Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La France selon Marine Le Pen

Pour que vive la France est le dernier essai politique que vient de publier Marine Le Pen. Son principe est celui de la causalité unique : Marine Le Pen met tous les maux sur le dos d’un «projet mondialiste». Extrait d'une critique lue dans Minute :

F"Dans la France selon Marine Le Pen, il n’y a jamais eu d’imprégnation socialiste, ni marxiste de la société, car, depuis l’élection de Valéry Giscard d’Estaing en 1974, la totalité des gouvernements (ceux de François Mitterrand inclus) a «partagé […] une même idéologie mondialiste née du capitalisme ultralibéral, qui sert les intérêts d’une oligarchie», et les seuls «remèdes» qui aient été appliqués sont «les remèdes ultralibéraux», une politique qui «a été théorisée, définie, organisée, voulue et appliquée» (par «on»)."

"Dans la France selon Marine Le Pen, il y a le regret du temps où la «construction libérale [s’est] heurtée aux constructions idéologiques des socialistes puis, à partir de 1848, aux doctrines marxistes» («Cette confrontation entre deux écoles de pensée a abouti dans une certaine mesure à limiter les excès de ce capitalisme industriel») et il n’y a nul hommage, il n’y a pas la moindre allusion, à ceux qui, n’étant pas marxistes, n’en ont pas moins contenu l’oppression capitalistique et amélioré grandement la condition ouvrière: les catholiques sociaux."

"Dans le livre de Marine Le Pen, il y a de quoi convaincre, à l’extrême gauche, les électeurs tentés par Jean-Luc Mélenchon et ceux qui croient, à l’extrême droite, à une vision complotiste de l’histoire. Dans le livre de Marine Le Pen, il manque juste un discours pour les Français de droite ou ceux qui, tout simplement, voient leurs activités quotidiennes entravées par les tonnes de paperasse à remplir et les multiples normes à respecter imposées par la bureaucratie d’un Etat et de collectivités territoriales encore profondément socialistes, et qui sont asphyxiés par le poids des charges sociales, taxes et impôts qu’ils doivent acquitter."

Partager cet article

16 commentaires

  1. Il ne faut pas oublier que MLP est profondément à gauche socialement, bien plus que ne l’était déjà son père

  2. trés bonne analyse, mais de toute façon le discours changera encore, au gré du vent
    Minute a raison de dire qu’on est plutôt dans une société socialiste que dans une economie libérale
    il n’y a plus qu’un recours: le Roy

  3. Moi je pense que la mondialisation est liée au mondialisme, puisque plus il y a de la mondialisation qui a d’ailleurs toujours existée par les échanges commerciaux mais autrefois réduites dans l’espace, plus le monde devient petit et donc mondialiste.
    Aujourd’hui, la mondialisation est globalisée, planétarisée, surtout depuis la chute de l’URSS.

  4. Le problème des partis politiques français vient de ce que les mandats étant renouvelables, il se développe à leur tête une classe politique dont les membres ne travaillent pas, ou n’ont jamais travaillé, ou ne sont que des fonctionnaires en disponibilité, les énarques étant particulièrement néfastes en ce sens.
    Cela influence nécessairement leurs conceptions vers l’étatisme, et donc en France vers celui qui a ses racines les plus anciennes, reprises d’ailleurs de la monarchie finissante, le jacobinisme.
    Cet étatisme prend des formes diverses, nationales, ou internationalistes, eurofédéralistes ou souverainistes, etc….
    Mais la rupture avec le socialisme à laquelle aspire une majorité de Français de droite (et sur laquelle Chirac en 1995, et Sarkozy en 2007 furent élus) ne se met jamais en place : il faudrait revenir sur trop de mythes, d’habitudes, de tics et de réflexes, d’avantages acquis, de positions établies, de corporatismes, qui se résument tous dans cette illusion que l’Etat peut tout réussir pour chacun et que chacun a droit à la bienveillance désintéressée et indolore par définition de l’Etat. C’est une illusion que la Vème République a perpétuée, et c’est une impasse pour la droite, qu’elle soit UMP ou FN, face à la gauche : car celle-ci étant l’original, la matrice du jacobinisme et de l’étatisme redistributeur, aura toujours plus de crédibilité et de répondant dans la société française shootée à l’étatisme. Un drogué aime son dealer.
    La droite nationale est redevenue étatiste : cela plait à certains électeurs, mais il est certain que cela laisse un espace politique à N. SARKOZY en direction des classes moyennes, et des professions indépendantes, aux TPE et PME. SI N. SARKOZY devait être réélu, c’est certainement à partir de cette re étatisation du FN, qu’il aura reconstruit un socle électoral attirant cette portion des électeurs, qui sont environ 10 à 15 % du corps électoral français.
    Marine LE PEN a fait un choix d’aller vers l’électorat populaire, qui vient de la gauche dans les anciennes régions ouvrières, celui du Nord et de l’Est, et des certaines autres régions ou zones urbaines : mais le danger de ce choix, c’est qu’il ne prend pas en compte un autre ”peuple” un autre ”petit peuple” modeste, celui qui travaille encore de ses mains sans être salarié ou appartenir à la bourgeoisie d’argent. Un ”petit peuple” encore plus invisible que l’ex classe ouvrière, car il est très divers et ne peut être enfermé dans un schéma : c’est pour cela qu’il échappe à des classifications généralistes, et que les énarques ne peuvent donc l’appréhender : il leur faut du gros, du grand, de l’épais, du statistiquement massif pour leurs analyses à grands coups de crayons sociologiques. Mais il passent à côté d’une réalité du peuple qui représente encore quand encore beaucoup de Français : car tout ce qui fait une catégorie sociologique ne se résume pas à des revenus, du patrimoine etc…. : cela peut être aussi un sentiment, une manière d’être, une vision de la vie sociale et de l’existence. Et là autant demander à un énarque de quantifier un poème ou l’influence de la spiritualité dans les conceptions humaines.
    C’est cette impossibilité qui frappe la droite française : il est peut-être dangereux qu’elle semble atteindre la droite nationale. Mais un livre est-il une personne ? La manière d’être et de communiquer de Marine LE PEN contredit en effet totalement ce livre.

  5. En réponse à la suggestion de bébert, il faudra peut-être illustrer des bulletins blancs d’une fleur de lys pour frapper les esprits (au deuxième tour)

  6. “de collectivités territoriales encore profondément socialistes”,
    Le terme “profondément” est destiné à laissé croire que Sarkozy serait en train de nous dépétrer de ce système… On voit bien pour qui roule Minute! Comme si la France des collectivités territoriales n’était pas la France de Sarkozy! Il n’a pas inauguré les regroupement de communes, mais depuis son élection celles-ci se sont encore accélérées sous la houlette ultra-libéralo-soviétoïde de l’oligarchie mondialiste à laquelle Sarkozy est tout dévoué!
    Je ne partage pas toutes les idées de Marine Le Pen, mais le procès que lui fait Minute, en stigmatisant une prétendue théorie du complot bien commode, paraît téléguidée par le futur candidat de l’Elysée! Le même qui dans son gouvernement a intégré Frédéric Mitterrand, dont on connaît la droiture morale et qui a promu la théorie du genre à l’école…
    Ce n’est pas parce que Hollande est une plaie purulente que Sarkozy vaut mieux!
    Entre ces deux-là et Marine Le Pen, c’est quand même le jour et la nuit… Même si nous aimerions mieux!
    Alors, une peu de pudeur, s’il vous plaît!

  7. D’accord avec Béber et HS !!!

  8. La vision de Marine Le Pen est en effet très personnelle et rudimentaire.
    Elle réduit le problème politique de la France à une opposition imaginaire entre les mondialistes et ce qu’elle appelle dans son livre les “alternationalistes” (remarquez l’effort dialectique pour ne pas prononcer le mot “nationalisme”, encore un effet de la dédiabolisation sans doute).
    C’est un beau slogan publicitaire (que vient appuyer la couverture de son livre que l’on croirait celle d’un catalogue la Redoute) mais cela ne répond pas au problème de fond, qui se situe au niveau des valeurs.
    Marine Le Pen parle au nom des principes dont se prévalent les mondialistes. Son propos est inaudible parce que confus, pour ne pas dire contradictoire.

  9. Bien sûr le Roi, mais il ne viendra pas tout seul.
    Une des caractéristiques du Roi est que, depuis son enfance, (voyez Bossuet) il est destiné à régner, et donc reçoit une éducation spécifique, qui n’a rien à voir avec celle des fonctionnaires.
    Figurez-vous, au risque de vous choquer, que Marine, que je ne connais pas personnellement, a certainement reçu une partie de son éducation pour devenir une “bête politique” de son père: et je pense très jeune. Elle a d’ailleurs fait son Droit. Le reste…système démocratique…système démagogique: c’est inévitable.

  10. Marine Le Pen n’est pas de la vrai droite nationale-catholique.Elle est plus populiste et étatiste.Divorcée,elle n’est pas radicalement contre l’avortement.Se réclame t-elle du Catholicisme?Pas vraiment, car les classes populaires sont agnostiques!
    Malgré tout cela,elle reste une assez bonne candidate…

  11. Très amusants nos amis royalistes (au demeurant fort sympathiques)…au fait, combien de divisions? zéro? Ah, bon, j’avais cru…
    Dans la France de Marine, au moins nous serons débarrassés de l’idéologie mondialiste, qui est effectivement à la base de tout, y compris de l’immigration-invasion.
    Les lobbies anti-nationaux feront leurs valises et la France rendra des comptes aux Français et non à Washington ou Tel Aviv.
    Dans la France de Marine, qui a parfaitement compris le péril ultra-libéral, la chrétienté pourra renaitre et l’islamisation retournera aux wahabites ou salafistes là où ils sont.
    Evidemment, il faudra aussi, car chacun son job, que nos évêques cessent de vanter l’immigré et le dialogue interreligieux avec l’islam et les fausses religions, pour défendre la Foi et la Vie au lieu de jeter l’anathème sur les nationalistes français.
    Mais là par contre, je ne suis pas sûr du résultat…

  12. Je ne pense pas que Marine soit pro-IVG. Quelle femme peut le souhaiter d’ailleurs, je me le demande.
    L. Aliot dans “Mots Croisés” a fait un bel appel du pied aux pro-vie mardi.
    Pense-t-il vraiment ce qu’il a dit ?

  13. “Dans la France de Marine”… (comme les autres disent “la France de Sarko”, “la France de Hollande”, etc) écrit le militant Olivier M.
    Moi, je ne veux pas de cette “France”-là, je veux la France française, fidèle aux promesses de son baptême et à sa mission, dans une Europe européenne et chrétienne. La vraie France en un mot.
    C’est une distinction fondamentale.

  14. N’en déplaise au militant Solange, la France de Marine est une France française.
    Une France où les Chrétiens sont chez eux et où l’islamisme n’a pas sa place.
    Bref, la France de toujours.
    Quant au baptême, je le répète, adressez-vous à vos évêques, c’est à eux de se bouger pour que la France redevienne fidèle à son baptême.
    On en est loin, hélas.

  15. Marine Lepen ce sont les mauvais ingrédients de la décadence française: le républicanisme, le jacobinisme, le gaullisme et le marxisme.
    Elle veut juste continuer la décadence actuelle. Son candidaure ne sert à rien.

  16. Ce n’est pas aux évêques à faire respecter le baptême de la France mais au chef de l’Etat : Clovis n’était pas un évêque à ce que je sache ! Nous ne voulons pas du laïcisme.

Publier une réponse