Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La COVID repart, échec absolu d’une folie à 600 milliards

La COVID repart, échec absolu d’une folie à 600 milliards

De Pierre-Antoine Pontoizeau, pour le Salon beige:

Toutes les décisions de la politique sanitaire d’E. Macron ont coûté plus de 600 milliards, pour quel résultat ?

Les coûts de la politique sanitaire

Le confinement des premiers mois a été évalué par Laurent Cappelletti, professeur au CNAM. Dès avril 2020, il l’estimait à un coût mensuel de 150 milliards d’euros. Il avait raison. L’accroissement de l’endettement de la France de 700 milliards résulte bien de cette première folie, même s’il tient marginalement à quelques autres facteurs. L’ardoise sanitaire, c’est environ 600 milliards. En plus du confinement, les vaccinations représentent quelques milliards aussi. 146 millions de doses ont été administrées pour un prix compris entre 15 et 20 euros la dose selon les périodes. La seule vaccination a couté entre 2,3 et 2,8 milliards d’euros. Concernant les tests, bien mal nommés anti-Covid, le simple mois de décembre et ses 28 millions de tests ont couté 1 milliard d’€uros à l’assurance maladie. Le ministre des Comptes publics reconnaissait un mois plus tard que les tests anti-Covid coutaient 1,5 milliard pour le mois de janvier. Deux mois de tests ont couté 2,5 milliards, pour quoi faire ? La politique sanitaire représente donc une hystérie de plus de 600 milliards d’euros.

Un ministre des Finances amnésique

Et nous entendons un ministre des Finances parler de « côte d’alerte » avec près de 3.000 milliards d’€ de dette, soit 114,5% du PIB. Peut-il rendre des comptes sur sa responsabilité et ses résultats puisqu’il a contribué à son accroissement abyssal ? Nous étions en 2017 à 2.200 milliards et 98 % du PIB. Peut-il expliquer le ratio d’efficacité de cette dépense inédite dans l’histoire économique de la France ?

La valeur concrète de cette folle dépense

Prenons la mesure de cette dépense sanitaire faramineuse. Rappelons que le fonctionnement annuel d’un hôpital départemental s’estime dans une fourchette de 250 à 350 millions d’euros. Ce sont donc 2.000 hôpitaux fonctionnant pendant un an où 100 hôpitaux départementaux fonctionnant pendant 20 ans. 600 milliards, c’est 15 ans du budget de la défense (un peu moins de 40 milliards en 2021) ou 10 ans du budget de l’éducation nationale (55 milliards en 2021). Un tel sacrifice jamais engagé dans les dépenses publiques de la France exige un résultat rapide et parfait, à la hauteur de la dépense et des promesses exposées comme des certitudes de foi par tous les spécialistes, non ? Nous avons tous en mémoire l’agressivité, le scientisme des certitudes, l’arrogance et le mépris du ministre Véran en particulier. 600 milliards pour quoi faire ?

La nullité du résultat

Or, cette dépense inouïe a-t-elle obtenu un résultat à la hauteur, soit l’éradication rapide du virus ? Non, puisque nous parlons d’une 7e vague, que des personnes meurent encore de cette maladie, même si fort heureusement, ce ne sont pas des milliers par jour. Mais ce confinement initial nous a-t-il libéré de la maladie ? Non. Le 2e confinement ? Non. La vaccination a-t-elle fonctionné ? Non, puisqu’aujourd’hui les chiffres démontrent que les malades sont des vaccinés ainsi que les hospitalisés. Charlatanisme, escroquerie ? Et les tests ont-ils été utiles ? Non plus, puisque la maladie demeure. Alors à quoi ont servi ces 600 milliards de dépenses publiques ? Et nous n’avons pas aujourd’hui la capacité de mesurer le cout des effets indésirables. Il risque d’être élevé.

La liberté démocratique d’inventaire des responsabilités

Est-il possible dans une société libre et démocratique de demander à nos nouveaux élus d’ouvrir une commission d’enquête transparente, voire populaire, pour exiger des réponses sur les responsabilités de ces engagements de dépenses faramineuses ? Il y a là plusieurs enjeux. Celui de ne jamais reproduire une telle folie. Celui de sanctionner les ministres, voire le Président à la hauteur de cette absolue folie. Celui enfin de solder cette dépense par des mesures et sanctions financières à l’encontre de ceux qui ont profité, voire corrompus : Union européenne, laboratoires, actionnaires des laboratoires, Etats complices, etc.

L’enjeu majeur est de se libérer de cette emprise irrationnelle de quelques-uns sur le destin du plus grand nombre. Ils ont démontré qu’ils ne savaient rien. Nous avons maintenant la preuve que la dépense était irrationnelle, non pertinente et aujourd’hui sans résultat. Il est urgent de changer radicalement de paradigme. C’est cela le progrès, non ? Du moins, c’est une obligation avant de demander au Français de se sacrifier encore alors qu’il faut solder cette dette en la recouvrant auprès des auteurs de cette hystérie.

Partager cet article

19 commentaires

  1. Oui.
    Sauf que, le peuple ayant voté en redemande.

    Il faudra donc boire cette coupe jusqu’à la lie, puisque nos compatriotes refusent de chasser les maf qui nous gouvernent.
    Ce sera rapide: 3 à 7 ans pour l effondrement de l euro.
    Vae victis.

  2. Il serait intéressant de connaître le prix de cette folie dans les autres pays européens, mais il est à craindre que la France soit sur le podium. Un tel niveau d’incompétence n’est pas envisageable et seule la corruption peut expliquer un dérapage de cette ampleur.
    L’idée de déclencher une commission parlementaire sur ce sujet restera théorique puisque tant le RN que les partis de la Nupes se sont illustrés par leur silence et leur passivité pendant la crise sanitaire.

  3. moi, j’ai plutôt l’impression qu’ils ont réussi une bonne partie de leur coup, appauvrir le pays et ses habitants, aller vers le revenu universel, le contrôle social, le ‘vous n’ aurez plus rien et vous serez heureux’…. Incompétents ? Non, exécutants pervers, oui. (Toujours remettre en perspective DS contre Peuples pour comprendre l’actualité)

  4. Intéressante analyse !
    Si encore il était désormais décidé de ne plus jamais gouverner ainsi… Mais au contraire, non seulement le retour du pa$$ est pour bientôt, mais les mesures coercitives et liberticides pourraient s’accroître (extension du pa$$ pour travailler, vakh$$ obligatoire…)

  5. “irrationnelle”
    “ils ne savaient rien”
    “non pertinente et aujourd’hui sans résultat”
    “hystérie”

    Tout cela se conçoit sur une courte période, un mois, deux, allez maximum 6 mois.
    Mais pas sur 2 ans et demi…

    Des ouvriers viennent chez vous pour faire des travaux de rénovation, et démolissent systématiquement toute votre maison pendant 2 ans et demi. Diriez vous qu’ils sont irrationnels, ignorants, non pertinents, hystériques ?

    Est-ce qu’ils ne sont pas au contraire efficaces, rationnels, experts, réfléchis ? Selon leurs objectifs ?

    Ne pas voir cela, nous, n’est-ce pas le signe que nous sommes, nous, ignorants, non pertinents, et irrationnels ?

    • Cher monsieur, la raison pour un chrétien et selon saint Thomas d’Aquin ne se dissocie pas des buts poursuivis dont le service du bien commun. Il s’agit donc bien d’une irrationalité en ce sens là car leur choix sert une cause qui les perdra. Elle a ses raisons, sa logique mais elle n’est pas raisonnable ou rationnelle au sens chrétien de ses termes me semble t il

  6. 600 M€ ne sont que la partie visibles de l’iceberg… Somme à laquelle il conviendrait de rajouter les milliers d’entreprises qui ont soit fermé, soit se sont retrouvé en grande difficulté. Les nombreuses dépressions de jeunes qui ont dû arrêter leurs études et dont pour certains le départ dans la vie aura des conséquence financières graves…

    • Si vous voulez utiliser des abréviations, il vaut mieux le faire de manière cohérente.
      M est l’abréviation pour “Méga” qui symbolise les millions
      Pour les milliards, on utilise “Giga” abrégé par G.
      Par contre pour les milliers, on utilise un k minuscule pour “kilo”.

      Par exemple en unités de puissance :
      mille watts donne 1 000 W = 1 kW
      un millions de watts : 1 000 000 W = 1MW = 1.10exp6 W
      un milliards de watts : 1 000 000 000 W = 1 GW

      En unité de masse :
      mille grammes : 1 000 g = 1 kg
      et jamais 1 KG ou 1 Kg !

      Donc transposé en monnaie on a :
      un milliard d’euros : 1 G€
      un million d’euros : 1 M€
      deux mille euros : 2 k€

      N.B. les euros ne sont pas une unité de mesure physique. Il s’agit donc d’une simple transposition de l’écriture du système internationnal des poids et mesures, anciennement appelé “système métrique”.

  7. LREM m’a tuer

    Bientôt sur vos écrans !

  8. D’aucuns diront qu’au contraire, c’est grâce à cette politique qu’il n’y a pas eu plus de morts…

  9. Il y avait tout de même la possibilité de ne pas voter pour celui qui a provoqué cette catastrophe.On retrouve les mêmes.
    Des professions cherchent à recruter mais les candidats manquent, car il y a des efforts à faire.
    Des habitudes nonchalantes de télé- travail ou plutôt de loisirs à la maison ont été prises. On en arrive à vouloir le droit de suivre le Tour de France ou les matches de tennis, de football sur le lieu de travail.
    L’effort minimum, c’est aussi l’utilisation des initiales au lieu des mots complets. Et voilà le langage réduit compréhensible entre initiés. Voir plus haut !
    Comme si ce n’était pas suffisant, l’excellent Ivan Rioufol met fin à son Bloc-notes du Figaro. Reste son blog personnel.

  10. Echec ou réussite de cette politique, c’est une question de point de vue. Ces 600 milliards n’ont pas été perdus pour tout le monde :
    – Pour les entreprises pharmaceutiques qui ont fabriqué les pseudo-vaccins, c’est un formidable pactole.
    – Pour les entreprises pharmaceutiques qui ont fabriqué les tests et les réactifs, itou !
    – Pour les médecins, pharmaciens et infirmiers employés dans cette gigantesque opération de tests, ce fut aussi très rentable (et tant mieux pour les étudiants en médecine ou en pharmacie qui ont pu arrondir leurs fins de mois avec ces vacations, mas tant pis pour les +15 000 soignants qui se sont retrouvés sans emploi parce qu’ils refusaient ces injections plus que douteuses – la suite leur a donné raison mais, à de rares exceptions près, ils ne sont toujours pas réintégrés).
    – Pour les hôpitaux qui ont bénéficié de primes à chaque fois qu’ils recevaient un patient testé positif, ce fut une belle opportunité.
    – Pour tous les acteurs du « système de santé » qui vont voir le nombre de malades augmenter, bien sûr sans lien officiel avec la protéine Spike, c’est l’assurance d’une croissance de leurs revenus à long-terme.
    – Pour les EHPAD débordés de demandes d’hébergement, cela leur a permis d’accueillir de nouveaux pensionnaires, plus jeunes et donc en meilleure santé. Ils n’y ont rien perdu.
    – Pour les caisses de retraite et autres fonds de pension, l’économie due à l’accélération de la mortalité des plus de 70 ans est fantastique ! On pourrait même se demander s’ils ne sont pas les principaux bénéficiaires de toute cette opération.
    – Et pour les grands acteurs de la finance internationale, les gains sont et seront encore plus grands : comme intermédiaires, ils ont bien bénéficié des émissions d’argent virtuel à taux zéro ou négatif par les banques centrales, et maintenant que les taux d’intérêt vont repartir à la hausse, les Etats sont entièrement sous leur dépendance et vont devoir leur verser des intérêts colossaux.
    Il serait intéressant de savoir ce qu’en pensent les « experts » de McKinsey, qui ont si abondamment vendu leurs conseils aux gouvernements de nombreux pays (en empochant aussi des gros honoraires).
    Une bonne partie de ces acteurs ne sont évidemment que des bénéficiaires d’opportunités à laquelle ils ont su s’adapter, mais les décideurs politiques sont-ils tous des idiots qui se sont laissés manipuler sans rien voir ? Cela pouvait être crédible les premiers mois, mais deux ans après, cela ne l’est plus !

Publier une réponse