Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Jean-Paul II

La dignité et la vocation de la femme n’est pas de se masculiniser

La dignité et la vocation de la femme n’est pas de se masculiniser

Dans la Lettre Apostolique Mulieris dignitatem du 15 août 1988, Jean-Paul II approfondit

“les fondements anthropologiques et théologiques nécessaires pour résoudre les problèmes relatifs au sens et à la dignité de la femme et de l’homme. Il s’agit de comprendre la raison et les conséquences de la décision du Créateur selon laquelle l’être humain existe toujours et uniquement comme femme et comme homme.”

Le Pape analyse l’homme et la femme créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, la chute, la Rédemption dans le Christ, puis le rôle des femmes dans l’Evangile. Il approfondit ensuite les deux dimensions de la vocation de la femme : la maternité, et la virginité. Il poursuit par une méditation du mystère de l’Eglise, épouse du Christ, pour terminer par une réflexion sur la dignité de la femme et l’ordre de l’amour.

10. La description biblique du Livre de la Genèse précise les conséquences du péché humain, comme elle montre aussi le déséquilibre introduit dans les rapports originels entre l’homme et la femme qui répondaient à la dignité de personne qu’avait chacun d’eux. L’être humain, homme ou femme, est une personne et donc la «seule créature sur terre que Dieu ait voulu pour elle-même»; et en même temps cette créature-là, absolument unique, «ne peut se trouver que par le don désintéressé d’elle-même»[32]. C’est là que prend naissance le rapport de «communion» dans lequel trouvent leur expression l’«unité des deux» et la dignité personnelle de l’homme et de la femme. Quand donc nous lisons dans la description biblique les paroles adressées à la femme: «Le désir te portera vers ton mari, et lui dominera sur toi» (Gn 3, 16), nous découvrons une rupture et une menace constante affectant précisément cette «unité des deux» qui correspond à la dignité de l’image et de la ressemblance de Dieu en chacun d’eux. Mais cette menace apparaît plus grave pour la femme. En effet, dans une existence qui est un don désintéressé et qui va jusqu’à vivre «pour» l’autre s’introduit le fait de la domination: «Lui dominera sur toi». Cette «domination» désigne la perturbation et la perte de stabilité de l’égalité fondamentale que possèdent l’homme et la femme dans l’«unité des deux», et cela surtout au détriment de la femme, alors que seule l’égalité qui résulte de la dignité des deux en tant que personnes peut donner aux rapports réciproques le caractère d’une authentique «communio personarum». Si la violation de cette égalité, qui est à la fois un don et un droit venant de Dieu Créateur lui-même, comporte un élément défavorable à la femme, par le fait même elle diminue aussi la vraie dignité de l’homme. Nous touchons ici un point extrêmement délicat dans le domaine de l’«ethos» inscrit dès l’origine par le Créateur dans le fait même de la création des deux à son image et à sa ressemblance.

Cette affirmation de Genèse 3, 16 a une grande portée, une portée significative. Elle implique une référence au rapport réciproque de l’homme et de la femme dans le mariage. Il s’agit du désir né dans le cadre de l’amour conjugal, qui fait en sorte que «le don désintéressé de soi» de la part de la femme attende en réponse d’être parachevé par un «don» analogue de la part de son mari. Ce n’est qu’en se fondant sur ce principe que tous les deux, et en particulier la femme, peuvent «se trouver» en une véritable «unité des deux», selon la dignité de la personne. L’union matrimoniale exige que soit respectée et perfectionnée la vraie personnalité des deux époux. La femme ne peut devenir un «objet» de «domination» et de «possession» de l’homme. Mais les paroles du texte biblique concernent directement le péché originel et ses conséquences durables chez l’homme et la femme. Sur eux pèse la culpabilité héréditaire; ils portent constamment en eux la «cause du péché», c’est-à-dire la tendance à altérer l’ordre moral qui correspond à la nature rationnelle elle-même et à la dignité de l’homme comme personne. Cette tendance s’exprime dans la triple concupiscence que le texte de l’Apôtre décrit comme convoitise de la chair, convoitise des yeux et orgueil de la richesse (cf. 1 Jn 2, 16). Les paroles de la Genèse citées plus haut (3, 16) montrent comment cette triple convoitise, cette «cause du péché», pèsera sur les rapports réciproques de l’homme et de la femme.

Ces mêmes paroles se réfèrent directement au mariage, mais indirectement elles atteignent les divers domaines de la convivialité, les situations dans lesquelles la femme est désavantagée ou objet de discrimination pour le seul fait d’être femme. La vérité révélée sur la création de l’homme comme être masculin et féminin constitue l’argument principal contre toutes les situations qui, en étant objectivement nuisibles c’est-à-dire injustes, comportent et expriment l’héritage du péché que tous les êtres humains portent en eux-mêmes. Les Livres de l’Ecriture Sainte confirment en divers endroits l’existence effective de telles situations, et en même temps ils proclament la nécessité de se convertir, c’est-à-dire de se purifier du mal et de se libérer du péché, de ce qui porte offense à l’autre, de ce qui «amoindrit» l’homme, non seulement celui qu’atteint l’offense mais aussi celui qui en est l’auteur. Tel est le message immuable de la Parole révélée par Dieu. Ainsi s’exprime l’«ethos» biblique jusqu’à la fin[33].

De nos jours, la question des «droits de la femme» a pris une portée nouvelle dans le vaste contexte des droits de la personne humaine. Eclairant ce programme constamment déclaré et rappelé de diverses manières, le message biblique et évangélique sauvegarde la vérité sur l’«unité» des «deux», c’est-à-dire sur la dignité et la vocation qui résultent de la différence et de l’originalité personnelles spécifiques de l’homme et de la femme. C’est pourquoi même la juste opposition de la femme face à ce qu’expriment les paroles bibliques «lui dominera sur toi» (Gn 3, 16) ne peut sous aucun prétexte conduire à «masculiniser» les femmes. La femme ne peut _ au nom de sa libération de la «domination» de l’homme _ tendre à s’approprier les caractéristiques masculines, au détriment de sa propre «originalité» féminine. Il existe une crainte fondée qu’en agissant ainsi la femme ne «s’épanouira» pas mais pourrait au contraire déformer et perdre ce qui constitue sa richesse essentielle. Il s’agit d’une richesse énorme. Dans la description biblique, l’exclamation du premier homme à la vue de la femme créée est une exclamation d’admiration et d’enchantement, qui a traversé toute l’histoire de l’homme sur la terre. Les ressources personnelles de la féminité ne sont certes pas moindres que celles de la masculinité, mais elles sont seulement différentes. La femme _ comme l’homme aussi, du reste _ doit donc envisager son épanouissement personnel, sa dignité et sa vocation, en fonction de ces ressources, selon la richesse de la féminité qu’elle a reçue le jour de la création et dont elle hérite comme une expression de l’«image et ressemblance de Dieu» qui lui est particulière. Ce n’est que dans ce sens que peut être surmonté aussi l’héritage du péché qui est suggéré par les paroles de la Bible: «Le désir te portera vers ton mari, et lui dominera sur toi». Dé passer ce mauvais héritage est, de génération en génération, un devoir pour tout être humain, homme ou femme. En effet, dans tous les cas où l’homme est responsable de ce qui offense la dignité personnelle et la vocation de la femme, il agit contre sa propre dignité personnelle et contre sa vocation.

Partager cet article

Publier une réponse