Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis / Pays : Russie

La guerre en Ukraine a été largement favorisée par le piège américain

La guerre en Ukraine a été largement favorisée par le piège américain

Selon Alexandre del Valle dans Valeurs Actuelles :

[…] L’affaire ukrainienne est l’aboutissement dramatique d’une politique de roll-back de la puissance russe par Washington (soutien systématique aux forces politiques anti-russes, extension sans fin de l’OTAN vers l’Est, installations de missiles et batteries anti-missiles aux portes de la Russie, soutien aux islamistes en Syrie, et guerres américano-occidentales en Irak ou en Libye). Cette politique, qui a consisté à envoyer au charbon le peuple ukrainien contre la Russie est irresponsable car elle risque de susciter un choc global, voire une guerre généralisée. Mais ce risque semble avoir été “intégré” par les stratèges américains qui savent qu’une extension de cette guerre occidentalo-russe prendrait pour cible la vieille Europe et non le territoire US. Le refus américain de prendre en compte les préoccupations russes (exprimées depuis les années 1990: limites à l’extension de l’OTAN vers l’Est refus des guerres d’Irak, d’Ex-Yougoslavie, des “Révolutions de couleurs”, des missiles et anti-missiles de l’OTAN aux portes de la Russie, puis de la guerre de Libye) a pourtant été identifié par tous les grands experts (George Kennan, Henri Kissinger, Général P. M. Gallois, Hubert Védrine, Dominique de Villepin, etc) comme une source de conflit majeure. Mais les agendas de politique intérieure, comme les pressions des intérêts privés des multinationales et industries pétrolières et d’armement américaines ont depuis longtemps pris le dessus sur les visions géopolitiques des stratèges responsables. L’Occident — Amérique en tête — n’a plus de “Grande stratégie” (E. Luttwak).

Erreur sur l’ennemi!

D’évidence, la Chine va continuer de tout faire pour dépasser les Etats-Unis au plus vite. La politique étrangère et de défense des Etats-Unis aurait donc dû de ce fait se concentrer sur l’impératif de contrer la Chine, mais l’obsession américaine de conjurer sans hiérarchie l’« alliance anti-hégémonique » (Brzezinski) Europe de l’Ouest-Russie tant redouté depuis Mackinder et Spykman, comme le rapprochement russo-allemand et le gazoduc Nord Stream II (suspendu depuis la guerre en Ukraine) le faisait craindre, leur a fait négliger la priorité de l’union nécessaire face à la Chine néo-maoïste bien plus capable de défier les Etats-Unis dans tous les domaines de l’hégémonie. De ce point de vue, la guerre en Ukraine, qui était évitable si des limites à l’extension de l’OTAN avaient été acceptées par Washington, est le fruit d’une erreur majeure des dirigeants atlantistes et américains qui ont jeté dans les bras de la Chine une Russie qui voulait intégrer le monde occidental et même l’OTAN dans les années 2000 et qui est aujourd’hui en train d’accélérer, en réaction aux méga-sanctions euro-américaines, le processus de désoccidentalisation de la mondialisation, de dé-dollarisation du monde et de création d’institutions politico-financières eurasiatiques et multipolaires. De ce fait, les deux plus grands outils de domination mondiale des Etats-Unis (avec l’armée), à savoir le dollar et la domination cyber-digitale, vont être encore plus concurrencés par le tandem russo-chinois et les BRICS ou autres émergents, car ceux-ci se contre-fichent de la guerre russo-ukrainienne (une “affaire de blancs”) et ne sanctionnent pas la Russie. L’embargo est d’ailleurs déjà en train d’être contourné par 60 % de l’humanité. L’Occident se croit “Monde”, mais il est seul, et contesté. L’émergence d’une ère de cyber-souveraineté non-occidentale et de systèmes de paiements et “applis” (Mir, CIPS, Unionpay, etc) qui échappement au contrôle américain va amoindrir tôt ou tard la puissance américaine alors que la gigantesque dette globale US n’est tenable qu’avec l’hégémonie du dollar… […]

Partager cet article

19 commentaires

  1. Il y a une trentaine d’année j’avais rencontré un ancien déporté des camps de la mort nazis qui y avait séjourné 5 ans. a mon grand étonnement il me disait qu’il valait mieux les allemands (et pourtant il y était resté 5 ans dans des conditions!!!!) plutôt que les américains car les américains au lieu de faire juger au tribunal de Nuremberg tous les assassins nazis les ont expédiés chez eux pour apprendre avec eux les méthodes peu orthodoxes employées, par ex le dr Mengele de sinistre réputation trouva refuge sous un faux nom aux USA, et il continua tranquillement ses expériences etc Donc ça confirme bien la duplicité et l’arrogance des responsables politiques et militaires des usa , On pourrait tant en écrire là-dessus

  2. Il faut cesser de pointer l’OTAN comme étant l’agresseur: Etant donné que la Russie est redevenue un état totalitaire à visées impérialistes depuis la prise de pouvoir de Poutine, il aurait été inconcevable que l’OTAN baisse la garde. Que Poutine se soit attaqué à un pays limitrophe qui ne fait pas partie ni de l’UE ni de l’OTAN est bien la preuve qu’il regarde où il met les pieds.
    Cette crise aura eu le mérite d’ouvrir les yeux des européens sur leur politique énergétique insensée engagée depuis des décennies qui a fait d’eux les otages d’un Poutine qui a la main sur les robinets du gaz et du pétrole, et les financiers de la modernisation intégrale de son armée sans que ça lui coûte un kopeck.
    Si l’Allemagne vient de décider de remilitariser à hauteur de 100 milliards d’€ c’est qu’elle a bien la volonté de ne plus faire de la figuration dans la défense de l’Europe. Et si la Finlande et la Suède, entre autres, ont demandé leur intégration dans l’OTAN, alors qu’elles étaient neutres depuis 75 ans, c’est qu’elles considérent aujourd’hui que la Russie dépasse l’URSS en menace militaire à court terme.

    • Il me semble que vous avez une vision manichéenne de la situation : les gentils de l’OTAN contre les méchants russes.

      La réalité n’est pas aussi simple : il est possible de pointer la responsabilité de l’OTAN sans pour autant faire passer la Russie pour des innocents et des alliés.

      A force de repousser les limites de l’OTAN et de ne pas donner de porte de sortie à la Russie, la confrontation est devenue inévitable. Et, oui, la Russie est capable d’être aggressive pour défendre ses intérêts, comme le sont les Etats-Unis en Irak, Lybie, Syrie, Afghanistan, etc.

  3. Aucune duplicité ni aucune arrogance chez Poutine ni chez ses prédécesseurs de la défunte Union Soviétique ?
    Tous les alliés, France et URSS comprises, ont eu leur part du dépeçage technologique de l’Allemagne nazie. Les lourdes menaces que la guerre froide de l’après-guerre a fait peser sur la paix mondiale ont étouffé bien des scrupules.
    On aurait bien aimé qu’une désoviétisation puisse être menée aussi radicalement dans l’ex-URSS que le fut la dénazification de l’Allemagne dès 1945: Cela aurait évité à la Russie qu’un ex-flic du KGB, psychopathe avéré, parvienne au sommet du pouvoir et lui redonne toutes les apparences d’un néosoviétisme débarrassé des tares du communisme, ce qui l’a rendu infiniment plus dangereux.

    • Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que Poutine est un psychopathe ?
      Vous êtes psychiatre et l’avez examiné ou l’avez lu dans Ouest-France ou écouté sur France Info, les nouvelles Pravda de l’Ouest ?
      Qu’est-ce qui vous permet de dire qu’il n’y avait pas un projet de l’Ukraine d’intégrer l’Otan ?
      Le laisser faire eut irrémédiablement conduit à la troisième guerre mondiale.
      Pourquoi ne parlez-vous pas des laboratoires US de guerre bactériologique implantés en Ukraine ?
      https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/03/04/pourquoi-les-etats-unis-financent-ils-des-bio-laboratoires-militaires-en-ukraine/
      Poutine n’a plus rien à voir avec Staline et est soutenu par une partie de l’Eglise orthodoxe.
      https://www.courrierinternational.com/article/guerre-en-ukraine-en-soutenant-poutine-le-patriarche-kyrill-divise-le-monde-orthodoxe
      https://www.franceinter.fr/emissions/le-zoom-de-la-redaction/le-zoom-de-la-redaction-27-juillet-2017

      Que faites-vous du massacre de la population du Donbass par les milices ukrainiennes pro-nazis depuis 2015 et qui ont fait plus de 13000 morts ?
      https://www.jeune-independant.net/exactions-et-crimes-de-guerre-en-ukraine-les-milices-neonazies-fer-de-lance-de-la-strategie-atlantiste/
      Même si c’est RT et Sputnik qui sont censurés en Europe et non BFM en Russie, renseignez-vous des deux côtés pour vous faire une opinion et s’il faut “désoviétiser” la Russie, il ne faut pas oublier de “dénazifier” l’Amérique qui a su utiliser à son profit les scientifiques du troisième Reich, sans V2 pas d’Apollo.

      • Pitoune, anagramme de Poutine, je présume?
        Votre obsession du nazisme vous fait divaguer comme le fait Poutine. Où sont les persécutions des juifs en Ukraine, les camps de concentration, les fours? Zelenski lui-même est juif, le financier du régiment Azov, Komoloïsky est juif et de nombreux soldats de cette unité le sont aussi.
        A force de de crier au loup, plus personne ne croit qu’il existe.
        “Sans V2, pas d’Apollo”.
        Sans V2 pas de Spoutnik ni de Soyouz: Peenemünde a été pris par les troupes soviétiques, pas par les américains.
        Vue la situation actuelle de l’Ukraine, si ce pays avait un projet d’intégrer l’OTAN, il me semble qu’il était fondé avec raison sur de graves et réelles inquiétudes: Le danger était manifestement du côté russe, pas à l’Ouest: Par le mémorandum de Budapest, l’Ukraine avait ingénument accepté en 1994 de se défaire des armes nucléaires abandonnées là par l’URSS, contre la promesse formelle de la Russie de respecter ses frontières. Un marché de dupes: Eut-elle conservé ces armes que Poutine serait resté tranquille.
        On connait la suite: 20 ans plus tard la Russie annexait la Crimée et maintenant le pays est à feu et à sang.

        • Vous vous trompez, ce ne sont pas les villes qui font les fusées, mais les cerveaux.
          Celui de Wernher Von Braun a été pris par les américains.

        • Je me répète, mais eut-elle conservé ces armes, on aurait peut-être déjà eu une guerre nucléaire.

          Et vous pourrez dire ce que vous voudrez mais les bataillons Azov arborent bien des symboles nazi. Les USA financent bien des islamistes, alors, je ne vois pas en quoi ça serait tellement différent (mais peut-être que cette réalité là aussi vous la rejetez ?)

      • Merci Pitoune de remettre un peu les choses à leur place !

    • J’ai bien peur que Poutine soit beaucoup plus sain d’esprit que Biden, Macron, ou Trudeau (bon, en fait ce n’est pas très dur)

  4. Enfant ,je résidais dans une rue appelée rue de Stalingrad.
    Bien sûr à la mémoire de cette bataille où les soviétiques ont infligé une sévère défaite aux nazis.
    Tous les historiens s’accordent à dire que sans cette victoire de Stalingrad le débarquement en Normandie n’aurait pas été possible.
    Dans le même temps un grand oncle fait prisonnier à la débâcle de 1939 par les Allemands s’est retrouvé dans un camps en Prusse orientale avec d’autres prisonniers dont des Russes.
    Alors que les soviétiques libéraient le front Est , les Allemands permettaient aux prisonniers russes de fuir à l’Ouest assurés qu’ils étaient d’être fusillés pour désertion par les leurs s’ils avaient été repris pour s’être rendus à l’ennemi plutôt que de combattre jusqu’à la mort.
    Tels étaient les ordres, aux soldats Russes, lors de cette bataille de Stalingrad.

    • Le sort de plus de 100000 combattants soviétiques internés en France au camp de Beauregard près de Paris par les allemands et abandonnés là à la Libération a fait l’objet d’un marchandage assez suspect entre De Gaulle et Staline. Tous ces pauvres gars ont été renvoyés contre leur volonté en URSS et ont tous étés soit immédiatement fusillés, soit envoyés mourir à petit feu au Goulag. Un prélude sinistre, malheureusement peu connu, à l’abandon des harkis aux tortionnaires du FLN moins de 20 ans plus tard.

  5. Bonjour à tous,

    Je me permets de vous indiquer un lien très intéressant (et intellectuellement stimulant) : le témoignage du général français Michel Yakovleff, ancien vice-chef d’état-major au Shape (OTAN), selon qui les forces de Moscou peinent à progresser en Ukraine du fait d’un manque de préparation et de compétences.

    L’échec opérationnel de l’armée russe approche…

    Lien : https://www.youtube.com/watch?v=tw9dQyyR3uY

    • Pour équilibrer votre point de vue, voici une autre explication qui est celle de protéger les civils derrière lesquelles s’abritent les milices ukrainiennes.
      https://www.youtube.com/watch?v=qYJq5gyvijI
      A chacun de se faire son opinion, mais l’avenir seul dira qui a raison. Réponse en mai.

    • Entre Michel Yakovleff et Xavier Moreau, c’est un peu la différence entre Ouest-France et le Salon Beige.
      C’est à dire ce qui différencie le superficiel de l’analyse profonde.

    • Aux informations de ce soir, les ukrainiens auraient même réussi plusieurs contre offensives et repris du terrain.

      • Les informations russes, je suppose, à l’heure où la propagande s’appelle de l’information et vice-versa.
        En tout cas c’est précis, surtout au conditionnel, alors que les Ukrainiens n’ont déjà plus d’armée et que dès le départ tout le monde était d’accord pour dire qu’elle n’était pas de taille devant l’armée russe.

      • Prenez du recul, relisez vous dans quelques semaines et vous verrez bien de quel côté était la propagande.

        PS : je n’ai pas de sympathie particulière pour les russes, mais j’en veux à l’OTAN qui a rendu cette guerre inévitable et va provoquer la famine, la crise énergétique et le chaos dans le monde, sauf miracle

    • Vidéo très intéressante: https://www.youtube.com/watch?v=M4eZ9dui8lA&t=320s
      À la 29ème minute, il est question du général Yakovleff.
      On verra ce que l’avenir nous dira.

Publier une réponse