Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

La jauge de 30 personnes sera revue d’ici jeudi

La jauge de 30 personnes sera revue d’ici jeudi

Après un échange hier soir entre Mgr de Moulins-Beaufort et Emmanuel Macron, une nouvelle jauge sera définie d’ici jeudi matin :

Partager cet article

17 commentaires

  1. une « jauge stricte » qu’est-ce que cela veut dire ? il faudra un gendarme à la porte de l’église ? celui qui est en retard et sera en surplus, qu’est-ce qu’on fait ? on lui dit de rentrer chez lui ? assez de dialogue qui ne sert à rien.

  2. Jeudi il sera trop tard pour déposer une demande d’autorisation de rassemblement en préfecture !
    Il semblerait plus judicieux de déposer ces demandes dès aujourd’hui, quitte à annuler les manifestations si nous obtenons des conditions acceptables. Ainsi nous ne serons pas pris de court en cas d’échec des négociations. Nous ne pouvons plus faire confiance ….

    • « déposer une demande d’autorisation de rassemblement en préfecture » ??? NON, la loi oblige seulement (et c’est déjà beaucoup, mais cela reste acceptable) à un « dépôt de DÉCLARATION de MANIFESTATION SUR LA VOIE PUBLIQUE ».
      Ce serait un comble qu’un pays se vantant d’avoir cent ans de séparation des Églises et de l’état, et plus de deux cents ans d’affirmation des droits de l’homme (dont la liberté de rassemblement) se mêle d’autoriser l’exercice de ces droits!
      Hier soir, j’avais rêvé que, pour chaque messe habituellement prévue, dans les paroisses où l’on dispose de place devant l’église, un « dépôt de manifestation sur la voie publique » puisse être envisagé, avec comme nombre prévu de manifestants le double de l’effectif moyen habituel de la célébration, et que la paroisse s’organise pour installer à l’entrée de l’église un autel permettant de célébrer la messe, les fidèles étant sur la voie publique, avec le respect de la distanciation sanitaire en vigueur (bon, d’accord, la météo est frisquette, mais la messe vaut bien un tel manque de confort pour les fidèles?). Il me semble que la jurisprudence récente montre que cela n’est pas contraire à la législation, charge à l’administration de PROUVER qu’elle n’est peut-être pas en mesure d’assurer le déroulement de cette manifestation en toute sécurité pour les manifestants?

  3. Au risque de me répéter, pendant ce temps, l’horrible Gouverneur RÉPUBLICAIN du Maryland édicte une limite d’occupation à 50% de la capacité d’accueil des commerces et des édifices religieux…
    Et le choix de 30 participants, c’est pour éviter de modifier la jauge des cérémonies de funérailles…
    … qui était recommandée par quelques collabos mitrés.

  4. Le grand n’importe quoi ! Ce gamin capricieux n’a rien d’un chef d’état, il est fou.

  5. Ils ne veulent pas assumer le tri de ceux qui iront en réa et ceux qui n’iront pas mais ils s’imaginent faire peser sur les prêtres la responsabilité du tri de ceux qui rentreront dans l’église et ceux qui resteront dehors. C’est à minima de la stupidité, de la lâcheté, de l’irresponsabilité, de l’arrogance mais aussi certainement de la malveillance. Manifestons !

  6. En voilà un, qui à force d’obtempérer au doigt et à l’œil de Nécron, se rend compte qu’on se fiche de lui.

  7. Et après cette nouvelle concession qui serait faite par le gouvernement, à quoi faudrait-il s’attendre à nouveau ?
    C’est dès le début de ce premier confinement que nous aurions aimé voir tous nos évêques monter au front.
    Peu parmi eux l’ont fait, quatre ou cinq maxi.
    Pas de marchandage avec les anti-cléricaux qui nous gouvernent.

  8. Tout cela va à l’encontre en plus des lois de la CNIL et du RGPD qui ont demandé à l’Église des investissements financiers tout de même importants pour certains diocèses.
    Sur quel critère les 30? sachant que l’Église n’est pas une entreprise (sans entrer dans les débats… sic), ni une association avec une liste de noms de fidèles…
    La République se mord la queue…
    D’autre part le gouvernement travaillant main dans la main avec la CEF n’est pas sans savoir que malheureusement l’Église AUSSI applique une politique de centralisation défavorisant les toutes petites paroisses et églises. Donc les paroisses ont largement la place d’accueillir.
    De toute manière ne nous y trompons pas, le gouvernement sait très bien ce qu’il fait. Les ennemis de Dieu et de l’Église savent très bien ce qu’est un sacrement… le démon a la foi ne l’oublions pas.
    L’objectif étant clair, il n’y a rien à attendre du côté des Hommes… qu’ils soient d’église ou pas.

  9. Où va-t-on en employant le mot « jauge » ?
    Les fidèles assistant aux messes sont comparables à l’huile d’un moteur.
    Les prêtres sont devenus des mécaniciens motoristes.
    Après le premier confinement Philippe de Villiers avait traité les clercs de serruriers.
    On pourrait maintenant qualifier les hommes d’Eglise de travailleurs manuels. Vrai ou faux ?
    Reviendrait-on aux années 50 avec l’expérience des prêtres ouvriers arrêtée par Pie XII ?
    Attention aux dérives du langage !

  10. Macron va porter la jauge à 35 !… pour se moquer encore un peu plus des Catholiques !!

    • @Michel
      Je serais JUPITER, je mettrais la jauge à 5 pour tenir compte des plus petits oratoires de nos campagnes et l’imposer ainsi à tous les lieux de cultes, y compris la Cathédrale d’Amiens (7.700 m²) ou celle de Strasbourg (6.044 m²).

  11. C’est quoi cette histoire de « jauge » ???? Les gens sont des moteurs maintenant ?

    Alors on invente des mots tous aussi débiles les uns que les autres : « jauge »…. « cas contact »…. etc

    Personne ne sait ce que ça veut dire……

  12. quel camouflet, quel mépris des catholiques
    qui devront s’en souvenir avant de passer dans l’isoloir

Publier une réponse