Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La “débandade” de la Droite populaire est un trompe-l’oeil

DLes médias – repris par l'aile gauche de l'UMP - répètent depuis hier que l'aile droite de l'UMP a été "désavouée" par les électeurs, qu'elle aurait connu une "débandade" – ultime preuve, selon eux, d'un échec cuisant d'une stratégie de "droitisation".

Qu'en est-il vraiment?

"19" députés DP sortants sur "43" nous dit Le Monde ont été réélus - soit nettement moins de la moitié, alors que l'UMP et ses alliés ont conservé les deux tiers de leurs sièges en moyenne.

Mais c'est là que l'opération en trompe-l'oeil commence: Le Monde ne précise pas que le vrai chiffre des députés DP sortants se présentant à nouveau avec l'investiture UMP est de 38 (MM Schosteck, Spagnou et Roatta ne se représentaient pas, et MM Durieu et Vanneste se représentaient sans l'investiture UMP). Et nous comptons pour notre part 20 députés DP sortants réélus – en incluant M. Mariani, qui a changé de circonscription (il représente maintenant des Francais de l'Etranger). En retirant M. Mariani, on arrive à 19 DP réélus sur 37.

Ce résultat demeure en apparence inférieur à celui de la moyenne des sortants UMP – mais regardons plus en détail: pour savoir s'ils ont "sous-performé" par rapport aux autres UMP, il faut comparer les performances des DP aux résultats de la présidentielle dans chaque circonscription.

A l'échelle nationale, M. Sarkozy était en tête dans 244 circonscriptions. L'UMP et ses alliés ont remporté un peu moins de 230 sièges – environ 5% de moins, donc.

C'est par rapport à cet étalon que l'on doit juger de la performance des sortants DP: ont-ils perdu un nombre notable de circonscriptions remportées par M. Sarkozy?

Sur 18 sortants DP ayant perdu, 10 concouraient dans des circonscriptions qu'avait remportées M. Hollande (dont MM Garraud, Raoult, Carayon ou Mme Barèges). Cela n'a rien de surprenant, très peu de circonscriptions ayant voté à gauche à la présidentielle mais à droite aux législatives.

Sur les 8 restants, 6 ont perdu dans des triangulaires incluant le Front national (5 au profit de la gauche; un, M. Ferrand, au profit du FN). On note donc que la DP est fort logiquement sur-représentée dans les triangulaires perdues par l'UMP du fait du FN (puisqu'elles sont une quinzaine au niveau national): on sait depuis longtemps que certains députés se sont affiliés à la DP pour répondre au fort écho rencontré par le FN dans leur circonscription. Ils doivent leur défaite non à leur "droitisation", mais au fait que cette dernière n'ait pas été accompagnée de désistements réciproques avec le FN.

Il ne reste donc que deux cas de circonscriptions ayant voté en majorité pour M. Sarkozy, mais que des députés DP ont perdues en duel.

  • M. Remiller a été défait dans l'Isère – battu de peu (500 voix) dans une circonscription que M. Sarkozy avait remportée à 52,8%. C'est une contre-performance (d'autant plus regrettable que M. Remiller était un des députés les plus pro-famille). Mais faut-il vraiment la compter au passif de la DP, alors que M. Remiller était simultanément membre des Humanistes, l'aile "gauche" de l'UMP?
  • Mme Joissans-Masini, enfin, a été défaite dans les Bouches-du-Rhône, dans une circonscription remportée par M. Sarkozy à 53%.

LOn ne peut en rien, comme le font les médias, tirer des lecons nationales reposant en dernier lieu sur ces deux seuls cas.  D'autant qu'à l'inverse, un député DP, M. Labaune (Drôme – photo), a été l'un des rares UMP à remporter une circonscription qui avait voté majoritairement pour M. Hollande.

Il reste que la Droite populaire sort numériquement affaiblie de ces élections - en nombre absolu, et en proportion du groupe UMP - et qu'un des facteurs principaux de cet affaiblissement a été les triangulaires avec le Front national. Son affaiblissement (qui n'est en rien une "débandade") est donc un argument non pour une gauchisation de l'UMP, mais pour une entente électorale à droite.

DPSortants

Partager cet article

15 commentaires

  1. Remarquable analyse.

  2. Comme disait Coluche, il suffirait que les gens n’achètent plus que ça ne se vende pas…
    L’analyse est pertinente mais pour qui ?
    Le Français moyen se contente d’une « désinformation » distillée au jour le jour sur son média préféré (la liste est longue comme le bras, comme ceux qui croient que « leur » média est différent et mieux informé).
    Encore une fois, l’arme la plus importante de la Révolution est le manque de formation des gens… Il est plus facile de diriger des abrutis que des gens qui réfléchissent…
    De Gaulle parlait de veaux : je serai moins gentil que lui.

  3. Excellente analyse de fond. Il faut l’envoyer au Monde et la diffuser largement aux décideurs et commentateurs.

  4. excellente analyse.
    ah si les journaleux prenait 3 minutes de leur temps pour faire pareil, c’est-à-dire leur boulot.

  5. Le scrutin uninominal majoritaire à deux tours permet toutes sortes de magouilles apparentes et inapparentes (par exemple : consignes secrètes par les “amis” par exemple).
    Ce résultat n’aurait de signification qu’en cas d’élection à la proportionnelle. La proportionnelle ne permet pas ces magouilles.
    Mais en l’état du scrutin uninominal majoritaire à deux tours, cela n’a pas de signification.
    Cet argument s’ajoute aux vôtres.

  6. Bonne analyse mais vous oubliez l’avenir : les nouveaux députés qui les pourront les rejoindre, J.F. Poisson, par exemple
    [Ce n’est pas un oubli: c’est le choix de s’en tenir pour l’heure au quantifiable. Quant à M. Poisson, rien n’indique qu’il se rapprocherait de la DP: la synthèse entre droite régalienne et droite chrétienne est loin d’être faite. LSB]

  7. Tout ceci est du baratin.
    Tempête dans un verre d’eau.
    [Non: c’est important. Les médias ne s’y trompent pas. LSB]

  8. Très bonne analyse. Toutefois, il est une chose qui n’a pas dû aider la droite populaire, que ce soit en duel face au PS ou en triangulaire, du point de vue des reports de voix du FN : l’escroquerie que constitue la droite populaire en ce que tous les sortants ont soutenu pendant 5 ans la politique exécrable (dans les actes, et non dans les discours) de Sarkozy.

  9. J ai vraiment du mal avec ces analyses et questionnements type faut il ou non dialoguer avec le fn. On a des cinvictions ou pas ! Si le fn tient a ses convictions qu il fasse son travail de communication pour gagner des electeurs. A l ump qu ils sortent un programme et les electeurs choisiront ou pas. Mais ce jeu d alliance me donne l impression qu on peut adopter un discours le temps d une drague en regle et qu une fois elu on pourrait modifier son discours. C est peut etre frequent mais ca n est pas respectueux des electeurs et ne peut que contribuer a faire grandir l abstention… Si je vote fn ca n est pas pour voter ump. Car comme ils sont dans le meme parti en donnant ma voix a Lucas ou un autre, je fais monter l audiance de NKM et affilies. Et si je suis un electeur ump, j ai besoin de connaitre le programme du parti que je soutiens et non celui qu il veut bien me dire pour prendre ma voix !
    [C’est pourtant par le biais de la relation entre les partis et des rapports de force en leur sein que les idées se traduisent ou non en réalités. LSB]

  10. Et “Le Monde” d’expliquer que Raoult a été très lourdement battu… Avec 49,9% des voix!
    Ils disent vraiment n’importe quoi.
    [Non, il a été battu 54/46. http://elections.interieur.gouv.fr/LG2012/093/09312.html LSB]

  11. LE MONDE se trompe en imputant cette défaite de la DP à ce qu’ils appellent la droitisation de l’UMP, qui ne fut que verbale.
    Que verbale : les électeurs FN de second tour et même de l’UMP pour certains sans doute n’y ont pas vraiment. Paroles, paroles, paroles.
    La difficulté que devait affronter ces sortants DP était double : la perte de crédibilité de N. SARKOZY et donc de l’UMP dont ils portaient l’investiture, et leur implantation locale à chacun. Car ils étaient tous des élus de circonscriptions avec un fort vote FN : convaincre leurs électeurs de second tour du ”droitisme” retrouvé de l’UMp leur était d’autant plus difficile.
    Ils sont doublement victimes du sarkozisme, comme nous tous gens de droite de conviction : cet homme a sali les idées de droite aux yeux de beaucoup. Espérons que la page se tournera progressivement.
    Un point au SB : la DP c’était bien, c’est mort. Autre chose viendra à l’UMP, tant que les misérables candidats FN si peu argentés et si peu considérés des puissants leur piqueront les fesses. La peur est bonne conseillère.

  12. La droitisation de son discours (et uniquement de son discours) a permis à Mr Sarkozy de perdre avec les honneurs contre Hollande . N’oublions pas qu’il y a un an il avait 15 points de retard …
    Certains disent meme que si la campagne avait duré 15 jours de plus il aurait peut etre gagné puisqu’il ne cessait de progresser dans les sondages .
    Il faut etre aveugle et sectaire pour le nier .

  13. Je vais être très dur avec les représentants de la “droite populaire”, mais à quel jeu jouent-ils? Ils tiennent des discours assez proche de celui de Marine Le Pen tout en repoussant les membres du FN comme des pestiférés. Ce sont des couards avide de places qui ont honte de leurs opinions. Les candidats FN présents dans leurs circonscriptions ont eu raison de se maintenir pour les faire battre, ils ne méritaient pas une place de député. S’ils ont nos idées, qu’ils nous rejoignent, sinon, qu’ils aillent au diable!
    [Le FN et ses sympathisants devraient s’interroger sur leur propension à faire le vide autour d’eux en faisant perdre les non-FN qui sont les plus proches de leurs idées. LSB]

  14. Bruno Gollnisch m’a dit un jour cette phrase très juste qu’il préférait être battu sur son programme qu’élu avec celui d’un autre. Ce sont nos idées sur lesquelles il ne faut pas dévier. Nous accueillons les bras ouverts tous les patriotes de bonne foi qu’ils viennent de l’UMP ou d’ailleurs, mais il faut pour cela qu’ils laissent leurs idées européo-mondialistes, leur libéralisme et leur blocages hystériques sur la question de l’immigration à la porte. Les électeurs n’ont pas tous ce blocage, loin de là, d’ailleurs les reports de voix sont très clair là-dessus. Ce qui est valable dans un sens, ne l’est pas forcément de l’autre. La politique proposée par l’UMP étant extrêmement proche de celle proposée par le PS, les électeur de droite se sentent naturellement poussé vers le FN, en revanche, et pour les mêmes raisons, il est difficile pour un électeur frontiste de choisir un UMP plutôt qu’un PS.

  15. A quoi cette analyse sert-elle finalement ?
    [Nous vous renvoyons la question: pourquoi les medias veulent-ils imposer l’idée d’une “débandade”? LSB]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services