Bannière Salon Beige

Partager cet article

La dislocation du droit de la filiation par l’extension de la PMA

Bioéthique / Vidéos

À l’occasion du débat à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur la recommandation “Don anonyme de sperme et d’ovocytes : trouver un équilibre entre les droits des parents, des donneurs et des enfants”, l’ECLJ a organisé une conférence le mercredi 10 avril 2019.

Sur le thème général des dons de gamètes pour procéder à des fécondations in vitro, le Professeur André Lucas est intervenu pour pointer les problèmes que soulèverait la levée de l’anonymat des donneurs de gamètes tout en refusant l’établissement d’une filiation entre un donneur et son enfant génétique.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. Très intéressant et d’une logique imparable sauf à être de mauvaise foi. Mais le professeur André Lucas, comme il l’annonce, n’étudie les choses que sur le plan juridique, ce qui est nécessaire.

    Si on ouvre le débat aux aspects médicaux, sachant que l’enfant parfait n’existe pas, même dans un monde orwellien, il y a aussi un argument fort qui est celui de connaître « dans la mesure du possible » l’origine de certaines maladies ou faiblesses chroniques de l’enfant afin de le soigner, voire d’éviter la consanguinité, donc le père et la mère biologiques.

    Nous avons l’exemple d’un donneur qui a plus de 100 enfants qui peuvent éventuellement procréer entre eux sans avoir eu connaissance de leur consanguinité …

    Enfin, il y a l’aspect humain, tout simplement, pour l’enfant, celui de connaître ses origines, sa généalogie, s’il le désire sans qu’il y ait pour autant de conséquences juridiques.

    Vaste débat !

  2. Comment une maman ( sans majuscule), qui n’aime pas et ne veut pas toucher le corps d’un homme, fera pour éduquer un petit garçon? Si elle a une fille, sera t’elle aussi éduquée en défiance des hommes?
    Homme et femme sont complémentaires et cela marche très bien!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services