La France, entre les USA et la Russie

D’Alain Chevalérias, dans l’Homme Nouveau :

"Washington travaille à renforcer son influence à la périphérie de l’ancien empire soviétique : dans les Républiques musulmanes d’Asie centrale – dont l’Azerbaïdjan–, en Ukraine, dans les pays Baltes et les pays européens récemment rattachés à l’Union européenne, comme la Pologne, la Roumanie ou la Bulgarie. Moscou, pour sa part, cherche à reprendre le contrôle de ces territoires. Résultat, à pas feutrés dans certains pays, à coups de manoeuvres diplomatiques dans d’autres, quitte à faire parler les armes comme en Géorgie, renforcée par l’envolée du prix des hydrocarbures qu’elle exporte et une économie en reconstruction, la Russie fait à nouveau front face aux États- Unis.

R Si nous soutenons aveuglément la politique de Washington, nous augmentons les tensions et rendons difficile notre relation avec la Russie. Or, pour une part croissante, nous dépendons en Europe des approvisionnements de pétrole et de gaz venant de ce pays. D’un autre côté, nous rallier inconditionnellement à Moscou, comme certains le préconisent, nous livrerait à son traditionnel despotisme. En outre, et en dépit des erreurs commises aujourd’hui par les États-Unis, nous commettrions un geste immoral, rompant avec eux une alliance plusieurs fois consacrée par le sang versé, ensemble, sur les champs de bataille.

Plus subtil, un jeu d’équilibre retient notre préférence. D’un côté, nous pouvons rester adossés aux États-Unis, dans l’Otan ou en dehors. Pour notre part, nous préférerions en dehors. Mais refusons d’adhérer aux manoeuvres d’encerclement menées par Washington contre la Russie. Entretenons au contraire une politique de bon voisinage avec ce pays. Ayons un discours ferme en matière de respect des frontières ce qui, par exemple, nous conduirait à exiger le repli des troupes russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. Pour soutenir notre position, nous disposons d’un argument de poids. Si, par exemple, nous dépendons de la Russie pour 25 % de nos approvisionnements en pétrole, celle-ci se retrouve à son tour dépendante de nous pour commercialiser son or noir et son gaz dont l’Europe est, et de loin, le plus important acheteur. Si, comme il semble, le Président Sarkozy a choisi cette politique, nous n’aurons pour l’essentiel de celle- ci rien à redire. Une fois n’est pas coutume."

MJ

8 réflexions au sujet de « La France, entre les USA et la Russie »

  1. L. Chéron

    C’est tout simplement une affaire de bon sens. Qu’on ait lu Machiavel ou non, depuis la fin du monde bipolaire, l’intérêt bien compris nous commande de nous rapprocher du moins fort des deux anciens grands, afin de ne pas accroître encore l’empire de l’unique superpuissance.
    Quant à l’OTAN, c’était de 1949 à 1991 un alliance défensive conçue contre la menace soviétique. Quel peut encore en être l’objet de nos jours, sinon faire de nous les supplétifs des expéditions yankees, avec tous les désagréments conséquents, dont le moindre n’est pas la vindicte arabo-musulmane à laquelle se voient exposés en blocs tous les alliés réels ou supposés d’Israël ?

  2. Prof. FP

    “Demandons le retrait des troupes russes de l’Ossétie du Sud.”
    1. de quel droit?
    2. Les Ossètes du Sud ont demandé leur autonomie et leur rattachement à la Russie depuis presque trois siècles, et ils l’ont obtenue en 1771, même si à l’origine ils avaient des rapports très étroits avec les géorgiens.
    L’HN semble faire bon marché de l’histoire.

  3. A. de La Cerda

    “Demandons le retrait des troupes russes de l’Ossétie du Sud.”
    Pourquoi ne pas demander le retrait du Kossovo des troupes otaniennes qui ont imposé le pouvoir islamique mafieux des envahisseurs albanais contre les chrétiens serbes ?
    et celui des US+consorts de l’Irak dont l’invasion a abouti à la liquidation des chrétiens (de toutes confessions)
    Etc., etc., etc.
    Lecteur épisodique et sympathisant de l’H.N. depuis des lustres, je suis stupéfait de ce manque d’objectivité et de perspicacité… Que la France joue à une diplomatie de “bascule” entre les USA et la Russie en vue de la sauvegarde de ses propres intérêts peut paraître légitime, mais l’exemple de la Géorgie, de son “fou” de Saakashvili animé par Monsieur Soros et les faucons israéliens (ministre géorgien avec double nationalité israélienne, et tutti quanti) semble particulièrement mal choisi !

  4. BESSON

    L’URSS c’est fini et il reste une Russie qui redémarre sur de bonnes bases.
    Avons nous à choisir entre elle et les USA, certainement pas, nous leur devons rien . L’Europe serait bien inspirée de se rapprocher de ce nouveau grand pays qui , à terme, aura certainement plus sa place dans l’UE que la Turquie.
    Arrétons d’être les vassaux de l’Amérique impérialiste qui est partout dans le monde.
    Et prenons garde que les ressources de la Russie, pétrole, gaz et minerais qu’on oublie, soient orientées vers les puissances orientales.
    Notre attitude vis à vis de Poutine est complétement stupide en particulier nos positions vis à vis de la Georgie, surtout après avoir joyeusement reconnu l’indépendance du Kosovo.

  5. Clément

    Pour redémarrer sur de bonnes bases la Russie ferait bien de se métamorphoser:
    1. De faire renaître des “Russes”
    2. De cesser de croire en une économie d’Etat, qui demeure très “soviétique” sur la plus grande partie de son territoire
    3. D’apprendre à travailler en cessant de boire et en ayant une rigueur personnelle.
    Pour l’instant, les Russes que nous connaissons n’en sont pas là. On ne sort pas du communisme comme çà.

  6. Vladimir Ivanov

    “1. De faire renaître des “Russes” ”
    entièrement d’accord, le gouvernement russe doit interdire l’avortement ET la contraception, ses 2 actes sont purement et simplement immoraux et de plus, ils nourris l’individualisme pornographique et cocainique, que les USA essaient d’injectés en Russie et en Europe.
    “2. De cesser de croire en une économie d’Etat, qui demeure très “soviétique” sur la plus grande partie de son territoire”
    ????? Qu’est ce que ? veux tu me répétés sa ? peux tu me le prouver ? La Russie est un pays ultra-capitaliste, aujourd’hui, le soviétisme s’est TERMINER, les USA hypnotisent les occidentaux en leur faisant croire que la Russie de Poutine s’est pareille que la Russie de Staline ! c’est totalement faux! la Russie a une économie presque totalement libre, capitaliste, libérale et les entrerises privés sont largement majoritaires… et tout cela est regrettable. Justement, la Russie doit revenir au Socialisme, un Socialisme chrétien, un Communisme qui prône la vie (intredire l’avortement), qui prône la morale chrétienne (interdire l’homosexualtié, interdire les boites de nuits, les préservatifs, les chanteurs modernistes, et autres saloperies d’origines capitalistes et américaines)
    L’économie doit être à GAUCHE
    La morale doit être à DROITE
    Car:
    LE CAPITALISME LIBERAL ET NEO-CONSERVATEUR (Idéologie américaine) NOURRIT LE LIBERTARISME ANARCHISTE ET L’IMMORALISME GAUCHISTE (Daniel Cohn-Bendit, Sarko, besancenot, Dantec, Bush et Reagan s’est la même chose !)
    (l’Otan, Israêl et charlie hebdo, s’est la même chose !)
    Le Monde d’aujourd’hui est dominé par une idéologie mauvaise, voilà pourquoi il ne faut pas agir en conservateur, mais en révolutionnaire !
    “3. D’apprendre à travailler en cessant de boire et en ayant une rigueur personnelle.”
    D’accord avec toi, mais ce travail “personnel” doit être fait à la façon soviétique: nationalisation, collectivisme, aides aux pauvres, égalité sociale…
    Remarque:
    Je suis parfaitement conscient que l’URSS était un régime totalitaire qui a fait plus de 50 millions de morts (40 millions causés par Staline), dont de nombreux chrétiens.
    Mais l’idée économique du pays -et non morale- était bonne: la preuve:
    l’URSS s’est hissé à la 2ème place mondiale niveau économique durant la periode 1950-1985.
    si la population était pauvre s’est tout simplement parce que le gouvernement soviétique l’ignorait, seul l’armée, l’aéro-spatial et les grands travaux importaient. La richesse indiviuelle des habitants étaient oublier par le régime, ce qui évidemment, va permettre au Socilaisme du XXIème siècle de ne plus refaire la même erreur.
    Pour Poutine ! (malgré le régime capitaliste qui continue de ralentir la puissance russe)
    Pour Chavez (malgrè certains grands défaults, il faut bien l’admettre)
    et POUR une France socialiste, profondément chrétienne et pro-vie aligné sur Moscou !

Laisser un commentaire