Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

La Hongrie et la Pologne refusent l'”Etat de droit” européen, pro-immigration et culture de mort

La Hongrie et la Pologne refusent l'”Etat de droit” européen, pro-immigration et culture de mort

De Bernard Antony :

Les deux gouvernements de ces fiers pays ont donc osé mettre leur véto au « fond de relance exceptionnel »  de 750 milliards d’euros et au budget 2021-2027 auquel il est lié. Une vraie claque aux dirigeants de cette « Union Européenne » dans laquelle, comme dans le « 1984 » de Georges Orwell, on appelle bien le mal et vrai le faux; dans une absolue inversion des valeurs de la loi naturelle.

En effet, alors que dans la plupart des vingt-cinq autres pays de l’Union progresse sans cesse la culture de mort par les reculs des délais d’avortement amenant à la plus grande abomination encore de l’infanticide;

alors que la pratique de l’euthanasie s’y développe comme aux pires temps des abominations nazies et comme il en fut dans les monstruosités des régimes communistes et ainsi qu’il en est toujours en Chine;

parce qu’ils ne veulent pas fonder leur politique sur la transgression et l’inversion de la morale et sur l’abdication de leur souveraineté;

ce sont eux que l’on accuse, jusque dans le Figaro de ce jour (p.23) de perpétrer des « entorses répétées à la démocratie » (sic) !

Ce sont des « entorses à la démocratie » en effet que de ne pas légaliser le meurtre de l’enfant à naître jusqu’à la veille de sa naissance, de ne pas légaliser les piqûres d’euthanasie pour les enfants trisomiques, de ne pas faire cesser le droit de vivre pour de trop coûteux patients.

Ce sont des « entorses à la démocratie » que de vouloir préserver leur peuple des vagues de la tsunamigration-islamigration.

Vivantes entorses aux bienfaits de la démocratie que ces pays où l’on risque mille fois moins de se faire massacrer et égorger que dans nos grandes villes !

Le Premier ministre slovène, Janez Janša, a apporté son soutien aux deux pays, par une lettre au président du Conseil européen :

« Seule une instance judiciaire indépendante peut dire ce qu’est l’État de droit, pas une majorité politique. »

L’introduction du critère de l’état de droit (non défini) dans un texte budgétaire est illégitime.

Partager cet article

2 commentaires

  1. La France a tellement l’habitude de se voir imposer des amendements qui n’ont rien à voir avec les lois dans lesquelles ils sont insérés que tout le monde est surpris que d’autres pays puissent refuser ces procédés illégaux…

  2. Orban président !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services