Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La “droite” offre la présidence du Conseil départemental du Gard à la gauche

La “droite” offre la présidence du Conseil départemental du Gard à la gauche

Suite à l’élection au sénat de Denis Bouad, le Conseil départemental devait élire un nouveau président.

Quelques minutes avant l’élection du conseil départemental, les élus de la Droite et du Centre (pourtant alliés lors de l’élection de 2015) ainsi que l’état-major de leurs partis ont déclaré :

« Nous présenterons, dans la transparence la plus totale, une démarche d’union de la Droite et du Centre. Il y aura une double candidature ».

Cette double candidature sera incarnée par le républicain nîmois, Richard Tibérino et l’élue centriste du canton de Marguerittes, Joelle Murré. Ils seront opposés à la candidate socialiste Françoise Laurent-Perrigot.

Nicolas Meizonnet (photo), élu RN, apostrophe la Droite :

« Nous avons la possibilité d’en finir avec ce pouvoir de Gauche destructeur. Nous apporterons nos voix à monsieur Tibérino. Ce que vous faites ce matin, en présentant deux candidats, c’est assurer la réélection de la Gauche de façon certaine ! N’ayez pas peur de regarder la réalité en face. Vos électeurs, qui sont un peu nos électeurs, ne comprendraient pas un choix différent… Acceptez nos voix ! »

La candidate socialiste Françoise Laurent-Perrigot se place en première position du premier tour avec 22 voix contre 16 pour le candidat Les Républicains Richard Tibérino, soutenu par les trois élus Rassemblement national. Enfin, la candidate centriste Joëlle Murré a recueilli 7 suffrages.

Les candidats de la Droite et du Centre retirent leur candidature :

« Notre union ne permet pas de porter un candidat ». « Malgré un climat délétère pendant la campagne des Sénatoriales, la Gauche fait le plein de ses voix. Le Rassemblement national est à l’opposé de ce que m’ont inculqué mes parents, surtout en cette période de deuil qui me touche (Richard Tiberino vient de perdre son père, NDLR). Je retire donc ma candidature. »

Au deuxième tour, la candidate de Gauche, Françoise Laurent-Perrigot arrive en tête avec 22 voix sur les 45 votants. À l’issue de ce vote, le président du Rassemblement national, Nicolas Meizonnet, s’est déclaré candidat au troisième tour.

Au troisième tour, la candidate de la Gauche, Françoise Laurent-Perrigot est élue à la majorité relative avec (encore) 22 voix. Le candidat du Rassemblement national, Nicolas Meizonnet, a récolté 3 voix. Les autres se sont abstenus ou ont voté blanc.

Partager cet article

14 commentaires

  1. Et voila, entre autre, pourquoi Macron sera réélu en 2022

  2. Les républicains sont écœurants, une fois de plus ces lopettes qui devraient être à LREM n’ont même pas eut le cran de voter pour la socialiste.
    Ils sont vraiment là uniquement dans le but d’annihiler les voix de la droite ! Et ça marche !
    Il y a encore des imbéciles pour voter pour eux, c’est hallucinant d’être aussi stupides.

  3. Je pense que le mieux c est d’inonder de messages désapprobateurs le mail de la fédération LR du GARD (le centre,c est pas utile,c’est à peu près 1 pelé et 3 tondus)

    [email protected]
    et son président : [email protected]

  4. Traitres et orgueuilleux.

  5. indécrottables !
    vous voulez faire quoi avec eux ? d’autant que ce n’est pas leur coup d’essai

  6. Même si Marine Le Pen se ralliait à une immigration massive et proclamait son athéisme, ce Tiberino continuerait à la snober par fidélité à l’enseignement de feu son père. Tiberi a été maire de Paris avant de céder la place aux gauchos. On est passés de Tiberi yes à Tiberi no.

  7. à tarascon, le rn a bien fait élire la gauche à la mairie
    ils sont complètement idiots, tous ces politicards dont la seule ambition est de conserver leur place

  8. C’est les électeurs LR qui vont être contents … cocus mais contents !
    Espérons que la prochaine fois ils feront attention au bulletin qu’ils mettent dans l’urne.

  9. Gauche + centre + trés fausse droite , en moyenne , ça donne larem. Ma Créon va trépigné de joie et faire de gros poutous de joie à sa mémé brigit.

  10. Je n’ai pas saisi le pourquoi du mot “union” alors qu’il y a deux candidats ? Font-ils dans l’ironie ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]