice, désormais ouvertement au service de la culture de mort !

  6. Isarël Nisand est bien utile au système et aux consciences élastiques de trop de magistrats, quelle plus belle excuse et quel repos que la parole d’un expert pour ne pas prendre de responsabilités directes, Si cela avait existé nul doute que Ponce Pilate n’ait fait appel à un expert.

  7. Il faut quand même noter que cette femme avait subi un avortement en 2004. Le déni de lien entre l’avortement et l’infanticide de la part de la justice est flagrant !

  8. Ce professeur Israël (!) Nissand est un négationniste. Pour lui, bien sûr, Hitler ne s’est rendu coupable d’aucun crime contre l’humanité ; comme les nationaux-socialistes considéraient que les juifs n’étaient pas des hommes, les supprimer ne constituait donc pas un crime mais une œuvre de salut public, comme on effectue une campagne de dératisation.
    Voilà où mène le déni de réalité socialiste. Leurs doctrines, issues des loges sataniques, sont homicides comme le prince de ce monde qu’ils vénèrent.

  9. La question est donc : Israël est il DeDieu … 😉

  10. Ca fait peur ! Qui rendra justice à ces innocents ?

  11. déni de grossesse …..ou déni de justice ?

  12. Si l’avortement est autorisé, l’infanticide doit l’être aussi, puisque l’un et l’autre sont essentiellement la même chose.
    Ce n’est que par manque de courage qu’on s’abrite (bien mal) derrière les gros mensonges des “experts”.
    Ecrivons une fois pour toutes dans la loi que la femme a droit de vie et de mort sur son enfant, au nom de la LIBERTÉ.
    Cela nous épargnera au moins la honte de laisser le professeur Nisand débiter impunément dans un tribunal son jargon freudo-talmudique.

  13. Vous avez raison Fleur,la justice ne voit là qu’ un avortement un peu tardif,excusable puisque la malheureuse n’était même pas consciente de la présence de l’intrus.Quant au destin tragique de l’enfant…il n’émeut plus et son existence est niée jusque dans les tribunaux .

  14. @ baillousque
    Vous avez bien raison de poser la question !
    Car de deux choses l’une :
    – Soit il n’y a pas de déni de grossesse… et alors elle tue sciemment son propre enfant… et mérite donc une lourde sanction !
    – Soit il y avait réellement un déni de grossesse… et elle met sciemment à la poubelle un enfant qui s’agite et braille entre ses jambes et qu’elle ne reconnaît pas comme étant le sien… plutôt que de rechercher à le rendre à sa mère !
    Dans les deux cas, par conséquent – déni de grossesse ou pas – elle tue sciemment un enfant !
    Peu importe qu’elle croie ou non qu’il s’agisse du sien, qu’elle ait dénié ou non sa grossesse, elle commet par conséquent un infanticide et le Tribunal, enfumé par le Dr Nisand (à moins qu’il n’en soit complice !), commet bel et bien un déni de justice !

  15. Quelle horreur que cette nouvelle , abominable mort d’un pauvre tout petit;
    Elle ne s’en remettra pas , quoique dise la justice notre conscience ne nous appartient pas , sa vie durant elle se demandera quel âge il aurait , quelle ressemblance etc
    et comme d’habitude il n’y a pas de “géniteur ” !!
    il y aura peut être des psy pour la rassurer et gagner leur vie sur son infanticide

  16. Totalement immonde.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services