Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La dérive politique du FN dénoncée par un de ses membres

Michel Hubault, conseiller régional FN de l’Indre, réagit dans Présent aux propos de Jean-Marie Le Pen :

Mh "pour nous, catholique et Français, le national-socialisme allemand a révélé sa singularité démoniaque en voulant détruire le peuple élu de Dieu, celui de la mère de notre Seigneur Jésus-Christ, le peuple de saint Pierre et de saint Paul. […] Le 28 avril, le secrétaire général du Front national, Louis Aliot, écrivait : «Les propos de Jean-Marie Le Pen n’engagent pas le Front national. Ils ne constituent en aucun cas une ligne politique.» Ce n’est pas mon avis. Jean-Marie Le Pen n’est pas un quidam irresponsable, mais un dirigeant politique. Adhérent du Front national depuis plus de vingt ans, conseiller régional de ce parti depuis 1998, même si l’année dernière je n’ai pas participé au congrès de Bordeaux, j’estime que si je garde le silence, les propos publics de son président m’engagent, d’autant plus que dans ce cas-là ils correspondent à une dérive politique.

En 1987, le Front national était le parti français le plus «atlantiste». S’opposant à la politique arabophile des gouvernements de la Ve République, il estimait aussi que les Israéliens […] constituaient un bastion de l’Occident dans un monde arabo-musulman soutenu par l’URSS. Vingt ans plus tard, seule l’extrême gauche communiste semble le concurrencer dans l’anti-américanisme et dans «l’anti-sionisme». C’est le résultat d’une dérive, commencée il y a quelques années et qui s’est accélérée en 2007, avec la promotion de l‘écrivain marxiste Soral, le rapprochement avec des personnalités comme Dieudonné ou «le nationaliste- révolutionnaire» Christian Boucher, viscéralement opposées aux valeurs de la droite catholique. Progressivement cette ligne « national-gauchiste » s’impose qui, considérant les Etats-Unis comme l’ennemi principal, a de la sympathie pour les mouvements islamistes et pour les régimes anti-Occidentaux au Moyen-Orient, (notamment la Syrie et l’Iran). […]

Ne nous trompons pas d’ennemi."

Michel Janva

Partager cet article

39 commentaires

  1. Monsieur Hubault crache dans la soupe ! Qu’il commence par démissionner de son mandat de conseiller régional puisqu’il ne se se sent pas bien chez nous ! De surcroît, fonctionnaire européen attaché au groupe des députés français, je ne comprends pas qu’il ne rende pas son tablier et tous les avantages qui s’y rattachent ! Il serait crédible !Comment peut-il oeuvrer efficacement à notre combat?
    [Merci de commenter plutôt le fond. Il est tout à fait légitime de critiquer certaines lignes de son propre parti, sans être obligé d’en démissionner. C’est ainsi que des députés UMP critiquent régulièrement les décisions prises par les membres d’un gouvernement issu de leur rang. MJ]

  2. Ce n’est pas en 2007, mais en 1990, que Jean-Marie Le Pen a pris position contre la guerre du Golfe et contre la géopolitique américaine dans la région.

  3. En tant que catholique , il m’est impossible de me reconnaître dans les propos de Le Pen.

  4. Tout d’abord, Jean-Marie Le Pen n’a jamais pris la défense du nazisme contrairement à ce qui est sous-entendu au début de l’article.
    La première affaire du détail était montée de toutes pièces. C’était un délit d’intention, une extrapolation des paroles de JMLP. Par conséquent, la 2° affaire du détail n’a pas plus de valeur que la première.
    On ne sortira jamais de cette controverse si on ne prend pas le temps de regarder qui a financé le nazisme, si ces financiers existent toujours ou non. Quel est spécialement le rôle de la famille Bush dans ce financement ? (d’où l’intérêt de la saillie de Le Pen sur la IG FARBEN)
    Et puis ce qu’il en est aujourd’hui de l’ésotérisme qui a donné naissance au nazisme dans l’actuel new-age, végétarianisme, écologisme, eugénisme.
    […]
    [Je n’ai pas mis l’intégralité de l’article, pensant, à tort, que c’était clair pour tout le monde : la récente déclaration de JMLP contredit celle de 1987. Voici le début de l’article de MH :
    “Les propos de Jean-Marie Le Pen, rapportés le 25 avril par le journal Bretons, ne sont pas seulement une énième redite du « point de détail ». En 1987, cette expression pouvait donner lieu à plusieurs interprétations. La gauche et les grands médias ayant choisi la pire d’entre elles, le président du Front national avait, le 18 septembre, précisé sa pensée : « Cette réponse était claire et, pour des gens de bonne foi, ne laissait planer aucun doute sur ce que je pense du martyre du peuple juif d’Europe par les nazis et sur la condamnation que je porte sur ce crime… »
    Ce « crime » qu’il dénonçait en 1987, aujourd’hui Jean-Marie Le Pen semble en contester l’existence : au journaliste de Bretons qui remarque que les Allemands ont « déporté des gens pour les amener dans des camps juste pour les faire tuer », il répond : « Je ne me sens pas obligé d’adhérer à cette vision-là. » ”
    C’est cette dernière déclaration -contradictoire avec celle de 1987- que conteste MH.
    Nota : j’ai supprimé la fin du commentaire, totalement hors-sujet.
    MJ]

  5. Après 30 ans finalement le bilan de Le Pen est très globalement négatif.Il s’est fait plaisir et a fait parler de lui. Politiquement, à part Bompard et son épouse à peu près rien ne subsiste de cette période … et encore si Bompard subsiste c’est qu’il a su se démarquer à temps de ce qui n’est plus qu’un vieil autocrate dont la sénilité progressive masque ce qui lui restait de prudence et de retenue. Tout cela est bien triste.

  6. Le Front national super atlantiste ?
    Jean-Marie Le Pen aux BBR de 1997 :
    « Les diktats à répétition de l’administration Clinton prouvent que l’Amérique n’attend qu’une chose des Européens : une soumission pure et simple à leur volonté, et la transformation de leurs armées nationales en harkas du Nouvel Ordre Militaire Mondial. L’élargissement de l’Otan est, à cet égard, un piège mortel pour les nations d’Europe. La France, qui sut longtemps préserver une fragile indépendance à l’égard de l’Otan, a beau multiplier les gesticulations médiatico-diplomatiques, elle n’en est pas moins devenue en deux ans de présidence chiraquienne, un partenaire obéissant. Il s’agit là d’un retournement géopolitique sans précédent. Loin de prendre ses distances avec les Etats-Unis comme ils prétendent le faire croire, nos dirigeants administrent jour après jour la preuve qu’ils ont renoncé à maîtriser notre politique étrangère et renoncé à défendre l’intérêt supérieur de la France. »
    Programme du Front national de 2001 :
    « L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord n’ayant plus de raison d’être depuis la disparition de la menace soviétique, la France dénoncera donc ce traité et retirera ses forces de son organisation militaire, comme elle cessera de participer à l’assemblée de l’Union de l’Europe Occidentale qui en est le “parlement”. »
    L’OTAN n’a plus de raison d’être depuis la disparition de la menace soviétique : telle est la position du Front national depuis la chute de l’empire soviétique. Pas depuis Soral. Depuis 1990. Et il eut immédiatement l’occasion de la préciser lors de la première guerre du Golfe.

  7. Pour répondre à l’autre Jean-Claude : le débat ici n’est pas sur la catholicité de JM Le Pen.

  8. EN EFFET, NE NOUS TROMPONS PAS D’ADVERSAIRES ET NE CHERCHONS PAS LES POUX LA OU ILS NE SE TROUVENT PAS.
    Nous avons le droit comme dans tous partis d’être d’accord ou pas d’accord avec le chef du parti. Nous avons le droit de le dire mais nous n’avons pas de le droit de donner des armes à nos adversaires pour qu’ils s’en servent.
    Si je suis personnellement d’accord avec M HUBAULT sur la phrase, je suis par contre tout à fait d’accord avec l’analyse du “colonel”.
    Un de nos slogans dit que quand on aime pas la France on la quitte, un autre pourrait dire quand on donne des armes a ses adversaires on devient un adversaire.
    Les autres partis l’ont tous bien compris, et il semblerait qu’il n’y ai que chez les nationaux que l’on ne comprenne pas cela.
    Croyez vous que la seconde guerre mondiale soit le centre d’intéret de nos compatriotes ? Ne croyez vous pas qu’ils aient d’autres besoins de vous ?
    Si pour vous faire plaisir aux médias vous etes prêt a tout alors sans doute vous n’avez plus votre place au FN, ni votre place dans les élus des électeurs du FN. Car ne vous y trompez pas, vous, les TOUZE, les FERRIER, les WAGNER que pour la plupart personne ne connait, vous devez vos places aux électeurs du FN que vous représentez ou que vous abandonnez dans ce cas avec CHARGES ET PREBENDES.

  9. J’ai toujours été méfiant à l’égard du FN, parce qu’il y grouille des gens vraiment peu recommandables, et on ne sait pas si les dirigeants leur sont complaisants ou pas…

  10. Une chose est de refuser l’antisémitisme, autre chose est d’être pro israelien ou sioniste. M Hubault confond les deux. Comme un simple quidam reformaté par la télé. Il aurait pu se rappeler que ni Mitterrand ni De Gaulle ne confondaient les deux …
    D’autre part, ‘l’atlantisme’ des années 60-80 n’a rien à voir avec la situation actuelle : comment un ‘responsable’ politique peut il s’en tenir à des schémas de lycéens dépassés ?
    Enfin si M Hubaut pense que les propos de M Le Pen ne doivent pas constituer une ligne politique de son parti, il serait plus logique qu’il soutienne M. Aliot qui est bien placé dans ce parti pour savoir ce qui relève de la ligne du parti ou des opinions du chef.
    Je précise que je n’ai aucun lien avec le FN, sauf celui de citoyen -catholique- ayant voté souvent pour lui parce qu’il n’y avait rien de mieux sur le marché

  11. Une presence aux Etats-Unis permet de comprendre exactament leur vision. Les americains voient l’Europe, depuis la Revolution francaise -clairement decrite comme anti-chretienne dans leur livres d’ecole, ce que je n’avais jamais lu en France- comme un continent a tendance antichretienne predominante dans ses forces politiques, et que cette tendance ne peut manquer de s’imposer durablement etant donne l’absence de fondement religieux (aux Etats-Unis, 2 des 4 peres fondateurs ont expressement donne un socle religieux a leur construction). Donc l’atheisme ne peut que dominer tot ou tard en Europe, avec les consequences observees au 20eme siecle, et ainsi l’Europe est un ennemi potentiel ou avere, aggrave et recurrent. Et ils n’ont pas tort, car c’est la vision des papes: sans monarchie, ou au minimum sans fondement religieux de notre forme republicaine de gouvernement, le Bien ne peut dominer, et en ce qui nous concerne dans l’Hexagone, sans fondement chretien, l’Europe ne sera pas un espace de liberte et de progres selon Benoit XVI. On ne peut donc pas reprocher aux Americains de nous voir majoritairement comme un ennemi. D’ou le merite qu’on ne peut retirer au President Sarkozy d’avoir affirme ou reaffirme le fondement chretien de la France, et ce faisant, possiblement donne un fondement chretien a la Republique? Si notre republique a d’autres fondements, c’est peut-etre la l’encoche qui commence a faire vibrer l’edifice ou qui lui evite le pire.

  12. Je rajoute que d’autres forces negatives de la societe americaine, issues des 2 autres Peres fondateurs de l’Amerique, poursuivent eux le modele d’une societe europeenne athee mais infeodee aux Etats-Unis (car a la difference de ces forces chez nous, leur but premier est de dominer a leur profit). Ainsi les chretiens Americains doivent-ils a la fois contrer l’Europe a double titre: comme etant logiquement un enemi exterieur soutenu par leur ennemi interieur celui-ci ne devant pas se trouver renforce par le triomphe du premier.

  13. Enfin, il faut ajouter l’invasion musulmanne comme element negatif determinant d’appreciation de l’Europe par les Etats-Unis.

  14. C’est en 1993 que le Front National a commencé à trahir l’anticommunisme, en soutenant les Serbolchéviques en Bosnie.

  15. Michel HUBAULT a totalement raison sur cette analyse de la dérive du FN, qui ne porte pas que sur la politique étrangère.
    Cependant, pourquoi l’a t il pas énoncée plus tôt, lui et les amis de B. ANTONY, c’est à dire quand elle a commencé à se manifester au sein du FN, dès les années 1990 ? Aujourd’hui que JM LP aborde la période de sa succession, dans des conditions qu’il a lui-même rendues difficiles, je trouve étonnant que certains élus, responsables, et membres des instances dirigeantes du FN ”découvrent” et proclament une évidence qui a maintenant…. 15 ans.
    Oui, dès les années 1990 le FN a choisi d’être philo arabe, et anti américain de principe, oui, dès cette période, le FN a abandonné les idées de libertés civiques et économiques pour défendre le modèle social français instauré par Maurice THOREZ en 1945. Oui, alors le FN a choisi de défendre un nationalisme jacobin aux antipodes du patriotisme décentralisateur de la droite française. Il devenait ainsi aussi technocratique dans ses idées que le devenait sa direction, deux énarques et un polytechnicien hauts fonctionnaires venus des partis UDF et RPR qui imposèrent au FN le modèle de la Vème République gaulliste.
    Beaucoup s’en étonnaient et il leur fut répondu qu’ils n’étaient pas modernes, ou que les idées avaient moins d’importance que l’organisation et l’efficience de la structure, que les méthodes d’action avaient un rôle majeur par rapport à la stratégie.etc……
    Cela entraîna les échecs et la stagnation électorale, et les querelles internes qui conduisirent à la scission, etc…
    Mais alors la parole critique de Bernard ANTONY et de ses amis, dont Michel HUBAULT, manqua énormément dans le débat. Tétanisés par le poids des néo païens de la Nlle Droite, ils semblaient décidés à ne plus défendre le point de vue catholique, mais uniquement les intérêts d’un énième clan, le leur.
    Voilà pourquoi un réveil si tardif et si incomplet ne peut suffire : que proposent-ils comme idées et propositions alternatives, à part de rejoindre une autre structure ?
    Sans débat sur les idées fondamentales, aucune refondation, interne ou externe au FN, ne pourra réussir.

  16. Le débat interne au FN sera de toute façon très fécond si la ligne “souverainiste” est gardée. Je trouve cela positif. Merci.
    Sur le fond :
    1/ Tout à fait d’accord avec M. Hubault sur le refus de l’insistance sur le détail (même monté de toute pièce à l’époque) et pour les mêmes motifs qu’exposés. La défense de la liberté de pensée (effectivement préoccupante) peut se faire sur la famille, l’immigration. Par ailleurs (mais c’est secondaire) je trouve cela désastreux à l’heure ou le FN a un vrai potentiel au vu de l’actualité gouvernementale.
    2/ En revanche désaccord sur l’atlantisme. Il n’est que de voir l’atlantisme de NS à l’oeuvre : destruction de l’industrie et de la Défense Nationale, lien avec l’UE (§ 27, Traité de Lisbonne) et absence totale de politique étrangère autonome… Je ne pense pas que ce soit l’avenir de la France.

  17. Encore heureux que le FN n’est plus atlantiste… je vois pas en quoi nos intérêts seraient forcement liés à ceux des américains. On ne va tout de même pas rappeler toutes leurs prises de décisions contraires à nos intérêts nationaux, il y en a tellement.
    Quant à cet amalgame entre les propos de le pen sur les chambres à gaz, le nazisme et son soit disant anti-américanisme… je trouve ces propos très orientés et assez mesquins à vrai dire. Le FN est certes très imparfaits, mais ce n’est certainement pas ses orientations géopolitiques qui sont les plus critiquables… tout cela est ridicule.

  18. Il est vrai qu’on peut dire que le débat ici n’est pas la catholicité de X ou Y .
    Sur la blogoshère , tout article permet en principe de faire un commentaire ne se rapportant qu’à un élément de l’article concerné. Ici en l’occurence l’élément pour moi est Le Pen et conséquemment son parti . Je ne suis pas français ni ne vis en France , donc mon commentaire vient de quelqu’un de l’extérieur.
    Ce site se présente comme un site de catholiques .J’en déduis que pour ceux qui surfent et commentent sur ce blog les valeurs chrétiennes de l’Evangile sont primordiales et s’appliquent à tous les aspects de la vie humaine , y compris la politique . Et dans cette optique , un nombre important des dires et des choix du leader et des membres dirigeants du FN sont totalement incompatibles avec le message de Jésus-Christ , notamment l’accueil et le respect de l’autre et le respect de la mémoire des autres.
    Je vous accorde que cela n’est pas directement en rapport avec l’atlantisme ou non de ce parti ou autres choix géostratégiques.

  19. c’est ca entretuons nous!
    les medias adorent ca
    faisons notre waterloo nous meme.
    n’y a t il pas un Cambrone pour crier MERDE

  20. Pour moi français de bon sens, il me semble mirobolant d’imaginer que Jean-marie Le Pen pourrait avoir la moindre sympathie pour un régime politique allemand (le nazisme pour ne pas le nommer) dont il a été directement une victime puisqu’il a perdu son père lors de la 2ème guerre mondiale et qu’il est pupille de la nation à ce titre.
    Pour moi catholique, il m’insupporte de voir des coreligionnaires se drapper dans les voiles de la religion pour adopter des postures indignées pour hurler avec les loups.
    J’en deviendrai voltairien…

  21. C’est aussi en 1993 que le Front National a trahi l’antisocialisme, en se mettant brusquement à prôner un protectionnisme qui n’est que l’aspect du socialisme le plus propre à duper les gens de droite.

  22. Et bien ! Le salon Beige fait fort avec JMLP.
    La semaine dernière 18 commentaires , aujourd’hui 20. JMLP ne laisse donc pas indifférent. Je trouve cela très bien.

  23. Je vous remercie Michel Janva de relayer la voix des catholiques qui proches ou au sein du FN condamnent le plus fermement du monde les denriers propos de JLMP. J’ai la nausée en voyant des catholiques essayer de justifier ses propos en essayant de nous faire croire qu’ils voulaient signifier le contraire de ce qu’ils expriment… ou mieux qu’il s’agit pour JMLP d’éprouver notre degré de démocratie (!!).. Pour “catho de base” et son commentaire ci dessus, je lui rappellerai que Hitler avait lui aussi de belles médailles-une croix de fer- de la première guerre mondiale… Un garçon très respectable. Ceci prouve une chose, bcp ont donné leur foi moins à Jesus Christ qu’à leur milieu social, leurs petites habitudes, au Fn ou à JMLP et ce au point de perdre tout discernement quant à des dérives inaceptables qui discréditent l’ensemble des convictions que nous défendons dans l’esprit du public par le scandale et la honte qu’il jette autour de lui. Je reste par ailleurs persuadé que malgré son talent JMLP joue un double jeu ou au minimum préfère ses audiences télé à l’avenir de la France ou de son parti.

  24. PS : A “catho de base”, vous portez bien votre pseudonyme, je le dis sans méchanceté. Vous commencez par “Moi, français de bon sens…”. C’est une chose d’avoir un peu de bon sens mais prenez garde que cela ne devienne une attitude paresseuse et grégaire qui vous épargne un vrai discernement par la raison… Un discernement courageux.

  25. @Pascal G.
    Je me demande si le débat sur le jacobinisme n’a pas aujourd’hui plus d’objet et que cela ne soit plus qu’un concept.
    1/ Car que peut recouvrer concrètement et politiquement les termes de jacobinisme et d’anti-jacobinisme :
    – après les lois décentralisatrices Deferre et Rafarin
    – avec la “construction” européenne qui fait – de fait 80 % des lois et mêmes les Négociations paritaires interprofessionnelles (par ex. réforme du marché du travail…) – ne sont que les transpositions de directives. Les eurorégions (inter-étatiques) promus par l’UE ne “récupérant” pas les prérogatives de l’UE et ne servant que de supplétifs à la destruction des nations.
    Quel projet politique concret peut signifier être régionaliste ou anti-jacobin. Aller plus loin dans la décentralistation, favoriser les eurosrégions ? Les régionalistes gagneraient à quitter les mots pour préciser concrètement la portée des positions.
    2/ Par ailleurs, je crois que l’Ecole des Annales nous a appris à nous méfier des notions de rupture/continuité en histoire. Le jacobinisme est une rupture mais également dans la continuité de tradition française d’ancien régime (capétien, Richelieu…).
    3/ Enfin, et vous êtes expert en ces domaines, la politique est aussi un art prudentiel :
    – sur le plan pratique : on peut avoir une analyse critique des lois décentralisatrices (à mon sens, en grande partie démagogiques)
    – sur le plan des principes : aujourd’hui ou est le “pondus” ? Qui est menacé la notion de patrie-nation ou les régions ? La question vaut à mon avis réponse. La DSE a toujours insisté sur l’importance des patries et des nations (voir JPII “Mémoire et identité”), il faut aussi le rappeler.

  26. PPS : Par ailleurs le détail des arguments “historiques” que JMLP développe prouve bien que ce n’est pas qu’une posture provocatrice (ce qui me suffit à lui tourner le dos) mais une réelle adhésion à des thèses fumeuses et antisémites qu’aucun historien sérieux ne prendrait à son compte.

  27. Cet article d’un conseiller municipal du front national mérite d’être lu sur le blog de Y. Redekker.
    Il montre que le principal problème dans notre pays est, par la démoniaque magie de la loi Gayssot, la transformation d’une phrase banale en phrase juridiquement passible de dizaine de milliers d’euros d’amende et de plusieurs mois de prison.
    Les Français vont-ils tolérer cela encore longtemps ?
    http://voxfnredekker.canalblog.com/archives/2008/05/08/9098567.html

  28. Mr Hubault manque de cran en hurlant avec les loups. Les propos de Le Pen sont un détail dans l’histoire de sa longue carrière politique. Il vaudrait mieux avoir le courage de se lever contre le terrorisme intellectuel et l’absence de liberté de parole que de participer à la curée contre un homme qui a son franc-parler. Je me contrefiche de ses dernières déclarations sur le “détail”, ayant moi-même un avis sur le sujet et certains aspects de la deuxième guerre mondiale.
    Pour moi, J-M Le Pen a simplement eu tort de remettre le couvert sur le sujet mais je serai,malgré cela, toujours du côté de ceux qui refusent le totalitarisme intellectuel, la décadence et le politiquement correct obligatoire.
    Liberté d’expression doit demeurer le maître mot.

  29. En 1987, Jean-Marie Le Pen considérait que la manière dont avaient été tués les Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale constituait un détail de l’histoire ; en ce sens qu’elle ne consituait ni la raison ni cause de la guerre et des conflits qui ont ensanglanté l’Europe et le monde à cette période.
    21 ans plus tard, en 2008, Jean-Marie Le Pen récidive. Mais hélas, autant on pouvait faire crédit à Le Pen d’accorder au mot “détail” une acception erronée ; autant actuellement, on ne peut tolérer ses propos affirmant qu’il ne croit pas au génicode perpétré par les Allemands à l’encontre des Juifs.
    Il est pensées erronées, déviantes, malsaines, voire malfaisantes qu’il faut condamner.
    Il est des expressions maladroites, calomnieuses et blessantes qu’il faut condamner.
    Jean-Marie Le Pen a dépassé les bornes du supportable en contestant le génocide juif. Le fait d’avoir été pupille de la nation ne peut suffire à le dédouaner de toutes ses sempiternelles lubies qui le hantent à chaque décennies (1987,1997,2008).
    Autant en 1987, Jean-Marie Le Pen ne méritait pas une condamnation pénale pour des propos maladroits (sa défense consistant à considérer le détail comme étant la partie d’un tout) ; autant en 2008, Jean-Marie Le Pen doit être jugé et condamné pour les propos qu’il a tenus (notamment la phrase “C’est parce que vous croyez cela. Je ne me sens pas obligé d’adhérer à cette vision-là.”).
    Je suis partisan de la liberté, mais cette liberté ne doit pas laisser à quiconque le droit de faire ou de dire n’importe quoi. Les propos de Jean-Marie Le Pen sont donc condamnables.
    @ Louise au téléphone,
    S’il était possible aux historiens de débattre de ces questions, on n’en serait pas à émettre des suppositions à moitié voilées. Car à lire votre dernier post, vous n’avez pas dû parler de ce sujet avec beaucoup d’historiens ! Je pense notamment à un historien (à l’époque résistant communiste déporté en camp de concentration, et dont je tairai le nom pour ne pas faire l’apologie du révisionnisme) qui a réfuté certains faits historiques pendant la guerre.
    Alors quand vous dites, “thèses fumeuses” je dis oui.
    Quand vous dites “thèses antisémites”, j’en suis moins sûr.
    Quand vous dites “qu’aucun historien sérieux ne prendrait à son compte”, je rajouterais simplement “PUBLIQUEMENT”.

  30. MON COLONEL
    Michel Hubault ne crache pas dans la soupe. Jean Marie Le Pen aussi ne crachait pas dans la soupe, quant après avoir été élu député en 1956 sur les listes de Pierre Poujade,il a rompu,critiqué celui-ci et quitté son parti.Mais que je sache.Il a gardé son mandat de député.

  31. je pense que LE PEN a voulu montrer à l’ évidence l’ existence et le caractère tyrannique de l’ inquisition maçonnique sévissant en France.
    C’est un grand service qu’il nous rend , mais les Français aime cette servitude et sont sourds à la leçon de fierté et de liberté donnée à grand prix par LE PEN et GOLLNISCH
    Tant que l’insurrection contre cette tyrannie ne sera pas déclenchée , on n’ a plus qu’à faire notre testament et à caresser nos chaînes de pauvres esclaves.

  32. @ Antoine
    Le jacobinisme n’est pas qu’un centralisme opposé à une décentralisation des régions qui existe dans toute l’Europe, ce qui donne à ces régions beaucoup d’autonomie financière et administrative, sans que cela ne leur nuise, au contraire. Et qui leur permet en ancrant leurs traditions populaires dans le réel, de ne pas subir ou moins subir l’inculturation mondialiste, ne serait ce qu’au travers de leurs langues, souvent reconnues comme seconde langue officielle (Catalogne, Pays basque, écosse, Flandres, etc…)
    Le jacobinisme est avant tout un étatisme contraire à la Doctrine Sociale de l’Eglise, parce qu’il nie le principe de responsabilité et de liberté de choix de la personne, mais aussi des communautés naturelles (les corps intermédiaires), et donc le principe de subsidiarité, rappelé il y a qq jours par Benoît XVI.
    La dérive du FN sur ce plan du jacobinisme est plus grave que l’anti antlantisme : de plus comme cette exigence de liberté subsiste dans l’électorat de droite, c’est Sarkozy qui aujourd’hui l’incarne, et cela l’a servi électoralement contre le FN, qui s’est ainsi tiré une balle dans le pied.
    Cet abandon des valeurs traditionnelles de la droite française resemble à ce qu’a fait Chirac : plus il se recentrait, plus le FN progressait. Plus le FN se recentre, plus il libère un espace politique, occupé successivement par Pasqua et Seguin, P de V, et dans une certaine mesure Sarkozy.
    Comme quoi rester soi-même est plus moderne que tenter de ressembler à tout le monde : c’est une loi du marketing pourtant bien connue.

  33. Pascal G. je vous remercie de votre réponse. Mais, je n’y trouve pas les réponses à mes interrogations :
    – que signifie concrètement être anti-jacobin aujourd’hui dans le schéma institutionnel français (lois sur la décentralisation – UE) ? Que demander d’autres et, si oui, dans quels domaines ?
    – la “décentralisation qui existe dans toutes l’Europe”… l’analyse du jacobinisme (en tant que centralisme car il y a d’autres dimensions) me semble très réductrice sur l’histoire longue durée de la France,
    – la subsidiarité me semble aujourd’hui principalement menacée dans le rapport Commission-Etat que dans le rapport Etat-régions. Le mécanisme institutionnel de l’UE paraît aussi surprenant pour un défenseur de la DSE que pour les disciples “libéraux” de Montesquieu.
    Cela dit, je suis tout à fait d’accord que NS a récupéré l’aspiration à la liberté que portait le FN mais, je ne pense pas que ce soit lié à un “jacobinisme” qui me semble un mot sans plus de réalité et sans enjeux.
    Mais sur ce plan, aussi, les choses ont changé d’un capitalisme raisonnable et familial, à un capitalisme financier-transnational qui pose aussi le problème de la justice qu’il faut aussi repenser (d’ailleurs l’impopularité de NS est d’ailleurs totalement liée).

  34. Faut il vraiment discréditer notre blog avec des furieux comme “9thermidor” ?

  35. Les propos de JMLP sur les camps font référence à des thèses déjà connues, parfaitement infondées et dignes du Prieuré de Sion de Mr Pierre Plantard… Je suis effaré de voir ici avec quel sérieux certains reprennent ce genre d’allégations qu’aucun historien sérieux ne soutiendrait par simple respect de la science. C’est à se demander si certains commentaires ne sont pas laissés ici par des militants d’extrème gauche en manque de bonne rigolade.

  36. Michel JANVA, permettez-moi de répondre, non pas aux commentaires approuvant les extraits que vous avez cités de ma tribune dans Présent, mais à ceux me reprochant :
    – de “hurler avec les loups”,
    – d’exprimer bien tard mes divergences,
    – d’être un “atlantiste”.
    A CEUX ME REPROCHANT DE “HURLER AVEC LES LOUPS”
    Il y deux hordes de loups.La première, la plus puissante aujourd’hui, veut poursuivre devant la justice Jean-Marie Le Pen. C’est à elle aussi que s’adressait cet extrait de ma tribune dans Présent :”Il serait cependant grotesque que Jean-Marie Le Pen comparaisse devant les tribunaux (…). (…), la Vè République bafoue un principe de la civilisation occidentale, celui de la liberté d’opinion, (…).”
    Par ailleurs, même si je les désapprouve, je n’assimile nullement les propos de JM LE PEN avec l’expression d’une sympathie pour le national-socialisme.
    La seconde horde de loups, beaucoup plus modeste, veut interdire toute expression du moindre désaccord avec le président du Front National. Le FN n’est pas une secte et Jean-Marie Le Pen est un homme libre qui accepte la libre critique.
    A CEUX ME REPROCHANT D’EXPRIMER BIEN TARD MES DIVERGENCES
    En tête à tête, au bureau politique, dans les réunions de campagne,…, j’ai toujours exprimé à Jean-Marie Le Pen, quand j’en avais, mes divergences. Celui-ci m’a dailleurs écrit que,depuis ma nomination au bureau politique, j’avais été “un opposant systématique”. Cela était un peu exagéré, mais estimant que le silence valait approbation, je ne m’exprime pas quand je suis d’accord avec la majorité et le président des instances dans lesquelles je siège.
    A CEUX ME REPROCHANT “UN ATLANTISME DESUET”
    Bien sûr, depuis la disparition de l’URSS, même s’il opprime encore un milliard d’hommes notamment en Chine, au Vietnam, à Cuba, le communisme ne constitue plus une menace militaire en Europe. L’OTAN n’a donc plus de raison d’être.
    Cependant, les Américains comme les Russes font partie de notre civilisation occidentale, dont les trois cités mères sont Athènes, Rome et Jérusalem. La ferveur religieuse des Américains,(catholiques et protestants), l’ampleur des manifestations contre l’avortement, l’accueil réservé à Benoît XVI… devraient nous inspirer. Cette Amérique là n’est pas celle vantée par Sarkozy, qui est l’Amérique des années 60, des beatniks, aussi rancie que les soixanbt-huitards parisiens.
    Face à la troisième vague d’expansionnisme islamique, (la première emporta notamment les Lieux saints et l’Afrique du Nord, la seconde Constantinople), tous les Occidentaux doivent surmonter leurs différends et faire front. Pendant dix ans, les Etats-Unis ont fait le jeu des islamistes. Le 11 septembre les a réveillés. Ils réagissent. Ce n’est pas encore le cas de nos gouvernements.
    michel HUBAULT
    PS : Cher Yves,
    Oui, en 1997 le FN n’était pas atlantiste comme il l’avait été en 1987. Entre temps, en 1990, il s’était opposé à la première guerre du Golfe, estimant que la défaite de l’Irak renforcerait les régimes islamiste iranien et syrien. Aujourd’hui, la tendance “national-guachiste”, qui n’a pas encore emporté le FN, soutient ces deux régimes anti-occidentaux.

  37. @ Antoine
    Ces précisions de Michel Hubeault expliquent mieux sa position, mais négligent une autre dérive du FN, plus dommageable politiquement et électoralement.
    En croyant plaire à l’électorat populaire, certains au FN assimilent, comme la gauche altermondialiste, les libertés économiques à l’ ”ultra-libéralisme”, en oubliant les penseurs catholiques sociaux français et l’école libérale française. Cela aboutit à une autre dérive tout aussi inquiétante, qui est de maintenir l’étatisme social et économique, un conservatisme jacobin qui ne correspond pas à l’histoire de la droite nationale en France. Cette stratégie a contribué à éloigner du FN la majeure partie de son électorat issu des classes moyennes, sans attirer plus les milieux populaires les plus modestes qui revotent à gauche aux seconds tours (dernières municipales) quand ils veulent de l’assistanat. Les Français attendent d’être libérés du modèle social français imaginé par Thorez en 1945, et qui est en faillite, alors que le FN s’en est fait le défenseur avec le PC et la LCR, en faisant croire que sans les immigrés, ce modèle est possible, alors qu’il est socialiste et destructeur socialement. Or les classes moyennes, électoralement centrales, aspirent à la fin du modèle jacobin et napoléonien. Sarkozy a su capter cette attente en 2007.
    Cette dérive étatiste pseudo ”sociale” ( avec le slogan absurde ”Socialement de gauche, nationalement de droite”) a été beaucoup plus dommageable au FN que l’anti américanisme. C’est sur cette séparation de la société et de l’Etat que se jouera l’avenir du quinquennat de Sarkozy et de la droite en France, et particulièrement le renouveau électoral de la Droite Nationale.
    Parce que FN ou autre, pour l’instant, la crédibilité économique et sociale de la droite nationale est inexistante, faute de défendre une position qui corresponde à son histoire, à ses fondamentaux et aux espoirs du peuple de droite.
    La droite italienne nous donne une leçon politique en ce sens : libérale économiquement, traditionnelle pour les valeurs et les racines, ET nationale pour la souveraineté.
    C’est le cocktail gagnant de toutes les droites occidentales depuis 35 ans.

  38. Je remercie encore M. Hubault de ses deux interventions, car je les trouve saines. Je ne veux pas perdre le FN dans ces temps difficiles pour la France. D’où l’importance de son intervention.
    Sur l’atlantisme, il faut établir les priorités bien sur, mais aussi constater que l’atlantisme nous amène la Turquie et le Kosovo.
    @Pascal G
    Je suis d’accord avec votre dernier message. Mais, à mon sens, ce n’est pas du jacobinisme. C’est plutôt l’étatisme que vous contestez à juste titre mais là aussi les choses doivent être pensées avec équilibre.
    Le grand philosophe catholique italien Del Noce disait que l’occident reprochait à l’URSS n’était pas le communisme mais ses derniers éléments encore religieux qui s’opposaient à la société d’abondance. C’était bien avant Soral. Et Benoit XVI le dit aussi… Comment travailler au mieux à un ordre juste ?

  39. Quelle tristesse! Comment un cadre du mouvement national peut-il écrire de telles inépties.On croirait lire un libéral. N’en déplaise à Michel Hubault, l’atlantisme n’est que l’autre nom de la sujetion de l’Europe aux Etats-Unis. La position du Front et de Jean-Marie Le Pen est au contraire pleine de bon sens. Jusqu’à la chûte du bloc Communiste en 1989, la France et l’Europe avait tout interêt à être l’alliée des Etats-Unis. Aujourd’hui, alors que cette super-puissance écrase le monde et permet l’implantation de l’Islam au coeur de l’Europe, notre devoir de patriote et de défenseur de la civilisation européenne est de nous éloigner des Etats-Unis. Je suppose que ce sont là des subtilités qui échappent à M.Hubault, et tous ceux qui dans nos rangs vitupèrent les “serbolcheviques”, ou Poutine, le nouveau “Staline”. Ces gens auront toujours un combat de retard. Quant à l’alliance avec Israël, en quoi s’aligner sur ce pays apporterait quelquecose à la France.La ligne du Front est la plus juste ni”djihad”, ni”Torah”. La France devrait s’impliquer un peu plus au contraire, pour la cause palestinienne. Tant qu’un tel déni de justice persistera, le terrorisme, qui est l’arme du plus faible, aura de beaux jours devant lui. Il est également désolant de lire chez M.Hubault et dans un certain nombre de commentaires, le regret que le FN est abandonné sa ligne libérale au profit de la défense de ce qu’il nomme avec condéscendance “le modèle social français”.
    Si ce modèle est imparfait et nécessite des réformes importantes, que dire du libéralisme. Ce dernier est unanimement condamné par les Papes, depuis toujours.Beaucoup de commentateurs de l’article, qui s’affichent catholiques devraient relire les Encycliques de PieIX et LéonXIII, ainsi que les textes lumineux du Cardinal Pie. Les Catholiques sociaux étaient farouchement opposés au libéralisme (économique et politique) sorti de la matrice révolutionnaire. La droite nationale dans son ensemble est hostile au libéralisme. Les régimes de l’Etat Français, Salazariste, Franquiste Perroniste,sans parler du fascisme italien ou du national-socialisme, sont tous en opposition avec le libéralisme.Ceux qui mettent en avant la réussite de la droite italienne, prennent un raccourci. S’il est agréable de voir une droite moins couarde qu’en France prendre le pouvoir à la gauche, Berlusconi est loin d’être un modèle.Le nouveau maire de Rome, issu du MSI, dont il n’a pas renié les positions est quant à lui très droite sociale. Le FN a donc eu raison de prendre ses distances avec le libéralisme déstructeur pour revenir aux fondamentaux d’une droite “nationale populaire et sociale”.
    Léon Degrelle, grand catholique et homme politique visionnaire ne disait-il pas que:”sans cette chape de plomb du christiannisme, j’aurais été bien plus volontiers socialiste” Je rappelle que Degrelle avait jusqu’en 1936 le plein soutien de l’Eglise de Belgique et qu’il était comme il disait “chrétien jusqu’à la moelle des os”. Après cela laissons les Hubault et consort dans leurs délires vieux de 30 ans.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services