Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

La commission sur le maintien de l’ordre ébranlée par le traitement subi par LMPT

Suite à son audition hier, à l’Assemblée nationale, Ludovine de la Rochère déclare à Famille chrétienne :

"Nous avons été convoqués par la commission d'enquête sur les missions et modalités du maintien de l'ordre républicain. C’est une commission qui a été mise en place sur les questions d’ordre public à la suite des manifestations contre le barrage de Sivens, et du décès d’un jeune homme. La question était de savoir s’il fallait faire évoluer les pratiques ou la législation dans le domaine de l’ordre public.

Quelle a été la teneur des échanges ?

L’audition s’est déroulée de manière très positive et intéressante. On a eu le temps d’exposer les difficultés auxquelles nous avons été confrontés durant nos manifestations. Nous avons évoqué la préparation des événements, qui a parfois été extrêmement difficile, avec par exemple un très grand nombre d’interdictions. Mais aussi le déroulé de l’événement en lui-même et la manière dont ont été traités parfois les manifestants, notamment de manière scandaleuse le 24 mars 2013, où un grand nombre d’enfants, de femmes enceintes et de personnes âgées avaient été aspergés de gaz lacrymogènes. Nous avons pu insister sur l’ampleur des faits qui nous concernent : un très grand nombre d’arrestations, de gardes à vue, de menaces et d’interdictions.

Autre point sensible, nous avons dénoncé l’utilisation politique des prétendus incidents survenus dans nos manifestations. Le gouvernement a en effet voulu faire croire que nous étions violents, en mentant à ce sujet et en exagérant les faits. La Commission a reconnu que, dans toute manifestation, il y avait des perturbateurs et qu’en ce qui nous concerne, cela se déroulait d’ailleurs toujours après nos défilés.

Théoriquement, une audition comme celle-ci est très technique, néanmoins la dimension politique était bien présente. Ils nous ont en effet demandé si nous avions vraiment envisagé de manifester le 14 juillet – pour nous accuser d’être antirépublicains –  ou si nous avions un service d’ordre en provenance d’un parti politique, ce qui n’a jamais été le cas.

[…] Au départ, ils avaient l’idée que le traitement que nous avions eu était tout à fait habituel, mais je crois qu’ils ont été ébranlés dans cette conviction. Nous avons pu démontrer, au moins pour une part, le deux poids deux mesures. […]

Quelles vont être les suites ?

Cette commission a vocation à apporter des propositions qui peuvent conduire à une évolution législative. Je crois qu’il y a la possibilité d’une évolution des démarches et du délai imposé pour l’organisation de tels événements, sur lequel aujourd’hui la préfecture peut « jouer » et ainsi rendre les choses très difficiles pour qui veut organiser une manifestation.

Plusieurs fois, les interdictions nous étaient par exemple annoncées le vendredi soir, ce qui nous empêchait de faire un recours au Tribunal, fermé le samedi. Ce n’est pas normal. Peut-être que sur ce point la commission décidera d’un certain nombre d’évolutions qui changeront la donne. J’espère aussi que cela incitera les autorités à être plus respectueuses de la démocratie et des libertés fondamentales."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Dans notre société de surveillance généralisée, il vaut mieux laisser les manifestations d’opposition se déroule, cela permettra d’avoir d’un coup tous les numéros de téléphone les noms et professions des manifestants. Super pratique moins coûteux que de mobiliser tout un tas de fonctionnaires sur tout le territoire.

  2. C’est un vœux pieu… Mais on peut toujours rêver.

  3. On peut toujours rêver mais il n’y a aucune confiance à accorder à ce genre de personnages.
    Cette pseudo enquête est une fumisterie de plus. Rien ne changera.
    Depuis 1945, la tendance lourde est bien à l’interdiction de la liberté et du droit d’expression, à l’asservissement des peuples.
    Rien de bien nouveau pour un système totalitaire héritier des systèmes totalitaires soviétiques et nationaux SOCIALISTES, tous d’origine de gauche.
    Le totalitarisme est génétiquement constitutif de la gauche.

  4. Il faut être dirigeant de LMPT pour croire encore que ce gouvernement Big Brother va amender ses méthodes de surveillance et de répression.

  5. à midi ils ont fait un gloutch à nos frais dans le resto 3 * du palais Bourbon … Tout était déjà oublié au 3ème verre de Pommard !
    madame de la Rochère est une femme très estimable mais bien naïve !
    leur commission ne vaut pas plus chère que le CESE .

  6. La Manif pour tous et sa présidente ont décidé de croire au Père Noël.
    « je crois qu’il y a la possibilité d’une évolution… » : tout est résumé dans ces propos. C’est clair, concret, et rassurant pour l’avenir ? Ca ressemble plutôt à un gag douteux.
    Quelle naïveté de faire confiance à des personnes qui sont, au mieux, indifférentes donc ne prendront pas le risque de déplaire au pouvoir en place pour nos beaux yeux…
    Le système est verrouillé et le poisson pourrit par la tête, il faut en prendre acte. Tout le reste est du baratin.

  7. LMPT a divisé par 100 le nbre de GaV sur les deux dernières manifs juste en surveillant les flics avec des volontaires, des caméras et des huissiers!
    Alors les troubles a la dispersion, la faute a qui?

Publier une réponse