Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La France en faillite

C’est l’aveu du Premier ministre.

Il faut en effet savoir qu’Eurostat, l’office européen de statistiques, oblige la France à incorporer le "service annexe d’amortissement de la dette" de la SNCF (SAAD) dans le calcul de la sienne. Soit 8 milliards d’euros. Dans l’océan de la dette de la France, ces 8,2 milliards d’euros ne représentent pas grand-chose : moins de 1% du total, qui se monte désormais à 1150,3 milliards exactement. Mais ces 8,2 milliards éloignent encore un peu plus la France des critères édictés par le pacte de stabilité.

Ce dernier oblige les Etats membres de la zone euro à stabiliser leur dette au-dessous de 60% de leur PIB. Or la dette de la France, avant le nouveau fardeau de la SNCF, s’établissait déjà bien au-dessus, à 63,7%. Avec ces 8,2 milliards, elle passe à 64,2% du PIB. Voilà le gouvernement obligé de revoir le calendrier de réduction de la dette, fourni à la Commission européenne et à revenir sur les engagements pris : Paris avait promis de stabiliser sa dette en 2007 au niveau de 2006. Le gouvernement espère arriver à 64% en 2008, alors qu’il tablait sur 63,6% auparavant. Et la perspective de revenir sous les 60% en 2010 au mieux, en 2012 au pire, apparaît de moins en moins crédible.

Michel Janva

Partager cet article

11 commentaires

  1. De toute façon le train doit dérailler, le plus vite possible, car on sait où ils nous emmènent.

  2. Doit on préférer un déraillement ou un choc frontale de la réalité…
    Quel est notre role de catholique?
    Le problème du déraillement c’est que nous sommes dans un TGV et le déraillement serait peut-être pire que de se prendre le mur…

  3. oui la France est en faillite
    mais les méthodes pour résoudrer le problème demeurent un mystère…
    baisse du train de vie de l’Etat? comme promis par le Président Sarkozy?
    ou pression accentuée sur les éternels galériens? les articles de presse récents sur les supposées fraudes des médecins, des agents immobiliers,des cafetiers,des hoteliers et des chantiers font craindre le pire: encore plus de taxes?
    et les fonctionnaires, eux, ils ne fraudent pas quand ils se font payer sans se pointer à leur boulot? les profs absents ou en stage, etc etc

  4. et les étrangers qui travaillent en France mais ne possèdent rien et ne courent donc pas de risque: vous pensez qu’ils payent leurs impôts?
    un grand nombrfe de secteurs sont entre leurs mains
    penchez-vous sur leur cas: vous verrez qu’ils ne sont jamais à la TVA

  5. @ Brutus
    Dans la mesure où les TGV ne rencontrent jamais des murs, mais où il est envisageable qu’ils puissent dérailler, notre rôle de catholiques est d’appeler à la prudence et de rappeler la Doctrine Sociale de l’Eglise.
    Prudence : impératif de libérer la communauté dune dette qui fragolise le corps social français en cas de récession mondiale ou de tout autre évènement non ”prévisible”.
    DSE : redire que l’état ne doit pas se substituer à l’initiative individuelle en tuant celle-ci dans tous les domaines, avec un financement monopolistique de toute activité assuré au travers d’une fiscalité galopant après la dette. Donc rendre les libertés naturelles aux corps sociaux, en leur rendant leur argent, par le désengagement généralisé de l’état d’une multitude de ses engagements abusifs.
    Et donc une baisse redevenue possible des dépenses publiques transférées à la libre initiative des citoyens. Exemple : l’enseignement, le logement collectivisé faussement dit social, la protection sociale, la culture, les retraites, etc….

  6. Quelle est donc cette “doctrine sociale de l’Eglise” ?
    On voit bien au travers de cette expression que la gauche s’est infiltrée dans l’Eglise.
    Pourquoi n’aurait-on pas plutôt une doctrine nationale de l’Eglise ?
    [L’avez-vous seulement lue ? La DSE date -au moins- du Pape Léon XIII (XIXe).
    Vous pouvez la consulter ici :
    http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_fr.html
    MJ

  7. Non je reconnais ne pas l’avoir lu, merci pour le lien.

  8. Les étrangers ont de la famille dans leurs pays d’origine, dès qu’il n’y aura plus d’allocs, ils repartiront comme ils sont venus et travailleront chez eux. S’ils sont incapables de travailler chez eux, alors imaginez chez les autres… Pas besoin d’imaginer, on connait la réalité.

  9. Il faudrait vraiment que le train déraille, parce qu’il y a toujours autant de gens qui croient encore que tout va bien, malgré les “petites” difficultés ou “ralentissements. A ce moment là, les yeux pourront vraiment s’ouvrir.
    C’est l’effet malheureux du “relativisme”.

  10. Après réflexion, il vaut mieux en effet se prendre le mur.

  11. Attention à ne pas se planter.
    La SNCF est bénéficiaire depuis quelques années déjà.
    La dette importante dont on parle est chez RFF (Réseau Ferré de France, propriétaire de l’infrastructure férroviaire depuis environ 10 ans…. et de la dette!).
    Il est par contre intéressant que l’Etat supporte cette dette, accumulée sur son ordre pour construire les infrastructure qui font aujourd’hui que la France est à la pointe de la technologie ferroviaire=les lignes TGV!
    Il n’y a rien de catholique là dedans, mais prions pour que les mentalités s’améliorent!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services