Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International / Valeurs chrétiennes : Famille

La Hongrie consacre 4,8 % de son PIB aux politiques familiales

La Hongrie consacre 4,8 % de son PIB aux politiques familiales

Et cela produit des résultats tangibles, comme l’indique Olivier Bault dans Présent :

Depuis 2010 (année de l’arrivée au pouvoir du Fidesz), soulignait le journal, ce pays a connu une augmentation des mariages de 43 %, une baisse des divorces de 22,5 % et une diminution des avortements de 33 %, avec un taux de fécondité qui est au plus haut depuis vingt ans. Précisons toutefois que ce taux de fécondité reste très bas, à 1,49 enfant par femme en 2018, mais il était descendu à 1,25 enfant par femme en 2010 !

Aujourd’hui, la Hongrie consacre 4,8 % de son PIB aux politiques familiales. Depuis 2010, le pays a multiplié les mesures en faveur des familles comme la réduction de l’impôt sur le revenu en fonction du nombre d’enfants, la réduction des prix du gaz et de l’électricité et de nombreuses aides. Dans le discours sur l’état de la nation prononcé par le Premier ministre Viktor Orbán au début du mois de février, de nouvelles mesures ont été annoncées à l’intention des familles avec enfants : accès à des prêts sans intérêts, extension du programme de crédit immobilier, subventions aux familles nombreuses pour l’achat d’une voiture, réductions sur les crédits hypothécaires (l’équivalent de 3 000 euros de réduction pour le deuxième enfant, 12 000 euros pour le troisième), exonération à vie de l’impôt sur le revenu à partir du quatrième enfant, 21 000 nouvelles places de crèche prévues d’ici trois ans, allocations aux grands-parents assurant la garde de leurs petits-enfants. Ces mesures désormais votées par l’Assemblée nationale hongroise entreront en vigueur le 1er juillet prochain. […]

Partager cet article

7 commentaires

  1. Sur le coup, j’ai cru que c’était une infox. Mais je n’avais pas bien lu le titre. D’accoreeeeeu ! … c’est en Hongrie. Un pays dirigé par un facho … soit-disant… Tandis que nous, en ripouxblique démocratique on favorise l’avortement, l’euthanasie, le divorce, le mariage LGBTQIXYZ … Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai idée que la société hongroise sera plus belle que la nôtre.

  2. “Précisons toutefois que ce taux de fécondité reste très bas, à 1,49 enfant par femme en 2018, mais il était descendu à 1,25 enfant par femme en 2010 !”
    Bien que cela puisse nous laisser rêveur en Macronie, une telle politique volontariste, à la fois sociale et familiale, n’est manifestement pas suffisante pour relever significativement un taux de fécondité aussi bas que le salaire moyen hongrois… Encore une fois, pour que un des deux parents puisse se permettre financièrement de rester à la maison, il faut que cette politique aille encore plus loin, mais en restant dans le cadre d’un système économique tout libéral soumis aux exigences de l’industrie Allemande, principal employeur du pays, ce n’est pas gagné…

  3. Reconstruire un pays qui a subi 45 ans de communisme, dont une répression impitoyable en 1956, suivis de 20 ans de socialisme, ne se fait pas d’un coup de baguette magique. Les performances réalisées par Viktor Orban et son gouvernement en 9 ans sont réellement spectaculaires. Il viendra un jour où la France devra utiliser les mêmes moyens si elle veut remonter de l’abysse dans lequel elle s’enfonce depuis des années.

  4. Certes le taux de fécondité reste bas, mais il s’est néanmoins redressé d’une manière spectaculaire (plus de 15% d’augmentation). Chez nous, le gouvernement coquericote aujourd’hui sur une amélioration substantielle du pouvoir d’achat … à savoir 2% (données de BFM -Blabla Favorable à Macron-).

  5. Sur le principe une politique familiale semblable à celle conduite en Hongrie est souhaitable en France. Mais elle pose un redoutable problème sur le plan pratique, car elle risque de favoriser la démographie musulmane, ce qui n’est peut-être pas l’objectif à atteindre.

  6. Au préalable, la France aura dû fermer sa porte aux parasites qui rêvent de venir se faire entretenir à nos frais.
    La France aura aussi à faire un gros ménage à l’intérieur, sur tout le territoire.

  7. Interdire les contrats de travail précaires de plus de 6 mois et augmenter significativement les salaires aurait eu plus d’effet. Il faut permettre aux plus jeunes d’accéder massivement et rapidement à une stabilité salariale, sans quoi seule une minorité de personnes pourra fonder une famille.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services