Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

La Coupole serait-elle devenue le temple des autorités morales adulées par l’opinion ?

Tugdual Derville, délégué général de l'Alliance pour les droits de la vie, s'exprime dans une tribune sur la réception de Simone Veil à l'Académie française. Mélange de souffrance, de perplexité et d'interrogations :

Tugdual derville "JE NE PARLE JAMAIS de loi Veil. Non par déni, mais parce que je considère qu’il est impossible de faire porter à un seul nom une loi en général, et surtout ce type de loi (…) Aussi suis-je peu enclin à exprimer de l’agressivité contre la personne de la toute nouvelle académicienne. Avouons qu’il y a, dans la terrible histoire de l’adolescence de Simone Veil, des éléments supplémentaires qui nous incitent au silence, ou du moins à une certaine réserve (…)

Mais qu’est-ce qui nous fait si mal ? 

Est-ce le principe même que soit accueillie en cette enceinte prestigieuse (…) celle dont le nom est d’abord attaché à un grand mensonge ? Je veux parler de cette équation qui associe au bel idéal de la liberté des femmes un acte aussi absurde que celui d’avorter, légalement. Est-ce la façon stupéfiante dont le sympathique Jean d’Ormesson a cru devoir encenser l’élue de ses pairs ?

En un raccourci foudroyant, quoique insistant, il a rapproché des faits manipulés : les avortements clandestins, l’affaire de Bobigny et celle, toute récente, de la petite fille de Recife ; il les a lus par le prisme déformant de l’idéologie dominante ; il a récité le petit catéchisme du Planning familial.

(…) les sept millions d’être humains non nés en France du fait de l’IVG qu’Eric Zemmour a l’autre jour évoqués en trublion sur RTL… devraient-ils être passés par pertes et profits dans nos manuels d’Histoire ? (…) 

Pourquoi, surtout, l’académicien s’est-il cru obligé d’assimiler les opposants à l’avortement d’hier et de maintenant à des « intégristes » ou des « antisémites » ? Que n’est-il allé jusqu’au bout de sa logique en listant les noms prestigieux de Mère Teresa et de Jean-Paul II, sans oublier le pape actuel ? (…)

À force de scruter de loin sa personnalité énigmatique, au fil d’une carrière à rebondissements dont elle vient de franchir la dernière étape, j’aimerais comprendre, s’il en est encore temps. Mais qui sommes-nous, qui n’avons pas connu la Shoah, pour lui demander avec l’infini respect que mérite toute personne : Madame, parlez ! "

On pourra juste se demander si Tugdual Derville ne tombe pas dans le piège de la compassion en insistant autant sur la respectabilité de Simone Veil qui serait dûe à son statut de survivante des camps nazis et qui imposerait une certaine retenue dans la critique de la loi qui porte son nom. Tugdual Derville oublierait-il que Simone Veil avait sans doute été choisie pour faire passer cette loi justement parce qu'elle était une femme…et aussi une rescapée de la Shoah ?   

Partager cet article

8 commentaires

  1. C’est un excellent article qui honore le remarquable Tugdual Derville. Je le trouve malgré tout bien bon, parce que le scandale est énorme!C’est tout de mêm bien elle à qui l’on doit que les décrets d’appliquation pour la défense de la vie, prévus dans la loi n’ont pas été signés!!

  2. Quand on fait partie de l’establishment, on doit parler le langage politiquement correct de l’establishment. D’Ormesson que j’aime bien ne fait pas exception à la règle. Zemmour (que je goûte moyennement), oui, et il vient d’en faire les frais.
    Enfin, là j’enfonce une porte grande ouverte.
    Quand à S. Veil elle a été actrice dans deux drames qui chacun ont fait des millions de morts. Je n’en dirai pas plus, de peur d’être politiquement incorrect. Tirez en vos propres commentaires

  3. Bientôt on ne pourra plus dire ce que l’on pense à force de devoir prendre des gants pour parler, l’horreur de la Shoah n’absout en rien l’horreur actuelle de l’avortement. Comment être rescapée de ces camps pour être soi-même un agent de mort pour autrui ?Il faut avoir le courage de dénoncer le carriérisme en politique au prix de la vie de millions d’innoncents. Combien de vies brisées par le poids de ce crime, de ménages disloqués parce qu’ayant tué le fruit de leur amour ?? Et on doit lui tresser des lauriers ????

  4. quand on y pense c’est sidérant : une personne qui porte une lourde responsabilité dans la mort de millions d’êtres humains est portée au pinacle. Il y a 60 ans, les personnes portant des responsabilités si lourdes ont été pendues…
    Derville est très bon et clair, je ne trouve pas grand chose à lui reprocher. En revanche, Ormesson a été absolument scandaleux ; il est indigne et de son nom et de sa foi.

  5. Ci-dessous, une réponse de Pierre VOUTERS :
    Mon cher Tugdual,
    Tu as en partie raison de ne  » jamais parler de loi Veil  » : en effet, il s’agit plus d’une loi Giscard – Chirac – Veil.
    Toutefois, c’est un usage républicain largement établi depuis plus de deux siècles par tous les régimes successifs que de donner à une loi le nom du ministre qui l’a défendu , ou, à défaut le nom du parlementaire qui l’a proposée, et que la V° République n’a fait que confirmer. Même le site officiel LEGIFRANCE l’intitule  » loi dite Simone Veil  »
    Comme tous nos condisciples, et moi-même d’ailleurs, tu as appris cela sur les bancs de la rue Saint-Guillaume !
    Ainsi : chacun connaît pertinemment la signification des lois Le Chapelier (16 et 24 août 1791), Ferry, Waldeck-Rousseau, Combes, Marthe Richard, Debré, Pelletier, Roudy, Pasqua, Gayssot, Madelin, Périssol, Neietz, Aubry ou Léonetti.
    En revanche, je ne suis pas certain que beaucoup de nos concitoyens connaissent la loi n° 75-17 du 17 janvier 1975 !
    Comme tu le sais, la clarté est toujours source de la vérité qui rend libre.
    Bien à toi
    Pierre VOUTERS
    Délégué général
    LAISSEZ LES VIVRE
    SOS FUTURES MERES

  6. Je me demande si vous avez lu bien attentivement l’analyse plus qu’entre deux chaises de Monsieur Derville.
    Je suis pour ma part très choqué de lire qu’il y parle du « sympathique  » citoyen Ormesson, lui qui n’a de cesse dans son discours de vociférer et de feuler cyniquement contre l’Eglise dont il stigmatise avec bassesse l’Evêque de Recife, et pourfend, sans davantage d’élégance, avec en sus la langue acérée d’un parfait stalinien, les « intégristes »( il suffit apparemment pour être qualifié ainsi d’être simplement fidèle et raisonnable).
    Il s’en va même détecter quelques spécimens « d’intégristes » chez des Rabbins, ne craignant pas bien sûr du fait de son habile montage très « tendance », de se voir poursuivi pour anti-sémitisme.
    Le Grand -Père de mon épouse surnommé par les Allemands « le Muet »… mort à Oranienburg en se sacrifiant pour ses frères de captivité, quels qu’ils fussent, y compris communistes, ne risquait pas, lui, de finir par siéger dans un tel lieu de perdition, car, s’il était revenu vivant c’eût été pour défendre ici comme là-bas, évidemment la Vie.
    La lâcheté et la complaisance sont décidemment parmi les défauts les plus dégradants de l’humanité.

  7. Tugdual DERVILLE eut pu être moins complaisant avec Simone VEIL et évoquant la Seconde Guerre Mondiale évoquer l’autre Simone WEIL; la grande, l’amie de G. THIBON, celle de « La Pesanteur et la Grâce ».
    Il donne l’impression de ne pas vouloir, mais absolument pas vouloir rompre avec l’illusion selon laquelle l’actuelle majorité est susceptible de faire un geste pour la Vie et la morale naturelle.
    C’est ainsi : quand on a implicitement fait voté SARKOZY en 2007 au nom du moindre mal possible, on est  »lié » ensuite par cette erreur initiale.
    Cela n’ôte rien à la qualité des analyses sur la défense de la Vie et à son action de lobbying. Mais ……..

  8. Assurément si , hélas cela en enlève beaucoup, car on ne peut pas prétendre s’opposer à la scandaleuse cérémonie de l’accadémie et trouver « sympathique » l’un de ses membres qui profite de l’occasion pour faire, si besoin était, un autre procès – sans défense – de l’Eglise, à travers le courageux Evêque de Recife ,parfaitemment fidèle au Magistère et soutenu par celui-ci, et de surcrôit acomplir ce lâche forfait dans un lieu et une circonstance si malicieusement choisis.
    N’est-ce pas vous pourtant qui exprimez souvent de manière bien moins conciliante votre légitime révolte contre des attitudes présentées comme « catholiques  » et pourtant parfois sensiblement plus « orthodoxes », si j’ose dire, que celle du haineux citoyen Ormesson qui en sa langue de bois toute stalinienne fait de tout défenseur de la Vie, qu’il soit catholique , ou Rabbin, un « intégriste ».
    Sincèrement, je ne comprends pas comme Pierre Vouters, comment une telle ambiguité pourrait correctement servir la cause de la Vie…pas davantage d’ailleurs que celles même, en vrac, de la loyauté, de l’égalité devant la justice , de l’honneur, de la « liberté »,ne parlons pas de l’illusion de « fraternité »…

Publier une réponse