Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / Pays : Italie

La démocratie confisquée par Bruxelles

Faut-il se réjouir de la chute de Silvio Berlusconi ? Au-delà des scandales qui ont émaillé la vie politique italienne, sa démission et son remplacement a une allure de diktat imposé par la toute-puissante Union européenne, qui, sous prétexte de la crise, fait et défait les gouvernements (Slovaquie, Grèce, Italie… demain la France ?). Yves Daoudal remarque :

"Berlusconi n’a pas été renversé par une motion de censure, ou par des élections. L’homme de Bruxelles n’a pas été installé par le peuple italien, ou par le Parlement italien."

Dans La Bussola, Riccardo Cascioli écrit :

"Finalement, les choses se sont passées comme nous ne l'aurions pas souhaité. Plutôt que de se diriger vers des élections anticipées, même le PDL s'est plié au "gouvernement technique": confié à Mario Monti […]. Reste cependant le fait que nous sommes entrés dans une phase de suspension de la démocratie, parce qu'un gouvernement est pratiquement imposé sans qu'il ait jamais été voté par le peuple. Cela est démontré par le fait que même les forces politiques au Parlement les plus hostiles à la solution technique, ont fini par s'incliner.

Mais surtout, nous devons noter qu'à la base de cette solution à la crise politique, il y a deux énormes mensonges qui valent la peine d'être soulignés. Le premier est qu'un "gouvernement technique" est neutre, c'est-à-dire fonctionne comme un plombier ou un électricien: il y a une panne, le technicien vient et répare. Dans ce cas, entre un technicien et l'autre – en dehors de la précision du travail et du prix – il n'y a pas de grandes différences. […] Mais l'économie, ce n'est pas ça: pour faire le travail, un technicien ne vaut pas l'autre, car chaque choix économique repose sur une vision de l'homme, du travail, de la société et même de Dieu. […]

Le deuxième mensonge est lié au premier: il est vrai que la crise économique est grave et c'est certainement la politique économique qui nécessite le plus de concentration, mais un économiste à la tête de l'exécutif donne l'idée que l'économie est pratiquement la seule occupation réelle du gouvernement. Mais si Monti doit gouverner deux ans, en admettant qu'il réussisse en économie, que fera-t-il en matière de justice, d'école, de bioéthique, de santé et ainsi de suite? Le soupçon qu'avec l'excuse des techniciens, on fasse passer d'autres mesures, dans d'autres domaines que l'économie, qui n'auraient jamais pu passer avec le gouvernement sortant, est plus que légitime. […]"

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. Que penser de cela vu sur fdesouche.com ?
    “Mario Draghi est le nouveau patron de la Banque centrale européenne (BCE). Loukas Papadimos vient d’être désigné comme premier ministre grec. Mario Monti est pressenti comme président du conseil italien. Ce sont trois financiers formés aux États-Unis, dont deux anciens responsables de la sulfureuse banque Goldman Sachs. Est-il bien raisonnable de recruter les incendiaires comme pompiers ? ”

  2. Ça a au moins le mérite d’être clair : entre un gouvernement issu d’élection qui n’ont de représentative que le nom (où les candidats sont imposés par le système) et la nomination directe des candidats, quelle différence ?
    On peut simplement espérer que les gens vont finir par ouvrir les yeux mais j’en doute : tant qu’ils auront de la soupe dans la gamelle et la télévision, il y a peu d’espoir…
    Avec un peu de chance, l’hiver sera rude et les black-out programmés d’EDF vont finir par faire ouvrir les yeux aux gens…

  3. “Mais si Monti doit gouverner deux ans, en admettant qu’il réussisse en économie, que fera-t-il en matière de justice, d’école, de bioéthique, de santé et ainsi de suite?”
    Ah bon? Parce-que s’occuper “de justice, d’école, de bioéthique, de santé et ainsi de suite” constitue ce sur quoi il faut focaliser son attention quand le pays menace banqueroute totale?
    Quand le bateau prend l’eau de toute part, il est assez étrange de vouloir vérifier l’aménagement de la cabine, l’état de propreté du pont et la qualité de l’équipement cuisine…. L’urgence et la priorité c’est évidemment l’économie: en l’espèce, colmater les brèches dans la coque. Sauf pour les rêveurs toujours prêts à se noyer au nom de beaux principes.
    Je sais, on me servira immédiatement la formule-bateau: mais “chaque choix économique repose sur une vision de l’homme, du travail, de la société et même de Dieu”. Deux remarques: (1) Ce n’est pas à l’Etat et le gouvernement d’être à l’origine de ces “choix”, sauf à laisser s’installer un régime totalitaire. (2) Toujours la même confusion entre la mise en place d’un espace et d’une liberté d’entreprendre suffisante et tout abus éventuel de cette espace et de cette liberté.

  4. ”L’économiste” MONTI a été un commissaire européen catastrophique, quand il gérait la concurrence, empêchant certaines fusions entre entreprises européennes, finalement rachetées par des capitaux américains, pour être ensuite démantelées : c’est un technocrate peu talentueux, qui va vite montrer ses limites politiques.
    Les gouvernements ”techniques”, l’Italie comme la France en ont connu qq uns depuis 1945 : ils n’ont jamais duré, et de nouvelles élections sont prévisibles.
    Mais il est membre de la Commission Trilatérale, dont il dirige la section Européenne, et membre du Bilderberg Group : c’est là l’essentiel quand on est un technicien.
    http://www.trilateral.org/go.cfm?do=Page.View&pid=11
    http://www.trilateral.org/go.cfm?do=Page.View&pid=34
    A ce titre il préside un organisme dont est membre Lucas Papadamos, nouveau premier Ministre grec, lui aussi membre de la Trilatérale.
    http://www.trilateral.org/download/file/EU_list_10-11.pdf
    ainsi que …..la fille du professeur LEJEUNE, Clara GAYMARD, catholique Pro Vie, mais eurofédéraliste convaincue elle aussi……..
    Dans ”Le Marchand de Venise”, le juif usurier SHYLOCK exige une livre de chair de son débiteur : aux peuples européens, il est simplement demandé de renoncer à leur souveraineté au profit de ”techniciens” gris et sans légitimité autre que celle accordée par la Trilatérale. La Grece, mère de la démocratie, l’Italie, terre de Rome et du Trône de Pierre, en attendant la France, fille aïnée de l’Eglise, et les autres peuples européens.
    L’Euro monnaie unique, n’en déplaise aux faux candidats identitaires ou ”nationaux” qui pensent pouvoir se démarquer de la droite nationale par une europhilie ”modérée”, c’est vraiment l’instrument de la mort des nations.

  5. Sur Orange.fr, j’ai tenté, en vain, de poster la petite réaction qui suit à un article sur la démission de Berlusconi :
    « Les larbins.
    Papandréou et Berlusconi, deux chefs de gouvernement d’Etats « souverains » virés, comme des employés, en quelques jours.
    Qui sont leurs véritables employeurs ? Les peuples grecs et italiens ou la banque Goldman Sachs ? »

  6. Les banquiers de Goldman Sachs à la conquête de l’Europe :
    Draghi : MIT, vive-président GS Europe, psdt de la BCE.
    Papadimos : MIT, fait rentrer la Grèce ds l’euo avec l’aide de GS ?, 1er ministre Grec à la place de Papandréou
    Monti : Yale, conseiller international chez GS en 2005, psdt du conseil italien à la place de Berlusconi.
    http://www.polemia.com/article.php?id=4297

  7. Comme le disait récemment l’économiste Elie Cohen : “Si les gouvernements européens veulent recouvrer leur pleine souveraineté, ils n’ont qu’à voter des budgets en équilibre”. Et toc !

  8. @ Emmanuel
    Si Mario MONTI par exemple tente d’imposer les législations contraires à la loi naturelle sur le mariage et l’adoption que l’Europe veut imposer à tous les pays membres, c’est en cela que l’économie masquera d’autres enjeux.
    Mais la politique chassera ce technocrate : car comment paiera t il la dette italienne, sans faire de déficits budgétaires ou économiques, ce que BERLUSCONI ne faisait pas, au contraire de SARKOZY et ses prédécesseurs, ou alors sans augmenter fortement les impôts et charges, ce qui nuira à une économie italienne reposant sur ”l’économie grise” en grande partie ?
    C’est là où le conflit aura lieu entre le technocrate et la politique.

  9. On savait deja que les peuples ne peuvent pas dire non aux volontés de la commission européenne : si d’aventure un référendum se concluait par un non, on reposait la meme question juqu’à ce que le oui l’emporte….

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services