Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La fixette congolaise de M. Macron

La fixette congolaise de M. Macron

Ca y est, il nous l’a refaite ! On veut dire, M.Macron a encore répété que l’épicentre de la langue française était sans doute dans le bassin du fleuve Congo.

C’était le 28 septembre, en visite électorale à la Bibliothèque nationale de France. Il voulait tacler M.Zemmmour et a donc dit :

“notre identité ne s’est jamais bâtie ni sur le rétrécissement, ni à des prénoms ni à des formes de crispation”.

Et c’est là que le Congo intervient, pour soutenir le raisonnement macronien :

« Notre pays, notre nation a été bâtie par deux institutions, l’Etat et la langue […]  Une langue dont l’épicentre aujourd’hui n’est plus sur ces rives de la Seine mais dans doute bien davantage vers le bassin du fleuve Congo »

C’est comme une obsession chez cet homme. Il veut absolument que le Congo soit le centre de la francophonie comme nous l’avions souligné dans un article récent sur son trouble attrait du noir :

« Quand je parle de langue française, je parle de nos langues françaises. Son épicentre n’est ni à droite ni à gauche de la Seine. Il est sans doute dans le bassin du fleure Congo »

Il apparaît donc nécessaire d’essayer de comprendre la légitimité de cette assertion répétée, de faque-tchéquer comme on dit quand on est savant.

Epicentre, c’est un mot macronien, pluri-utilisé ce 28 septembre comme le démontre le tweet ci-après : ça vous pose un homme.

Epicentre, selon les bons dictionnaires, cela signifie foyer apparent des ébranlements au cours d’un tremblement de terre. Comme la France n’a jamais été réellement une terre sismique, que la BNF n’a jamais été détruite par un séisme et que nos informations sur la séismicité du Congo sont assez sommaires, nous déciderons que M.Macron fait référence à un sens figuré, défini dans Le Robert : « Point central d’un phénomène »

De façon opportune, il se trouve que M.Michel Foucher, géographe et ancien ambassadeur, a publié en 2020 un « Atlas des mondes francophones » (Ed. Marie B) et qu’il a accordé un entretien toujours en 2020 « Pourquoi des mondes francophones », publié sur le site diploweb.com.

Retenons trois choses de cet entretien intéressant :

Tout d’abord, deux cartes, l’une des « Alliances françaises », l’autre des populations francophones dans le monde (sur chaque carte, le Congo est souligné par une flèche rouge).

La Fondation Alliance française est une fondation française de droit privé reconnue d’utilité publique et dont la mission est la promotion de la langue et de la culture française à l’étranger. Elle est liée par convention au ministère français chargé des Affaires étrangères et entretient un réseau de centres et instituts culturels français à l’étranger qui, en particulier, forment au français. On remarquera sur la carte qu’un seul pays africain figure parmi les quinze premiers pays par nombre d’apprenants en 2018, c’est Madagascar. Pas de Congo.

Sur aucune de ces cartes, le bassin du fleuve Congo ne semble jouer un rôle géographiquement central, même en le pondérant par le poids démographique. Bien au contraire, plutôt une sorte de terminus en allant vers le sud africain (en faisant exception des TOM/DOM de l’océan indien).

Troisième point retenu de la lecture de cet entretien : M.Foucher parle des mondes francophones pendant quatre pleines pages.

Voilà d’ailleurs le paragraphe qu’il consacre à une « francophonie du sud » :

« La francophonie du Sud – Maghreb et Machreck, Afrique occidentale et centrale – est supposée, dans les projections démographiques, prendre le relais, au milieu du XXIème siècle, de la nation mère, la France dite « métropolitaine » précisément. En réalité, la progression de l’usage de la langue française ne se réalisera qu’à deux conditions : d’une part, par un effort accru d’investissement dans la formation des enseignants de français, dans un continent qui a connu la plus forte progression de l’accès à l’école primaire, grâce aux contributions des budgets nationaux et des ménages ; d’autre part, par la démocratisation de l’usage d’une langue qui reste perçue comme celle des élites urbaines et qui est rarement la première langue parlée à la maison. Avant de scolariser en français, il convient de le faire dans les langues vernaculaires et véhiculaires ».

Au total, il cite un grand nombre de pays francophones. A aucun moment, il ne cite le Congo : l’épicentre lui a totalement échappé ! Le grand ébranlement congolo-macronien, il ne connaît pas !

Alors comment comprendre cette fixette macronienne ? Trois hypothèses viennent à l’esprit :

  • Macron trouve que la commission Bronner contre le complotisme et les fausses informations n’aura pas assez de grain à moudre avec le journal Le Monde, BFM TV et son ministre Véran et il veut lui fournir du grain à moudre supplémentaire.
  • Selon M.Macron, la France aurait été bâtie par deux institutions : l’Etat et la langue. Comme il ne rate jamais une occasion de soumettre l’Etat à une prétendue souveraineté de l’Union européenne, pour être sûr de bien détruire la Nation il décide en plus d’une délocalisation congolaise de la langue française.
  • Comme on sait que M.Macron a eu des fixations affectives précoces, peut-être a-t-il eu une nounou Bantou avant de passer à l’atelier théâtre ?

Ou peut-être les trois à la fois ?

Partager cet article

10 commentaires

  1. Quoiqu’il en soit, si nous continuons, Paris et la France risquent de devenir l’épicentre de l’anglo-americain ! Avec la complicité des français eux-mêmes …

  2. Un élément d’explication : en ancien khâgneux un peu laborieux mais plein de bonne volonté littéraire, Macron veut jouer au président amoureux et protecteur des arts et des lettres, avec une pincée d’originalité pour faire chic. Conclusion : les français ont élu un gamin, un immature. Comment cela pourra-t-il être autrement, n’ayant pas quitté sa maman de substitution depuis l’âge de quinze ans.

  3. Et voilà maintenant que « l’épicentre de la langue française était sans doute dans le bassin du fleuve Congo. » ! On n’est pas à une erreur de géographie près :

    Rappelons-nous de « l’île de Guyenne » en 2017

    Mais aussi de ce jeune français qui « rejoint sa mère expatriée en Guadeloupe pour Noël » !

    Enfin, son livre dans lequel il explique « Lorsqu’on habite Stains en région parisienne ou Villeurbanne en région lilloise,… »

    Et c’est BFMTV qui le dit !

    Et si la prochaine fois on élisait un Français, un Français qui aime la France et ne fais pas en permanence des erreurs de géographie ou repentances historiques absurdes en notre nom ?

    https://www.bfmtv.com/politique/l-ile-de-guyane-n-est-pas-la-premiere-bourde-geographique-de-macron_AN-201703270070.html

  4. On a envie de dire du président ce que R.Aron disait de Chirac : ” il est d’une ignorance encyclopédique .”

  5. Vous oubliez qu’il aime être photographié entouré d’hommes à la peau noir. Emmanuel est un psychopathe, selon toute vraisemblance. Il est une ‘victime’. J’attends le rapport Sauvet sur l’Education nationale.

  6. A l’évidence, le conseiller de Macron pour l’Afrique subsaharienne est aussi doué que son conseiller pour le Maghreb, l’ineffable Benjamin Stora qui roule plus pour l’Algérie que pour la France, réflexe pavlovien des gens de gauche pour qui tout est prétexte a démolir leur pays.

  7. et s’il se mettait en tête que les journaleux français doivent parler français comme les québécois ou les africains sans utiliser des mots anglais inutiles

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services