Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

La France a rendez-vous avec la mort

La France a rendez-vous avec la mort

De Marco Respinti, rédacteur en chef de International Family News :

La France, qui se débat entre un projet de loi sur la bioéthique littéralement aberrant et une dangereuse tentative de reformulation de la laïcité à travers la loi sur le prétendu “séparatisme”, a rendez-vous avec la mort programmée.

En même temps que la loi sur le “séparatisme” qui arrive au Sénat le 8 avril, on trouve une proposition visant à légaliser l’un des nombreux oxymores de notre époque, le “suicide assisté”. En effet, si le suicide est l’acte de se donner la mort par soi-même, celui qui a besoin d’une aide extérieure pour se suicider cesse de le faire par lui-même. Quel est donc le nom de ce geste, si le terme “suicide assisté” ne recouvre rien d’autre que la honte ?

La proposition de demain en est une nouvelle : la quatrième à être présentée au Parlement français. Ce projet est porté par Olivier Falorni, député du “Parti Radical de Gauche”.

Dans l’édition du 5 avril du quotidien français Le Figaro, l’écrivain Michel Houellebecq écritqu’”une civilisation qui légalise l’euthanasie perd le droit à tout respect”. Houellebecq poursuit en proposant que lorsque les partisans de l’euthanasie parlent de ” compassion “, ” le mensonge est palpable ” et que l’explication des raisons avancées pour la proposition de légalisation est ” comique “.

Franchement, je me soucie peu de l’opinion de Houellebecq comme je me soucie peu de celle des autres, à commencer par la mienne. En fait, les routes inutiles sont pavées avec les opinions. Ce ne sont pas les opinions qui font la différence, mais la réalité nue et brute des choses. Tuer des innocents et les colporter sous le couvert de la charité pour un usage personnel est odieusement hypocrite. Autant légaliser immédiatement le meurtre dans toutes ses dimensions : après tout, on peut toujours trouver une opinion et l’habiller comme ont veut.

Si, par contre, la vie associative des hommes a toujours stigmatisé la suppression volontaire d’un innocent au même titre que d’autres crimes, c’est parce que ce ne sont pas les opinions qui comptent, mais les choses sérieuses. Toute association humaine à travers l’histoire de l’homme est basée sur des faits évidents tels que le fait que tuer un innocent est un mal. Ces interdits sont la clôture érigée autour du village pour éloigner le monstre ; si la clôture est abattue, la bête fait inexorablement des ravages jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne dans le village. C’est pourquoi, lorsque Houellebecq affirme qu’une civilisation qui légalise l’euthanasie perd le droit à tout respect, il n’exprime pas seulement ” une opinion “, une voix parmi un brouhaha de commentateurs. Il répète une observation véridique contre laquelle aucune opinion ne tient.

Une civilisation qui légalise la suppression d’une personne innocente est comme une civilisation qui légalise le meurtre : elle abat la barrière et laisse entrer la bête ; ipso facto, elle perd le droit au respect. Et donc, ne respectant pas la dignité des villageois défendus par la clôture, elle n’est pas digne d’être considérée à l’échelle humaine.

Il n’est pas nécessaire d’être un fan du controversé et antipathique Houellebecq pour comprendre que si la France approuve un jour le “suicide assisté”, elle cessera de mériter le respect. Exactement comme les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg ne le méritent pas non plus pour avoir reconnu le “suicide assisté”. Non pas parce que Houellebecq le dit, même si les évidences deviennent plus criardes quand des gens criards les répètent, mais parce que c’est un fait incontestable.

Partager cet article

10 commentaires

  1. La barrière a été abattue et la bête est entrée dans l’enclos en 1975 avec la loi autorisant l’avortement. Depuis elle ne cesse de poursuivre ses ravages sordides et morbides. Jusqu’où ira-t-elle ?

  2. Les vieux s’ennuient, ils ne servent à rien, ils coûtent cher, demandez-leurs s’ils veulent mourir dans la dignité, ils répondront : bien sûr, et bien voilà, allez-y !

    • Exactement. Et on va piquer les jeunes, comme ça ils mourront aussi et il y aura moins d’embouteillages sur le périphérique.

    • vous connaissez beaucoup de vieux qui sauteraient le pas ? alors que l’empoisonnement est facile dans la nature, l’accident par une fenêtre du 2ème étage, ou d’un pont, sans parler d’un noeud coulant qui, là, nécessite un peu plus de détermination dans l’exécution, ou sortir peu vêtu dans la froidure, combien sont vraiment près ?

  3. La France fille ainée de l’enfer…
    La France qui deviens la patrie de la négation de l’homme, la patrie des assassins !

  4. Le ‘Totalitarisme Lent’ essaye de mettre en œuvre ce que son cousin le nazisme a du stopper : l’élimination des improductifs.
    La subtilité est que, là, on persuade les cibles de leur improductivité, de l’absence de sens à leur vie, à leurs souffrances, avant de créer une alternative légale et hygiénique : la boucle est alors bouclée : Au lieu de désigner les improductifs pour les éliminer, on les sature d’une propagande qui leur fait demander la mise à mort : L’alibi de “C’est leur liberté” permettra toutes les éliminations.

  5. “la perte de la dignité est liée au relâchement des sphincters” (professeur Israël). J’ai une petite-fille de deux ans qui n’a aucune dignité. Je suis obligé de lui changer ses couches. Pour autant que je puisse comprendre son babillage, elle n’en souffre pas et ne me demande pas de l’euthanasier.

  6. La Provence d’aujourd’hui consacre plusieurs pages à l’éloge de l’euthanasie. Un encart y est consacré à Marine Brenier, députée LR des Alpes-Maritimes, protégée du maire de Nice Estrosi, trentenaire, défenseur(e) acharnée de l’euthanasie, après l’avoir été du mariage gay et de toutes ces fariboles. Elle a soutenu la candidature présidentielle de l’imposteur Fillon avant de se macroniser. Elle en veut à une malheureuse poignée de ses collègues de parti qui tentent de s’opposer à ce projet mortifère en déposant des amendements. S’il y avait une logique politique, il devrait y avoir un regroupement d’opposition de droite. Mais il n’y a que la logique de la gamelle.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services