Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Non classé

La candidature d’Eric Zemmour pourrait-elle favoriser la victoire de Marine Le Pen ?

La candidature d’Eric Zemmour pourrait-elle favoriser la victoire de Marine Le Pen ?

Interrogé hier sur BFM TV, Louis Aliot, tout en disant qu’il voterait pour Marine Le Pen en 2022, s’est exprimé avec bienveillance sur l’éventuelle candidature d’Eric Zemmour à la présidentielle en ces termes :

Ils seront obligés de se parler. Ils se sont parlés, ils vont se voir... Peut-être qu’au téléphone ils se parlent, je n’en sais rien. Mais tout le monde a intérêt à se parler. Quand on voit l’état de la France, la querelle pour savoir qui va être le mieux placé n’a plus de sens. Il y a une candidate et elle est indéniablement la mieux placée

Cette prise de position de Louis Aliot est intéressante car il est un fervent partisan de l’union des droites : il l’a prouvé à Perpignan. Et il est aussi connu pour sa proximité, géographique et idéologique, avec Robert Ménard, une des figures les plus médiatisées de cette fameuse droite hors-les-murs qui représente une frange modeste mais non négligeable de l’électorat droitier.

Tout d’abord, il y a ceux qui souhaitent une candidature Zemmour car ils estiment que Marine le Pen n’est pas au niveau ou que ses positions ne sont pas suffisamment à droite. Il y a par exemple Jacques Bompard, maire d’Orange depuis 1995, qui vient de lancer une plateforme en ligne pour soutenir cette candidature : jesignepourzemmour.fr.

Il y a aussi Jean-Yves Le Gallou, ancien député européen FN, qui ne mâche pas ses mots dans une interview accordée à Riposte Laïque :

“(…) Marine Le Pen commet l’erreur des novices en politique (…) en pensant au deuxième tour en oubliant qu’il y a d’abord le… premier. Et qu’il faut mobiliser son électorat d’abord : la piètre audience lors de son débat avec Darmanin montre que ce n’est pas gagné. Plus on pasteurise, plus on affadit ! Et plus on affadit, moins on mobilise ! Ce qui va aussi manquer à Marine Le Pen ce sont des cadres et des militants motivés : pour assurer la sincérité d’un scrutin présidentiel, il faut de 60 000 à 80 000 contrôleurs dans les bureaux de vote. Or, victime de purges successives (les Mégrétistes, le Canal historique, les Cathos conservateurs, Les Identitaires, les Marionnistes, les Philippotistes et j’en passe) le Rassemblement National est exsangue.

Vous ne cachez pas votre sympathie pour Éric Zemmour. On évoque sa possible candidature à la présidentielle de 2022. Cela vous réjouirait-il ?

La question de Zemmour ne se poserait pas si Marine Le Pen était au niveau et inspirait confiance tant sur sa ligne stratégique que sur ses capacités. Ce n’est pas le cas. Si Zemmour entrait dans la danse, il aurait l’immense mérite de poser les vrais enjeux : la remigration, la désislamisation. Et, en débat, il pourrait pulvériser et Xavier Bertrand et Marine Le Pen. Reste à savoir s’il est fait pour l’exercice et s’il est prêt à jouer son va-tout ?

Un récent sondage réalisé par l’Ifop et relayé par Valeurs Actuelles révélait que 13 % des personnes interrogées seraient prêtes à voter pour Eric Zemmour et 21% souhaitait même sa candidature en 2022. Voici ce que dit Geoffroy Lejeune de Valeurs actuelles qui avait écrit une fiction sur ce thème en 2016 :

Ma thèse était que le succès de Zemmour disait quelque chose du vide à droite et de son impasse électorale. Le postulat était que le FN n’y arriverait pas et que la droite n’y arriverait plus. Il fallait donc une synthèse idéologique, laquelle était bien incarnée par Zemmour à l’époque. L’intérêt étant qu’il ne venait pas de la politique, mais l’incarnait médiatiquement, comme quelque chose entre Coluche et Trump (…)

Robert Ménard déclarait également :

Les idées qui sont les nôtres sur l’islam, l’immigration, l’autorité, l’école, les magistrats, la presse […] Sur autant de domaines, ces idées sont majoritaires chez les Français, les sondages le disent. Pour autant, nous n’arrivons pas encore à les rendre majoritaires au scrutin, car il manque la personne pour les incarner aux yeux des Français

La première réaction, mathématiquement parlant, est donc de penser qu’un score pour Eric Zemmour situé entre 8 et 12% des voix au premier tour pourrait empêcher Marine le Pen d’accéder au 2ème tour. Gilbert Collard s’inquiète :

Une candidature de Zemmour, c’est mathématique, pourrait faire du mal au Rassemblement national par un détournement des voix

C’est oublier qu’une candidature d’Eric Zemmour pourrait également vider les 7% annoncés pour Nicolas Dupont-Aignan mais également fortement entamer le potentiel électoral du candidat LR (actuellement 3ème aux alentours de 14-16%), surtout s’il s’agit de macroniens-compatibles comme Xavier Bertrand, Valérie Pécresse ou encore Michel Barnier, le petit dernier sorti du chapeau. Robert Ménard déclare à ce sujet :

Il ne faut pas que la candidature d’Éric soit un handicap pour Marine Le Pen, mais au contraire un atout et qu’il y ait un réservoir de voix des deux côtés

Marine Le Pen, actuellement en pleine recherche de respectabilité afin d’être présidentiable aux yeux des Français (dédiabolisation, adoucissement sur Schengen…) aurait à sa droite un candidat qui aurait le mérite de dire les choses de manière moins feutrée et sans aucun politiquement correct ou soumission à la doxa. Cela renforcerait sa respectabilité et élargirait son potentiel électoral. Et les doux rêveurs qui aimeraient une candidature improbable de Marion Maréchal ou de Philippe de Villiers, tout en se refusant à voter Marine Le Pen, iraient voter Zemmour plutôt que de s’abstenir ou de voter Jean-Frédéric Poisson.

Le problème du FN puis du RN a toujours été de ne pas disposer d’un réservoir conséquent au second tour. Les 2,3% de Bruno Mégret en 2002 ou les 4,7% de Nicolas Dupont-Aignan étaient largement insuffisants. Un éventuel ralliement d’Eric Zemmour ou un appel à voter de sa part pour Marine le Pen au 2ème tour sur une base située autour de 10% aurait sans doute plus de poids que celui de Nicolas Dupont-Aignan  en 2017…

Il n’est pas impossible que Marine le Pen ait commencé à comprendre tout l’intérêt de ne pas (plus) se mettre à dos la droite hors-les-murs. Lors du débat avec Gérald Darmanin sur France 2, elle a beaucoup insisté sur le maintien de la liberté pour les parents de pouvoir réaliser l’école à la maison et en a même fait une condition pour que le RN vote la loi le lendemain à l’assemblée nationale. Cela a pu surprendre d’autant plus que ce sujet, cher aux lecteurs du Salon Beige car faisant partie des points non négociables, n’a jamais été au cœur des préoccupations de Marine Le Pen. Unsigne que les temps changent ?

Partager cet article

13 commentaires

  1. Zemmour candidat parfait si Marine Le Pen ne se présente pas. (on peut rêver)
    Ce qui est à souhaiter car elle représente maintenant une deuxième fausse droite.
    Le cauchemar prévisible c’est la réélection de Macron ou pire encore l’élection d’un écolo.

  2. La candidature de Zemmour consisterait à organiser une primaire dans la droite patriote. Il est difficile de savoir aujourd’hui si cette candidature entamerait l’électorat de Marine Le Pen ou plutôt celui des LR. Sans doute un peu des deux. Il est vrai que l’électorat de Marine compte beaucoup de partisans “du bout des doigts”, c’est à dire des personnes lui accordant leur bulletin à défaut de mieux comme c’est mon cas. C’est pareil chez les LR.
    Mais qui pourrait être le 3° candidat susceptible de concurrencer Marine et d’accéder au 2° tour ? Je ne vois que Zemmour avec 14-16% des intentions de vote. Les écolos, les LR, les socialistes ou Mélenchon sont dans les choux.
    Donc dans tous les cas nous avons un 2° tour avec un de nos candidats.

    • Vous êtes bien optimiste, Collapsus, en mettant Merluchon dans les choux…l’écolo de service et lui me terrifient. Avec Macron en face au second tour nous sommes morts et enterrés

  3. Marine le Pen est devenue le hologramme de la droite et je serais tenté de dire que, à l’instar de son père, elle fait tout afin de ne pas être élue car elle sent bien, au fond d’ elle-même, qu’elle n’a pas les épaules assez larges pour enfiler le costume présidentiel !
    Qu’elle ait le courage et l’honnêteté intellectuelle de le reconnaître et de cesser de mener les Français en bateau !

  4. Si le Front national était un parti au service de la France historique, il n’aurait pas une présidente sans conviction et sans principes.
    L’entourage de la fille Le Pen, la gestion catastrophique des finances, le programme économique démagogique et inapplicable, ce sont les indices d’une dégénérescence profonde des politiciens, les Le Pen étant le fleuron de cette sous classe, places confortables à préserver, en amusant les électeurs naïfs éternels, ainsi le système restant aussi confortable pour les parasites qui y prospèrent depuis si longtemps.
    Au diable le redressement du pays par un arrêt total de l’émigration, par une drastique diminution des semi-improductifs comme les fonctionnaires, la fin des 45 milliards de fraudes sociales, la fin de la ponction fiscale pernicieuse.

    Se maintenir, même après avoir laissé de multiples preuves de son inaptitude totale à rassembler et à, un jour, peut être gouverner, alors que l’on ne sait ni s’entourer, ni gérer, ni acquérir une culture seulement potable.
    Le trop plein des amateurs de bonnes fortunes républicaines pose problème, commençons par éliminer celle qui se cramponne depuis trop longtemps, un peu de démocratie, même si en France, comme en bien d’autres pays, elle n’est qu’une façade lézardée et maintenant lépreuse.

  5. Il n’est pas dit que s’il y a deux candidats anti grand remplacement, aucun d’eux n’accède au second tour…
    Par contre, le FN-RN, a toujours éliminés tous les cerveaux et personnalités qui pourraient faire de la concurrence à son président. Marine se rend peut-être simplement compte qu’une fois élue, elle sera dans une situation pire que Macron arrivant à l’Elysée : députés inexpérimentés, choix de ministres restreints… Mais il bénéficiait, lui, d’autant de transfuges expérimentés qu’il en voulait pour donner un peu de corps à son gouvernement. Pour Marine, le vivier ne pourra venir que de quelques LR et des élus en responsabilité et beaucoup de ces derniers sont de la droite hors les murs …Il est temps pour elle d’avoir un plan pour l’après-élection !

  6. Marine doit comprendre qu’il est de son devoir de laisser la place à Éric pour sauver la France.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services