Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

La gauche perdant son emprise sur la vie intellectuelle, il lui reste la haine ou le discrédit

La gauche perdant son emprise sur la vie intellectuelle, il lui reste la haine ou le discrédit

Tandis qu’Eric Zemmour a été pris à partie dans la rue, le gouvernement annonce la création d’une plateforme labellisant les informations sur le Covid-19. Dans Valeurs Actuelles, le Père Danziec analyse :

[…] La domination de la gauche sur la vie intellectuelle française, on l’observe, ne fonctionne plus. Faute de renouvellement, son logiciel apparaît plus que jamais périmé. Le réel, qui finit toujours par parler, a repris le dessus. Ils nous avaient promis un monde sans barrière, un univers sans classe, du plaisir sans limite. Le résultat fait peine à voir. Les pays sont confinés chez eux. La crise économique s’annonce sans précédent. Et, comme l’a montré le mouvement des Gilets Jaunes, la société crève de l’injonction à jouir sans entraves. Les pavés n’ont pas découvert une plage mais conduit à une impasse. Dans ce contexte de faillite de la gauche, le dialogue devient menaçant pour qui veut conserver sa place ou délétère pour qui refuse de se remettre en cause.  Le progressisme l’a bien compris, à trop jouer avec le dialogue il pourrait finir par s’y brûler. Pour éviter la confrontation, il lui reste deux grands moyens : la haine ou le discrédit.

La haine, elle s’est abattue, sauvage, immonde sur le pauvre Éric Zemmour cette semaine. Alors que le journaliste rejoignait son domicile après avoir effectué ses courses, un jeune voyou l’a filmé en l’insultant copieusement, le tout dans un langage qui rend difficile de supposer des origines ardéchoises ou savoyardes. Surnommé “Haramdims”, l’agresseur se félicitera d’avoir injurié l’éditorialiste de Face à l’info en se justifiant « c’est impossible de parler avec lui, il est trop fort. A part l’insulter, vous voulez faire quoi ? ». Bien qu’une session intensive de savoir-vivre, et accessoirement de grammaire, ne fasse pas de mal à Haramdims, ce n’est pas tant lui le problème que le système qui le produit. Qui sème l’indignation à deux vitesses récolte la violence sans frein à main. Mitterrand lui-même n’avait-il pas pris la tête d’une manifestation contre le racisme, l’antisémitisme et le Front National tandis qu’on y brûlait une marionnette géante représentant Jean-Marie Le Pen ? « Ne défendre les droits que de ceux dont on partage les idées, c’est être prêt au totalitarisme » souligne intelligemment François-Xavier Bellamy.

L’exécutif : la vérité si je mens !

La haine n’est pas la seule arme contre le dialogue, il y a aussi le discrédit. En 1939, le prophétique auteur du Meilleur des Mondes, Aldous Huxley, analysait le mécanisme de la mise hors-jeu : « Toute doctrine mettant en cause le système doit être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront être traités comme tels ». En annonçant que face à la propagation de fake news autour du coronavirus, le gouvernement allait désormais proposer un nouvel espace gouvernemental qui certifie l’information, la porte-parole officielle de la Macronie a mis le feu aux poudres. Non pas qu’il soit illogique que l’exécutif défende sa vision des choses. Mais c’est le motif invoqué par Sibeth Ndiaye qui s’avère confondant. La raison de ce nouvel espace ? La nécessité « de se fier à des sources sûres et vérifiées » argue-t-elle. Venant de la part de celle qui, en juillet 2017, assumait « parfaitement mentir » quand cela s’avérait utile pour protéger le président de la République, on serait tenté de se pincer pour ne pas rire.

A l’époque de l’empire soviétique, le journal qui se chargeait de diffuser la doxa du parti s’appelait La Pravda/La vérité. Dans l’ouvrage 1984, Orwell appelle “Miniver” le ministère de la vérité. Avec la macronie, la réalité se rapproche du roman : nous avons “désinfox” ! La désinformation par un État dissimulateur, vraiment ? Le directeur des rédactions du Figaro, Alexis Brézet, s’interroge à juste titre : ce site gouvernemental aurait-il, le mois dernier, certifié “sûrs et vérifiés” les articles estimant les masques nécessaires ? La question est posée. […]

Voici la scène concernant Eric Zemmour :

Partager cet article

1 commentaire

  1. les progressistes sont ouvertement sectaires envers ceux qui osent ne pas penser comme eux
    on le voit bien chez joffin et ses arguties face à charlotte d’ornellas , aux askolowitch commentant l’agression de zemmour
    il est temps que la bataille des idées se joigne à la bataille du pouvoir en virant tous ces bobos aux manettes et en rétablissant ainsi les libertés individuelles de plus en plus mises en question

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services