Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

La double incrimination du Cardinal Pell

La double incrimination du Cardinal Pell

Par Carlos Esteban :

Le verdict de culpabilité contre le cardinal Pell en Australie, qui fera l’objet d’un appel, soulève de sérieuses questions quant à la pression médiatique dans les procès pour pédophilie cléricale.

Le cardinal George Pell a été reconnu coupable dans le procès qu’il a subi en Australie il y a plusieurs décennies pour sévices infligés aux enfants… Pell, qui a toujours maintenu son innocence, interjettera appel, et les témoins de l’affaire, comme le journaliste Ed Condon de l’Agence de Presse Catholique (ANC), suggèrent qu’il s’agit un lynchage judiciaire.

« Le cardinal George Pell a toujours maintenu son innocence et continue de le faire », a déclaré l’avocat de M. Pell dans un communiqué de presse, dans lequel il a souligné le fait important que toutes les accusations portées – cinq en tout – sauf celle pour laquelle il a finalement été reconnu coupable ont été abandonnées ou rejetées, et a annoncé qu’un appel a déjà été demandé.

Il a été difficile de rendre compte des vicissitudes de ce procès, les autorités judiciaires australiennes ayant appliqué un bâillon empêchant toute communication à ce sujet. Mais le canoniste et journaliste Ed Condon, de l’Agence de presse catholique (CNA), a réussi à contourner l’interdiction en ne diffusant pas ses informations sur le territoire australien, et sa chronique raconte une histoire étrange.

Le Registre national catholique a également appris de sources proches du tribunal que ” tout le monde dans le procès a vu à quel point les preuves présentées étaient faibles. Selon la même source, le procès n’était rien de plus qu’ « un acte de malveillance scandaleux perpétré par un jury plein de préjugés ». Il a été condamné il y a longtemps par la presse devant le tribunal de l’opinion publique, et il n’a pas bénéficié d’un procès équitable.

Mais si la faiblesse de la preuve a joué en faveur du Cardinal, son refus de siéger sur le banc pour être interrogé a probablement fait mauvaise impression. Pell, pour sa part, n’a cessé de déclarer son innocence, affirmant que la maltraitance des enfants est un crime particulièrement odieux et que les accusations portées contre lui sont de pure invention. Il s’est également plaint d’avoir été victime d’un procès parallèle impitoyable dans les médias de son pays…

Beaucoup d’amis du Cardinal croient que ce procès a commencé par un verdict de culpabilité à « tarif » réduit, et espèrent que l’issue de l’appel sera l’inverse et que le prélat australien sera innocenté. Le biographe du pape George Weigel, l’ami personnel de Pell, a fait une critique implacable du processus auprès du Register, dans lequel il a assuré qu’un verdict de culpabilité avait été rendu « malgré des preuves accablantes de la défense que ce qui était allégué ne pouvait avoir eu lieu, étant donné la disposition des bâtiments, les circonstances du temps, etc. » Weigel croit que la décision du jury soulève donc « de sérieuses questions sur la question de savoir si un ecclésiastique catholique accusé d’abus sexuel peut bénéficier d’un procès équitable aujourd’hui, quelque part ». Et, bien sûr, en Australie « un pays qui a souffert d’une vague d’anticléricalisme médiatique »

Partager cet article

5 commentaires

  1. et ne parlons pas de nos mireras français qui se réjouissent sans preuves bien entendu comme d’habitude mais répètent comme de perroquets la soupe fadasse que leur sert la pravda je veux dire l’AFP

  2. Les TGI corrompus qui rendent une justice inversée en condamnant lourdement les victimes et en relaxant les coupables cela existe aussi chez nous… On peut même prédire leur verdict à l’avance.
    Donc si les Australiens ont les mêmes, le Cardinal Pell peut se faire du soucis s’il n’a pas comme nous la possibilité de faire appel dans une autre ville…

  3. Ce climat de haine, provoque comme par “hasard” des augmentations fulgurantes de profanations d’églises, cimetières, etc… en frankistan par exemple et devoir le silence du check phillipine et du grand mamamouchi el macrotte… imaginons si à la place d’églises c’était mochquées et synagogues et à la place de prêtres et prélats catholiques s’étaient des rabbins et des imams, il hurlerait au complot antisémite et islamophobe et le juges ne donneraient aucune punition et humilieraient les victimes en les accusant d’antisémitisme et d’islamophobie… c’est bien connue, voilà comment cela fonctionne en frankistan!! je trouve qu’en Australie ils ont été moins cruels qu’avec le primat des Gaules, qui est accusé via un vomi cinématographique partial….

  4. Le Cardinal Pell était en charge de nettoyer les anomalies décelées dans la gestion des finances au Vatican. Il semble qu’il ait été un peu zélé dans sa mission et qu’il ait découvert ce qu’il ne devait pas découvrir. La Curie semble avoir fait ce qu’il faut pour l’empêcher d’aller trop loin dans son enquête en milieux troubles.
    Tout cela n’est pas très reluisant.

  5. Si tous les accusés qui se proclament innocents devaient être acquittés …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services