Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Pays : Espagne

La « crèche » blasphématoire de Colau en Espagne

La « crèche » blasphématoire de Colau en Espagne

Vox a publié un communiqué faisant part de son indignation face à la « crèche » que le maire (Podemos) de Barcelone, Ada Colau, a fait installer sur la Place Sant Jaume (devant la mairie).

Il s’agit d’un nouvel acte attentant aux traditions afin de vider de son contenu la fête de Noël.

Vox Barcelone veut oeuvrer pour la mise en place d’une crèche traditionnelle et condamne les attaques contre la religion chrétienne de la part de la mairie de Barcelone.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

7 commentaires

  1. Quelle honte, ce sont bien ces mêmes bobos gauchos presqu’on aimerait que Valls devienne maire de Barcelone!

  2. Pauvres barcelonais… Tous ne méritent pourtant pas ça, ni Podemos, ni Valls ! Mais au fait, sur les photos, les inscriptions sont bien en castillan ? pas en catalan ? ou bien ça se dit (et s’écrit) de la même façon dans les deux langues ?

  3. Les autorités ecclésiastiques risquent de réagir différemment de chez nous oû ils laissent faire n importe quoi chez nous . Ça risque d”huffler” comme on dit chez moi .

  4. S……. !

  5. Combien de personnes vont s’arrêter pour regarder ?

    Il n’est même pas certain que cela va rester longtemps.
    Moi si je trouve une chaise sur la chaussée j’en déduis que c’est à jeter et je récupère…

    • Blasphématoire ? Je n’irais certainement pas dans ces termes concernant cette oeuvre d’art contemporain bien plus propice à l’évangélisation que le premier degré pourrait l’indiquer.
      Autour de la question de la stabilité de ces chaises surdimensionnées, chaque identité de la Sainte Famille est parfaitement identifiable et j’admire la manière dont leurs attributs sont mis en exergue :
      – Marie, une chaise stable tout en volupté qui affirme clairement la féminité parée d’un diadème, un attribut de royal. Elle est clairement identifiable grâce à ses habits bleus si proches des représentations que l’on se fait de Notre Dame de Lourdes.
      – Joseph, une chaise encore plus stable enracinée dans le sol. Symbole d’un père ancré dans les traditions humaines, renforcé par la figure paternelle “cravate & bretelles”. Si marie est déjà reine dans cette scène, Joseph est encore pleinement “terrien”, ce bon père qui va s’occuper de Jésus.
      – Jésus, une chaise élancés plus haute que celles de ses parents. Figure de la divinité, tout en affirmant clairement son incarnation. Sa tête en forme de mandorle reprend la forme de vulve, celle du passage que chaque être vivant fait le jour de sa naissance. Le bavoir, cet objet très factuel nous rappelle que Jésus était un bébé avec toutes les contingences qu’un être vulnérable nécessite.
      – L’esprit Saint, à la droite de Jésus formalisé par le candélabre. Encore une fois ce luminaire interpelle la question du caractère domestique de cette scène où le pavage devient un salon familial. Mais la lumière en puissance qu’il porte en lui n’est pas encore allumée. Ce candélabre est intrinsèque à la naissance de Jésus mais ne sera allumé qu’après Pâques.
      Non, cette oeuvre est tout le contraire d’un blasphème.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services