Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La direction de LR cherche à empêcher des ralliements importants à Eric Zemmour

La direction de LR cherche à empêcher des ralliements importants à Eric Zemmour

L’état-major de LR semble très inquiet du ralliement possible à Eric Zemmour de Gilles Platret, vice-président de LR et maire de Chalon-sur-Saône, dont nous avons parlé plusieurs fois (voir ici et ici) et des sénateurs Sébastien Meurant et Etienne Blanc :

Concernant Etienne Blanc, sénateur LR du Rhône, vient de faire parler du lui car il est le seul élu LR de la Métropole de Lyon et du département à ne pas avoir rejoint le comité de soutien à Valérie Pécresse créé lundi 24 janvier 2022 :

Alors que de nombreux élus locaux ont affiché leur soutien à Valérie Pécresse, un comité de soutien à la candidate LR s’est officiellement créé ce lundi 24 janvier 2022 (…)

Une communion légèrement écornée en ce jour de préparatifs, lorsqu’au comptage des soutiens, le nom d’Etienne Blanc venait à manquer à l’appel. Partagé à l’idée de rallier le clan « Reconquête » d’Eric Zemmour, l’ex-concurrent à la mairie de Lyon se dit en effet, en pleine réflexion. « On en a parlé ce week-end. Il m’a dit qu’il allait expliquer pour qui il voterait dans les prochaines semaines », a dévoilé Pierre Oliver.  [source]

Concernant Gilles Platret, Le Monde lui consacre un article :

Leader de l’opposition de droite au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, patron des Républicains de Saône-et-Loire, Platret refuse pour l’heure de rejoindre le comité de soutien local à Valérie Pécresse, piloté par la maire de Monceau-les-Mines, Marie-Claude Jarrot, avec laquelle il est en guerre.

Estimant qu’Eric Zemmour doit concourir à l’élection présidentielle, Platret est cosignataire d’une tribune parue le 21 janvier dans L’Opinion réclamant l’anonymisation des parrainages d’élus. Le texte est rédigé avec Alain Houpert, sénateur antipasse sanitaire de Côte-d’Or, dont l’ex-assistant parlementaire, Loup Bommier, est désormais référent local des Amis d’Eric Zemmour (…)

Tenu à l’écart de la campagne, Gilles Platret, qui se verrait bien député, après un premier échec en 2017, aimerait peser sur les thèmes de l’identité et du régalien, un positionnement pour l’instant dévolu à Eric Ciotti. « Ça serait bien qu’il fasse partie de l’organigramme », tente Alain Houpert. « N’entrent dans le cœur nucléaire de la ­campagne que ceux qui épousent la ligne », répond l’entourage de Valérie Pécresse.

Partager cet article

3 commentaires

  1. C’est dans de telles circonstances que l’on découvre quelques traces de gaullisme dans l’ADN de LR : la collusion avec les cocos (de Thorez, pas de son “Cadet” ) et la tentation de recourir à leurs méthodes staliniennes pour faire respecter la “ligne” du parti. Mais il est vrai que, depuis, le gaullisme est tombé en quenouille et on imagine mal Valérie Pécresse en nouvelle Pasionaria…

  2. M. Platret n’ayez pas peur, suivez votre pensée, votre conscience et les idées que vous voulez défendre, Dieu pourvoira.

  3. https://www.bfmtv.com/politique/elections/presidentielle/presidentielle-gilles-platret-se-retire-de-la-campagne-de-valerie-pecresse_AN-202201280381.html

    Si vraiment ce retrait ne mérite aucune attention, pourquoi voulaient-ils absolument de lui ?

    Deux vice-présidents en peu de temps qui refusent de la soutenir…

Publier une réponse