Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française

La crèche de Noël ne prive personne de rien, elle n’exclut personne

Discours de Robert Ménard, maire de Béziers pour l'inauguration de la crèche dans sa mairie lundi 4 décembre :

B« Merci infiniment d’être là, tous ensemble.
De n’être là contre personne, bien sûr, mais simplement, ensemble, tous ensemble.
Cette crèche de Noël, c’est un hommage à une famille, à la famille.
À une famille brinquebalée.
À une famille pauvre.
À une famille qui s’aime.
À une famille qui attend un enfant, le plus bel événement qu’on puisse espérer quand on est une famille.
Cette famille va transformer le monde.
Qu’on la croit marquée du doigt de Dieu ou qu’on n’y croit pas, elle a façonné notre culture, notre civilisation, notre morale.
Elle a fait ce que nous sommes.
Elle a inspiré nos artistes, modelé nos villes, nos paysages. Elle est au cœur aujourd’hui de plus d’un milliard d’hommes et de femmes.
Et les autres me direz-vous. Ceux qui ont choisi d’autres croyances, ou ceux qui ne croient en rien. Mais ils sont là. Vous êtes tous là : chrétiens, musulmans, juifs, agnostiques !
Parce que, nous le savons tous, notre pays est le produit de cette histoire, le produit, au fond, de cette famille.
Parce qu’elle est notre héritage commun. Parce que nous l’avons reçue en héritage.
C’est bien pourquoi sa place est ici, au cœur de cet hôtel de ville, notre maison commune.
Elle nous rassemble. Elle nous réunit. Elle nous donne l’occasion – si rare – de nous interroger sur ce que nous sommes, sur ce qui nous fait vivre.
J’ai encore en tête un message lu dans un des livres d’or signés par certains des 23.000 personnes qui, l’an dernier, se sont déplacées pour voir, pour admirer la crèche.
C’était celui, je cite, « d’une musulmane qui a choisi la France et sa culture, avec sa crèche ». Et elle ajoutait : « La France est un pays judéo-chrétien et il faut qu’il le reste. »
Tout est dit. Tout est bien dit.
Alors pourquoi vouloir l’interdire ?
Peut-être parce que, orphelins de toute espérance, certains se vengent du bonheur des autres.
Peut-être parce que, privés de transcendance, ils ne s’intéressent qu’à eux, ne se penchent jamais sur le sort réservé aux autres.
La laïcité, c’est le respect des religions, de toutes les religions.
Ce n’est pas la mise à l’index des religions.
Ce n’est pas la guerre faite aux religions.
C’est un espace public apaisé mais ciselé par les siècles.
Non, ce n’est pas un espace public épuré, retouché, reconstruit.
La crèche ne prive personne de rien. Encore une fois, elle n’exclut personne.
Aussi, nous la défendrons.
On ne touchera pas à notre crèche.
Elle fait partie de nos traditions.
Elle est indissociable de ce temps de Noël, de ce temps de paix, de ce goût d’enfance si précieux alors que le monde est si dur pour certains, si dangereux pour tous.

Vous le savez, il manque encore quelqu’un dans cette crèche.
Il s’appelle Jésus.
Et pour beaucoup ici, pas seulement les catholiques, pas seulement les chrétiens, il est un prophète, il incarne la promesse d’un avenir, d’un lendemain d’amour et de paix.
Cet avenir, il ne peut être que partagé. Le rappeler dans notre mairie, c’est un message adressé à tous.
Nous sommes ici, tous ensemble, chez nous. Et ce vin chaud, ces gâteaux que nous allons partager sont une communion.
Pas une communion religieuse, bien sûr. Mais un partage entre citoyens qui se respectent et respectent les croyances ou les non croyances des uns et des autres.
Avec, un peu d’avance, joyeux Noël ! Et que vive notre crèche ! »

Partager cet article

6 commentaires

  1. Cela n’atteint pas la clarté de déclaration de Donald Trump pour Noël mais va dans le bon sens. Il est quand même bon de relever que contrairement à ce qui est dit, pour les Chrétiens, Jésus est plus qu’un prophète étant le Messie ou Christ annoncé par les prophètes de la Bible.

  2. Merveilleux discours! Mieux qu’une homélie! Mieux qu’un sermon! Bravo et merci Robert Ménard!

  3. Le diable ne pense pas ainsi le Christ est venu pour détruire sa méchanceté.

  4. Très beau texte de monsieur Ménard.

  5. Et bien voilà ! C’est comme cela qu’il faut dire les choses.

  6. Merci Robert Ménard pour ce discours magnifique, les hués des hainaux n’ont pas réussi a rendre inaudible. Tous les présents l’ont bien compris, nous étions en paix, en amitiés, en France.

Publier une réponse