Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

« La forme républicaine de notre gouvernement ne peut être mise en cause »

« La forme républicaine de notre gouvernement ne peut être mise en cause »

Samedi 23 janvier en commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi confortant le respect des principes de la République, le député Emmanuelle Ménard a proposé de réécrire le premier article de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, passant de

« La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public ».

A

: « L’Etat français, fort de son héritage chrétien, assure la liberté de culte et la liberté de conscience ».

Emmanuelle Ménard explique :

« ce n’est pas la République, simple régime politique, qui garantit la liberté de conscience, mais bien l’Etat français à travers tous les régimes politiques assumés ». « L’Eglise catholique ne peut être traitée tout à fait de la même manière que d’autres cultes arrivés plus récemment ».

La proposition a fait bondir les habituels députés hystériques, qui ont jugé que cet amendement remettait en cause à la fois la République et le principe neutralité envers tous les cultes. Gérald Darmanin a notamment fait remarquer que

« La forme républicaine de notre gouvernement ne peut être mise en cause ».

Et pourquoi pas ? Cette République étant incapable d’assurer notre sécurité, notre liberté, ni notre identité.

Partager cet article

38 commentaires

  1. Voilà pourquoi en France, la république est un régime totalitaire, un régime qui se méfie du peuple, car depuis l’origine au service d’une bande de profiteurs qui ne veulent pas que soient remis en cause leurs privilèges et leurs prébendes…

  2. Bravo à Mme Ménard, qui doit se sentir bien seule dans ce repaire d’incapables (je me censure). Cela dit, je pense qu’il aurait été plus judicieux de dire « la France, forte de son héritage chrétien », et non « l’état français » qui, pour certains, entraine un effet pavlovien « HLPSDNH ».

    • Au contraire, il faut parler et de l’un « l’héritage Chrétien de la France » et de l’autre « l’État Français » qui font tout deux référence à De Gaulle. Laissons Chirac et ses pitoyables successeur ne pas voir de racines Chrétiennes à la France, qui leur vaut la m… dans laquelle le coq gaulois patauge depuis eux !
      ———————————-

      Charles De Gaulle : Une certaine idée de l’Etat
      samedi 22 juin 2013

      Il n’y a eu de France que grâce à l’Etat.

      La France ne peut se maintenir que par lui. Rien n’est capital autant que la légitimité, les institutions et le fonctionnement de l’Etat.

      Chez Charles de Gaulle, une certaine idée de la France, c’était une certaine idée de l’Etat. Dans sa pensée comme dans son action, la Nation et ses institutions ont été intimement liées.

      Une certaine idée de l’Etat aux origines plurielles.

      D’abord, le fruit d’une forte tradition familiale, habitée du culte du devoir et du respect de l’histoire, d’une éducation qui, dès sa jeunesse, lui a donné le goût de la geste militaire avec ses servitudes et ses gloires.

      Le fruit de la réflexion d’un homme d’étude et d’action à la fois, qui, dès l’admirable Fil de l’épée, puis dans Vers l’armée de métier, analyse les ressorts du commandement, ses conditions, ses responsabilités et son rôle social.

      Mais surtout le fruit de l’épreuve chez un officier qui se sentait porteur d’un message, qui savait qu’il avait raison et voyait la dégradation et l’incurie de l’Etat réduire à néant les chances de la patrie. Epreuve d’une guerre mal préparée et mal conduite et d’une défaite honteuse. Solitude londonienne de 1940, condescendance humiliante des grands Alliés, passivité de ceux que le combat aurait dû réunir autour de lui.

      Charles De Gaulle : Une certaine idée de l’Etat – Geopolintel

      http://www.geopolintel.fr/article682.html

  3. « … La forme républicaine du Gouvernement ne peut faire l’objet d’une révision. »

    — Article 89 de la Constitution

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Article_89_de_la_Constitution_de_la_Cinqui%C3%A8me_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise

    • Certes … « l’Article 89 » … mais, et cela s’adresse aux gouvernants, il faudrait déjà faire respecter les 3 premiers Articles de la Constitution !

      Article premier de la Constitution :
      ————————————-
      « La France est une République indivisible » :
      Les Gouvernements sont trop faibles sur le sujet. Ils sont fautifs depuis des décennies et ne respectent pas les Français. Ils commencent à parler de « séparatisme » du bout des lèvres et sans être fermes.

      « La France est une République démocratique » :
      Où est la démocratie ? Les Français ne votent plus, vus les trucages (affaire Fillon en pleine élection par exemple), les manipulations des médias, le faible taux de participation et d’adhésion des Français, l’absence de référendums sérieux, la non-participation (implication) des élus de toute sorte à la vie politique (maires, députés, sénateurs, …) par exemple

      Article 2 de la Constitution :
      ——————————
      « La langue de la République est le français. » Et pas l’arabe que certains voudraient faire enseigner dès le primaire ; c’est anticonstitutionnel et anti-France !

      « L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
      L’hymne national est la Marseillaise. »
      La lâcheté de certains politiciens depuis des décennies fait que cela est de moins en moins appliqué. Le drapeau est brûlé ou remplacé par des drapeaux musulmans dans les manifestations ; c’est inadmissible !
      L’hymne est sifflé.

      Article 3 de la Constitution :
      ——————————
      « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. »
      Il n’y a plus eu de référendum depuis 20 ans ! Celui de 2005, trahi par Sarkozy, ne compte pas ! Un président minable préférerait faire des tirages au sort de 30 personnes ou mettre aux votes un sujet bidon.

      « Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice (de la souveraineté). »
      C’est pourtant ce qui se passe dans des banlieues musulmanes ou dans certains quartiers de grandes villes gérées par la gauche, le centre ou la fausse droite !

      Etc. Comme disait Brassens : « On est tombé bien bas, bien bas… ! »

      • Je conchie la République, le drapeau tricolore, la marseillaise, la constitution, etc.

        C’était à titre indicatif.

        • Rejoignez les Islamistes, ils vous attendent à bras ouverts !

          C’est aussi à titre indicatif.

        • Je ne suis pas d’accord avec vous, le drapeau, il ne faut pas :
          Le bleu pour la couleur de la Chretienté
          Le blanc pour La Croix de St Michel et de la Monarchie
          Le Rouge pour la bannière de Saint Denys.
          Rappelez vous que la sorcière qui dans la « tombe ira » voulu en changer les couleurs, tant elle représentaient l’héritage, le lien à la Couronne inaliénable de France.

  4. La République maintient fermement cette volonté de mixer la population française avec des apports musulmans uniquement pour couper celle-ci de ses racines chrétiennes, de sa culture et de son histoire. C’est tout l’enjeu du multiculturalisme.
    Il n’est qu’à voir les efforts accomplis dans ce sens par l’Éducation nationale pour saboter l’enseignement nous liant à notre passé, à notre langue, notre identité. Ils ne vont pas lâcher du jour au lendemain ce sur quoi ils travaillent depuis 50 ans.
    L’initiative d’Emmanuelle Ménard est louable mais semble emprunte d’une naïveté assez déconcertante.

    • Vous avez une autre proposition qui puisse être majoritaire à court terme ? Sans être naïve ni déconcertante ?

      Merci de nous la faire connaître.
      C’est urgent !

      • La rep n est qu un systeme de gouvernance qui avilit l homme et lui enléve la liberté et la dignité que lui a donné le christianisme via la Monarchie, au cours des siècles et tant pis si cela vous déconcerte , Meltoisan.
        Les hommes sont pécheurs mais le système royaliste est celui qui élève le plus l âme des peuples , alors que la rep est le système le plus abominable qu il soit , sous de faux dehors tentants et entraine l homme vers les abymes . D ailleurs la rep a atteint sa vraie maturité , elle tombe le masque et nous montre son visage hideux sans artifice .
        Ne confondez pas la France et la république , l une est chrétienne, l autre est laique avec une tendance franc-maçonne . Il faut choisir et vite. Je pense que les circonstances , dans un proche avenir, vont être déterminantes.

        • J’ai malheureusement le sentiment que la France est en voie de déchristianisation et la République en voie de défranc-maçonnerisation… Pardonnez-moi ce néologisme.

          Heureusement, La Croix va nous apporter des éléments de solution :
          « Comment comprendre cette religion (devinez laquelle), beaucoup plus riche et complexe que ce qu’en disent ses adeptes les plus intransigeants ? Quelles ressources détient-elle pour surmonter les défis auxquels elle fait face aujourd’hui ? Comment dialoguer avec les musulmans ? Pour y répondre, Durant deux semaines, La Croix apportera des éléments de réflexion et de réponse. »

          Heureusement il y a aussi « La Petite Feuille Verte » de l’association « Clarifier » pour contrecarrer les collabo rateurs mais cela suffira-t-il ?

          • Pour la « défranc-maçonnerisation », on s’en consolera aisément, ce serait même le bon côté de notre époque, mais je n’y crois guère, c’est plutôt le contraire : l’Infâme est toujours aux commandes du pays …

      • C’est bien ce que je dis, ces propositions sont destinées à rester minoritaires, elles sont seulement symboliques et n’ont qu’un mérite, c’est de rappeler qu’il existe une opposition à cette destruction programmée par la gueuse. Maigre consolation.

  5. Ben voui, la « forme républicaine » est incompatible avec notre héritage chrétien. C’est vrai depuis 1789. Et c’est pour cela que nos curés jureurs et autres évêques vendus sont impardonnables. Ils ont réussi à faire voir cette république comme naturelle aux catholiques français pratiquants. Même si l’origine de cette complaisance est le Ralliement, le Concile a achevé d’arracher du cœur des Français le souvenir du vrai combat mené par les chouans. Dieu et mon Roi. La république en France est intrinsèquement perverse et contraire à la Foi et à la loi naturelle

  6. Bien sûr que si, il faut renverser urgemment la république (régime démoniaque) pour remettre à sa place la Royauté avec un souverain qui sera le lieutenant de Roi des Cieux sur la Terre.

  7. Si dans tous les écrits officiels qui citent le mot État il faut le remplacer par le mot République, sous prétexte que ce mot remettrait en cause la forme du gouvernement, il va falloir embaucher une armée supplémentaire de fonctionnaires

  8. « La forme républicaine…. » est une mère maquerelle et tous ceux qui y participent sont ses enfants.

    • « La forme républicaine…. » est un néologisme creux de plus, une invention darmanienne stupide qui ira en rejoindre tant d’autres dans les cimetières de la médiocrité.

      Il faut parler de République et d’Etat comme De Gaulle ! Et des racines Chrétiennes de la France !

      • Republique et racines chrétiennes, quel bel oxymore ! La république est illégale car dans le Code Civil , article premier, était indiqué, il y a peu , que seul le roi pouvait promulguer les lois . Hélas, trois fois hélas , sans rien dire à personne , un ancien 1 er sinistre ,( Raffarrin, pour ne pas le nommer, f.m. et partisan des chinois ( tiens, tiens) ) , a procédé à une forfaiture en supprimant ce passage.

        • Promulguer les lois ? La royauté le fait encore… On dit à la Reine d’Angleterre « Signez-là ! » et elle signe, au Roi des Belges « Signez-là ! » et il signe,… à ceux de bien d’autre pays d’Europe « Signez-là ! » Et ils le font !

          Ce boulot est paraît-il très bien payé.

          PS : Je n’aime pas du tout l’idéologie ni l’œuvre de Raffarin.

        • Je ne sais pas où vous avez trouvé votre code civil, peut-être en Belgique, mais je n’ai jamais vu le code Napoléon porter une telle mention… surtout un code civil qui par essence définit le droit privé et non le droit constitutionnel ou public.

        • Pardon à vous, je viens de vérifier, c’est vous qui avez raison. Vraiment très étonnant. Ce qu’a fait Raffarin n’a aucune valeur juridique.

  9. Une fois de plus le débat politique tourne à l’hystérie.

  10. La Suisse est une forme de République fédérale.
    La Chine est une République populaire.
    L’URSS était une union de Républiques.
    Et la loi du 9 décembre 1905 s’intitulait « Loi concernant la séparation des Églises et de l’État », et non « Loi concernant la séparation des Églises et de la République ».
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Loi_de_s%C3%A9paration_des_%C3%89glises_et_de_l%27%C3%89tat
    Emmanuelle Ménard ne fait que reprendre une appellation d’origine contrôlée. Mais l’ignorance crasse des amateurs de La Répression En Manœuvres a un effet pavlovien : État = État Français = Vichy = …
    Je suis d’ailleurs surpris que ces zozos n’aient pas encore rebaptisé le « Conseil d’État » en « Conseil Républicain » ou « Conseil de la République ».
    Quant à Dard-malin, il devrait préciser quelle forme de République il préconise et revendique. Celle qu’il semble défendre, sous l’autorité de JUPITER et de CASSE-TÊTE me semble plus proche de la version chinoise ou soviétique que de la version suisse…

  11. bien entendu; personne ne doute de la forme républicaine du gouvernement actuel.
    Mais la France a connu, dans son histoire millénaire, différents types de régimes : la royauté, l »empire, la république.
    Et rien ne dit que le régime actuel est appelé à durer.

  12. Désolé d’apporter un peu de contradiction mais, qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, le fait est que :
    – Certes, l’histoire de France a des racines chrétiennes incontestables, mais :
    – La forme des institutions françaises actuelles est républicaine,
    – Ladite république est laïque et ne fait la promotion d’aucun culte,
    – Que ces combats ont tous été perdus par les catholiques depuis plus d’un siècle, à partir desquelles défaites s’est établi un nouveau consensus national, que cela nous plaise ou non…
    C’est à la fin du XIXe siècle qu’il fallait les mener ces combats ; aujourd’hui, ce n’est même plus du combat d’arrière garde, c’est de la provocation complètement décalée, qui plus est dans une assemblée…de la République…
    Alors à quoi bon aller provoquer les gardes chiourmes du laïcisme, au risque de reforger l’unité d’une gauche laïcarde pourtant fracturée depuis plusieurs années sur la question de l’islamisme et du communautarisme musulman ? En sachant du reste qu’une telle proposition, que l’on peut certes approuver à titre personnel pour se faire plaisir, mais totalement contre-productive sur le plan politique, n’a de toute façon aucune chance d’aboutir ?
    Par les temps qui courent, il y a pourtant d’autres combats bien plus politiques à mener, contre la dictature macroniste notamment…
    Mme Ménard se trompe d’époque, et du reste, l’histoire de France n’est pas du tout la même que celle de la Hongrie ou de la Pologne ; l’évocation de racines chrétiennes n’a et ne peut avoir, compte tenu de traditions culturelles, historiques et politiques qui divergent radicalement, le même impact ici en France que dans d’autres pays… C’est juste un état de fait…

    • Je suis de votre avis. Et idem pour la « lutte » contre les PMA/GPA etc… qui occupent les bons petits cathos désœuvrés alors que le totalitarisme bat son plein…arrêtons de nous tromper de guerre, ce n’est pas une poignée d’antiphysiques qui vont retourner la France cul par-dessus tête. Mais la dictature sanitaire, oui, mille fois oui !

    • À quoi bon pour un catholique de voter, de reconnaître les institutions, de se présenter ?

      Il faut se séparer de tout cela, se communautariser, créer une civilisation parallèle.

      Non ?

      Cela ne veut pas dire mépriser ceux qui ne font pas parti de notre société, ni contribuer au bien commun.

  13. Mais cela ne veut rien dire !!

    Cet assemblage de mots n’est porteur d’aucune compréhension, sauf à instruire sur l’état d’une bête affaiblie, haletante comme presque déjà morte, en incapacité de subvenir au bien commun et qui verrait les privilèges des autres ne plus pouvoir être distribués. L’irréméDIABLE fin ?

Publier une réponse