Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / L'Eglise : Foi

La crèche des mairies devient le symbole du renoncement à la pratique religieuse catholique

Extrait de la tribune de Davis Desgouilles dans Causeur :

"Comme l’an dernier, le débat sur la présence des crèches dans les mairies commence à pointer son nez. Beaucoup de catholiques s’agitent dans tous les sens pour préserver le droit inaliénable à voir une crèche dans le hall de leur mairie au mois de décembre. Et voilà qu’on va encore encombrer les tribunaux administratifs, lesquels ne savent plus à quel saint se vouer, indiquant ici que la présence de ladite crèche est conforme à la loi de 1905 et là que cette dernière l’interdit rigoureusement (…) La crèche en mairie est devenue le symbole des racines chrétiennes qu’il ne faudrait plus refouler sur l’autel du « laïcisme ».

Il serait en effet idiot de nier nos racines chrétiennes. La présence de nos cathédrales, de nos églises dont les cloches nous annoncent l’heure, ou notre calendrier grégorien en portent la marque (…) Mais célébrer la Nativité reste, en revanche, un acte profondément cultuel. D’ailleurs, pourquoi diable vouloir se battre pour admirer une crèche lorsqu’on va renouveler son passeport ou faire sa demande de permis de construire ? Les catholiques pratiquants pourront en admirer lorsqu’ils vont à la messe dominicale, c’est-à-dire plus souvent que lors d’un passage en mairie. Quant à ceux qui ne vont plus à la messe depuis longtemps, ou qui n’y ont même jamais mis les pieds, et qui se considèrent, comme moi, comme des « catholiques culturels », pourquoi manifestent-ils cette envie ?

S’ils veulent absolument voir le petit Jésus, la Sainte Vierge, l’étable, l’âne et le bœuf, pourquoi n’iraient-ils pas à la messe ? Et si, au lieu de rester au lit le dimanche matin, de regarder Téléfoot ou d’aller à Castorama (…), ils décidaient de se comporter en catholiques conséquents ? Et s’ils décidaient de ne déguster leur foie gras qu’après avoir assisté à la messe de minuit ? Ils ont même la possibilité – soyons fous ! – de fabriquer une crèche à domicile.

Ils pourront alors expliquer à leurs enfants la signification de cette tradition millénaire. Croyez-moi, cela aurait une autre gueule que de le faire dans le hall de l’Hôtel de ville. Paradoxalement, la crèche des mairies est en train de devenir le symbole du renoncement à la pratique religieuse catholique. Un alibi. « Je ne vais plus à la messe. Je ne sais même pas si je crois encore en Dieu. Et puis la Vierge l’était-elle réellement ? Mais n’enlevez pas la crèche de la mairie car je suis catholique, vingt-dieux ! ».

Si mes amis cathos pantouflards, espèce dont je suis un exemple vivant, faisaient le point sur leur propre foi – qu’ils retournent à la messe ou qu’ils y renoncent définitivement- ils cesseraient alors de vouloir des crèches dans des lieux qui ne s’y prêtent pas. Peut-être aussi qu’ils cesseraient de fustiger le « laïcisme » censé menacer le catholicisme et d’invoquer la déesse Laïcité vis-à-vis d’autres religions. Chez nombre d’entre eux, ce combat apparaîtrait peut-être pour ce qu’il est : la culpabilité de ne plus pratiquer la religion dont ils ont reçu le baptême."

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

25 commentaires

  1. La crèche (surtout les crèches provençales, qui font généralement l’inspiration dominante des crèches vues dans l’espace public -hors églises-) n’a absolument rien de CULTUEL, c’est du CULTUREL à l’état pur!
    Ce sont de véritables photographies de la vie locale nostalgiquement idéalisée qui n’existe que dans l’imaginaire des gens simples, et non une évocation «scientifique» (reportage) de l’événement évoqué par quelques évangélistes: on y trouve «le maire», l’Arlésienne, le tambourinaire, voire «le manifestant LMPT» …
    D’ailleurs le site https://www.santonsmarcelcarbonel.com/ distingue bien
    -sujets bibliques (19 pièces)
    -sujets provençaux dont «le moine», «le curé», le maire, le notaire, le paysan corse, «Saint François», … (près d’une centaine)
    -sujets spéciaux (sujets provençaux complexes: couple au parapluie, couple de fiancés -lui avec un chapeau haut de forme-, femme à l’aïoli, gitan à la guitare, marchande de picons, …) soit une quarantaine de sujets.
    On pourrait y trouver “François Hollande”, “Barak Obama”, “Vladimir Poutine”, “Bachar El-Assad, le militaire en treillis en mission Sentinelle, comme santons d’actualité.

  2. argumentaire spécieux !

  3. En soi, ce n’est pas faux.
    La “crèche dans la mairie” est le symbole d’une société se définissant dans son ensemble comme chrétienne, ou du moins majoritairement telle – même si c’est aussi un élément culturel, il n’est tel que parce que la culture sociale est chrétienne. A partir du moment où la chrétienté n’est plus qu’une minorité, une crèche dans une mairie soulève non pas un problème de laicité mais un problème de sens.
    Ce n’est pas ça qui doit être le “sel de la terre”, le levain qui va transformer la pâte sociale, c’est le chrétien lui-même qui doit être la lumière du monde.
    Soyez vous-mêmes les enseignes lumineuses du christianisme!

  4. excellent !!!

  5. Noël sans la crèche est un non sens ! Là où il y a un arbre de Noël, il devrait y en avoir une !
    C’est effectivement devenu culturel plus que religieux ! Car l’état a supprimé toute explication dans les écoles de ce qui a permis de créer les bases de la civilisation occidentale, au profit du veau d’or !
    Un jeune immigré qui arrive en France, reste avec ses principes religieux antérieurs. Pourquoi ? Parce que personne lui transmettra dans son établissement scolaire ces connaissances. Elles sont pourtant nécessaires pour lui permettre d’avoir un point de comparaison avec la religion de son ancien pays et pour mieux comprendre l’art européen.
    Il ne faut donc pas s’étonner si des jeunes issus de l’immigration tournent mal ! Voir ce qu’a vécu le fils et la femme d’un imam radical qui prêche en Belgique. Après avoir pris leurs distances avec l’individu ils expliquent aujourd’hui le climat de violence qu’ils subissaient. Maltraitance corporelle, obligation d’héberger des imams radicaux venus notamment d’Arabie Saoudite, et solitude face aux appels à l’aide lancés aux autorités restés sans suites.
    Pour comprendre le témoignage de cette femme et de son fils, il faut d’abord parler du père et de l’ex-époux. Abdelkader Chouaa, un imam, qui depuis de longues années un peu partout en Europe, prêche la violence, le djihad, la haine vis-à-vis des non-musulmans. « On nous a toujours manipulés, on nous a toujours bouffé le cerveau, le djihad, c’est une obligation, on est obligé de faire le djihad, mon propre père a commencé dans les conférences, il s’enfermait dans des maisons, il y avait des gens qui venaient qui donnaient des conférences », raconte le fils. « De nombreux imams, des prédicateurs venus de l’étranger sont venus loger à la maison. Je devais leur faire à manger, j’étais menacée. Si tu parles, on te coupe la gorge », témoigne la mère.
    A Verviers, puis à Bruxelles, la famille compte 9 enfants. Les filles sont retirées de l’école à 14 ans. A la maison, la violence est quotidienne. « J’étais tout le temps battue. Un jour, j’étais enceinte, j’ai reçu des coups et j’ai perdu mon bébé. Mes enfants ne pouvaient pas sortir, j’ai souffert toute ma vie », explique la mère.
    L’année dernière, lorsqu’elle apprend que son ex-mari donne une conférence dans la mosquée de la rue des Fabriques à Verviers, en compagnie d’autres imams radicaux, elle tente de l’empêcher de nuire. « Je suis arrivée à la mosquée, j’ai crié, hurlé, et j’ai appelé la police pour qu’elle vienne l’arrêter. Tout ce que les policiers ont fait, c’est me faire sortir de la mosquée ».
    Il y a quelques jours, deux autres de ses fils ont été arrêtés lors des perquisitions à Molenbeek. L’un d’entre eux a été relâché. « Je sais bien qu’ils sont entre de bonnes mains, celles de la justice, on ne va pas leur faire de mal, on va juste enquêter. Je sais que mon frère n’a rien à se reprocher, n’a rien fait de très grave, peut-être qu’il a une connaissance avec le gars qui est recherché, oui », témoigne le fils. « J’ai vraiment peur pour mes enfants. J’ai peur qu’un jour un de mes fils parte faire le djihad en Syrie », ajoute la mère.
    « Il y a des jeunes qui sont radicalisés, qui sont manipulés par ces gens-là, alors qu’on ne punisse pas les jeunes, qu’on punisse les gens qui ont fait ça », ajoute le fils de l’imam radical. « Ils sont partout, même si en ce moment ils se cachent, se rasent un peu la barbe, parce que maintenant il y en a qui ont peur, alors ils partent au Maroc, ils s’évadent pour oublier un peu l’histoire, vous comprenez ce que je veux dire ? C’est trop facile ça ».
    http://www.rtl.be/info/belgique/societe/l-ex-femme-et-le-fils-d-un-imam-radical-temoignent-j-ai-appele-la-police-pour-qu-elle-vienne-l-arreter-tout-ce-qu-elle-a-fait-c-est-me-faire-sortir-de-774652.aspx

  6. Ma foi, il y a du vrai dans ce qu il dit!
    Je pense, comme l auteur de l article, que beaucoup de çatholiques de papiers feraient bien de retrouver le vrai sens de Noël. Mais, pour autant, il est indispensable de se positionner en faveur de crèches publiques également. Crèches publiques, crèche privée, évangélisation et conversion personnelle: un seul et même combat pour la propagation de la foi. D ailleurs, et fort heureusement, de nombreux cathos de cœur (pratiquants quoi) et des abbés par exemple prennent position pour le maintien et le développement des crèches publiques.

  7. Comme le dit très simplement Robert Ménard :
    “Est ce qu’on peut nous expliquer ce que c’est que NOEL …. sans parler de la crèche ?”

  8. ce n’est pas à vos amis chrétiens qu’il faut vous adresser mais aux Curés qui pour les uns surchargés pour les autres occupés de réunions en réunions ont oubliés que la pratique religieuse cela se stimule!
    beaucoup de fidèles ont quitté la pratique religieuse ennuyé par la pastorale moderniste!
    on va à la messe de minuit si la cérémonie est belle et a gardé le sens du sacré!

  9. cette affaire est une excellente occasion pour les chrétiens a foi militante (il n y en a pas d autre de possible) de démontrer que Dieu est toujours en France et qu il nous protege malgré les incessantes magouilles des affidés apatrides de l UMPS

  10. C’est mignon, mais même s’il a bien raison de poser la question de la pratique religieuse, il y a autre chose :
    1- il faut que l’état, même laïc, finisse par affirmer que la France est une terre chrétienne. Et oui, la crèche est un symbole chrétien autant que culturel. La neutralité n’est pas une solution face à l’Islam (et autres !!).
    La Russie montre l’exemple : le travail qu’ils sont en train de faire sur leur histoire est admirable.
    2- depuis deux ans, “on lâche rien”… 😉
    Les chrétiens et leurs amis enracinés réinvestissent la politique, à commencer par les mairies.

  11. Après l’article de D. Desgouilles il faut lire les commentaires…
    Les coupables c’est toujours “nous” n’est ce pas!
    Jamais ceux qui veulent nous anéantir; avec ET sans guillemets.

  12. … lire les commentaires… sur Causeur!

  13. Ohlala , si les curés mettaient un peu plus le nez dans le bréviaires au lieu de passer leur temps’ dans des assoces , peut être qu ils verraient que leurs ouailles dérivent et les ramèneraient sur le vrai chemin de Dieu ! Et la crèche est aussi une manière de faire de l apologie christique , c est un peu plus que culturel . Et ça les laikards le savent bien et font tout pour détruire dans les esprits , la notion de Dieu et celle de la Sainte Famille , notre référence et modèle de societe, dont nous nous réclamons. La crèche est un peu plus qu une vieille tradition du XIII siècle ; c est un repère , une référence , un moyen de se rappeler ce à quoi nous devons croire. Osons le dire même aux anti chrétiens au lieu de relativiser, minimiser ce qu elle représente ! Imposons’ nous sans toujours chercher à nous excuser et à nous mentir ! De toute manière , nous ne passerons pas à travers les tribulations anti chrétiennes mais notre foi nous aidera à supporter les épreuves qu on nous enverra.

  14. Assez d’accord avec D Desgouilles.
    A la guéguerre anti-crèches de certains, répond par réflexe l’appel des autre à mettre des crèches dans les mairies. Je comprends cette envie d’extérioriser la religion, mais avec le risque de réduire la crèche à un folklore, entre le sapin et la dinde du réveillon. Certes il est difficile de distinguer cultuel et culturel, mais je crains le risque d’une récupération politico-identitaire de la crèche, et plus généralement de notre religion. Difficile aussi de se recueillir dans le hall d’une Mairie. Enfin je crains que certains maires, il ne s’agisse plus d’une ostentation électoraliste que d’une conviction chrétienne. Cela me semble plus respectueux du mystère de la Nativité de réserver la crèches aux églises ou à la maison. Eventuellement les particuliers peuvent installer une crèche ou une décoration de noël visible de la rue.
    A l’inverse doute-t-on du patriotisme des catholiques parce qu’ils n’ornent pas les églises de drapeaux tricolores, qu’ils installent pas le buste de Marianne ou le portait présidentiel entre la tabernacle et la Sainte Vierge ? Chaque chose à sa place.

  15. Personnellement, je souhaiterais qu’à l’instar des fêtes de fin de ramadan qui ont été faites dans les mairies ( et financées par leur budget) qu’on fasse un réveillon de Noël, après la messe (non obligatoire ) pour fêter la venue du divin enfant … Un menu français classique suffira: huîtres de Bretagne , côtes de porc ou rôti de porc ou bœuf du Limousin, purée de pommes de terre et marrons d’Ardèche .. Et buche confiture ou chocolat de Blois … Une coupe de champagne de Reims de l’eau d’evian , et du vin d’où on veut .. Et pour terminer, bêtises de Cambrai et nougat de Montelimar … Je suis sûre que la mairie de Paris serait sous le charme … Annette .

  16. Je trouve cette approche assez défaitiste et pour tout dire lamentable : Le fait de mettre des crèches dans des églises ou chez soi n’empêche pas d’en mettre dans des mairies si c’est conforme à la culture profonde de notre pays et à ses racines. La Révolution avec ses guillotines aurait-elle donc tout broyé ?
    C’est vrai que ces crèches peuvent aussi être vues de façon laïque comme des symboles de famille unie, de respect du plus faible, du petit et comme un symbole de paix, … : C’est effectivement odieux et insupportable et doit être réservé au domaine religieux et privé, bien sûr !
    Sinon, la nature ayant horreur du vide, dans les mairies, on n’y verra plus que des « vagin de la reine », des « plug anal » et de la propagande pour le planning familial, l’ADMD et le LGBT & Co. Et le grand prêtre Baroin sera content.
    En outre, l’auteur de l’article oublie qu’on n’est pas obligé par la loi d’aller à l’église mais à la mairie, si !
    Et puisque l’auteur se résigne, pourquoi ne pas mettre des inscriptions en anglais et en arabe dans les mairies car enfin, si les Français veulent parler la langue de Molière, ils n’ont qu’à se rendre dans les musées, à l’académie ou le faire chez eux !
    ——————–
    « Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets, les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées. » Molière

  17. La crèche a une utilité pédagogique : elle rappelle à ceux qui ont quitté l’église que Noël est autre chose que le sapin, les lumières et la bouffe.
    Elle peut aussi intriguer ceux qui n’ont aucune notion de la cause de la fête.

  18. Excellent article!!! Entièrement d’accord avec ce monsieur!!!
    Tout ce “foin” sur les crèches dans les lieux publics est du politico-religieux!!
    Il me semble que le Seigneur souhaiterait que vous vous agitiez pour que chacun ait une crèche (un domicile)..Jamais de mobilisations sur votre blog à ce niveau..
    Quant au commentaire sur la messe (ohlala),
    je pense que le Sacré sans Joie visible, sans accueil chaleureux des “non-habitués”, déprime plus qu’il ne fête!!!
    Trop de Sacré tue le Sacré!!!

  19. Pratiquer et s’engager en église, n’empêche pas la grande joie de voir l’enfant Jésus sortir de la sphère privée et de nos églises , et de nos maisons justement…
    Cela s’appelle aussi évangélisation!
    L’espace publique ne doit pas être athée ou alors il sera occupé par on ne sait quelle idéologie ou plutôt on commence à le savoir!
    Engagé dans le témoignage,le don de soi, c’est vrai qu’on souffre de voir les intermittents du catholicisme débarquer trois fois, au mieux dans leur vie, baptême mariage et obsèques, passer comme des éclairs dans nos églises pour leur self service occasionnel qui ressemble plus à de la superstition qu’à une relation avec leur Créateur et Rédempteur …
    Nous sommes de pauvres serviteurs inutiles et alors cette inutilité nous n’avons pas à la juger…
    Le Prince de la Paix s’il eut sa place dans une étable ne devrait pas se la voir refuser où que ce soit . Au cœur des indifférents ou des plus hostiles, son exposition aux yeux de tous crucifiés fit des conversion alors qu’il portait visage de criminel supplicié!
    Si cette exposition de la sainte famille et de cette incarnation est récupérée en opération de com, politique ou en promotion économique pour drainer plus de consommateurs tant pis…Le Seigneur travaille partout! On ne va quand-même pas protester contre!
    Cela ne dédouane pas les chrétiens d’être visibles, fiers de leur présence dominicale à la messe et présents auprès de leur prochain avec une charité profonde… Interpeller aussi en actes ceux qu’ils croisent et se doivent d’aimer c’est aussi un vecteur de questionnement.
    Peu importe le champs est vaste, les âmes uniques et les moyens du Saint Esprit illimités…
    Que Sa grâce nous accompagnent tous en Avent pour discerner ce qu’Il attend de chacun.

  20. “Trop de sacré tue le sacré”??
    Ah bon… Et trop de Dieu aussi?

  21. Je suis passé aujourd’hui sur la grand place (de Bruxelles). La crèche de Noël y est déjà installée, comme de tout temps.

  22. Il y a longtemps que la majorité des catholiques ont remplacé les crèches familiales , par les sapins et autres illuminations , le père Noël ….
    Quant à ceux qui critiquent les prêtres . Taisez vous svp ! Est ce vraiment leur faute ? connaissez vous le rythme de leur vie ? surtout dans les campagnes , le poids de la charge * d’âmes * ?

  23. @Annette lanonymette
    Bonne idée ! et pourquoi ne pas faire bénir le poisson du vendredi sur les étals des super marchés , le quai des ports , par un prêtre qui serait rémunéré bien sûre …

  24. Que le message de paix de Noël se soit invité partout dans les mairies et ailleurs était une avancée de notre civilisation !
    Le jour de Noël la guerre cessait !
    On a même vu les belligérants allemands et français célébrer Noël ensemble dans les tranchées….
    Même les musulmans ont souvent respecté ce jour sacré en respectant un cesser le feu !
    Accepter le recul de Noël c’est céder au retour de la barbarie ni plus ni moins !

  25. Je suis réservé car rien n’interdit la mise en place dans des crèches “culturelles” de santons représentant des femmes voilées, des hommes en djellabas, des imams et des mosquées, cela autour de santons traditionnels.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services