Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

La force nucléaire française en Allemagne ?

Nicolas Sarkozy a proposé au gouvernement allemand d’ouvrir des discussions sur la manière d’associer l’Allemagne à l’arsenal nucléaire français. La chancelière Angela Merkel et le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier ont refusé cette offre. M. Sarkozy a argué que la force de frappe française protégeait aussi l’Allemagne, voisine directe de la France, et que le gouvernement allemand devait pour cette raison réfléchir à y être associé. M. Steinmeier a rétorqué que l’Allemagne n’avait pas pour objectif d’avoir l’arme nucléaire et qu’elle avait pour cette raison adhéré en 1975 au Traité de non prolifération (TNP).

Michel Janva

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

6 commentaires

  1. Je suis bien d’accord avec l’Allemagne : renonçons à l’arme nucléaire, au porte-avions et à bien d’autres choses. Et à l’arme nucléaire parce qu’elle est immorale.

  2. Dans le même sens et sur France-Culture ce matin, la Ministre de l’écologie a annoncé que NS allait prochainement proposer à l’ONU, une Gouvernance mondiale en matière d’écologie.

  3. Je ne sais trop quoi penser: l’Allemagne a-t-elle tort de ne pas se doter l’arme nucléaire, ou pas? En revanche, Sarkozy devrait se mêler de ses affaires avant celles de l’Allemagne.

  4. ce dirigeant finira mal s’il vend aussi nos secrets nucléaires….

  5. @ Denis MERLIN: Si on peut douter de la moralité d’une arme nucléaire, on ne peut pas, en invoquant l’immoralité, faire le choix de “répudier” le porte avion: ce qui est nucléaire la dedans, c’est sa force motrice, pas ses armes. Et c’est – et de loin – la solution la plus souhaitable comme apport d’énergie pour un porte-avion.
    Par contre, je suis bien de l’avis de HN: mais pour qui il se prend notre président! Laissons les Allemands tranquille.
    Vince
    Si vis pacem, para bellum …

  6. Circonspect, je reste.
    On peut aussi considérer la question sous son autre facette : proposer à l’Allemagne de se mettre sous le parapluie nucléaire français peut aussi se concevoir comme une manière de la sortir en douceur de son alliance, contrainte et forcée, avec les Zuhèsses.
    Ce qui, pour être va priori étonnant, irait néanmoins dans le sens de l’analyse que fait dedefensa du rapport Védrine.
    http://www.dedefensa.org/article.php?art_id=4402

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services