Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La citation du jour

Jean-Marie Le Pen a présidé ce matin la séance au Conseil régional en tant que doyen, devant 95 conseillers régionaux (sur 123 élus). Reconnaissant une "campagne correcte" dans son ensemble, il a précisé :

"A l'exception d'un candidat socialiste qui s'est dérobé au débat, refusant de parler à des fascistes et fascisants. Le FN n'est ni fasciste, ni fascisant, M.Mariani non plus. Qu'il me soit permis de lui rappeler que le fondateur du fascisme fut un député socialiste italien, Benito Mussolini, que les deux principaux chefs de la collaboration avec l'Allemagne nazie furent Marcel Déat, ancien secrétaire du parti socialiste SFIO, et Jacques Doriot, ancien secrétaire du parti communiste. Et que ce n'est pas Jean-Marie Le Pen qui a été décoré à Vichy de la Francisque, mais le président de la république François Mitterrand, dont Michel Vauzelle a été ministre, et qui plus est ministre de la Justice".

Partager cet article

33 commentaires

  1. j’imagine le relais dans un journal: dérapage?

  2. une declaration parfaitement idiote, du rest historiquement contestable.

  3. aramis, pouvez-vous citer ce qui est contestable ? c’est la pure vériter ! je viens d’ailleurs de finir un livre sur la collaboration qui ne dis pas le contraire. idem pour mitterrand et la franscique… comme le nazisme et le fascime c’est toujours partis de la gauche.

  4. @ Aramis
    En quoi contestable ? Vous en dites trop pour critiquer, pas assez pour démontrer.
    Vauzelle, en tout cas, n’a pas contesté.

  5. Monsieur Le Pen est d’une génération où les connaissances transmises en histoire étaient essentiellement factuelles. Et les faits sont têtus.
    Historiquement contestable?
    Benito Mussolini, né en 1883, adhère en 1900 au parti socialiste italien; en 1910, il est nommé secrétaire d’une section régionale du parti socialiste italien; en 1912 il est nommé directeur du journal “L’Avanti”, organe officiel du parti socialiste italien. Il est exclu de ce parti en 1914. Ses premières études l’ont conduit à obtenir (en 1901) un diplôme d’instituteur.
    http://www.studenti.it/materie/benito_mussolini.php
    http://cronologia.leonardo.it/storia/biografie/mussoli.htm
    http://cronologia.leonardo.it/storia/biografie/mussoli.htm
    http://www.storiaxxisecolo.it/fascismo/fascismo9.htm
    (Sources en italien)
    Marcel Déat, né en 1894, adhère en 1914 à la SFIO
    http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-deat/
    http://www.crrl.com.fr/archives/concours/biographie/deat.htm
    Jacques Doriot, né en 1898, adhère très jeune à la SFIO; en 1920, il commence une belle carrière au Parti Communiste (il n’y est plus en 1934)
    http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-doriot/
    http://www.jstor.org/pss/27583832
    Marcel Déat et Jacques Doriot font partie des personnalités actives (1940-1943) de l’Etat Français
    http://www.ihtp.cnrs.fr/phpdigf/search.php?query_string=doriot&option=start&template_demo=newspaper.html
    http://www.ihtp.cnrs.fr/phpdigf/search.php

  6. Pas plus ridicule que votre personne, Aramis.

  7. aramis, en quoi est ce contestable?
    explique ? ca m’intéresse
    pourquoi c’est une déclaration idiote? si on te traite de fasciste il faut prouver le contraire non?

  8. Je ne vois pas en quoi la déclaration de Le Pen est contestable. Mussolini fut bien membre du PSI, Déat de la SFIO et Doriot du partie communiste.
    Dire que Le pen et Mariani sont fascistes ou fascisants est parfaitement idiot.

  9. aramis >> En quoi ce qu’il dit est-il idiot ? Au contraire, il vise parfaitement juste.

  10. sur quoi aramis s’appuie pour faire un commentaire …. contestable ? développez votre propos SVP

  11. Aramis,
    Avec un pseudo tel que le votre on évite d’affirmer péremptoirement des bêtises, sans apporter l’explication que vous pensez(éventuellement) connaitre!
    Votre affirmation insultante et fausse ne vous grandit pas!
    De plus vous m’énervez, car vous m’obliger à défendre Monsieur Le Pen, alors que je ne suis pas un de ses partisans!
    Mais on ne peut laisser attaquer un homme qui dit la vérité!
    Même si cette vérité gène le sociolo qui sommeille en vous!
    A ce jour, seul les imbéciles ou les ignares peuvent penser que Mitterand était socialiste!
    Sa femme oui, lui non! Mais il a su magnifiquement les utiliser pour arriver à son objectif!

  12. @Aramis: Contestable, dites vous? En quoi?
    Ce rappel de JMLP me parait au contraire tout à fait exact.Il aurait pu ajouter que si les nazis étaient nationaux, ils étaient aussi socialistes…
    Je ne vois toujours pas en quoi historiquement les affirmations du”Président” sont fausses ou à tout le moins contestables…

  13. Tout est vrai. Je ne vois là aucun dérapage.

  14. voilà qui est mettre les pendules à l’heure.
    historiquement contestable? ah bon?
    au contraire historiquement incontestable

  15. Bonjour Aramis,
    Pouvez-vous donner des précisions s’ilvousplait? En quoi cette déclaration est-elle contestable historiquement?
    Elle me parait juste, mais je suis prêt à revoir mes classiques…

  16. Serait-il possible de m’indiquer (ne serait-ce que par mail) pourquoi mes messages, très souvent modérés et convenables, sont quasi-systématiquement censurés, soit avant, soit après publication ? C’est un mystère que j’aimerais percer. Cordialement.
    [@ Busi : je ne vois qu’un commentaire de votre part, sur ce post. Il n’a pas été censuré : je n’étais pas connecté. Il faut savoir être patient… MJ]

  17. @ Aramis
    En RIEN idiot ou contestable.
    Tout ce qu’il dit est parfaitement EXACT.

  18. Allez Aramis, un peu de courage, nous attendons tous votre éclairage sur les faits que vous contestez!
    Adieu Aramis!

  19. A noter que Marcel Déat, bien que fascisto-communiste, a terminé sa vie dans un monastère en Italie (pour fuire la France qui l’avait comdamné à mort par contumace).
    Il a terminé sa vie en bon catholique!
    Sinon les propos de M. Le Pen sont parfaitement valables historiquement, les fascistes sont des gauchos pure souche!

  20. Aramis doit être ce que l’on appelle un troll…

  21. il est intéressant de voir comment le fait de toucher à la personne de JMLP décha^ne les passions et fait tomber certains dans l’outrance et la bêtise. A ceux je ne prendrai pas la peine de répondre. Il semble simplement qu’ils aient mal compris ce qu’est la semaine de la passion…..
    J’estime que JMLP a fait une déclaration idiote parce qu’elle manque d’intelligence. On peut ne pas être d’accord mais c’est mon droit de le penser.
    Sur le fascisme :
    -la théorie d’interprétation du fascisme comme idéologie de gauche vient d’un colloque du club de l’horloge dans les années 80.
    -Aucun historien ou chercheur sérieux ne défend une théorie aussi exclusive et réductrice.. Je ne ferai pas de cours sur le sujet, la place et le temps manquent. Je me contenterai de renvoyer notamment aux études de renzo de felice, emilio gentile, ernst nolte, dominique venner etc. Disons simplement que les apports idéologiques au fascisme sont multiples et que l’analyse défendue par JMLP pêche par son simplisme.
    -Sur DEAT et DORIOT, il y a tout autant à dire sur leurs influences diverses. Et que réduire les hommes à leurs appartenances politiques passées est réducteur.
    Doit-on réduire dans ce cas stéphane courtois, annie kriegel et françois furet à leur appartenance passée au PC ? Cette appartenance invalide-t-elle leurs parcours respectifs ultérieurs et leurs travaux d’historiens ?
    Interpréter une doctrine politique à travers le prisme des appartenances et idées antérieures du fondateur, c’est faux et dangereux, car on laisse de côté l’homme, l’histoire, les évènements, le contexte et toutes les influences qui ont présidés à la naissance du fascisme.
    J’ajouterai pour finir que JMLP dit une énormité en assimilant l’état de vichy au fascisme.

  22. @ cet égard je vous recommande surtout à diffuser à grande échelle,le livre remarquable de Simon Epstein “Le paradoxe français”
    Simon Epstein est économiste et historien, auteur de plusieurs ouvrages sur le racisme et l’antisémitisme, vit à Jérusalem depuis 1974. Il a publié en 2001 un ouvrage remarquable sur Les Dreyfusards sous l’Occupation.
    “Un paradoxe français” est un livre d’histoire qui détruit plusieurs mythes et autres mensonges.
    Mythe n°1 : l’extrême droite française, collaborationniste pendant la seconde guerre mondiale était majoritairement l’extrême droite d’avant la guerre. C’est tout l’inverse. La majorité des premiers résistants était issue de l’Action Française qui prônait le “nationalisme intégral” et était germanophobe.
    Mythe n°2 : la gauche pacifiste, antiraciste, philosémite a majoritairement composé la Résistance. C’est tout l’inverse. Les pacifistes ont continué, dans leur majorité (à l’image des dreyfusards) de l’être sous la botte nazie.
    “Que le pacifisme fut le vecteur principal de la collaboration, que les pacifistes furent nombreux à collaborer, et qu’ils fournirent de très nombreux collaborateurs, que la gauche fut dominante dans la collaboration parce qu’elle fut dominante dans le pacifisme – toutes ces vérités dérangeantes échapperont aux politiciens, aux polémistes et aux historiens soucieux d’inculper “toutes les droites” et de leur faire porter le chapeau exclusif des erreurs, des trahisons et des crimes qui ont endeuillé, à jamais, les années 1940-1944.
    Ils chargeront Maurras (Action Française) de forfaits commis par des gens, qui, pour beaucoup, étaient des antimaurrassiens endurcis. Ils s’acharneront sur La Roque (les Croix de Feu), qui vraiment n’y était pour rien. Ils débusqueront des “fascistes” un peu partout y compris là (et surtout là) où il n’y en avait pas, et ils ignoreront ces pacifistes, intransigeants et candides à la fois, qui se fascinèrent pour l’Allemagne de Hitler (…)”.
    Simon Epstein expose à l’aide de fiches biographiques précises, de leur mise sous lumière de l’Histoire, dans cet ouvrage dense, exégétique, une réalité historique très éloignée des multiples propagandes et oublis nés dans l’après-guerre.
    Les nombreuses sources d’informations puisées notamment chez Bernard Lacache qui fut le président de la LICA (ancêtre de l’actuelle LICRA) qui dénonça tous ces traîtres qui, ayant milité au sein de ce mouvement pacifiste, de gauche, philosémite se convertirent à la collaboration et à son opposé, Henry Coston, l’extrêmiste de droite de toujours, qui dénonça ces “convertis” qui après-guerre quittèrent pour leur carrière politique cette extrême droite collabo, donnent de cette page d’histoire de France à la fois l’image des égoûts les plus puants du racisme, de la honte, du meurtre, et celle des cieux les plus purs de l’héroïsme, de la Liberté, de l’Honneur.
    L’auteur enfin explique les raisons qui ont soutenu ces mythes et nous régale par une notice biographique précise de François Mitterrand.
    Quelques colles pour les forts en thème :
    – Si Brasillach était maurrassien, Drieu-La Rochelle était-il d’extrême droite avant guerre ? Non. Il était de gauche et philosémite.
    – Jean Luchaire, Pierre de Brinon, Alphonse de Chateaubriand : idem, de gauche.
    – Doriot, Déat ? de gauche
    – Cocteau, Aymé, Giono ? de gauche
    – Bergery ? radical de gauche
    – Bertrand de Jouvenel ? de gauche
    – Simon Sabiani, Maurice-Ivan Sicard, Paul Perrin, André Grisoni, Paul Rives, Maurice Levillain, Barthélémy Montagnon, René Chateau, Claude Jamet : de gauche itou
    – Robert Jospin (le père de Lionel) pacifiste intégral, munichois, proche de Marcel Déat : SFIO
    – Camille Chautemps, Georges Bonnet, Maurice Papon, René Bousquet : de la gauche radicale !
    – Robert Hersant : idem
    – Charles Spinasse, Georges Monnet : encore
    – Georges Suarez qui fut l’ami de Jopseph Kessel dans les années 20, biographe de Clémenceau et de Briand, dont le souci de réconciliation franco-allemande le conduisit sous Vichy au pronazisme le plus effréné, fut le premier journaliste à être jugé pour collaboration : proche de la gauche briandiste.
    – Alfred Baudrillart, Marc Augier, Jean Balestre : etc.
    – Camille Planche, Léon Emery, René Gérin, déatistes, provenant de la gauche.
    – Saint-Loup (alias Marc Augier qui, avant guerre, chantait “Au devant de la vie” avec ses camarades juifs des Auberges), Saint-Paulien (alias Maurice-Ivan Sicard, qui avant guerre vomissait dans son “Huron” le fascisme et les fascistes), Roland Gaucher (ex- Roland Goguillot qui militait aux Etudiants révolutionnaires), François Brigneau (Emmanuel Allot, pacifiste de gauche): ex-antifascistes, anciens de la gauche et de l’extrême gauche, collabos, militants d’extrême droite après la guerre.
    – René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, responsable de la déportation de 54.000 juifs français, l’ami de toujours de François Mitterrand : centre gauche républicain.
    Saviez-vous que 12 des 17 ministres SFIO de la fin de la III° République furent exclus de ce parti après guerre pour leur comportement collaborateur pendant ?
    Saviez-vous que trois des grands chefs de la collaboration, Pierre Laval (socialiste révolutionnaire avant la première guerre mondiale), l’amiral Darland (socialiste) et Déat (ex-SFIO) furent victimes de deux extrémistes de droite, d’avant guerre ? Fernand Bonnier de la Chapelle, Action Française, assassina Darland à Alger en 1942 et Paul Collette, ex-Cagoulard, blessa par balle Marcel Déat et Pierre Laval en 1941 lors d’une revue des troupes de la LVF.
    Ce livre est riche d’enseignements précis qu’il est impossible de résumer.
    Exceptionnel ouvrage qui fait date dans la compréhension de notre Histoire
    http://www.amazon.fr/paradoxe-fran%C3%A7ais-Antiracistes-Collaboration-antis%C3%A9mites/dp/2226179151

  23. nous savions, resno, nous savions, merci…
    Pour faire court, vous faites une lecture par trop manichéenne de l’ouvrage de epstein. Les choses étaient plus compliquées que vous le dites. Epstein le dit d’ailleurs.
    A trop schématiser, la démonstration perd de saforce.

  24. Sacré Aramis,
    Vous nous faites un commentaire laconique sans aucun argument et vous tomber vous même ds le manichéisme et l’amalgame alors que “nous” guettions le moindre vos argument de votre part.
    De +, je ne vois pas vraiment de fanatiques pro-JMLP à travers les réactions… mais passons…
    L’essentiel étant l’Histoire et non un porte parole, JMLP a justement pris le soin de parler du FONDATEUR du fascisme et non de ses IDEOLOGUES… Car effectivement pour les idéologues, les historiens non pas fini leurs querelles d’apothicaires…
    Par contre, le Duce est bien le fondateur, celui qui a mis le fascisme en oeuvre.
    Pour Doriot et Déat, arrêtez de vous ridiculiser ou de défendre l’indéfendable.
    Quand on a été député SFIO, pacifiste et membre du Front populaire…on peut difficilement être de “Droite”.
    Bref, évitez de jouer au savant donneur de leçons…

  25. @cosaque
    effectivement, je suis peut-être laconique car contrairement à vous, je ne donne ni dans l’outrance ni dans l’insulte de bas étage. A chacun son style.
    Passons sur le duce fondateur et non idéologue du fascisme. Je ne peux que vous renvoyez aux auteurs que j’ai déjà cité.
    Où avez-vous lu que j’ai fait de Doriot ou Déat des hommes de droite ????? J’ai simplement dit qu’ils ne pouvaient être réduits à leurs appartenances politiques d’origine.Rien d’autre. Vous interprétez et déformez mes propoos dans un but polémique car c’est vous qui de toute évidence êtes à court d’arguments.
    Enfin, vous ne manquez pas de vous contredire. Vous me reprochez d’abord de ne pas avoir argumenté, puis vous me taxez de savant donneur de leçons….Il faudrait savoir.
    Je ne donne de leçons à personne. Plusieurs posteurs ont pris la mouche (et de toute évidence quoique vous en disiez, parce que j’ai osé contredire la figure sacrée de JMLP)et m’ont demandé d’argumenter. Ce que j’ai fait. De manière neutre. Ce que vous confondez avec le laconisme.
    Je sais trop que vous auriez voulu me voir m’exciter comme vous le faîtes si bien.
    Au lieu de ruer comme un jeune cabri, prenez le temps de la réflexion et expliquez moi donc en quoi je suis manichéen et ce que j’amalgame et contre-argumentez sur ce que j’ai écris.. Alors, j’accepterai de débattre avec vous du sujet qui nous occupe. Si vous y êtes prêt, j’autoriserai MJ a vous communiquer mon courriel.
    Dans le cas contraire, je vous laisse bien volontiers l’anathème comme arme de discussion.

  26. @ Aramis
    Avec le recul du temps, il est évident que la matrice du fascisme est jacobine, étatique et de gauche avec de forts relents de socialisme français à la Proudhon ou Jules Guesde, voire ou à la De Man.
    C’est en cela que ses racines sont différentes de la pensée contre révolutionnaire catholique et traditionnaliste (entendre ce mot au sens politique, au sens de Maistre et Bonald) et même nationale française à la Drumont et Barrès. Ainsi, la pensée sociale du fascisme est étatique, voire totalitaire, en ce sens que tout vient de l’Etat et doit lui correspondre, ce qui est aux antipodes de la pensée catholique sociale française et allemande, qui ont jeté les fondements de la DSE.
    D’où le fait que de nombreux hommes de gauche aient fait le chemin de Mussolini : reniant le marxisme et le communisme, pacifistes et anti militaristes (Doriot organisa la lutte pacifiste et anti militariste et anti coloniale contre la présence de l’armée française au Maroc durant la guerre du RIF), théoriciens du parti incarnation de la volonté nationale, parti exaltant l’Etat-Nation comme absolu au détriment des libertés naturelles, faisant du corporatisme une technocratie placée sous le contrôle du parti, ils ne pouvaient que devenir ”fascistes” et surtout alliés du nazisme comme idéologie et comme mise en forme de l’Etat hégélien.
    Leur collaboration fut le fruit des circonstances certes, et de l’occupation allemande, mais elle était inscrite dans les leur pensée et la prolongeait.
    Voilà pourquoi la ”vieille droite” paya injustement avec eux à la Libération, et je pense particulièrement à Maurras, condamné à mort, lui qui avec un excès souvent critiquable (particulièrement avec l’Autriche Hongrie en 1917) et aveugle, avait été un germanophobe maniaque durant les 50 ans précédant 1939, et qui demeura opposé à l’Allemagne ensuite.
    En ce sens, le rappel de JM LE PEN s’inscrit bien dans une analyse de fond et non dans la superficialité et le manque d’intelligence que vous lui opposez fort courtement. Et que vous semblez l’avancer par plaisir passionnel plus que par raison.
    M. VAUZELLE fils d’un homme au passé incertain dit-on, au sens du passé mitterrandien, a d’ailleurs esquivé le débat, et n’a pas répondu sur le fonds, ainsi que les quotidiens régionaux qui ont ironisé sur JM LP sans rien démontrer eux non plus.
    Cher Aramis, il faut nuancer avant d’excommunier sur le terrain de l’intelligence : car sans nuances entre nous, que reste-t-il de la pensée de droite ? Qqq slogans, réflexes et tics de langage, joints à une admiration de principe du passé ?

  27. @pg
    je ne vois pas où il y a plaisir passionnel et excommunication dans mes propos. Encore une fois, il s’agit là d’un procès d’intention.
    Sur le fond de votre commentaire :
    -vous me répondez sur un plan que je n’ai pas abordé. Vous semblez croire que je fais du fascisme une doctrine de droite. Relisez-moi. J’ai dit qu’il était réducteur d’en faire un pensée exclusivement de gauche.ce n’est tout à fait la même chose.
    Par ailleurs, vos propos sont assez justes, même s’ils demandent à être nuancés. Vous semblez faire du jacobinisme et de l’étatisme l’apanage de la gauche. C’est là aussi réducteur et l’influence du jacobinisme a touché toutes les tendances politiques, y compris les doctrines contre-révolutionnaires.
    Vous avez raison sur l’influence du socialisme français. Un socialisme a-marxiste voire anti-marxiste, quelquefois anarchisant et anti-étatique, influençant également la droite radicale française (l’AF, la jeune droite…). Ce socialisme peut-il d’ailleurs être dit de gauche. Encore une fois, réduire les pensées politiques au clivage gauche-droite me paraît conduire à ne pas les comprendre. Et à les excommunier par principe….
    En écrivant qu’un doriot ou un déat ont collaboré parce que c’était inscrit dans leurs pensées me fait bondir. Comment peut-on écrire une telle énormité. Ainsi, ils auraient été déterminés à l’avance, programmés en quelque sorte par leurs idées ? Du déterminisme biologique appliqué à la politique ? C’est non seulement faux mais dangereux.
    Vous me demander de nuancer. Je pourrais vous retourner le compliment. Votre vision du fascisme est réductrice, car vous l’analysez uniquement par le prisme du jacobinisme et de l’étatisme. Il fut cela, mais aussi bien plus et autre chose. Renzo de Felice a brillamment démontrer la complexité de l’idéologie fasciste.
    La nuance, cher pg, la nuance.

  28. Aramis,
    – Le commentaire laconique qui méritait une argumentation est le 1er…pas le 2ème.
    – j’ai du mal à saisir l’intérêt de vos remarques : que cherchez vous à démontrer, à dire ? Je ne saisis absolument pas… si ce n’est le plaisir d’ergoter sur du hors sujet. Est-ce le fait de dire que des communistes aient collaboré qui vous choque ? Pourquoi une si vive défense de Doriot ou de Déat ? En avez-vous fait une thèse pour être susceptible à ce point ?

  29. -dont acte sur le 1er point
    -sur votre 2e point : ce que j’ai dit me semble clair. Si vous saisissez pas, que voulez vous que je vous dise ?
    Je n’ergote pas. Je vous contredis, nuance encore une fois. C’est étrange cette manie de vouloir systématiquement disqualifier les arguments d’un contradicteur. Je me suis situer sur le terrain du débat historique, qui me paraît intéressant avec vous. Et vous me répondez par la polémique. C’est à mon tour de ne pas saisir.
    En quoi ai-je défendu doriot et déat ?????
    J’ai dit qu’expliquer leur collaboration (la leur ou celles d’autres d’ailleurs)parce que c’était inscrit dans leurs pensées (différentes l’une de l’autre de plus) était aberrant. Expliquez également ainsi la collaboration d’un Deloncle, véritable homme de droite, par sa pensée ?
    Et comment expliquez-vous la présence de l’écrivain Jean Prévost (capitaine goderville en résistance), authentique homme de gauche et pacifiste, dans les maquis du vercors ? C’était inscrit dans sa pensée (pas très éloignée de celle d’un déat)?
    Maquis du vercors où il côtoya d’authentiques hommes de droite (on chantait maréchal nous voilà autour de certains feux de camp du vercors). Vous voyez, rien n’est aussi simple que vous semblez le croire.
    Je ne défends rien ni personne. Je m’attache aux faits et j’essaie de réfléchir en historien honnête, détaché de mes opinions politiques personnelles.
    j’espère que cette fois vous me lirez attentivement, pour éviter de mal interpréter mes propos.
    Enfin, si défendre ses opinions, argumenter,chercher à convaincre, c’est être susceptible, alors nous le sommes tous….

  30. Je reviens sur les dires de JMLP :
    – OUI : Mussolini est le fondateur du fascisme.
    – OUI : Déat est un ancien du SFIO et il a collaboré.
    – OUI : Doriot est un ancien du PCF et il a collaboré.
    – Et enfin OUI : F Mitterrand a été décoré de la francisque. Et il a collaboré au début.
    Ce que JMLP ne dit pas c’est qu’ensuite F Miterrand est entré en résistance.
    Après, pensez vous que JMLP avait l’intention de faire un cours de 3 h sur le fascisme ?
    Ben non, mais justement de bien démontrer que l’histoire n’est pas manichéenne et qu’il faudrait peut être que les médias et les hommes politiques cessent de le prendre pour la réincarnation d’Hitler.
    Si vous êtes d’accord avec le 1er paragraphe, qui est le sujet de ce post, pas la peine de m’en resservir une couche à cause de mon 2ème paragraphe. ça ne m’intéresse pas.

  31. miterrand n’a jamais collaboré. Miterrand a travaillé au secrétariat aux prisonniers du gouvernement de vichy. Ce n’est pas tot à fait la même. Et Déat ne fut pas communiste, contrairement à vos affirmations. Avant de faire de l’analyse historico-politique, révisez un peu. Vous pourrez alors, peut-être m’intéresser.

  32. Déat communiste, c’est dans votre post du 27 mars. Avec en prime une 2e énormité : les fascistes gauchos pure souche.

  33. Aramis,
    Le post du 27 mars, ce n’est pas moi…c’est “Romain Dily”.
    Le nom est en bas du post…pas en haut…
    Allez, bonne nuit.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services