Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

La “guerre” contre la liberté de conscience

La “guerre” contre la liberté de conscience

Communiqué du Centre européen pour le droit et la justice :

Alors qu’en France un groupe de sénateurs a déposé une nouvelle proposition de loi liberticide pour supprimer la clause de conscience des professions médicales, la même offensive est menée cette semaine à Reykjavik (Islande) au sein de l’Association médicale mondiale (AMM).

L’AMM est aujourd’hui sur le point d’adopter une nouvelle déclaration de déontologie sur l’avortement dit “thérapeuthique” qui constitue une véritable régression dans le respect des droits des médecins et des enfants à naître. C’est un comble pour une organisation fondée en 1947 en réaction aux expérimentations médicales nazies.

À la suite de notre mobilisation du mois d’avril dernier (voir notre lettre adressée à tous les membres de l’AMM), la disposition la plus extrême du projet de Déclaration fut supprimée et le droit à l’objection de conscience réaffirmé. C’est là déjà une victoire !

Mais le texte demeure dangereusement ambigu et comporte des lacunes graves. C’est pourquoi nous avons une nouvelle fois écrit aux membres de l’AMM pour leur recommander de respecter le droit à la vie de la mère et de l’enfant, et de ne supprimer ni la référence à “l’enfant à naître” ni celle au devoir des médecins de “maintenir le plus grand respect pour la vie humaine dès la conception”. Si vous êtes vous-même médecin, contactez l’Ordre National et demandez-leur de défendre fermement vos droits et ceux de vos patients, y compris ceux des enfants à naître.

L’industrie et les militants de l’avortement mènent une véritable guerre mondiale à l’objection de conscience : au sein des instances nationales et internationales, dans les média et les publications universitaires. Depuis plus de 10 ans, l’ECLJ s’oppose à leur entreprise liberticide, grâce à Dieu, souvent victorieusement. Ainsi, en 2010, nous avions obtenu le vote d’une Résolution du Conseil de l’Europe réaffirmant “Le droit à l’objection de conscience dans le cadre des soins médicaux légaux” et déclarant que :

« Nul hôpital, établissement ou personne ne peut faire l’objet de pressions, être tenu responsable ou subir des discriminations d’aucune sorte pour son refus de réaliser, d’accueillir ou d’assister un avortement, une fausse couche provoquée ou une euthanasie, ou de s’y soumettre, ni pour son refus d’accomplir toute intervention visant à provoquer la mort d’un fœtus ou d’un embryon humain, quelles qu’en soient les raisons. »

Actuellement, nous portons à la Cour européenne (CEDH) le recours du pharmacien Bruno Pichon qui a été contraint de partir en retraite anticipée après avoir été condamné en raison de son refus de vendre des produits abortifs. Nous suivons de près une autre affaire introduite à la CEDH par une sage-femme suédoise, elle aussi condamnée pour refus de participer à un avortement.

Cette guerre est menée par les tenants de la culture de mort. Elle se heurte aujourd’hui au rempart de la conscience des médecins. Ce rempart, il ne protège pas seulement l’intérêt des médecins, mais aussi et surtout celui de tous les patients. En tant que patients, nous avons chacun besoin que nos soignants aient une conscience droite et éclairée.

Au-delà de la question de l’accès à l’avortement, qui serait, soi-disant, rendu difficile par l’augmentation des médecins objecteurs, le véritable problème posé par l’objection de conscience aux yeux des promoteurs de l’avortement, c’est le fait qu’elle témoigne de l’humanité et de la dignité de chaque vie humaine dès la conception.

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services