Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La France Insoumise préfère sacrifier les soignants sur l’autel de la politicaillerie

La France Insoumise préfère sacrifier les soignants sur l’autel de la politicaillerie

Parmi les textes que le RN proposait d’examiner lors sa niche parlementaire du 12 janvier, se trouvait la proposition de loi de la NUPES sur la réintégration des soignants suspendus, texte qui n’avait pas pu aller au bout de son examen en raison de l’obstruction parlementaire menée par le gouvernement.

Mais La France Insoumise a préféré retirer ce texte que de courir le risque de le voir adopté à la faveur de la niche parlementaire du RN. Les manœuvres politiciennes passent avant le bien commun, comme l’écrit le RN :

Le texte de réintégration des soignants suspendus aurait pu faire l’objet d’un vote positif d’une majorité de députés en janvier prochain. Mais, La France Insoumise préfère sacrifier les soignants en retirant son texte plutôt que de le voir discuté à l’occasion de la journée parlementaire réservée au groupe RN. Contrairement à leurs dires, les 59 amendements restant auraient pu être discutés rapidement et le texte voté. Cette basse reddition politicienne en dit long.

Comme au second tour de la présidentielle, La France Insoumise se révèle l’allié objectif d’Emmanuel Macron. Macronistes et Insoumis empêchent donc les soignants suspendus de reprendre le chemin des hôpitaux et autres cabinets médicaux.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Pourriture quand tu nous tiens c’est dire que ces gauchiasses sont pourris jusqu’à la moelle c’est pourquoi ils s’entendent aussi bien avec le parti en voie de putréfaction de macronor dictator

  2. Mélenchon se fout des soignants comme de sa première chemise : le “damné de la terre” aura bientôt une retraite confortable de ministre-sénateur et vit dans un appartement parisien cossu. Le sort des soignants, ça le fait marrer à ce “fils du peuple” !…

  3. En fait, ce ”fils du peuple” est un grand bourgeois gauchiste avide de pouvoir, de gloire, d’honneurs et d’argent, comme beaucoup au moment de la Révolution.
    À la fin de la lecture de l’article, j’ai vomi.

  4. tout comme les syndicats qui préfèrent leur gamelle à la défense des travailleurs virés

Publier une réponse