Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La démocratie n’est plus !

Cyril Brun à propos de notre démocratie :

"Osera-t-on dire que la démocratie n’est plus, sans déchaîner l’ire des bien pensants et être voués à leurs sarcasmes ? Probablement pas ; le système biaisé actuel leur est tellement utile. La peur et l’impuissance sont sur les visages de tous les politiques, quelle que soit leur tendance. Impuissance face à la crise, impuissance face à la misère, impuissance face au système politique lui-même, parvenu à bout de souffle. Peur de l’inconnu, peur de leurs responsabilités, peur de l’avenir en forme d’implosion, peur de leur propre incapacité à se réinsérer dans un éventuel « autre système ». Et pourtant la démocratie n’est plus ! Peut-on dire autre chose quand les financiers font et défont des gouvernements élus au suffrage universel, quand la toute-puissante Europe technocratique décide à la place des représentations nationales, quand les représentants élus se méfient des referendums au point d’en priver ceux qui les ont élus, quand la presse, plus puissante encore que les financiers, oriente, retient l’information, tronque la vérité, quand enfin l’éducation nationale devient le moule d’une pensée unique d’un autre âge ? Comment oser encore parler de démocratie ? La démocratie repose fondamentalement et intrinsèquement sur la responsabilité d’un peuple. Mais la responsabilité s’éduque. Pour poser un acte responsable il faut en avoir les moyens, c’est-à-dire qu’il faut être capable de discerner. Or pour discerner, il faut être libre réellement et formé. Libre cela veut dire que le peuple a bien toutes les informations en main et que donc il peut choisir en connaissance de cause. Les Français sont-ils vraiment capables aujourd’hui de poser un jugement éclairé compte tenu de la désinformation médiatique et électoraliste ? Formé cela veut dire être à même de discerner le bien du mal. Quand tout se vaut, quand tout est relatif, sur quels critères se fonder pour reconnaître ce qui est effectivement bon ? Les programmes scolaires, préparent-ils, réellement, à ce discernement, alors qu’ils sont des poncifs qui font fi du principe de non contradiction ?

Pour vivre, une démocratie a besoin de responsabilité, de confiance et d’altruisme. Trois fondements essentiels du développement de la personne humaine. Or responsabilité, confiance et altruisme s’apprennent en famille et en société. Une démocratie qui nie la famille et la vérité de la personne humaine, être social et de relations, est condamnée à l’échec et au totalitarisme. L’inflation législative contraignante en est l’illustration la plus cinglante. Une démocratie fondée sur le droit positif est vouée, par nature, à l’instabilité, à l’individualisme et au repli sur soi. Le rejet de Dieu a conduit la démocratie à l’asphyxie, car moins de Dieu c’est forcément plus de lois, moins de responsabilité, moins de liberté.

Pour être vraie, la démocratie suppose un peuple responsable, un peuple mis dans la capacité d’exercer des choix responsables et libres. Mais responsable cela veut dire aussi, être à même de déplacer l’égoïsme et l’intérêt particulier pour le Bien Commun. Alors en ce sens nous sommes en droit de nous demander si les medias, les programmes scolaires et les normes de la réussite, sont « démocratiques ». Depuis plus de 180 ans, les medias jouent avec l’opinion publique, et les politiques avec eux, le jeu de la « démagocratie ». Mais ce jeu se retourne aujourd’hui contre eux, car le peuple a fini par s’en rendre compte et les élus s’en défient. Arrivés au bout de l’illusion démocratique quelle étape allons-nous franchir ?"

Partager cet article

8 commentaires

  1. bonjour,
    merci pour ce texte que je trouve très bien, sans doute parce j’en suis arrivé aux mêmes conclusions. Cette “démocratie” qui nous gouverne n’en est plus une. Je suis à la fois heureux de voir son écroulement progressif et inquiet pour ce qui pourrait en résulter car les hommes d’aujourd’hui n’ont pas encore cette capacité à discerner. Alors il faut s’en remettre à notre créateur, il nous faut lui demander sans cesse de nous aider, il nous faut être derrière notre Pape qui fait un travail formidable.
    NB : Continuez ce que vous faite sur ce blog, j’ai écouté dernièrement un politique devant une assemblée, j’ai bien senti qu’internet leur fait peur. Je crois que ce moyen les dépasse.

  2. Ce n’est pas que la démocratie n’est plus c’est qu’elle ne peut pas avoir un pouvoir illimité !
    Le peuple, même par référendum peut voter ce qu’il veut si ses choix ont pour conséquence des dépenses supplémentaires et qu’il n’y a pas de moyen pour financer ces dépenses, ces choix ne pourront être appliqués. Un jour ou l’autre la démocratie doit se retrouver face au principe de réalité.
    Par exemple on peut faire une expérience par la pensée dans laquelle par référendum le peuple annulerait la dette de la France. Il n’est même pas besoin de se poser la question de la moralité de ce choix, pour réaliser qu’il deviendrait alors impossible d’emprunter. Or comme nos dépenses sont supérieures à nos recettes la conséquence sera la faillite.

  3. La “démocratie” est une abstraction qui tue;on en crève.Les monarchies chrétiennes ont fait l’Europe. sans elles nous ,ne serions qu’un canton asiatique.
    Les monarchies chrétiennes referont l’Europe.Le Ciel nous l’a promis à La Salette et ailleurs.C’est l’heure de croire,c’est l’heure d’aimer et d’espèrer.Jeunes chrétiens l’avenir est à vous.Au boulot….!

  4. Merci d’avoir publié ce très beau texte.

  5. La démocratie n’a jamais été.

  6. C’est pourquoi l’objection de conscience totale devient la seule réponse possible à un système totalisant devenu totalitaire, surtout lorsque les principes même d’humanité les plus élémentaires: le droit à la vie de son commencement à sa fin , le droit à la dignité, sont passés par pertes et profits au bénéfice de quelques initiés accrochés au ratelier comme la misère sur le pauvre monde.

  7. La démocratie est un outil formidable pour la Subversion, car tout simplement le peuple n’est pas apte à diriger, mais à être dirigé.
    Il n’a aucune compétence, il suffit d’ailleurs de discuter avec son entourage, voisins, cousins ou autre pour s’en rendre compte.
    Dieu nous a donné la Monarchie, tant qu’elle ne sera pas revenue, la France ne sera qu’une pauvre veuve sous le joug de la Gueuse.

  8. @ Aux anti démocrates et nostalgiques de la monarchie recréée
    La démocratie a toujours existé : toute la question est celle du niveau et de l’étendue de son exercice. Un couvent est une démocratie, les paroisses d’ancien Régime, les villes, les corporations, les assemblées de notables, les états généraux, tout cela fonctionnait selon des critères conscients et acceptés de démocratie.
    Ce qui est intéressant dans cet article n’est pas sa remise en cause de la démocratie comme méthode de décision collective :mais le fait que cette méthode de consensus prétende redéfinir la loi naturelle et le rapport de l’homme avec le monde, en niant la Création, tentation née à partir de la fin de la Renaissance, et qui n’a rien à voir avec la démocratie.
    En se réfugiant dans l’anti démocratisme, on renforce l’état moderne oppressif : ce dont nous souffrons n’est pas la démocratie en soi, mais l’absence de démocratie réelle.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]