Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La “droite” en recherche de repères

Le débat au sein de l'UMP sur le travail dominical révèle la fracture entre une "droite" pour laquelle le bien commun repose sur des valeurs autres que boursières, et une "droite" qui n'a plus rien à envier au gauchisme révolutionnaire, au sens où est révolutionnaire ce qui détruit l'ordre naturel. La suppression de la carte Famille nombreuse et les velléités du gouvernement de placer les allocations familiales sous conditions de ressources avaient déjà provoqué une levée de bouclier dans la majorité. De même que le projet de banalisation du divorce. Ou les déclarations de Nadine Morano en faveur des mères porteuses, de l’euthanasie ou de la signature du pacs en mairie.

U Cela fait longtemps que Nicolas Sarkozy apparaît comme plus « libéral » sur les questions de société qu’une partie des élus de droite, déclarant lui-même :

"Le clivage droite-gauche n’existe plus, il n’y a qu’un clivage entre les anciens et les modernes".

Le secrétaire d’État à l’outre-mer, Yves Jégo, analyse :

"Nicolas Sarkozy veut redéfinir les valeurs de la droite. Pour être élu, il s’est appuyé sur la droite de la droite. Pour gagner en 2012, il faudra convaincre la gauche de la droite."

La secrétaire générale adjointe de l’UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, explique :

"Il s’agit de définir ce que cela signifie d’être de droite aujourd’hui. Par le passé, la droite avait une image conservatrice tandis que la gauche était progressiste. Aujourd’hui, c’est le contraire. Être de droite, c’est revendiquer des valeurs affirmées, tout en acceptant de les confronter au monde contemporain."

Le secrétaire général de l’UMP, Patrick Devedjian, pense que

"la droite a cessé d’être conservatrice. La gauche, qui a perdu son leadership culturel, est absente sur le plan des idées. Ce qui laisse à la droite une grande marge de manœuvre pour redéfinir son champ et ses valeurs. C’est l’occasion pour elle de remettre en question beaucoup de ses fondements, d’opérer un vrai travail de rénovation idéologique."

Avec l'aide des Jeunes Populaires de l'UMP et de Gaylib… Et malgré les oppositions de certains députés, comme Jean Leonetti :

"Cela commence à me fatiguer qu’au nom de la modernité, on passe tout de suite pour un ringard. Les ringards, ils essaient de s’occuper de l’essentiel, quand les modernes, eux, ne voient que l’accessoire. 

De même, pour Hervé Mariton :

"Le problème, c’est qu’on a l’impression qu’il s’agit davantage d’être dans l’air du temps que de se doter d’une doctrine. Au fond, on a le sentiment que le président de la République a peur d’incarner un pouvoir qui passerait à côté de la modernité. À force de vouloir brouiller les frontières, le risque est de ne plus savoir où l’on est et de perdre des électeurs au passage."

Michel Janva

Partager cet article

7 commentaires

  1. Il n’y a pas plus de valeurs de droite, que de valeurs gauche, mais seulement des valeurs universelles pour le Bien Commun.
    Le modernisme de l’UMPS est plutôt rétrograde.

  2. Pour redonner des idées à la droite :
    http://www.valeursdavenir.com/index.php?option=com_content&task=view&id=68&Itemid=26
    Dîner de Gala, Lundi 26 janvier 2009
    Le Dîner de Gala de soutien à l’association aura lieu Lundi 26 janvier 2009 à partir de 20h00 dans les Salons de l’Hôtel Dassault – Artcurial, 7 rond-point des Champs-Elysées, Paris 8ème.
    Jacques Séguéla et Monseigneur Dominique Rey présideront cette soirée au cours d’un débat ” Foi & Communication “.
    Le nombre de places étant limité, nous vous invitons à réserver dès à présent vos places en téléchargeant l’invitation ci-dessous, et en nous renvoyant le coupon-réponse.
    PDF : Invitation
    Valeurs d’Avenir

  3. Chers amis,
    Je suis un lecteur régulier de votre blog, que je trouve très intéressant (surtout en comparaison du blog de Golias), plein de vérités… et de réalités. Je rejoins tous vos propos, enfin, presque. Je voulais juste vous dire que au sein des jeunes populaires, et de l’UMP, tous ne sont pas favorable à la présence de Gaylib, ni pour notre participation à la gaypride, tous ne sont pas tous favorable à l’euthanasie, nous sommes pas tous pour l’IVG. Je suis adhérent jeunespop, mais, sachez que l’UMP a encore au sein de ses instances des membres conservateurs, attachés à la tradition française notamment au sein du conseil national.
    Il est vrai que nous avons une tendance actuelle à se “gauchiser” mais sachez que les bases ne sont pas favorable à ces dérives. Je suis pour la dissolution de Gaylib comme beaucoup de jeunes pop, ou même d’adhérents UMP. Je me reconnais en outre dans les propos de monsieur le député Vanneste. Nous ne sommes pas tous des UMPS, il reste des gaullistes, des orléanistes, et même des personnes qui ont une tendance “blanche”, je pense que vous comprendrez!!! Nous ne sommes pas tous des néosocialistes.
    Il reste donc une UMP de droite, et même je dirais catholique.
    Avec toutes mes amitiés sincères. Croyez acquise ma prière.

  4. Très juste analyse de Michel Janva.
    C’est bien la poursuite de “l’air du temps” qui fait le fil directeur de l’UMP(S) et de son chef (toujours le même).
    Mais cela ne fera plus son succès à l’avenir, ça c’est certain.

  5. @ michel
    Attention à ne pas confondre le Bien commun et l’intérêt général….

  6. @Charles
    Je veux bien croire qu’il reste des gaullistes, des orléanistes, etc… à l’UMP. Le problème est que consentants ou non, ils participent objectivement à un parti qui pourfend leurs valeurs.
    S’ils sont en désaccord avec l’essentiel de ce qui se fait à l’UMP (car nous parlons de valeurs essentielles n’est-ce-pas, pas de simples opinions personnelles), que font ils encore dans ce parti ??? Il faut agir en conformité avec ses opinions. Une idée, même bonne, qui n’est pas mise en oeuvre reste stérile, et l’enfer est pavé de bonnes intentions.
    De toute façon soit ils sont minoritaires à l’UMP et donc n’ont aucune chance de le plier à leurs désirs, soit ils sont très nombreux et alors qu’attendent-ils pour se rassembler et fonder autre chose à côté de ce radeau pourri qu’est l’UMP ???

  7. Pour ce qui est de perdre des électeurs, c ‘est fait. Je predis un e bonne claque électorale de la part de sa “base ” electorale dite de droite.
    Dans u film de Verneuil, Le Président, Jean Gabin (qui jouait le Président)rappelait qu’il y a deux tyes de droites: la droite qui défend la famille, la droite ploutocrate. Devinez celle que les francais ont élue…?

Publier une réponse