Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

La CNCDH ignore les catholiques

C Le rapport annuel de la la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) estime que, en 2010, 886 faits à caractère raciste et xénophobe ont été dénombrés, dont 165 actes violents (dont 79 agressions et violences diverses sur des personnes) et 721 menaces ou actes d'intimidation, soit une baisse de 13,6% par rapport à 2009, selon les statistiques du ministère de l'Intérieur. La communauté maghrébine serait restée la cible privilégiée des actes de violence (33,9% du total) et des menaces ou actes d'intimidation racistes (36,6%). 13 mosquées ou lieux de prière musulmans ont subi des actions violentes, contre six en 2009.

Ce rapport est une nouvelle violence à l'égard des chrétiens en France : celle du silence. Pourtant, l’immense majorité des profanations perpétrées en France visent des lieux de culte ou des cimetières chrétiens. En 2007, elles représentaient 151 cas sur un total de 164 lieux de culte profanés, soit 92,1%. Le pourcentage s’élève à 94,4% en 2008, pour un total de 285 profanations constatées. En 2009, si le nombre total de profanations a baissé (226), la part des lieux de culte chrétiens a encore augmenté, pour s’établir à 95,6%.

Partager cet article

9 commentaires

  1. Un poisson d’avril tardif et saumâtre.
    Au moins les choses sont claires : c’est la CNCDAH, pour les droits des “autres” hommes, car la communauté catholique ne fait manifestement pas partie.
    Certains sont plus égaux que d’autres…
    Bon à dissoudre.

  2. Faut-il en conclure
    -que les chrétiens ne sont pas des hommes?
    -que les chrétiens sont des hommes qui n’ont pas les mêmes droits que les autres hommes?
    Ou faut-il déduire que la presse (tant nationale que régionale) peut impunément publier des articles mensongers, accompagnés de photos truquées, laissant entendre qu’il se produirait sur notre territoire hexagonal des dégradations à l’encontre de lieux de culte catholique, de tombes catholiques, de monuments (calvaires…) catholiques?
    A qui est-il pertinent de poser ces questions?

  3. La Commission nationale consultative des droits de l’homme pourrait être plus justement intitulée Commission nationale consultative des de l’homme non chrétien.
    Il est évident que s’en prendre à un lieu de culte de n’importe quelle religion est un viol de la liberté religieuse. Il ne suffit pas que les auteurs de ces profanation déclarent rituellement dès qu’il s’agit de lieux chrétiens “Nous avons fait cela par désœuvrement” et que les autorités renchérissent en disant “Ils sont stupides”, pour que cela change de nature. Il s’agit quoiqu’il en soit de viol de la liberté religieuse.
    Autrement on pourrait absoudre d’assassinat celui qui déclarerait “Oui, je l’ai tué, mais c’est parce que je m’ennuyais, je n’avais aucune haine.” et que les autorité renchérissent en disant : “Oui, c’est un idiot, le crime n’existe donc pas. Il s’agit seulement de blessures involontaires”.
    Plus profondément, le rapport de la CNCDH révèle la pensée de ses auteurs. Selon eux, implicitement, les droits de l’homme ne protègent pas les chrétiens, qui sont les auteurs et non les victimes des atteintes aux droits de l’homme. La CNDCDH est donc un organisme discriminatoire.

  4. Quand on lit ça, on se rend compte à quel point nous en sommes dans notre beau pays. On met en avant la persécution des musulmans alors que les vrais persécutés sont les chrétiens partout dans le monde. Somme toute, c’est comme pour la pauvreté: on nous fait croire que la misère est dans les banlieues et qu’il y a un lien direct entre celle-ci et la délinquance, alors qu’une étude récente dont a parlé Xavier Raufer, éminent criminologue, a démontré que la vraie misère (entendez par là: sociale, géographique, médicale, financière…) est dans les zones rurales! La creuse détient ce triste record… Tiens, pourtant il n’y a pas de voitures brûlées là bas?
    M’enfin, continuons à dire que les vrais persécutés sont les musulmans, et les vrais pauvres les immigrés… Les gens finiront bien par l’avaler!

  5. La Commission nationale consultative des droits de l’homme ISLAMISTE

  6. et pourquoi prêter attention aux actes anti-chrétiens ? quoi d’étonnant à ce que les musulmans nous méprisent, nous qui ne défendons pas notre bien le plus cher : la Foi? nous dont les autorités gardent – à part quelques uns – un silence assourdissant quand on touche à ce qu’ilssont censés défendre :notre croyance en Dieu ? le respect des croyances de l’autre implique la vigilance vis à vis des siennes . Nos ancêtres doivent se retourner dans leurs tombes ! Et nous devrions tous nous rappeler :..Celui qui n’est pas avec moi, est CONTRE MOI …”

  7. Je pense que la partialité scandaleuse de ce rapport devrait être débattue au parlement (la CCNDH étant certainement un organisme public ou para-public). Et si chacun demandait à son député de poser une question à ce sujet au gouvernement ? Qui sait il pourrait peut-être en sortir un bien ?

  8. C’est une sorte d’inversion accusatoire typique d’une certaine entité, mais ne nous leurrons pas, nous avons des certitudes : “Vous serez Haïs de tous et persécutés à cause de mon Nom”.
    La Victoire passe par là, Satan le sait, sa rage éclate car son temps est compté.

  9. Mail au CNCDH
    Cher monsieur,
    J’ai récemment pris connaissance de votre rapport annuel que je trouve particulièrement intéressant.
    J’ai été surpris par un oubli qui m’apparaît comme une erreur importante.
    Vous faites part en page 101 de violentes actions qui ont été perpétrés contre des lieux de cultes
    musulmans (au nombre de 13). Peu au courant de ces chiffres, je suis tout de même étonné de ne pas voir mentionné le nombre grandissant et au combien plus important de profanations de lieux de cultes chrétiens …sachant ces informations sont diffusés dans des média de masse (cf doc ci-joint) et que l’État français dispose de ces chiffres par le biais de la sous-direction de l’information générale du ministère de l’intérieur.
    En espérant que cet oubli puisse être corrigé dans les éditions à venir,
    Bien à vous,
    Réponse du CNCDH:
    Bonjour Monsieur,
    Je vous remercie de votre message, et prend bonne note de votre remarque. Nous avons effectivement constaté une augmentation importante des profanations de lieux de cultes chrétiens. Ces actes sont, comme toutes les profanations, des actes qui méritent d’être condamnés. Cependant, nous ne les avons pas inclus dans notre rapport car le ministère de l’Intérieur n’est pas à l’heure actuelle capable de distinguer les profanations antichrétiennes de banales dégradations commises dans les lieux de culte. Pour faire simple, un coeur gravé par des adolescents sur une pierre tombale sera qualifié, au même titre qu’une insulte antichrétienne écrite sur une tombe, de profanation. Or, si une dégradation d’une pierre tombale cause un dommage certain aux victimes, il ne s’agit pas d’un acte raciste.
    Bien évidemment, lorsque le ministère de l’Intérieur sera capable de distinguer les simples profanations des profanations à caractère raciste, nous les prendrons en compte dans notre rapport. En effet, ce rapport ne peut traiter que des infractions à caractère raciste, antisémite et xénophobe, peu importe la “race”, la religion ou l’origine des personnes concernées.
    Bien à vous,
    Réponse de ma part
    Bonjour monsieur,
    Merci pour votre réponse.
    Afin de m’assurer d’avoir bien compris, vous me dites que pour la seule confession chrétienne, on considère qu’il existe des actes de vandalisme dans des lieux de cultes non considérés comme ayant un caractère raciste. Ce qui n’est manifestement pas le cas pour les religions juives, et musulmanes.
    Permettez moi de m’interroger très largement sur ce qui peut pousser un homme à taguer une tombe si ce n’est un sentiment haineux envers une confession. De l’art peut être.
    J’ose espérer que mon pays retrouve vite la raison qui permette la juste application de l’égalité de traitement sur ces sujets,
    Bien à vous
    Réponse du CNCDH:
    Bonjour Monsieur,
    Non, ce n’est pas ça. Un dégradation commise dans un lieu de culte musulman ou juif ne sera raciste que si elle l’est manifestement. Il existe des actes de vandalisme qui ne sont pas considérés comme racistes dans tous les lieux de culte. Notre rapport est un rapport sur le racisme, pas sur le satanisme ni sur la débilité de ceux qui s’attaquent aux lieux de culte.
    Bien à vous,

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]