La contraception gratuite, encore et encore

Un rapport publié jeudi suggère de rendre la contraception gratuite pour les mineures. Cette proposition est soutenue par la secrétaire d'Etat à la Jeunesse Jeannette Bougrab mais pas par sa collègue de la Santé Nora Berra. Près de 12.000 avortements aient été pratiqués en 2009 sur des mineures contre 8.700 en 1990

Ce rapport, cosigné par le gynécologue Israël Nisand, demande à la Sécu et aux laboratoires pharmaceutiques un effort conjoint pour permettre un accès entièrement gratuit à la contraception pour les jeunes. Le ministère de la Santé estime qu'il "n'est pas nécessaire de passer par la loi". Jeannette Bougrab a "déjà donné instruction aux Agences régionales de santé pour renforcer le rôle du Planning familial" et des centres de planification.

Cette proposition est destinée, comme toujours, à lutter contre les grossesses non prévues (vous savez, ces grossesses magiques qui sont la conséquence d'on ne sait quoi – un pur hasard !) et les avortements. Or contraception et avortements sont liés. La mentalité contraceptive mène de facto à l'avortement.

Les auteurs prônent aussi la taxation des contenus internet pornographiques. Mais la contraception a pour conséquence de réduire le femme à un objet.

Une mesure plaidée dans ce rapport pourrait être acceptable, si le soin en est laissé à la famille : il s'agit d'une éducation à la sexualité renforcée.

Une réflexion au sujet de « La contraception gratuite, encore et encore »

  1. HS

    Contraception et avortement sont les fruits d’une même plante, en effet, comme le soulignait Jean-Paul II dans Evangelium vitae. L’éducation à la sexualité dans l’option dominante est axée sur la “prévention ” des grossesses non désirées (sic) et des maladies sexuellement transmissibles; d’un point de vue médical il devrait être exigible d’inclure un enseignement de base sur la fertilité et les méthodes de régulation naturelle des naissances, alternative à la contraception, susceptible d’éveiller le sens de la responsabilité et au minimum de permettre aux adolescentes et aux couples un choix d’attitude réellement éclairé : une telle information est préconisée dans les recommandations de la Haute Autorité de la Santé (HAS) concernant la contraception (accessibles à tout public par internet)…

Laisser un commentaire